Présidentielle en RDC: Kabila chef de file d'une coalition électorale

Le président de la RDCongo, Joseph Kabila, à Kinshasa. 26 janvier 2018 | AFP | THOMAS NICOLON

Le président congolais Joseph Kabila, que ses adversaires accusent de vouloir briguer un troisième mandat contre la Constitution, a été désigné "autorité morale" d'une plate-forme électorale présentée jeudi en conseil des ministres, selon un compte-rendu de l'exécutif diffusé vendredi.

Réuni dans une propriété du président, le Conseil des ministres a adopté "à l'unanimité" "la création d’une grande coalition politique électorale dénommée Front Commun pour le Congo (FCC)" dont les membres "apporteront leur soutien à une candidature unique à l'élection présidentielle" prévue le 23 décembre.

"Monsieur le président de la République Joseph Kabila Kabange est l’autorité morale du FCC", précise-t-on.

"Kabila renfile le costume de chef de file", titre vendredi le journal proche du pouvoir AfricaNews qui écrit: "Mais le suspense demeure entier tant nul ne sait si l'actuel président de la République va décider d'être candidat à sa propre succession ou de désigner un dauphin dont il se chargera de porter, avec le FCC, la candidature".

Des élections sont prévues le 23 décembre pour remplacer Kabila, dont le deuxième et dernier mandat a pris fin le 20 décembre 2016. Le dépôt des candidatures commence le 25 juillet pour la présidentielle, avec publication de la liste définitive des candidats le 19 septembre.

Le président Kabila a dit qu'il respecterait la Constitution, sans dire formellement qu'il ne se présenterait pas.

Ses détracteurs s'inquiètent de plusieurs indices récents (affiches, déclarations dans son entourage, clip sur les réseaux sociaux, thèse d'un juriste) qui selon eux, démontrent que M. Kabila chercherait un nouveau mandat.

Des signes de défiance se multiplient en réponse: "Non à un troisième mandat! Non à la modification de la Constitution!", a proclamé un collectif de 176 associations en début de semaine.

Le gouvernement regroupe depuis avril 2017 les partisans de la majorité et quelques anciens membres de l'opposition.

"Le FCC reste ouvert à l’adhésion des partis et regroupements politiques, des personnalités indépendantes et de la Société civile", précise le compte-rendu.

L'objectif est "la conquête démocratique du pouvoir à tous les niveaux aux prochains scrutins" présidentiel, législatifs et provinciaux.

Le président congolais Joseph Kabila, que ses adversaires accusent de vouloir briguer un troisième mandat contre la Constitution, a été désigné "autorité morale" d'une plate-forme électorale présentée jeudi en conseil des ministres, selon un compte-rendu de l'exécutif diffusé vendredi.

Réuni dans une propriété du président, le Conseil des ministres a adopté "à l'unanimité" "la création d’une grande coalition politique électorale dénommée Front Commun pour le Congo (FCC)" dont les membres "apporteront leur soutien à une candidature unique à l'élection présidentielle" prévue le 23 décembre.

"Monsieur le président de la République Joseph Kabila Kabange est l’autorité morale du FCC", précise-t-on.

"Kabila renfile le costume de chef de file", titre vendredi le journal proche du pouvoir AfricaNews qui écrit: "Mais le suspense demeure entier tant nul ne sait si l'actuel président de la République va décider d'être candidat à sa propre succession ou de désigner un dauphin dont il se chargera de porter, avec le FCC, la candidature".

Des élections sont prévues le 23 décembre pour remplacer Kabila, dont le deuxième et dernier mandat a pris fin le 20 décembre 2016. Le dépôt des candidatures commence le 25 juillet pour la présidentielle, avec publication de la liste définitive des candidats le 19 septembre.

Le président Kabila a dit qu'il respecterait la Constitution, sans dire formellement qu'il ne se présenterait pas.

Ses détracteurs s'inquiètent de plusieurs indices récents (affiches, déclarations dans son entourage, clip sur les réseaux sociaux, thèse d'un juriste) qui selon eux, démontrent que M. Kabila chercherait un nouveau mandat.

Des signes de défiance se multiplient en réponse: "Non à un troisième mandat! Non à la modification de la Constitution!", a proclamé un collectif de 176 associations en début de semaine.

