Paul Biya: 85 ans mardi, dont presque 35 à la tête du Cameroun

Le Président Camerounais, Paul Biya. | Image d'archives

Le président camerounais Paul Biya, qui fête mardi ses 85 ans, continue de se projeter à la tête d'un Etat qu'il dirige depuis presque 35 ans, tandis que les défis sécuritaires se multiplient dans un pays qui connaîtra fin 2018 des élections générales.

"Le Cameroun de demain, qui se construit sous nos yeux, n'aura plus grand-chose à voir avec celui d'hier (...) C'est à la fois une chance et un défi. Saisissions cette chance et relevons ce défi", a déclaré samedi Paul Biya, dans un discours aux jeunes.

Au Cameroun en 2014, selon les dernières statistiques accessibles, 75% de la population avait moins de 25 ans et n'avait donc connu que Paul Biya comme président.

Biya, qui a intégré le palais présidentiel d'Etoudi en 1982, leur a demandé samedi d'exercer leur droit de vote aux prochaines élections, dont la présidentielle.

Lui ne s'est pas encore prononcé sur sa candidature à un éventuel septième mandat. Ses soutiens le présentent comme leur candidat naturel, tandis que ses détracteurs voient en son âge un motif suffisant pour essayer de briguer sa succession.

Si plusieurs candidats sont d'ores et déjà déclarés, le camp présidentiel a su contenir au fil des ans les voix discordantes: "M. Biya a mis en pratique l'adage +diviser pour mieux régner+ et rester ainsi au sommet d'un système sans que puissent s'organiser - et encore moins se coaliser - les forces qui auraient pu lui disputer son pouvoir", estime le chercheur Stéphane Akoa.

Biya a verrouillé l'accès aux postes et institutions clés, jusqu'à la récente création du Conseil constitutionnel, début février, composé de onze membres, tous issus du parti présidentiel, le Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc). Il doit notamment valider les résultats des élections.

Les présidents de l'Assemblée nationale - Djibril Cavaye Yeguié, 74 ans dont 26 à ce poste - et du Sénat - Marcel Niat Njifendi, 84 ans et premier président de l'institution créée en 2013 -, le chef d'état-major des armées - René Claude Meka, 79 ans dont 17 à ce poste - et le directeur de la société nationale d'hydrocarbures - Adolphe Moudiki, 79 ans dont 25 à ce poste -, sont tous des proches du chef de l'Etat.

Ancien séminariste catholique et étudiant à Sciences Po à Paris, Biya a "mis en place un dispositif autour de lui, qui fait que le système, c'est lui", note un observateur.

Paul Biya, qui garde de fait un large contrôle sur un pays où plus d'un tiers des habitants vit avec moins dé 2 euros par jour est néanmoins souvent critiqué du Cameroun pour ses absences répétées, souvent de plusieurs semaines, principalement en Suisse.

Ces absences ont laissé planer au fil des ans des questions sur l'état de santé du président. Fin janvier encore, des rumeurs ont couru sur celui-ci, vite démontées par une apparition à la télévision d'Etat samedi.

Paul Biya aime garder le secret autour de lui et de son agenda politique, laissant à ses ministres le soin de communiquer. Si de l'avis de tous, il a le sens de la formule, ses apparitions sont aussi rares que scrutées.

Amateur de costumes en alpaga et autres cravates de soie, le "Sphinx" a dressé son bilan samedi: le groupe jihadiste Boko Haram a une capacité de nuisance "considérablement réduite", la situation de crise en régions anglophones "s'est apaisée" et l'économie s'est "embellie", selon lui.

Pourtant, les incursions jihadistes se poursuivent dans l'Extreme-Nord tandis que la situation sécuritaire dans l'ouest anglophone ne fait que s'aggraver. Dimanche, trois gendarmes y ont été tués, dans une crise qui s'est peu à peu muée en conflit de basse intensité.

L'armée - qui s'en défend - y est accusée par des témoignages d'habitants d'exactions, tandis que les attaques contre les symboles de l'Etat se multiplient par des hommes armés se réclamant de l'"Ambazonie", du nom de l'Etat indépendant qu'ils entendent créer.

