Présidentielle en RDC: Kabila chef de file d'une coalition électorale

Le président de la RDCongo, Joseph Kabila, à Kinshasa. 26 janvier 2018 | AFP | THOMAS NICOLON

Le président congolais Joseph Kabila, que ses adversaires accusent de vouloir briguer un troisième mandat contre la Constitution, a été désigné "autorité morale" d'une plate-forme électorale présentée jeudi en conseil des ministres, selon un compte-rendu de l'exécutif diffusé vendredi.

Réuni dans une propriété du président, le Conseil des ministres a adopté "à l'unanimité" "la création d’une grande coalition politique électorale dénommée Front Commun pour le Congo (FCC)" dont les membres "apporteront leur soutien à une candidature unique à l'élection présidentielle" prévue le 23 décembre.

"Monsieur le président de la République Joseph Kabila Kabange est l’autorité morale du FCC", précise-t-on.

"Kabila renfile le costume de chef de file", titre vendredi le journal proche du pouvoir AfricaNews qui écrit: "Mais le suspense demeure entier tant nul ne sait si l'actuel président de la République va décider d'être candidat à sa propre succession ou de désigner un dauphin dont il se chargera de porter, avec le FCC, la candidature".

Des élections sont prévues le 23 décembre pour remplacer Kabila, dont le deuxième et dernier mandat a pris fin le 20 décembre 2016. Le dépôt des candidatures commence le 25 juillet pour la présidentielle, avec publication de la liste définitive des candidats le 19 septembre.

Le président Kabila a dit qu'il respecterait la Constitution, sans dire formellement qu'il ne se présenterait pas.

Ses détracteurs s'inquiètent de plusieurs indices récents (affiches, déclarations dans son entourage, clip sur les réseaux sociaux, thèse d'un juriste) qui selon eux, démontrent que M. Kabila chercherait un nouveau mandat.

Des signes de défiance se multiplient en réponse: "Non à un troisième mandat! Non à la modification de la Constitution!", a proclamé un collectif de 176 associations en début de semaine.

Le gouvernement regroupe depuis avril 2017 les partisans de la majorité et quelques anciens membres de l'opposition.

"Le FCC reste ouvert à l’adhésion des partis et regroupements politiques, des personnalités indépendantes et de la Société civile", précise le compte-rendu.

L'objectif est "la conquête démocratique du pouvoir à tous les niveaux aux prochains scrutins" présidentiel, législatifs et provinciaux.

Le président congolais Joseph Kabila, que ses adversaires accusent de vouloir briguer un troisième mandat contre la Constitution, a été désigné "autorité morale" d'une plate-forme électorale présentée jeudi en conseil des ministres, selon un compte-rendu de l'exécutif diffusé vendredi.

Réuni dans une propriété du président, le Conseil des ministres a adopté "à l'unanimité" "la création d’une grande coalition politique électorale dénommée Front Commun pour le Congo (FCC)" dont les membres "apporteront leur soutien à une candidature unique à l'élection présidentielle" prévue le 23 décembre.

"Monsieur le président de la République Joseph Kabila Kabange est l’autorité morale du FCC", précise-t-on.

"Kabila renfile le costume de chef de file", titre vendredi le journal proche du pouvoir AfricaNews qui écrit: "Mais le suspense demeure entier tant nul ne sait si l'actuel président de la République va décider d'être candidat à sa propre succession ou de désigner un dauphin dont il se chargera de porter, avec le FCC, la candidature".

Des élections sont prévues le 23 décembre pour remplacer Kabila, dont le deuxième et dernier mandat a pris fin le 20 décembre 2016. Le dépôt des candidatures commence le 25 juillet pour la présidentielle, avec publication de la liste définitive des candidats le 19 septembre.

Le président Kabila a dit qu'il respecterait la Constitution, sans dire formellement qu'il ne se présenterait pas.

Ses détracteurs s'inquiètent de plusieurs indices récents (affiches, déclarations dans son entourage, clip sur les réseaux sociaux, thèse d'un juriste) qui selon eux, démontrent que M. Kabila chercherait un nouveau mandat.

