Paul Kagame, les migrants subsahariens de Libye et l’Afrique

Paul Kagame et Benjamin Netanyahu

Les images de migrants subsahariens vendus comme esclaves en Libye ont suscité l’indignation sur le continent africain. Quelques jours après la diffusion de ces images d'horreur, le Rwanda a annoncé vouloir accueillir près de 30 000 migrants sur son territoire. Si certains observateurs ont salué l’initiative, d’autres se sont montrés plus prudents et se sont interrogés sur le sens de cette annonce. Le Rwanda est un petit pays qui connaît une forte pression démographique, et depuis près de 20 ans maintenant, des dizaines de milliers de réfugiés rwandais, pour la plupart hutus, errent dans les pays de la région sans que cela n’émeuve outre mesure le régime de Kigali. Comment interpréter l’annonce concernant les migrants africains? Que cache-t-elle? S’agit-il d’une simple opération de communication, comme nous a habitué le régime ? 

En tout cas, on est en droit de s’interroger sur la sincérité de la générosité affichée par le régime à l’heure où le Rwanda est pointé du doigt à l’ONU pour son recours systématique à la torture.

Rappelons que Paul Kagame, l’autocrate qui dirige le Rwanda dans la violence, est le seul dirigeant africain à avoir soutenu ouvertement le bombardement de la Libye par l’OTAN. Rappelons aussi qu’il refuse à des dizaines de milliers de Rwandais, pour la plupart hutus, le droit de retourner chez eux, au Rwanda. 

Au moment où les Africains s’indignaient et manifestaient pour dénoncer le traitement réservé à leurs frères et sœurs en Libye, la presse israélienne révélait l’existence d’un accord secret conclu entre l’État hébreu et le Rwanda sur le renvoi vers Kigali de migrants africains bloqués en Israël, auquel le pays refuse systématiquement le statut de réfugiés politiques. Ils sont près de 40 000 « infiltrés », selon l’expression courante en Israël, originaires d’Érythrée et du Soudan du Sud. Ils représentent une main-d’œuvre à bas prix mais quasiment sans droits. L’État hébreu a décidé de renvoyer tous ces gens au Rwanda moyennant le somme de 3500$ par tête et 5000$ pour Paul Kagame himself. Pour le numéro un rwandais, tous les moyens sont donc bons pour se remplir les poches : le pillage des ressources naturelles de la RDC et maintenant le trafic des migrants africains ─ étonnant pour un dirigeant qui se veut panafricain.

Une fois renvoyés au pays des mille collines, ces pauvres migrants sont accueillis par un représentant local de l’État hébreu qui confisque leurs documents de voyage, avant de les installer dans un hôtel de la place pendant quelques jours. Pis, les autorités rwandaises les poussent à quitter le pays puisqu'ils sont en situation irrégulière. Tout cela se passe loin des regards indiscrets et des caméras.

Quid des migrants que le Rwanda prétend vouloir accueillir chez lui?

L’annonce du gouvernement rwandais peut être interprétée de deux manières : soit le régime, craignant d’être critiqué après les révélations de l’entente secrète avec Israël, a décidé de lancer une opération de com (en faisant l’annonce) pour s’attirer les sympathies des populations africaines; ou alors le régime espère utiliser ces migrants pour atteindre d’inavouables desseins dans cette région meurtrie d’Afrique centrale. Dans tous les cas, avec le Rwanda de Paul Kagame, la méfiance doit être de mise.

Depuis son arrivée à la tête du Rwanda à la faveur d’un génocide qu’il a habilement orchestré avec le soutien de ses parrains anglo-américains et israéliens, Paul Kagame joue le rôle de sous-traitant que ses parrains attendent de lui. «Grâce» à lui, l’axe anglo-américain a investi l’Afrique centrale et l’État raciste d’Israël consolide sa pénétration sur le continent africain. « Le président Kagame est l'un des architectes de la stratégie qui permet à Israël de renouveler ses relations avec les États africains. C’est grâce à lui que plusieurs pays africains votent maintenant en faveur d'Israël et se rapprochent de nous » a déclaré Emmanuel Nahshon, le porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères. L’annonce de son arrivée à la tête de l’Union africaine a été très bien accueillie par l’État hébreux. Allez-y comprendre pourquoi... 

Ceux qui, en Afrique, n’ont pas encore compris pourquoi les médias occidentaux encensent cet homme, doivent ouvrir les yeux et faire l’effort de comprendre le film réalisé par les producteurs anglo-américains et israéliens qui ont fait de Paul Kagame l’acteur principal de leurs stratégies sur le continent africain...

