Présidentielle en RDC: Kabila chef de file d'une coalition électorale

Le président de la RDCongo, Joseph Kabila, à Kinshasa. 26 janvier 2018 | AFP | THOMAS NICOLON

Le président congolais Joseph Kabila, que ses adversaires accusent de vouloir briguer un troisième mandat contre la Constitution, a été désigné "autorité morale" d'une plate-forme électorale présentée jeudi en conseil des ministres, selon un compte-rendu de l'exécutif diffusé vendredi.

Réuni dans une propriété du président, le Conseil des ministres a adopté "à l'unanimité" "la création d’une grande coalition politique électorale dénommée Front Commun pour le Congo (FCC)" dont les membres "apporteront leur soutien à une candidature unique à l'élection présidentielle" prévue le 23 décembre.

"Monsieur le président de la République Joseph Kabila Kabange est l’autorité morale du FCC", précise-t-on.

"Kabila renfile le costume de chef de file", titre vendredi le journal proche du pouvoir AfricaNews qui écrit: "Mais le suspense demeure entier tant nul ne sait si l'actuel président de la République va décider d'être candidat à sa propre succession ou de désigner un dauphin dont il se chargera de porter, avec le FCC, la candidature".

Des élections sont prévues le 23 décembre pour remplacer Kabila, dont le deuxième et dernier mandat a pris fin le 20 décembre 2016. Le dépôt des candidatures commence le 25 juillet pour la présidentielle, avec publication de la liste définitive des candidats le 19 septembre.

Le président Kabila a dit qu'il respecterait la Constitution, sans dire formellement qu'il ne se présenterait pas.

Ses détracteurs s'inquiètent de plusieurs indices récents (affiches, déclarations dans son entourage, clip sur les réseaux sociaux, thèse d'un juriste) qui selon eux, démontrent que M. Kabila chercherait un nouveau mandat.

Des signes de défiance se multiplient en réponse: "Non à un troisième mandat! Non à la modification de la Constitution!", a proclamé un collectif de 176 associations en début de semaine.

Le gouvernement regroupe depuis avril 2017 les partisans de la majorité et quelques anciens membres de l'opposition.

"Le FCC reste ouvert à l’adhésion des partis et regroupements politiques, des personnalités indépendantes et de la Société civile", précise le compte-rendu.

L'objectif est "la conquête démocratique du pouvoir à tous les niveaux aux prochains scrutins" présidentiel, législatifs et provinciaux.

Le président congolais Joseph Kabila, que ses adversaires accusent de vouloir briguer un troisième mandat contre la Constitution, a été désigné "autorité morale" d'une plate-forme électorale présentée jeudi en conseil des ministres, selon un compte-rendu de l'exécutif diffusé vendredi.

Réuni dans une propriété du président, le Conseil des ministres a adopté "à l'unanimité" "la création d’une grande coalition politique électorale dénommée Front Commun pour le Congo (FCC)" dont les membres "apporteront leur soutien à une candidature unique à l'élection présidentielle" prévue le 23 décembre.

"Monsieur le président de la République Joseph Kabila Kabange est l’autorité morale du FCC", précise-t-on.

"Kabila renfile le costume de chef de file", titre vendredi le journal proche du pouvoir AfricaNews qui écrit: "Mais le suspense demeure entier tant nul ne sait si l'actuel président de la République va décider d'être candidat à sa propre succession ou de désigner un dauphin dont il se chargera de porter, avec le FCC, la candidature".

Des élections sont prévues le 23 décembre pour remplacer Kabila, dont le deuxième et dernier mandat a pris fin le 20 décembre 2016. Le dépôt des candidatures commence le 25 juillet pour la présidentielle, avec publication de la liste définitive des candidats le 19 septembre.

Le président Kabila a dit qu'il respecterait la Constitution, sans dire formellement qu'il ne se présenterait pas.

Ses détracteurs s'inquiètent de plusieurs indices récents (affiches, déclarations dans son entourage, clip sur les réseaux sociaux, thèse d'un juriste) qui selon eux, démontrent que M. Kabila chercherait un nouveau mandat.

Des signes de défiance se multiplient en réponse: "Non à un troisième mandat! Non à la modification de la Constitution!", a proclamé un collectif de 176 associations en début de semaine.

Le gouvernement regroupe depuis avril 2017 les partisans de la majorité et quelques anciens membres de l'opposition.

