Patrice Lumumba : auteur censuré de l'époque coloniale

Livre de Patrice Lumumba publié en 1956

ON PARLE, À L’OCCASION, DU LIVRE DE PATRICE LUMUMBA SANS LE PLACER À SON ÉPOQUE ET DANS L’ÉVOLUTION DE SON AUTEUR. LE MANUSCRIT ACHEVÉ PAR LUI EN 1956 FUT ENVOYÉ À UN ÉDITEUR BELGE EN 1957 EN VUE D’IMPRESSION. MAIS, CE DERNIER LE GARDA DANS SES TIROIRS POUR ENFIN PUBLIER LE LIVRE EN 1961 APRÈS L’ASSASSINAT DE SON AUTEUR. LES AVIS SUR LES RAISONS DE CETTE PUBLICATION POSTHUME SONT DIVERGENTS. POUR LES UNS, LES PENSÉES ET RÉFLEXIONS EXPRIMÉES DANS CE MANUSCRIT ÉTAIENT DE NATURE À DESSERVIR LES INTÉRÊTS COLONIAUX ET POUR LES AUTRES, CE REFUS DE PUBLIER LE LIVRE EN 1957 ÉTAIT DÛ AU RACISME.

 

CENSURE ET PRÉTEXTE

 

Lors de l’envoi du manuscrit à l’éditeur belge le 10 janvier 1957, Patrice Lumumba attendait une suite de sa part. Il envisageait de passer un accord avec lui. « Au cas où mon ouvrage serait accepté pour la publication, je vous serais gré de bien vouloir me faire savoir dans quelles conditions il sera publié » Mais, il ne reçut aucune suite sur les conditions de la maison d’édition ni sur le préfacier qu’il fallait trouver. Mais, en 1961, l’éditeur publiait le livre sans préfacier ni accord des héritiers des droits intellectuels de ce livre, versant ainsi dans l’escroquerie intellectuelle et l’enrichissement sans cause en toute impunité, et conscient qu’aucun membre de la famille Lumumba alors en position de faiblesse ne pouvait se permettre de réclamer une réparation. Il se contentait simplement de faire savoir au public que le livre présentait « en tout état de cause un intérêt extrême » qu’il était de son « devoir de verser à l’histoire ce document inédit ». Ce qui porte à croire que la difficulté à trouver un préfacier n’était pas un obstacle infranchissable à la publication de ce livre en 1957, mais qu’il y avait bien un prétexte pour couvrir une censure, ou même le racisme. Quel prestige n’aurait pas joui l’auteur, par la publication de ce livre, dans son pays ou quelle prise de conscience n’aurait-il pas provoqué en Belgique où la majorité de la population demeurait aveuglée par la propagande ?

 

Selon Jules Chomé, l’éditeur s’était servi de la publication de ce livre inédit pour le profit, la rentabilité. Le livre de Patrice Lumumba était, en quelque sorte, dans les tiroirs de l’éditeur pendant quatre ans, une valeur-refuge. « Il n’a pas cherché seulement le profit », écrit Jules Chomé par ailleurs, avant de poursuivre que « jeter sur le marché du livre inédit de Patrice Lumumba, le souci non matériel qui a pu l’animer n’est certes pas celui de se servir de la mémoire du leader assassiné, mais bien celui de le mettre en contradiction avec lui-même, de le montrer, - lui qui est mort pour l’indépendance de son pays –comme un collaborateur empressé de la colonisation belge, de détruire ou du moins d’altérer le mythe Lumumba que les ennemis de l’indépendance congolaise commencer à redouter plus encore que Lumumba vivant ». Il ajoute qu’ « il n’est pas exclu que l’opération vise plus loin encore, et à revaloriser aux yeux de l’opinion nationaliste des leaders congolais que leur attitude depuis le 30 juin 1960 a complètement dévaluée ».

Tout compte fait, Jules Chomé qualifie cet acte d’ « escroquerie morale » et d’«anachronisme attendrissant et ridicule »

 

Hier et aujourd’hui encore, les adversaires politiques et les critiques partisans et tardifs n’ont jamais raté une occasion de s’emparer de ce livre comme arme pour discréditer Patrice Lumumba et le faire passer pour ennemi de l’indépendance du Congo en pérorant sur son exposé relatif à l’apport positif de la colonisation belge. Et pourtant, les revendications de Patrice Lumumba étaient, peut-être, plus que celles des évolués de cette époque. Qui, de tous les évolués, pouvait prétendre ne pas avoir revendiqué les privilèges de la carte de mérite civique ou de l’immatriculation ? Que cherchaient les évolués dans l’Union des Intérêts Sociaux Congolais (UNISCO) ?

