Présidentielle en RDC - Les Occidentaux payent le prix de leur hypocrisie

Conseil de sécurité de l'ONU

Le 10 janvier dernier, après une curieuse et très longue attente que certains ont jugé surréaliste, la commission électorale nationale indépendante (CENI) de la RD Congo a rendu son verdict : Félix Tshisekedi est déclaré vainqueur de l’élection présidentielle avec 38,57% des suffrages contre 34,8% pour son adversaire Martin Fayulu et 23,8% pour Ramazani Shadary. Des résultats qui sèment le doute et ne rassurent ni à l’intérieur ni à l’extérieur du pays.

Aussitôt les résultats de l’élection présidentielle congolaise proclamés, la Conférence nationale épiscopale du Congo (CENCO), qui a déployé près de 40 000 observateurs dans les bureaux de votre disséminés dans les quatre coins du pays, lance aussitôt l’alerte en déclarant que ces résultats ne sont pas conformes à « la vérité des urnes ».

Les Occidentaux emboîtent le pas quelque temps après en exprimant le doute sur la véracité des résultats proclamés par la CENI. Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian demande à cet effet que « la clarté soit faite sur ces résultats ». Même son de cloche à Washington et à Bruxelles où l’on recommande la publication des procès-verbaux afin de vérifier que les chiffres avancés correspondent bien au vote des Congolais.

Selon les données de la CENCO et des documents internes de la CENI ayant fuité dans la presse, Martin Fayulu, arrivé deuxième, serait le véritable gagnant de cette présidentielle.

Ce n’est pas la première fois qu'il y a un doute sur les élections présidentielles en RDC. La première fois, depuis la chute du maréchal Mobutu, c'était en 2006. Le président sortant Joseph Kabila l’avait emporté par 58,05% des voix contre 41,95% à son adversaire Jean-Pierre Bemba. L’Union Européenne avait félicité M. Kabila alors que la Belgique s’était contentée de « prendre note » du résultat final. La deuxième fois en 2011, le même Joseph Kabila a remporté les suffrages à 48,95% contre 32,33% des voix pour son prestigieux adversaire Étienne Tshisekedi.

Exaspérés, les Congolais avaient déposé une pléthore de requêtes dénonçant la fraude massive du régime auprès des Nations Unies et de l’Union Européenne, sans résultat. Les observateurs internationaux avaient admis l’importance des fraudes, mais la communauté internationale avait validé les résultats et Kabila, considéré à l’époque comme « le garant des investissements étrangers » au Congo —pour reprendre les mots d’un observateur européen —, a continué à la tête du pays comme si rien ne s’était produit.

Cette fois, la situation est différente. Les Occidentaux, comme les Africains, veulent savoir la vérité. Toutefois, les premiers ont du mal à se faire comprendre auprès des seconds. En effet, la posture des dirigeants européens sur la « vérité des urnes » au Congo est certes salutaire, mais suscite la méfiance en Afrique en général et au Congo en particulier.

Comment se faire entendre et comprendre quand on a soutenu un dictateur par opportunisme économique et validé sa fraude électorale en 2006 et 2011 ? 

Les Occidentaux payent aujourd’hui le prix de leur hypocrisie et leur pratique du deux poids deux mesures en Afrique subsaharienne. Ils devraient se résoudre à revoir leur sens de la real politique avec des dictateurs « amis » s’ils veulent que leur discours sur le respect de la démocratie et des droits de l’homme reste pleinement crédible sur le continent noir.

Quant aux Congolais, ils ne s’attendent qu’à une chose : que leur choix soit respecté. Aussi bien par la Chine, la Russie et un certain nombre de pays africains, notamment ceux qui veulent maintenir le statu quo en soutenant la dictature en place, que par les Occidentaux qui prétendent aujourd'hui soutenir la volonté populaire...

