Opinion: Quand le peuple africain chahute les fils à papa

Les Présidents, Faure Gnassingbé du Togo; Joseph Kabila Kabange de la RD Congo et Ali Ben Bongo du Gabon

Aujourd'hui, ils sont de plus en plus vilipendés et chahutés par les peuples, qui réclament sans autre forme de procès, leur départ des palais présidentiels. Comme c’est le cas, tout récemment, au Togo.

De qui parle-t-on ? Joseph Kabila, en République Démocratique du Congo, fut imposé après l’assassinat de son père, Laurent, en janvier 2001 ; Faure Gnassingbé, au Togo, fut investi en février 2005, après la disparition de son père Eyadema ; enfin, Ali Ben Bongo, au Gabon, fut établi Président en septembre 2009, après la mort de son père Omar.

Si Kabila père, après quatre ans de règne, n’a pas eu le temps de se tisser sur la veste l’écusson de dictateur - mais il en était un caché -, ses pairs du Togo et du Gabon furent des autocrates assumés. Avec, dans leur tête, l’idée de laisser en héritage à leur progéniture des rouages dynastiques adossés à une armée ethnisée et corrompue. Sans l’appui de laquelle il est généralement difficile de gouverner sur le continent africain.

C’est dans cette logique que furent organisées, en trompe-l’œil, des élections visant à légitimer le pouvoir de Faure Gnassingbé en 2005, et celui d’Ali Ben Bongo, en 2009. L’élection du Congolais Joseph Kabila, en 2006, après un parcours de cinq ans de pouvoir, sous l’égide des accords de Sun City, en Afrique du Sud, est à placer dans la même veine : « fausse légitimation », résultant des élections non crédibles.

Manifestations et exaspération

Depuis, l’eau a coulé sous les ponts. Les trois héritiers ont régné, en gros, une dizaine d’années. Sans souci majeur… Jusqu’à la déferlante suscitée par la jeunesse au Burkina Faso, en 2002, ayant emporté le président Blaise Compaoré.

Les trois chefs d’État étaient, depuis, assis sur un volcan. En République Démocratique Du Congo, Joseph Kabila tient à un fil, à travers des dialogues politiques creux, qui le font tourner en bourrique. Le peuple congolais est vent debout et ne demande pas mieux que son départ, permettant ainsi l’organisation d’élections libres. Et la sortie du pays des labyrinthes autocratiques.

Le Gabon n’échappe pas à la règle. Depuis la présidentielle mouvementée, en 2016, à l’issue de laquelle Ali Bongo est sorti vainqueur, grâce manifestement à une « manipulation » des urnes, la paix dans ce petit pays pétrolier est en sursis. Le chef de l’État est contesté, non seulement sur le plan politique, mais aussi sur celui de sa filiation avec Omar Bongo père. Tout Comme Joseph Kabila, en RD Congo, à qui on attribue des origines rwandaises.

Si, à cet égard, Faure Gnassingbé n’est pas rangé à la même enseigne, les Togolais profèrent, cependant : « Y’en a marre ». Les manifestations monstres qui ont eu lieu, tout récemment, à Lomé, la capitale, traduisent l’exaspération du peuple de vivre sous la « dynastie Gnassingbé ». Ils n’acceptent aucun autre deal que de voir Faure mis à la porte.

Qui vaincra dans ce bras de fer ? Quoi qu’il en soit, le dernier mot reviendra au peuple. Au grand dam des dictateurs, qui méprisent les leçons de l’Histoire sur la souveraineté des peuples.

Par Jean-Jules Lema Landu.

Videos

Analyses et Opinions

Migrants montant dans un bateau. Image d'archives

[Tribune] Migrants, notre dernière chance de survie

Ce qu’on appelle « crise migratoire » est une expérience humaine. C’est un test d’humanité. C’est notre dernière chance de survie.
La ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, devenue secrétaire générale de l'OIF

Qui est Louise Mushikiwabo, la nouvelle secrétaire générale de l’OIF ?

La ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, a été désignée secrétaire générale de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), en dépit des critiques émanant d’organisations de défense des droits de l’Homme. Mais qui est cette femme à qui le Canada, la France et le Québec ont apporté leur soutien?
Thomas Sankara avec Blaise Compaoré

15 octobre 1987, Thomas Sankara aurait-il voulu quitter la scène en étant assassiné ?

Thomas Sankara est mort « assassiné » le 15 octobre 1987. Et c’est Blaise Compaoré qui a tué son ami, suivant le récit des deux Libériens, deux proches de Taylor, et qui dit Charles Taylor pense indubitablement à la CIA. Les deux Libériens ont été présents au moment de l’assassinat de Sankara, quand Compaoré vidait son arme sur son ami de plus de 30 ans. Sankara était pourtant armé ce jour-là, mais l’homme a toujours été armé, Il l’était aussi quand Blaise et le général Gilbert Diendéré ont fait leur irruption dans le bureau où il se trouvait.
Faustin-Archange Touadéra, Président de la Centrafrique

Sommet de la Francophonie : les dessous du mini sommet sur la RCA .

Se sentant démarquer par Moscou à Bangui, Paris essaie de rabattre ses cartes pour ne pas perdre totalement la place sur le terrain. L’enjeu est à la fois géopolitique et géostratégique et prend les allures d’une guerre Froide entre Moscou et Paris qui utilise ses anciens relais du pré-carré pour faire barrage à Moscou.
Candidats à l'élection présidentielle 2018 au Cameroun

Lettre de Charles ONANA aux dirigeants camerounais et aux responsables de l'opposition

Le Cameroun traverse actuellement une crise majeure qui peut conduire à l'embrasement du pays si elle n'est pas gérée avec toute l'intelligence nécessaire de la part du pouvoir et de l'opposition. C'est la première fois depuis l'accession à l'indépendance que la contestation du pouvoir en place risque d'entraîner le Cameroun, déjà en proie à l'insécurité, à la dérive. 
Image d'illustration

L’Art comme l’Afrique : Réponse à Jacque ATTALI

Je viens de lire le texte Jacques Attali intitulé « Et l’Afrique ? » dans lequel l’intellectuel français broge une image sur l’absence de l’art en Afrique subsaharienne. Sans remettre en cause les qualités intellectuelles de l’auteur qui sont indiscutables, le fil conducteur de son argumentation est principalement le manque de logique.
Eric Zemmour face à Hapsatou Sy - Capture d'écran C8

Les Français d’origine africaine versent dans la victimisation en lieu et place de s’organiser

Éric Zemmour peut tenir des propos désobligeants voire racistes à l’égard des Noirs et des Arabes français, il sera toujours invité dans les médias français, au nom de la liberté d’expression par les mêmes qui ont juré de ne plus jamais inviter l’humoriste Dieudonné parce qu’il aurait tenu des propos antisémites.