Dans son livre, Patrice Lumumba avait semé les germes de l’anti-colonialisme à sa manière. Il y avait pris une posture de modéré pour préconiser une intégration complète de la population congolaise, pour une politique salariale et sociale équitable, la promotion des cadres africains, l’amélioration du régime pénitentiaire, la liberté de circulation, la politique foncière sans spoliation, l’éducation mixte, équilibrée et poussée, la promotion de la femme congolaise, l’abolition de la discrimination raciale, le respect de « l’authenticité » africaine, la mise à terme de tendance à privilégier les élites aux dépens de la masse, l’africanisation des cadres(p.168), la reconnaissance au Noir le statut de « citoyen »(p.178). Pareil livre ne pouvait bénéficier d’un imprimatur de l’administration coloniale ou de l’autorité métropolitaine.

Enfin, ses adversaires d’aujourd’hui oublient ou ignorent que la valeur ou la grandeur d’un homme politique se mesure aussi par sa capacité de progrès, par la force de ses convictions, la hauteur de sa vision et par son intransigeance sur les valeurs. Sur ce point, Patrice Lumumba fait la différence !

 

Joseph Anganda

Videos

Analyses et Opinions

Guillaume Soro, Alassane Ouattara, Henri Konan Bédié et Laurent Gbagbo. AFP

Côte d’Ivoire recherche désespérément leader politique.

La Côte d’Ivoire a eu soixante ans ce 7 août 2020. A cette occasion, son président lui a offert un cadeau d’anniversaire de très mauvais goût. Alassane Dramane Ouattara est revenu sur sa promesse de ne pas briguer un troisième mandat. C’est ce que lui aurait demandé avec insistance une majorité de sa famille politique. Il a cédé à la tentation du combat de trop. Soit par suivisme, soit par égoïsme, ou alors sous l’effet conjugué des deux.
Kader Diarrassouba, Jeune ivoirien, exilé en France depuis 6 mois, membre Générations et Peuples Solidaires ( GPS )

Lettre ouverte à Monsieur Emmanuel Macron, Président de la République de France, par Kader Diarrassouba

Monsieur le Président, votre élection à la tête de la république française le 7 mai 2017 a sonné pour bien de jeunes africains comme un nouvel espoir, l’espoir qui diminue la peine de toutes les politiques antérieures de la Françafrique. Politique néo-coloniale décrite par François-Xavier Verschave comme « une nébuleuse d’acteurs économiques, politiques et militaires, en France et en Afrique, organisée en réseaux et lobbies, et polarisé sur l’accaparement de deux rentes : les matières premières et l’aide publique au développement.
Rex Kazadi, secrétaire général de Ba patriotes ya Kongo (BPK)

RDC: Rex Kazadi demande à la ville de Kinshasa de déboulonner le statue de Leopold II

Kinshasa, la capitale de la République démocratique du Congo, ancienne colonie Belge va-t-elle enboiter le pas d'Anvers et déboulonner la statue du roi Leopold II ? C'est en tout cas le souhaite de Rex Kazadi, secrétaire général de Ba patriotes ya Kongo (
Aimé Gata-Kambudi, Juriste spécialisé en Droit Public Approfondi

La gestion de la crise institutionnelle au Kongo central est-elle la preuve  d'un Etat de droit à géométrie variable ?

Une analyse chronologique et démonstrative de la crise qui tend à l’ingouvernabilité de la province, par Aimé Gata-Kambudi.
Royal Maroc

La Compagnie Royal Air Maroc va-t-elle prioriser le rapatriement des citoyens marocains & Africains ?

Sa Majesté le Roi du Maroc considère à juste titre que la vie des marocains a plus de valeur  que les intérêts économiques du pays, il conviendrait d’espérer que la compagnie nationale Royal Air Maroc en fasse de même quand les vols internationaux seront à nouveau ouverts à sa clientèle.
©J.M. Giordano / SOPA Imag/SIPA;

Le racisme : une plaie congénitale des USA

Toute société construite sur les fondements de l'exclusion d'une partie de la population est productrice de violence sous diverses formes, et son existence demeure gangrenée par des convulsions sociales permanentes.
Capture d'écran de la vidéo de l'arrestation qui a conduit au meurtre de George Floyd par un policier blanc de Minneapolis

Noirs tués par des policiers blancs aux États-Unis. Tout est avant tout question de rapport de force

Une autre vidéo d’un policier blanc américain tuant un Noir comme si de rien n’était. Une de plus diront certains. Eh oui une de plus ! Et comme d’habitude, ça va marcher, manifester et crier leur colère, sans plus. C’est à ce genre de spectacle que les Noirs américains nous ont habitués à chaque fois qu’un des leurs est tué par un policier blanc.