Paul Biya: 85 ans mardi, dont presque 35 à la tête du Cameroun

Le Président Camerounais, Paul Biya. | Image d'archives

Le président camerounais Paul Biya, qui fête mardi ses 85 ans, continue de se projeter à la tête d'un Etat qu'il dirige depuis presque 35 ans, tandis que les défis sécuritaires se multiplient dans un pays qui connaîtra fin 2018 des élections générales.

"Le Cameroun de demain, qui se construit sous nos yeux, n'aura plus grand-chose à voir avec celui d'hier (...) C'est à la fois une chance et un défi. Saisissions cette chance et relevons ce défi", a déclaré samedi Paul Biya, dans un discours aux jeunes.

Au Cameroun en 2014, selon les dernières statistiques accessibles, 75% de la population avait moins de 25 ans et n'avait donc connu que Paul Biya comme président.

Biya, qui a intégré le palais présidentiel d'Etoudi en 1982, leur a demandé samedi d'exercer leur droit de vote aux prochaines élections, dont la présidentielle.

Lui ne s'est pas encore prononcé sur sa candidature à un éventuel septième mandat. Ses soutiens le présentent comme leur candidat naturel, tandis que ses détracteurs voient en son âge un motif suffisant pour essayer de briguer sa succession.

Si plusieurs candidats sont d'ores et déjà déclarés, le camp présidentiel a su contenir au fil des ans les voix discordantes: "M. Biya a mis en pratique l'adage +diviser pour mieux régner+ et rester ainsi au sommet d'un système sans que puissent s'organiser - et encore moins se coaliser - les forces qui auraient pu lui disputer son pouvoir", estime le chercheur Stéphane Akoa.

Biya a verrouillé l'accès aux postes et institutions clés, jusqu'à la récente création du Conseil constitutionnel, début février, composé de onze membres, tous issus du parti présidentiel, le Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc). Il doit notamment valider les résultats des élections.

Les présidents de l'Assemblée nationale - Djibril Cavaye Yeguié, 74 ans dont 26 à ce poste - et du Sénat - Marcel Niat Njifendi, 84 ans et premier président de l'institution créée en 2013 -, le chef d'état-major des armées - René Claude Meka, 79 ans dont 17 à ce poste - et le directeur de la société nationale d'hydrocarbures - Adolphe Moudiki, 79 ans dont 25 à ce poste -, sont tous des proches du chef de l'Etat.

Ancien séminariste catholique et étudiant à Sciences Po à Paris, Biya a "mis en place un dispositif autour de lui, qui fait que le système, c'est lui", note un observateur.

Paul Biya, qui garde de fait un large contrôle sur un pays où plus d'un tiers des habitants vit avec moins dé 2 euros par jour est néanmoins souvent critiqué du Cameroun pour ses absences répétées, souvent de plusieurs semaines, principalement en Suisse.

Ces absences ont laissé planer au fil des ans des questions sur l'état de santé du président. Fin janvier encore, des rumeurs ont couru sur celui-ci, vite démontées par une apparition à la télévision d'Etat samedi.

Paul Biya aime garder le secret autour de lui et de son agenda politique, laissant à ses ministres le soin de communiquer. Si de l'avis de tous, il a le sens de la formule, ses apparitions sont aussi rares que scrutées.

Amateur de costumes en alpaga et autres cravates de soie, le "Sphinx" a dressé son bilan samedi: le groupe jihadiste Boko Haram a une capacité de nuisance "considérablement réduite", la situation de crise en régions anglophones "s'est apaisée" et l'économie s'est "embellie", selon lui.

Pourtant, les incursions jihadistes se poursuivent dans l'Extreme-Nord tandis que la situation sécuritaire dans l'ouest anglophone ne fait que s'aggraver. Dimanche, trois gendarmes y ont été tués, dans une crise qui s'est peu à peu muée en conflit de basse intensité.

L'armée - qui s'en défend - y est accusée par des témoignages d'habitants d'exactions, tandis que les attaques contre les symboles de l'Etat se multiplient par des hommes armés se réclamant de l'"Ambazonie", du nom de l'Etat indépendant qu'ils entendent créer.

"Avec les troubles en régions anglophones et la menace persistante de Boko Haram, les élections de 2018 vont être un défi plus important que les précédentes", estime Hans De Marie Heungoup, chercheur au centre d'analyse International Crisis Group (ICG).

