Paul Biya: 85 ans mardi, dont presque 35 à la tête du Cameroun

Le Président Camerounais, Paul Biya. | Image d'archives

Le président camerounais Paul Biya, qui fête mardi ses 85 ans, continue de se projeter à la tête d'un Etat qu'il dirige depuis presque 35 ans, tandis que les défis sécuritaires se multiplient dans un pays qui connaîtra fin 2018 des élections générales.

"Le Cameroun de demain, qui se construit sous nos yeux, n'aura plus grand-chose à voir avec celui d'hier (...) C'est à la fois une chance et un défi. Saisissions cette chance et relevons ce défi", a déclaré samedi Paul Biya, dans un discours aux jeunes.

Au Cameroun en 2014, selon les dernières statistiques accessibles, 75% de la population avait moins de 25 ans et n'avait donc connu que Paul Biya comme président.

Biya, qui a intégré le palais présidentiel d'Etoudi en 1982, leur a demandé samedi d'exercer leur droit de vote aux prochaines élections, dont la présidentielle.

Lui ne s'est pas encore prononcé sur sa candidature à un éventuel septième mandat. Ses soutiens le présentent comme leur candidat naturel, tandis que ses détracteurs voient en son âge un motif suffisant pour essayer de briguer sa succession.

Si plusieurs candidats sont d'ores et déjà déclarés, le camp présidentiel a su contenir au fil des ans les voix discordantes: "M. Biya a mis en pratique l'adage +diviser pour mieux régner+ et rester ainsi au sommet d'un système sans que puissent s'organiser - et encore moins se coaliser - les forces qui auraient pu lui disputer son pouvoir", estime le chercheur Stéphane Akoa.

Biya a verrouillé l'accès aux postes et institutions clés, jusqu'à la récente création du Conseil constitutionnel, début février, composé de onze membres, tous issus du parti présidentiel, le Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc). Il doit notamment valider les résultats des élections.

Les présidents de l'Assemblée nationale - Djibril Cavaye Yeguié, 74 ans dont 26 à ce poste - et du Sénat - Marcel Niat Njifendi, 84 ans et premier président de l'institution créée en 2013 -, le chef d'état-major des armées - René Claude Meka, 79 ans dont 17 à ce poste - et le directeur de la société nationale d'hydrocarbures - Adolphe Moudiki, 79 ans dont 25 à ce poste -, sont tous des proches du chef de l'Etat.

Ancien séminariste catholique et étudiant à Sciences Po à Paris, Biya a "mis en place un dispositif autour de lui, qui fait que le système, c'est lui", note un observateur.

Paul Biya, qui garde de fait un large contrôle sur un pays où plus d'un tiers des habitants vit avec moins dé 2 euros par jour est néanmoins souvent critiqué du Cameroun pour ses absences répétées, souvent de plusieurs semaines, principalement en Suisse.

Ces absences ont laissé planer au fil des ans des questions sur l'état de santé du président. Fin janvier encore, des rumeurs ont couru sur celui-ci, vite démontées par une apparition à la télévision d'Etat samedi.

Paul Biya aime garder le secret autour de lui et de son agenda politique, laissant à ses ministres le soin de communiquer. Si de l'avis de tous, il a le sens de la formule, ses apparitions sont aussi rares que scrutées.

Amateur de costumes en alpaga et autres cravates de soie, le "Sphinx" a dressé son bilan samedi: le groupe jihadiste Boko Haram a une capacité de nuisance "considérablement réduite", la situation de crise en régions anglophones "s'est apaisée" et l'économie s'est "embellie", selon lui.

Pourtant, les incursions jihadistes se poursuivent dans l'Extreme-Nord tandis que la situation sécuritaire dans l'ouest anglophone ne fait que s'aggraver. Dimanche, trois gendarmes y ont été tués, dans une crise qui s'est peu à peu muée en conflit de basse intensité.

L'armée - qui s'en défend - y est accusée par des témoignages d'habitants d'exactions, tandis que les attaques contre les symboles de l'Etat se multiplient par des hommes armés se réclamant de l'"Ambazonie", du nom de l'Etat indépendant qu'ils entendent créer.