 

Videos

Analyses et Opinions

Travail des enfants dans les mines en République Démocratique du Congo

Les enfants du Congo sont toujours au fond des mines

Le président de l'Union africaine, les dirigeants de la RDC, les organisations des droits de l'Homme ou de l'enfant défendent les enfants du Congo. Ils les défendent tellement que cela se voit et s'entend. Il semble que d'autres préfèrent prier, prier, et encore prier mais ça ne change rien.
Paul Kagame reçu en 2017 par Benjamin Netanyahu

Israël-Rwanda : les masques tombent

En 1994, lorsque les populations rwandaises, fuyant l'avancée du FPR de Paul Kagame qui s'apprête à prendre le pouvoir à Kigali, se déversent massivement au Congo-Zaïre, toutes les organisations humanitaires ne parlent que de la crise humanitaire sans précédent et du génocide. Personne ne demande ce qui est à l'origine de cette crise ni pourquoi le Congo-Zaïre en devient la cible. Très vite, les autorités israéliennes décident de lancer une opération humanitaire à Goma sous le nom de code « Internes of hope » (Médecins de l'espoir).
Adolphe Muzito, ancien Premier ministre de la RDC reçu par Didier Reynders ministre des affaires étrangères en Belgique

Dossier élection présidentielle en RDC : Adolphe Muzito en Belgique, la faute politique

Adolphe Muzito, ancien Premier ministre de la République Démocratique du Congo, candidat invalidé pour la présidentielle du 23 décembre, a choisi la Belgique pour une tournée politique qui a le parfum d’une absence de conscience historique.
L'opposant congolais Jean-Pierre Bemba du Mouvement de libération du Congo (MLC) lors d'une conférence de presse à Kinshasa, le 3 août 2018.

Dossier Présidentielle en RDC: Jean-Pierre Bemba, le résultat d’une absence de stratégie

À quatre mois de l’élection présidentielle, l’opposition congolaise vient d’encaisser un nouveau coup dur. Après la non-candidature de Moise Katumbi, c’est au tour du Président du Mouvement de Libération du Congo (MLC), Jean-Pierre Bemba, de voir son dossier invalidé par la commission électorale nationale indépendante (CENI) et confirmé par la cour constitutionnelle. Au regard des différentes réactions politiques qui ont suivi la décision de la cour constitutionnelle, on peut s’interroger sur la stratégie mise en place par le MLC.
Manifestation à Kinshasa / juillet 2016/ Image d'illustration

RDC -Tribune de Patrick Mbeko : Nous sommes aussi coupables

J’ai toujours été extrêmement critique à l’égard de l’Occident et de certains pays africains, notamment le Rwanda et l’Ouganda, à cause de leur implication directe dans la tragédie que connaît la République à démocratiser du Congo depuis près de 20 ans maintenant. Mais au fil des ans, j’ai fini par réaliser que nous sommes, nous Congolais, aussi coupables que ceux qui nous font la guerre, nous tuent et nous pillent.
Jean-Pierre Bemba, Président du MLC et candidat à l'élection présidentielle en RDC

Dossier élection présidentielle en RDC : L’invalidation de JP Bemba arrange bien de gens au sein de l’opposition congolaise

L’invalidation de la candidature de Jean-Pierre Bemba par la CENI a suscité de nombreuses réactions. Grincement de dents au Mouvement de la Libération du Congo, sourire en coin du côté de la majorité présidentielle (PPRD et FCC), posture attentiste et gênée à l’UNC de Vital Kamerhe, immense joie chez les Tshisekedistes de l'UDPS.
Le président congolais, Joseph Kabila, lors du conférence de presse, le 26 janvier 2018, à Kinshasa. © REUTERS/Kenny Katombe

RDC : En décidant de ne pas être candidat à sa propre succession Joseph Kabila consolide la démocratie congolaise.

Ainsi, va la vie en République démocratique du Congo. Il y a eu le 24 avril 1990 et il y aura désormais le 8 août 2018. De même qu'Il y a eu les Présidents Joseph Kassavubu, Mobutu Sese Seko, Laurent Désiré Kabila , Joseph Kabila, au soir du 23 décembre prochain les Congolais découvriront le nouveau nom de celui qui aura la lourde charge de mener durant les cinq prochaines années la destinée de cette nation. Respect de la constitution