Présidentielle en RDC: Kabila chef de file d'une coalition électorale

Le président de la RDCongo, Joseph Kabila, à Kinshasa. 26 janvier 2018 | AFP | THOMAS NICOLON

Le président congolais Joseph Kabila, que ses adversaires accusent de vouloir briguer un troisième mandat contre la Constitution, a été désigné "autorité morale" d'une plate-forme électorale présentée jeudi en conseil des ministres, selon un compte-rendu de l'exécutif diffusé vendredi.

Réuni dans une propriété du président, le Conseil des ministres a adopté "à l'unanimité" "la création d’une grande coalition politique électorale dénommée Front Commun pour le Congo (FCC)" dont les membres "apporteront leur soutien à une candidature unique à l'élection présidentielle" prévue le 23 décembre.

"Monsieur le président de la République Joseph Kabila Kabange est l’autorité morale du FCC", précise-t-on.

"Kabila renfile le costume de chef de file", titre vendredi le journal proche du pouvoir AfricaNews qui écrit: "Mais le suspense demeure entier tant nul ne sait si l'actuel président de la République va décider d'être candidat à sa propre succession ou de désigner un dauphin dont il se chargera de porter, avec le FCC, la candidature".

Des élections sont prévues le 23 décembre pour remplacer Kabila, dont le deuxième et dernier mandat a pris fin le 20 décembre 2016. Le dépôt des candidatures commence le 25 juillet pour la présidentielle, avec publication de la liste définitive des candidats le 19 septembre.

Le président Kabila a dit qu'il respecterait la Constitution, sans dire formellement qu'il ne se présenterait pas.

Ses détracteurs s'inquiètent de plusieurs indices récents (affiches, déclarations dans son entourage, clip sur les réseaux sociaux, thèse d'un juriste) qui selon eux, démontrent que M. Kabila chercherait un nouveau mandat.

Des signes de défiance se multiplient en réponse: "Non à un troisième mandat! Non à la modification de la Constitution!", a proclamé un collectif de 176 associations en début de semaine.

Le gouvernement regroupe depuis avril 2017 les partisans de la majorité et quelques anciens membres de l'opposition.

"Le FCC reste ouvert à l’adhésion des partis et regroupements politiques, des personnalités indépendantes et de la Société civile", précise le compte-rendu.

L'objectif est "la conquête démocratique du pouvoir à tous les niveaux aux prochains scrutins" présidentiel, législatifs et provinciaux.

Le président congolais Joseph Kabila, que ses adversaires accusent de vouloir briguer un troisième mandat contre la Constitution, a été désigné "autorité morale" d'une plate-forme électorale présentée jeudi en conseil des ministres, selon un compte-rendu de l'exécutif diffusé vendredi.

Réuni dans une propriété du président, le Conseil des ministres a adopté "à l'unanimité" "la création d’une grande coalition politique électorale dénommée Front Commun pour le Congo (FCC)" dont les membres "apporteront leur soutien à une candidature unique à l'élection présidentielle" prévue le 23 décembre.

"Monsieur le président de la République Joseph Kabila Kabange est l’autorité morale du FCC", précise-t-on.

"Kabila renfile le costume de chef de file", titre vendredi le journal proche du pouvoir AfricaNews qui écrit: "Mais le suspense demeure entier tant nul ne sait si l'actuel président de la République va décider d'être candidat à sa propre succession ou de désigner un dauphin dont il se chargera de porter, avec le FCC, la candidature".

Des élections sont prévues le 23 décembre pour remplacer Kabila, dont le deuxième et dernier mandat a pris fin le 20 décembre 2016. Le dépôt des candidatures commence le 25 juillet pour la présidentielle, avec publication de la liste définitive des candidats le 19 septembre.

Le président Kabila a dit qu'il respecterait la Constitution, sans dire formellement qu'il ne se présenterait pas.

Ses détracteurs s'inquiètent de plusieurs indices récents (affiches, déclarations dans son entourage, clip sur les réseaux sociaux, thèse d'un juriste) qui selon eux, démontrent que M. Kabila chercherait un nouveau mandat.