"Avec les troubles en régions anglophones et la menace persistante de Boko Haram, les élections de 2018 vont être un défi plus important que les précédentes", estime Hans De Marie Heungoup, chercheur au centre d'analyse International Crisis Group (ICG).

Videos

Analyses et Opinions

Vital Kamerhe et Felix Tshisekedi

Présidentielle en RDC - Une signature est la preuve irrefutable d’un engagement

Question d’éducation de base à la maison : quand on donne sa parole, on s’y tient. Quand on signe un document, la signature n’est pas “rétirable” au gré des vagues, des humeurs ou des odeurs de quelques pneus brûlés par une dizaine d’inciviques. ”retirer sa signature” est un acte lâche, ignoble, immoral et malhonnête qui s’apparente à du parjure. C’est pour ça que les chinois ont inventé l’encre, pour que l’écrit traverse le temps et que l’avenir s’en souvienne, “verba volant, scripta manent”.
De gauche à droite, plusieurs leaders de l'opposition congolaise: Vital Kamerhe, Felix Tshisekedi, Adolphe Muzito, Moise Katumbi et Jean-Pierre Bemba, lors d'une réunion à Bruxelles le 4 septembre 2018. © © AFP/John Thys

Désignation du candidat commun de l'opposition : le «conciliabule» de la discorde

Qui de Vital Kamerhe, Martin Fayulu, Félix Tshisekedi, Freddy Matungulu sera le candidat commun de l’opposition ? La question est sur toutes les lèvres. Les oracles se perdent en conjecture, quand la boule de cristal du célèbre féticheur mort-mort refuse de s’allumer. Appelés en renfort, les marabouts du Bénin et de Côte d’Ivoire ont fini par jeter l’éponge. Même Yahvé aurait choisi, dit-on, de détourner le regard.
Emmanuel Ramazani Shadary, candidat à la présidentielle en RDC

RDC : Entrer dans l'histoire par le Haut

Tribune - Chaque pays, évidemment, regarde le Monde du haut de son clocher. Et le paysage de la République Démocratique du Congo, observé de ce point de vue, semble enthousiasmant avec la possibilité pour le peuple Congolais de se choisir ses dirigeants le 23 décembre 2018.
Manifestation à Yaoundé. / Image d'archives / Reuters

Les Camerounais sont-ils inaptes à s’occuper de leur pays ?

Depuis la proclamation des résultats de l’élection présidentielle du dimanche 7 octobre 2018, certaines voix moquent l’incapacité des Camerounais à chasser Paul Biya, leur vieux président âgé de 85 ans – dont 36 passés au Palais présidentiel d’Étoudi – du pouvoir. Une légende sans aucun fondement objectif.
De g. à dr. : les opposants congolais Vital Kamerhe, Félix Tshisekedi, Adolphe Muzito, Moïse Katumbi et Jean-Pierre Bemba, à Bruxelles, le 12 septembre 2018. CRÉDITS : JOHN THYS / AFP

Dossier Présidentielle en RDC : Comprendre le linge sale des opposants congolais

Par une présentation des differents acteurs de l'opposition politique en RD Congo, Patrick Mbeko explique les raisons des difficultés qu'ils rencontrent pour la designation d'un candidat unique devant faire face à Emmanuel Ramazani Shadari, dauphin désigné de Joseph Kabila.
Migrants montant dans un bateau. Image d'archives

[Tribune] Migrants, notre dernière chance de survie

Ce qu’on appelle « crise migratoire » est une expérience humaine. C’est un test d’humanité. C’est notre dernière chance de survie.
La ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, devenue secrétaire générale de l'OIF

Qui est Louise Mushikiwabo, la nouvelle secrétaire générale de l’OIF ?

La ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, a été désignée secrétaire générale de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), en dépit des critiques émanant d’organisations de défense des droits de l’Homme. Mais qui est cette femme à qui le Canada, la France et le Québec ont apporté leur soutien?