New-York : rencontre entre Kabila et George Soros, mauvais coup pour l'opposition ?

George Soros (gauche), Joseph Kabila (droite) / Montage: ODA

À la marge de l'Assemblée Générale des Nations Unis, le Président Congolais Joseph Kabila a multiplié les rencontres inattendues. Très active avant l'arrivée de Joseph Kabila, la diplomatie congolaise a réussi à faire de ce court voyage un événement."Le Chef de l'Etat est un peu comme un lion, il ne fait rien sans être sûr du résultat final." Explique un membre de la délégation congolais à New-York. En effet, la venue de Joseph Kabila à la 72e Assemblée Générale des Nations Unis n'était pas au programme. Sauf que l'équipe qui l'avait précédé, s'était donné pour mission de réussir la "mission impossible". Pour y parvenir, il eu fallu présenter à Joseph Kabila une liste de personnalités politiques ou économiques dignes de replacer le Président congolais au centre des discussions bien qu'il a déjà dépassé son mandat constitutionnel de 9 mois.Le Président Guinéen et actuel Président de l'Union Africain, Alpha Condé, le Premier Ministre Belge Charles Michel, la procureure de la CPI Fatou Bensouda, puis les lobbyistes Herman Cohen et surtout la cerise sur le gâteau le milliardaire George Soros étaient une raison suffisante pour voir Joseph Kabila à New-York.De toutes les rencontres réalisées à New-York, peu de chose ont filtré. Mais voir Soros être reçu par Kabila est "un coup porté à l'opposition qui était nourrie par le milliardaire américain." se rejoint notre source diplomatique. "Ils pensaient que dîner avec le ministre des Affaires étrangères Belges ou prendre des selfies avec des députés européens étaient suffisant pour écarter le Chef de l'Etat. Ils ont oublié qu'avant de parler politique, un homme comme George Soros est avant tout un homme d'affaires." Conclut-il. George Soros, connu pour son soutien aux différents mouvements citoyens qui se multiplient en Afrique, n'a jamais caché son désir de voir Joseph Kabila quitter le pouvoir. Il n'a pas hésité via sa fondation Open Society a soutenir les mouvements citoyens Lucha et Filimbi. Pour faire revenir l'homme d'affaires à des meilleures intentions, la diplomatie congolaise a fait jouer le carnet d'adresses d'Albert Yuma, Président des Patrons Congolais, qui a fini par convaincre Soros de venir à la rencontre de Joseph Kabila. Si rien n'a filtré sur le contenu de la rencontre entre Joseph Kabila et George Soros, il est à constaté que les intérêts financiers de ceux qui se disent les amis du Congo passeront toujours avant ceux des Congolais.

Videos

Analyses et Opinions

Donald Trump et Barack Obama, le jour de leur passation de pouvoir, le 20 janvier 2017

Le grand péché de Donald Trump n’est pas son côté raciste, mais bien ses «carences» sur le plan communicationnel

Les propos de Donald Trump sur Haïti et les pays africains ─ « des pays de merde » aurait-il déclaré ─ ont suscité un torrent d’indignation à travers le monde, et on peut le comprendre. Mais ce qui est frappant, c’est que pas grand monde ne s’indigne lorsque les Noirs sont abattus comme des lapins par la police blanche américaine; pas grand monde ne s'est indigné lorsque 120.
Gouvernement Tshibala - RD Congo

Bienvenue en République médiocratique du Congo

Depuis la dernière sortie médiatique du cardinal Laurent Mosengwo ─ « Il est temps que les médiocres dégagent et que règnent la paix et la justice en RDC» a-t-il martelé ─, un mot revient sur toutes les lèvres et les statuts Facebook : médiocre.
De droit à gauche : Jean-Jacques Bouya, Gilbert Ondongo, Claude Alphonse Nsiou

Congo Brazza: Jean-Jacques Bouya, Gilbert Ondongo, Claude Alphonse Nsilou dans le collimateur de l’audit présidentiel

C’est l’histoire d’un pays qui n’a jamais pris le temps de s’auto-examiner. Un pays qui a depuis plusieurs années profité de la richesse de son sous-sol et de son pétrole pour nourrir à coup de milliards de CFA, Président, famille présidentielle, ministres et dirigeants de sociétés d’Etat. Mais, cette histoire a fini par jouer un mauvais tour à ces enfants gâtés de la république. 
Vue de l'avenue des Champs Elysée, Paris | France

Réponse à ceux qui n’aiment pas la France

Devais-je en 2015, manifester place de la Republique et être « Charlie » pour être reconnu comme un « vrai » français? Aurais-je dû battre le pavé sur les Champs Elysée, ce 9 décembre, pour dire au revoir à Johnny Hallyday, l’idole des jeunes, devenus depuis des cinquantenaires, afin de prouver mon attachement à la France?
Paul Kagame et Benjamin Netanyahu

Paul Kagame, les migrants subsahariens de Libye et l’Afrique

Les images de migrants subsahariens vendus comme esclaves en Libye ont suscité l’indignation sur le continent africain. Quelques jours après la diffusion de ces images d'horreur, le Rwanda a annoncé vouloir accueillir près de 30 000 migrants sur son territoire. Si certains observateurs ont salué l’initiative, d’autres se sont montrés plus prudents et se sont interrogés sur le sens de cette annonce.
L'ex-ministre Alain Akouala Atipault

Franc CFA, politique africaine, émergence économique : grand entretien avec le ministre congolais Alain Akouala

Entrepreneur spécialisé dans le textile, Alain Akouala Atipault a été ministre au gouvernement de la République du Congo pendant quinze ans avant de revenir à la vie civile. Il a occupé les portefeuilles de ministre de la Communication, chargé des relations avec le Parlement et porte-parole du gouvernement, puis ministre des Zones Economiques Spéciales.
L’ancien Président du Zimbabwe, Robert Mugabe.

Opinion : Pourquoi à mes yeux Mubage reste un héros

Il faut se féliciter d'avoir vu ces hommes agir. Il faut que l'humanité garde en mémoire le combat de cette génération qui a combattu la colonisation, un crime contre l'humanité. Après plus de 90 ans de barbaries perpétrées par l'empire Britannique, ces jeunes (Mugabe et les siens) ont réussi à mettre fin à l'ignominie des envahisseurs.