"Le FCC reste ouvert à l’adhésion des partis et regroupements politiques, des personnalités indépendantes et de la Société civile", précise le compte-rendu.

L'objectif est "la conquête démocratique du pouvoir à tous les niveaux aux prochains scrutins" présidentiel, législatifs et provinciaux.

Videos

Analyses et Opinions

Le président congolais, Joseph Kabila, lors du conférence de presse, le 26 janvier 2018, à Kinshasa. © REUTERS/Kenny Katombe

RDC : En décidant de ne pas être candidat à sa propre succession Joseph Kabila consolide la démocratie congolaise.

Ainsi, va la vie en République démocratique du Congo. Il y a eu le 24 avril 1990 et il y aura désormais le 8 août 2018. De même qu'Il y a eu les Présidents Joseph Kassavubu, Mobutu Sese Seko, Laurent Désiré Kabila , Joseph Kabila, au soir du 23 décembre prochain les Congolais découvriront le nouveau nom de celui qui aura la lourde charge de mener durant les cinq prochaines années la destinée de cette nation. Respect de la constitution 
Moise Katumbi à la frontière de la RDC et la Zambie. le 3/08/2018

RDC : Moise Katumbi passera t-il la frontière en homme libre ?

Le retour de Moise Katumbi en RD Congo s'est soldé par un blocage à la frontière. Le président d'Ensemble MK et ses lieutenants ont finalement passé la nuit à Kasumbalesa côté zambien. En RDC, la journée de vendredi 3 août 2018 a été marqué par la tentative d'entrer au Congo par l'ancien gouverneur de la province du Katanga. En séjour en Afrique du Sud, ce dernier avait décidé de revenir sur ses terres par avion jusqu'en Zambie puis faire les trois heures de route restant en voiture.
De gauche à droite, les Présidents Ali Bongo Ondimba du Gabon, Idriss Deby du Tchad, Theodoro Obiang Nguema de Guinée équatoriale, Denis Sassou Nguesso du Congo, Paul Biya du Cameroun, François Bozize de République centrafricaine posent pour une photo de

Constitutions amendées, mandats présidentiels illimités ou quasi en Afrique

A l'instar du Comorien Azali Assoumani, de nombreux chefs d'Etat africains ont tenté de se maintenir au pouvoir en modifiant la Constitution- Tentatives réussies -
L'écrivain congolais, Patrick Mbeko

Critique de l'opposition RDC - Patrick Mbeko : "Le professeur Elikya Mbokolo a raison de dénoncer Moïse Katumbi et Felix Tshisekedi."

On peut reprocher bien de choses au professeur Elikya Mbokolo. Mais a-t-il tort lorsqu’il déclare que l’opposition congolaise est moribonde ? Ses critiques à l’endroit de Félix Tshilombo dit Tshisekedi, de Moise Katumbi, de Jean-Pierre Bemba et de Sindika Dokolo ne sont pas dénuées de sens.
Le président de la RDCongo, Joseph Kabila, à Kinshasa. 26 janvier 2018 | AFP | THOMAS NICOLON

Présidentielle en RDC: Kabila chef de file d'une coalition électorale

Le président congolais Joseph Kabila, que ses adversaires accusent de vouloir briguer un troisième mandat contre la Constitution, a été désigné "autorité morale" d'une plate-forme électorale présentée jeudi en conseil des ministres, selon un compte-rendu de l'exécutif diffusé vendredi.
Joseph Kabila et Emmerson Mnangagwa, le 27 février 2018 à Kinshasa. © DR / Présidence RDC

RDC : Est-ce à l’étranger que tout se jouera?

Partira ou ne partira pas? C’est la question que de nombreux Congolais et observateurs de la scène politique RDCienne se posent à propos de Joseph Kabila. Dans le camp du pouvoir, on jure par tous les dieux que le chef de l’État congolais va respecter la Constitution.
Ces dirigeants africains qui rêvent secrètement (ou pas) de rester au pouvoir

Troisième mandat présidentiel, nouveau jeu de certains Présidents Africains.

En accédant à la magistrature suprême, ils jurent tous fidélité aux textes qui leur ont permis d’être à la tête de leur nation. Pourtant, certains présidents africains semblent avoir découvert des nouveaux jeux leur permettant de continuer une partie qui se joue uniquement en deux manches.