"Avec les troubles en régions anglophones et la menace persistante de Boko Haram, les élections de 2018 vont être un défi plus important que les précédentes", estime Hans De Marie Heungoup, chercheur au centre d'analyse International Crisis Group (ICG).

Videos

Analyses et Opinions

Le président congolais, Joseph Kabila, lors du conférence de presse, le 26 janvier 2018, à Kinshasa. © REUTERS/Kenny Katombe

RDC : En décidant de ne pas être candidat à sa propre succession Joseph Kabila consolide la démocratie congolaise.

Ainsi, va la vie en République démocratique du Congo. Il y a eu le 24 avril 1990 et il y aura désormais le 8 août 2018. De même qu'Il y a eu les Présidents Joseph Kassavubu, Mobutu Sese Seko, Laurent Désiré Kabila , Joseph Kabila, au soir du 23 décembre prochain les Congolais découvriront le nouveau nom de celui qui aura la lourde charge de mener durant les cinq prochaines années la destinée de cette nation. Respect de la constitution 
Moise Katumbi à la frontière de la RDC et la Zambie. le 3/08/2018

RDC : Moise Katumbi passera t-il la frontière en homme libre ?

Le retour de Moise Katumbi en RD Congo s'est soldé par un blocage à la frontière. Le président d'Ensemble MK et ses lieutenants ont finalement passé la nuit à Kasumbalesa côté zambien. En RDC, la journée de vendredi 3 août 2018 a été marqué par la tentative d'entrer au Congo par l'ancien gouverneur de la province du Katanga. En séjour en Afrique du Sud, ce dernier avait décidé de revenir sur ses terres par avion jusqu'en Zambie puis faire les trois heures de route restant en voiture.
De gauche à droite, les Présidents Ali Bongo Ondimba du Gabon, Idriss Deby du Tchad, Theodoro Obiang Nguema de Guinée équatoriale, Denis Sassou Nguesso du Congo, Paul Biya du Cameroun, François Bozize de République centrafricaine posent pour une photo de

Constitutions amendées, mandats présidentiels illimités ou quasi en Afrique

A l'instar du Comorien Azali Assoumani, de nombreux chefs d'Etat africains ont tenté de se maintenir au pouvoir en modifiant la Constitution- Tentatives réussies -
L'écrivain congolais, Patrick Mbeko

Critique de l'opposition RDC - Patrick Mbeko : "Le professeur Elikya Mbokolo a raison de dénoncer Moïse Katumbi et Felix Tshisekedi."

On peut reprocher bien de choses au professeur Elikya Mbokolo. Mais a-t-il tort lorsqu’il déclare que l’opposition congolaise est moribonde ? Ses critiques à l’endroit de Félix Tshilombo dit Tshisekedi, de Moise Katumbi, de Jean-Pierre Bemba et de Sindika Dokolo ne sont pas dénuées de sens.
Le président de la RDCongo, Joseph Kabila, à Kinshasa. 26 janvier 2018 | AFP | THOMAS NICOLON

Présidentielle en RDC: Kabila chef de file d'une coalition électorale

Le président congolais Joseph Kabila, que ses adversaires accusent de vouloir briguer un troisième mandat contre la Constitution, a été désigné "autorité morale" d'une plate-forme électorale présentée jeudi en conseil des ministres, selon un compte-rendu de l'exécutif diffusé vendredi.
Joseph Kabila et Emmerson Mnangagwa, le 27 février 2018 à Kinshasa. © DR / Présidence RDC

RDC : Est-ce à l’étranger que tout se jouera?

Partira ou ne partira pas? C’est la question que de nombreux Congolais et observateurs de la scène politique RDCienne se posent à propos de Joseph Kabila. Dans le camp du pouvoir, on jure par tous les dieux que le chef de l’État congolais va respecter la Constitution.
Ces dirigeants africains qui rêvent secrètement (ou pas) de rester au pouvoir

Troisième mandat présidentiel, nouveau jeu de certains Présidents Africains.

En accédant à la magistrature suprême, ils jurent tous fidélité aux textes qui leur ont permis d’être à la tête de leur nation. Pourtant, certains présidents africains semblent avoir découvert des nouveaux jeux leur permettant de continuer une partie qui se joue uniquement en deux manches.