Patrice Lumumba : auteur censuré de l'époque coloniale

Livre de Patrice Lumumba publié en 1956

ON PARLE, À L’OCCASION, DU LIVRE DE PATRICE LUMUMBA SANS LE PLACER À SON ÉPOQUE ET DANS L’ÉVOLUTION DE SON AUTEUR. LE MANUSCRIT ACHEVÉ PAR LUI EN 1956 FUT ENVOYÉ À UN ÉDITEUR BELGE EN 1957 EN VUE D’IMPRESSION. MAIS, CE DERNIER LE GARDA DANS SES TIROIRS POUR ENFIN PUBLIER LE LIVRE EN 1961 APRÈS L’ASSASSINAT DE SON AUTEUR. LES AVIS SUR LES RAISONS DE CETTE PUBLICATION POSTHUME SONT DIVERGENTS. POUR LES UNS, LES PENSÉES ET RÉFLEXIONS EXPRIMÉES DANS CE MANUSCRIT ÉTAIENT DE NATURE À DESSERVIR LES INTÉRÊTS COLONIAUX ET POUR LES AUTRES, CE REFUS DE PUBLIER LE LIVRE EN 1957 ÉTAIT DÛ AU RACISME.

 

CENSURE ET PRÉTEXTE

 

Lors de l’envoi du manuscrit à l’éditeur belge le 10 janvier 1957, Patrice Lumumba attendait une suite de sa part. Il envisageait de passer un accord avec lui. « Au cas où mon ouvrage serait accepté pour la publication, je vous serais gré de bien vouloir me faire savoir dans quelles conditions il sera publié » Mais, il ne reçut aucune suite sur les conditions de la maison d’édition ni sur le préfacier qu’il fallait trouver. Mais, en 1961, l’éditeur publiait le livre sans préfacier ni accord des héritiers des droits intellectuels de ce livre, versant ainsi dans l’escroquerie intellectuelle et l’enrichissement sans cause en toute impunité, et conscient qu’aucun membre de la famille Lumumba alors en position de faiblesse ne pouvait se permettre de réclamer une réparation. Il se contentait simplement de faire savoir au public que le livre présentait « en tout état de cause un intérêt extrême » qu’il était de son « devoir de verser à l’histoire ce document inédit ». Ce qui porte à croire que la difficulté à trouver un préfacier n’était pas un obstacle infranchissable à la publication de ce livre en 1957, mais qu’il y avait bien un prétexte pour couvrir une censure, ou même le racisme. Quel prestige n’aurait pas joui l’auteur, par la publication de ce livre, dans son pays ou quelle prise de conscience n’aurait-il pas provoqué en Belgique où la majorité de la population demeurait aveuglée par la propagande ?

 

Selon Jules Chomé, l’éditeur s’était servi de la publication de ce livre inédit pour le profit, la rentabilité. Le livre de Patrice Lumumba était, en quelque sorte, dans les tiroirs de l’éditeur pendant quatre ans, une valeur-refuge. « Il n’a pas cherché seulement le profit », écrit Jules Chomé par ailleurs, avant de poursuivre que « jeter sur le marché du livre inédit de Patrice Lumumba, le souci non matériel qui a pu l’animer n’est certes pas celui de se servir de la mémoire du leader assassiné, mais bien celui de le mettre en contradiction avec lui-même, de le montrer, - lui qui est mort pour l’indépendance de son pays –comme un collaborateur empressé de la colonisation belge, de détruire ou du moins d’altérer le mythe Lumumba que les ennemis de l’indépendance congolaise commencer à redouter plus encore que Lumumba vivant ». Il ajoute qu’ « il n’est pas exclu que l’opération vise plus loin encore, et à revaloriser aux yeux de l’opinion nationaliste des leaders congolais que leur attitude depuis le 30 juin 1960 a complètement dévaluée ».

Tout compte fait, Jules Chomé qualifie cet acte d’ « escroquerie morale » et d’«anachronisme attendrissant et ridicule »

 

Hier et aujourd’hui encore, les adversaires politiques et les critiques partisans et tardifs n’ont jamais raté une occasion de s’emparer de ce livre comme arme pour discréditer Patrice Lumumba et le faire passer pour ennemi de l’indépendance du Congo en pérorant sur son exposé relatif à l’apport positif de la colonisation belge. Et pourtant, les revendications de Patrice Lumumba étaient, peut-être, plus que celles des évolués de cette époque. Qui, de tous les évolués, pouvait prétendre ne pas avoir revendiqué les privilèges de la carte de mérite civique ou de l’immatriculation ? Que cherchaient les évolués dans l’Union des Intérêts Sociaux Congolais (UNISCO) ?

Dans son livre, Patrice Lumumba avait semé les germes de l’anti-colonialisme à sa manière. Il y avait pris une posture de modéré pour préconiser une intégration complète de la population congolaise, pour une politique salariale et sociale équitable, la promotion des cadres africains, l’amélioration du régime pénitentiaire, la liberté de circulation, la politique foncière sans spoliation, l’éducation mixte, équilibrée et poussée, la promotion de la femme congolaise, l’abolition de la discrimination raciale, le respect de « l’authenticité » africaine, la mise à terme de tendance à privilégier les élites aux dépens de la masse, l’africanisation des cadres(p.168), la reconnaissance au Noir le statut de « citoyen »(p.178). Pareil livre ne pouvait bénéficier d’un imprimatur de l’administration coloniale ou de l’autorité métropolitaine.