Des signes de défiance se multiplient en réponse: "Non à un troisième mandat! Non à la modification de la Constitution!", a proclamé un collectif de 176 associations en début de semaine.

Le gouvernement regroupe depuis avril 2017 les partisans de la majorité et quelques anciens membres de l'opposition.

"Le FCC reste ouvert à l’adhésion des partis et regroupements politiques, des personnalités indépendantes et de la Société civile", précise le compte-rendu.

L'objectif est "la conquête démocratique du pouvoir à tous les niveaux aux prochains scrutins" présidentiel, législatifs et provinciaux.

Videos

Analyses et Opinions

Vital Kamerhe et Felix Tshisekedi

Présidentielle en RDC - Une signature est la preuve irrefutable d’un engagement

Question d’éducation de base à la maison : quand on donne sa parole, on s’y tient. Quand on signe un document, la signature n’est pas “rétirable” au gré des vagues, des humeurs ou des odeurs de quelques pneus brûlés par une dizaine d’inciviques. ”retirer sa signature” est un acte lâche, ignoble, immoral et malhonnête qui s’apparente à du parjure. C’est pour ça que les chinois ont inventé l’encre, pour que l’écrit traverse le temps et que l’avenir s’en souvienne, “verba volant, scripta manent”.
De gauche à droite, plusieurs leaders de l'opposition congolaise: Vital Kamerhe, Felix Tshisekedi, Adolphe Muzito, Moise Katumbi et Jean-Pierre Bemba, lors d'une réunion à Bruxelles le 4 septembre 2018. © © AFP/John Thys

Désignation du candidat commun de l'opposition : le «conciliabule» de la discorde

Qui de Vital Kamerhe, Martin Fayulu, Félix Tshisekedi, Freddy Matungulu sera le candidat commun de l’opposition ? La question est sur toutes les lèvres. Les oracles se perdent en conjecture, quand la boule de cristal du célèbre féticheur mort-mort refuse de s’allumer. Appelés en renfort, les marabouts du Bénin et de Côte d’Ivoire ont fini par jeter l’éponge. Même Yahvé aurait choisi, dit-on, de détourner le regard.
Emmanuel Ramazani Shadary, candidat à la présidentielle en RDC

RDC : Entrer dans l'histoire par le Haut

Tribune - Chaque pays, évidemment, regarde le Monde du haut de son clocher. Et le paysage de la République Démocratique du Congo, observé de ce point de vue, semble enthousiasmant avec la possibilité pour le peuple Congolais de se choisir ses dirigeants le 23 décembre 2018.
Manifestation à Yaoundé. / Image d'archives / Reuters

Les Camerounais sont-ils inaptes à s’occuper de leur pays ?

Depuis la proclamation des résultats de l’élection présidentielle du dimanche 7 octobre 2018, certaines voix moquent l’incapacité des Camerounais à chasser Paul Biya, leur vieux président âgé de 85 ans – dont 36 passés au Palais présidentiel d’Étoudi – du pouvoir. Une légende sans aucun fondement objectif.
De g. à dr. : les opposants congolais Vital Kamerhe, Félix Tshisekedi, Adolphe Muzito, Moïse Katumbi et Jean-Pierre Bemba, à Bruxelles, le 12 septembre 2018. CRÉDITS : JOHN THYS / AFP

Dossier Présidentielle en RDC : Comprendre le linge sale des opposants congolais

Par une présentation des differents acteurs de l'opposition politique en RD Congo, Patrick Mbeko explique les raisons des difficultés qu'ils rencontrent pour la designation d'un candidat unique devant faire face à Emmanuel Ramazani Shadari, dauphin désigné de Joseph Kabila.
Migrants montant dans un bateau. Image d'archives

[Tribune] Migrants, notre dernière chance de survie

Ce qu’on appelle « crise migratoire » est une expérience humaine. C’est un test d’humanité. C’est notre dernière chance de survie.
La ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, devenue secrétaire générale de l'OIF

Qui est Louise Mushikiwabo, la nouvelle secrétaire générale de l’OIF ?

La ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, a été désignée secrétaire générale de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), en dépit des critiques émanant d’organisations de défense des droits de l’Homme. Mais qui est cette femme à qui le Canada, la France et le Québec ont apporté leur soutien?