Patrick Mbeko

 

Videos

Analyses et Opinions

Jérémy Lissouba, Clément Mouamba, et Christel Sassou Nguesso © Oeildafrique.com

Congo - Jérémy Lissouba : s’en prendre à Clément Mouamba, c’est bien ; à Christel Sassou-Nguesso, c’est mieux

Les réseaux sociaux l’encensent, le chérissent. De pestiféré, le député UPADS de Dolisie, Jérémy Lissouba, est devenu en un instant le chouchou des Congolais pour avoir bousculé le premier ministre Clément Mouamba. Décryptage.
Felix Tshisekedi sur France 24.

Interview exclusive de Felix Tshisekedi sur France 24 et RFI, la presse congolaise ne mérite pas ça.

Sept mois d'attente pour finalement aller chercher la parole présidentielle dans un média occidental et non national. Après tous ces mois de silence, le nouveau président congolais Felix Tshisekedi a surpris par son choix. Il a réservé sa première sortie médiatique à France 24 et à RFI. Et la presse nationale tant en ébullition depuis plusieurs années ? Elle devra attendre que France Média Monde ait vidée les questions d'actualité.
Photo : @Presidence_RDC/Twitter

Pourquoi Sylvertre Ilunga Ilunkamba a été désigné Premier Ministre en RDC ?

LA RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO A ENFIN UN NOUVEAU PREMIER MINISTRE DEPUIS LE 20 MAI. SON NOM : SYLVESTRE ILUNGA ILUNKAMBA. MAIS POURQUOI LUI ET POUR QUOI FAIRE ? TENTATIVES DE RÉPONSE.
Photo d'un quartier de Malabo, le 16 mai 2019 | AFP | Samuel Obiang

En Guinée équatoriale, les plus pauvres attendent toujours leurs logements sociaux

Beaucoup de gens qui vivaient autrefois dans des taudis habitent aujourd'hui un logement digne, comme ici", s'enthousiasme un sénateur de Guinée équatoriale, qui habite un logement social à Buena Esperanza, un quartier de Malabo.Murs en crépi blanc et toits en tôle rouge ou bleue, dans ce quartier de la capitale, des centaines de petites maisons identiques se succèdent à perte de vue.
Carte des otages dans le Sahel

Otages français au Burkina Faso : Interdit d’interdire le tourisme dans le Sahel.

Depuis le retour des touristes français qui avaient été pris en otage dans le Parc béninois de la Pendjari, avant d’être ensuite libérés au Burkina Faso, une polémique est née autour de l’idée que les voyageurs français ne respectent pas scrupuleusement les consignes du Quai d’Orsay, qui leur indique les endroits dans le monde où il est parfois dangereux de se rendre.
Le président Paul Buya

Cameroun : Une dictature sous cloche.

Ces dernières semaines, le monde entier a vu deux armées et deux populations civiles se débarrasser pacifiquement de dirigeants dont elles ne voulaient plus : Abdelaziz Bouteflika (Algérie) puis Omar al-Bashir (Soudan). Mieux que le prétendu Printemps arabe, qui avait commencé en Tunisie, avant d’atteindre l’Egypte et la Libye, il s’est agi cette fois-ci de soulèvements endogènes. Les populations ont exprimé leur ras-le-bol, et l’armée les a aidées à renverser des dirigeants qui avaient fini par croire qu’ils avaient fusionné avec leurs fauteuils présidentiels.
Félix Tshisekedi ait reçu Peter Pham, envoyé spécial des États-Unis, venu, accompagné de l’ambassadeur

Diplomatie des USA en RDC : Féliciter Tshisekedi, reconnaitre l'opposant Fayulu et laisser Kabila dans la sphère d'influence

LES ÉTATS-UNIS ONT FAIT LE CHOIX, AU NOM DE REALPOLITIK ET DE LEURS INTÉRÊTS, DE COUPER LA POIRE EN TROIS : FÉLICITER FÉLIX TSHISEKEDI PAR LE POIGNET DE MAIN DE PETER PHAM, RECONNAÎTRE MARTIN FAYULU ET SA RÉSISTANCE PACIFIQUE POUR LA VÉRITÉ DES URNES ET LAISSER JOSEPH KABILA DANS LA SPHÈRE DE L’INFLUENCE POLITIQUE AU CONGO.UN COMMUNIQUÉ DU SEMBLANT