Enfin, ses adversaires d’aujourd’hui oublient ou ignorent que la valeur ou la grandeur d’un homme politique se mesure aussi par sa capacité de progrès, par la force de ses convictions, la hauteur de sa vision et par son intransigeance sur les valeurs. Sur ce point, Patrice Lumumba fait la différence !

 

Joseph Anganda

Videos

Analyses et Opinions

Félix Tshisekedi ait reçu Peter Pham, envoyé spécial des États-Unis, venu, accompagné de l’ambassadeur

Diplomatie des USA en RDC : Féliciter Tshisekedi, reconnaitre l'opposant Fayulu et laisser Kabila dans la sphère d'influence

LES ÉTATS-UNIS ONT FAIT LE CHOIX, AU NOM DE REALPOLITIK ET DE LEURS INTÉRÊTS, DE COUPER LA POIRE EN TROIS : FÉLICITER FÉLIX TSHISEKEDI PAR LE POIGNET DE MAIN DE PETER PHAM, RECONNAÎTRE MARTIN FAYULU ET SA RÉSISTANCE PACIFIQUE POUR LA VÉRITÉ DES URNES ET LAISSER JOSEPH KABILA DANS LA SPHÈRE DE L’INFLUENCE POLITIQUE AU CONGO.UN COMMUNIQUÉ DU SEMBLANT
Emmanuel Macron et Idris Deby

Pour la deuxième fois la France sauve Idriss Deby face aux rebelles

Pour la deuxième fois après l'offensive des rebelles venus du Soudan en 2008, les dirigeants français viennent encore de sauver la mise au chef de l’État tchadien en prenant directement parti, au travers de « frappes chirurgicales » de Mirages 2000 basés à N’Djamena, contre des rebelles tchadiens opposés à Idriss Déby, au pouvoir depuis 28 ans et deux mois.
Guillaume Soro, président de l'Assemblée nationale de Côte d'Ivoire

Côte d’Ivoire : Pourquoi Guillaume Soro n’a pas signé sa lettre de Démission ?

L’actualité Ivoirienne est dominée depuis peu par la démission ou non de Guillaume Soro, président de l'Assemblée nationale. Le président Ouattara lors de la cérémonie de présentation de vœux à la presse avait annoncé lui-même que Guillaume Soro devrait démissionner de la présidence de l’Assemblée nationale en février. Mais contre toute attente, ce dernier a refusé de signer la lettre de démission qui lui a été apportée l
Maurice Kamto à Yaounde 30 septembre 2018

Cameroun: Paul Biya embastille Maurice Kamto dans le sang

Une barbarie indicible a lieu au Cameroun. Le régime de Paul Biya vient de blesser par tirs de balles réelles des manifestants citoyens dans les rues du pays. Le Président élu du pays, le Professeur Maurice Kamto et certains de ses proches conseillers ont été emprisonnés hier, au mépris total des libertés pourtant garanties par la constitution. Notre correspondant Saint-Just Massoda raconte.
Le Président ivoirien Alassane Ouatarra

Côte d'Ivoire: Ouattara pris au piège! Soro Guillaume supplante en 24h le congrès du RHDP

L'actualité politique Ivoirienne à vite tourné en moins de 24 heures après que les rideaux soient tombés sur le 1er congrès du RHDP tenu ce samedi 26 janvier au stade Houphouet Bigny d'Abidjan. Guillaume Soro à, lui seul su faire taire les échos de ce grand congrès qui a drainé un beau monde.Toujours démentir la marque de communication du clan Soro
Conseil de sécurité de l'ONU

Présidentielle en RDC - Les Occidentaux payent le prix de leur hypocrisie

Le 10 janvier dernier, après une curieuse et très longue attente que certains ont jugé surréaliste, la commission électorale nationale indépendante (CENI) de la RD Congo a rendu son verdict : Félix Tshisekedi est déclaré vainqueur de l’élection présidentielle avec 38,57% des suffrages contre 34,8% pour son adversaire Martin Fayulu et 23,8% pour Ramazani Shadary. Des résultats qui sèment le doute et ne rassurent ni à l’intérieur ni à l’extérieur du pays.
Vital Kamerhe et Felix Tshisekedi

Présidentielle en RDC - Une signature est la preuve irrefutable d’un engagement

Question d’éducation de base à la maison : quand on donne sa parole, on s’y tient. Quand on signe un document, la signature n’est pas “rétirable” au gré des vagues, des humeurs ou des odeurs de quelques pneus brûlés par une dizaine d’inciviques. ”retirer sa signature” est un acte lâche, ignoble, immoral et malhonnête qui s’apparente à du parjure. C’est pour ça que les chinois ont inventé l’encre, pour que l’écrit traverse le temps et que l’avenir s’en souvienne, “verba volant, scripta manent”.