Videos

Analyses et Opinions

RDC: la manifestation de l'opposition à Kinshasa dispersée par la police

RD Congo debout ! Patriotes de ce pays, levez-vous ! Debout Congolais !

RDCongo debout ! Patriotes de ce pays, levez-vous ! Debout Congolais ! C'est l'hymne national qui vous le demande. C'est le pays en agonie qui vous appelle. C'est le devoir national qui l'impose. C'est votre mère patrie qui attend, la rage au cœur, les joues pleines de larmes interminables, votre réaction d'hommes et de femmes. Ce sont vos enfants qui se demandent : qui nous sortira de là ? Qui nous protégera de la violence armée, de cette souffrance intolérable qui nous accable, de l'angoisse et de l'humiliation qui nous envahissent ?
Jacob Zuma, ici le 4 mars 2010, a annoncé sa démission le 14 février 2018. | AFP/Archives | CARL COURT

Afrique du Sud : Pourquoi Jacob Zuma a fini par couler ?

Il s'est accroché jusqu'au bout mais la pression de son parti était trop forte. Réputé indéboulonnable, le président sud-africain Jacob Zuma a été contraint mercredi de démissionner, piètre épilogue d'un règne de dix ans éclaboussé par les scandales de corruption.Au terme de plusieurs semaines d'un combat acharné avec la direction du Congrès national africain (ANC), le chef de l'Etat, 75 ans, a fini par capituler, sous la menace d'un vote de destitution.
Au cours de son discours, Paul Biya (photo d'illustration), a confirmé que 2018 sera bel et bien une année électorale. © AFP PHOTO / REINNIER KAZE

Message de Paul Biya à la jeunesse camerounaise : Un discours 2018 aussi attendu que décevant.

À l’instar de toutes les personnes que l’actualité du Cameroun intéresse, j’ai vécu ces derniers jours dans l’attente frénétique de l’apparition du président Paul Biya. Au regard des rumeurs qui couraient sur le net, l’annonçant à l’étranger, très malade pour les uns, carrément mort pour d’autres, sa simple apparition ne pouvait que constituer un message, un démenti formel et définitif que l’administration présidentielle n’a pas su/pu produire jusqu’à ce samedi 10 février. Le message est enfin passé.
Le Président Camerounais, Paul Biya. | Image d'archives

Paul Biya: 85 ans mardi, dont presque 35 à la tête du Cameroun

Le président camerounais Paul Biya, qui fête mardi ses 85 ans, continue de se projeter à la tête d'un Etat qu'il dirige depuis presque 35 ans, tandis que les défis sécuritaires se multiplient dans un pays qui connaîtra fin 2018 des élections générales."Le Cameroun de demain, qui se construit sous nos yeux, n'aura plus grand-chose à voir avec celui d'hier (...) C'est à la fois une chance et un défi. Saisissions cette chance et relevons ce défi", a déclaré samedi Paul Biya, dans un discours aux jeunes.
Photo prise le 27 décembre 2017 lors d'une manifestation dans l'ancienne ville minière de Jerada, dans le nord-est du Maroc | AFP/Archives | FADEL SENNA

Comment expliquer les multiples mouvements de protestation au Maroc?

Les mouvements de protestation sociale se sont multipliés ces derniers mois dans des régions marocaines déshéritées.Face au sentiment d'abandon des habitants de ce Maroc longtemps qualifié d'"inutile", la recherche d'un "nouveau modèle de développement" est devenu le leitmotiv des pouvoirs publics.
Le président français Emmanuel Macron avec le roi du Maroc Mohammed VI et le président camerounais Paul Biya au sommet Europe Afrique à Abidjan le 29 novembre 2017. AFP

Afrique : La politique d’Emmanuel Macron ne gagne pas en clarté.

Après neuf mois passés à l’Élysée, le président français : Emmanuel Macron, n’a pas encore réussi à donner un cap solide à sa politique de coopération avec les pays africains. Surtout ceux de l’ancien pré-carré.
Le Président Camerounais, Paul Biya. | Image d'archives

Le Cameroun doit se donner les moyens de survivre à Paul Biya

Voilà bientôt 36 ans que le Cameroun est présidé par Paul Biya. L’année prochaine auront lieu les élections générales dans ce pays d’Afrique centrale. En attendant, ce sont les rumeurs sur la maladie/la mort de Paul Biya qui alimentent les discussions sur internet et dans les foyers.