Des signes de défiance se multiplient en réponse: "Non à un troisième mandat! Non à la modification de la Constitution!", a proclamé un collectif de 176 associations en début de semaine.

Le gouvernement regroupe depuis avril 2017 les partisans de la majorité et quelques anciens membres de l'opposition.

"Le FCC reste ouvert à l’adhésion des partis et regroupements politiques, des personnalités indépendantes et de la Société civile", précise le compte-rendu.

L'objectif est "la conquête démocratique du pouvoir à tous les niveaux aux prochains scrutins" présidentiel, législatifs et provinciaux.

Videos

Analyses et Opinions

Le président de la RDCongo, Joseph Kabila, à Kinshasa. 26 janvier 2018 | AFP | THOMAS NICOLON

Présidentielle en RDC: Kabila chef de file d'une coalition électorale

Le président congolais Joseph Kabila, que ses adversaires accusent de vouloir briguer un troisième mandat contre la Constitution, a été désigné "autorité morale" d'une plate-forme électorale présentée jeudi en conseil des ministres, selon un compte-rendu de l'exécutif diffusé vendredi.
Joseph Kabila et Emmerson Mnangagwa, le 27 février 2018 à Kinshasa. © DR / Présidence RDC

RDC : Est-ce à l’étranger que tout se jouera?

Partira ou ne partira pas? C’est la question que de nombreux Congolais et observateurs de la scène politique RDCienne se posent à propos de Joseph Kabila. Dans le camp du pouvoir, on jure par tous les dieux que le chef de l’État congolais va respecter la Constitution.
Ces dirigeants africains qui rêvent secrètement (ou pas) de rester au pouvoir

Troisième mandat présidentiel, nouveau jeu de certains Présidents Africains.

En accédant à la magistrature suprême, ils jurent tous fidélité aux textes qui leur ont permis d’être à la tête de leur nation. Pourtant, certains présidents africains semblent avoir découvert des nouveaux jeux leur permettant de continuer une partie qui se joue uniquement en deux manches. 
Mamoudou Gassama, sauveur enfant de 4 ans.

Humeur : Mamoudou Gassama, Africain et héroïque

Si nous n'avions pas été dans l'ère des réseaux sociaux, son exploit nous aurait été conté comme dans nos légendes africaines mettant en scène la bravoure de nos héros.Sauf que nous sommes en France. En 2018 et que chacun est équipé d'un smartphone. Un outil grâce ou a cause duquel plus rien ne sera jamais comme avant. Mamoudou Gassama en se réveillant ce matin du 27 mai 2018 était à mille lieux de s'imaginer en héros mondial a la tombée de la nuit. 
Le général Mokoko, ex-candidat à la présidentielle de 2016, à Brazzaville

Congo Brazza : Que peut- on retenir du procès du Général Jean Marie Michel Mokoko ?

Nous venons tous de suivre ce procès qui ne cesse de faire couler beaucoup d'encres tant au niveau national qu'international. La condamnation ne peut être une fatalité si l'on s'appuie sur l'histoire évenementielle de la politique africaine des années cinquante à ce jour.
L'ex-candidat à la présidentielle, le général Jean-Marie Michel Mokoko, à l’ouverture de son procès, le 7 mai 2018 / Florence Morice

Procès Mokoko : que veut Denis Sassou Nguesso ?

Les différends entre deux chevaliers se réglaient lors d’un face-à-face dont l’issue incertaine, avait l’avantage de déterminer sans équivoque le vainqueur. C’est en cette règle que le Général Jean-Marie Michel Mokoko a cru lorsqu’il s’était lancé dans la campagne présidentielle de 2016. Je te dois. Tu me dois.
Ali Bongo Ondimba, le président gabonais, en visite officielle au Burundi, passant les troupes en revue avec son homologue Christian Nkurunziza le 13 avril 2018 à Bujumbura. © DR – DCP Burundi

Ali Bongo intensifie son action diplomatique en Afrique Centrale

Ali Bongo Ondimba était en fin de semaine dernière en visite officielle au Burundi. Le chef de l’Etat gabonais, qui est également le président en exercice de la CEEAC, s’est montré ces derniers mois très actif sur le plan diplomatique, notamment en Afrique Centrale. Voici pourquoi.