Le gouvernement regroupe depuis avril 2017 les partisans de la majorité et quelques anciens membres de l'opposition.

"Le FCC reste ouvert à l’adhésion des partis et regroupements politiques, des personnalités indépendantes et de la Société civile", précise le compte-rendu.

L'objectif est "la conquête démocratique du pouvoir à tous les niveaux aux prochains scrutins" présidentiel, législatifs et provinciaux.

Videos

Analyses et Opinions

Thomas Sankara avec Blaise Compaoré

15 octobre 1987, Thomas Sankara aurait-il voulu quitter la scène en étant assassiné ?

Thomas Sankara est mort « assassiné » le 15 octobre 1987. Et c’est Blaise Compaoré qui a tué son ami, suivant le récit des deux Libériens, deux proches de Taylor, et qui dit Charles Taylor pense indubitablement à la CIA. Les deux Libériens ont été présents au moment de l’assassinat de Sankara, quand Compaoré vidait son arme sur son ami de plus de 30 ans. Sankara était pourtant armé ce jour-là, mais l’homme a toujours été armé, Il l’était aussi quand Blaise et le général Gilbert Diendéré ont fait leur irruption dans le bureau où il se trouvait.
Faustin-Archange Touadéra, Président de la Centrafrique

Sommet de la Francophonie : les dessous du mini sommet sur la RCA .

Se sentant démarquer par Moscou à Bangui, Paris essaie de rabattre ses cartes pour ne pas perdre totalement la place sur le terrain. L’enjeu est à la fois géopolitique et géostratégique et prend les allures d’une guerre Froide entre Moscou et Paris qui utilise ses anciens relais du pré-carré pour faire barrage à Moscou.
Candidats à l'élection présidentielle 2018 au Cameroun

Lettre de Charles ONANA aux dirigeants camerounais et aux responsables de l'opposition

Le Cameroun traverse actuellement une crise majeure qui peut conduire à l'embrasement du pays si elle n'est pas gérée avec toute l'intelligence nécessaire de la part du pouvoir et de l'opposition. C'est la première fois depuis l'accession à l'indépendance que la contestation du pouvoir en place risque d'entraîner le Cameroun, déjà en proie à l'insécurité, à la dérive. 
Image d'illustration

L’Art comme l’Afrique : Réponse à Jacque ATTALI

Je viens de lire le texte Jacques Attali intitulé « Et l’Afrique ? » dans lequel l’intellectuel français broge une image sur l’absence de l’art en Afrique subsaharienne. Sans remettre en cause les qualités intellectuelles de l’auteur qui sont indiscutables, le fil conducteur de son argumentation est principalement le manque de logique.
Eric Zemmour face à Hapsatou Sy - Capture d'écran C8

Les Français d’origine africaine versent dans la victimisation en lieu et place de s’organiser

Éric Zemmour peut tenir des propos désobligeants voire racistes à l’égard des Noirs et des Arabes français, il sera toujours invité dans les médias français, au nom de la liberté d’expression par les mêmes qui ont juré de ne plus jamais inviter l’humoriste Dieudonné parce qu’il aurait tenu des propos antisémites.
Travail des enfants dans les mines en République Démocratique du Congo

Les enfants du Congo sont toujours au fond des mines

Le président de l'Union africaine, les dirigeants de la RDC, les organisations des droits de l'Homme ou de l'enfant défendent les enfants du Congo. Ils les défendent tellement que cela se voit et s'entend. Il semble que d'autres préfèrent prier, prier, et encore prier mais ça ne change rien.
Paul Kagame reçu en 2017 par Benjamin Netanyahu

Israël-Rwanda : les masques tombent

En 1994, lorsque les populations rwandaises, fuyant l'avancée du FPR de Paul Kagame qui s'apprête à prendre le pouvoir à Kigali, se déversent massivement au Congo-Zaïre, toutes les organisations humanitaires ne parlent que de la crise humanitaire sans précédent et du génocide. Personne ne demande ce qui est à l'origine de cette crise ni pourquoi le Congo-Zaïre en devient la cible. Très vite, les autorités israéliennes décident de lancer une opération humanitaire à Goma sous le nom de code « Internes of hope » (Médecins de l'espoir).