New-York : rencontre entre Kabila et George Soros, mauvais coup pour l'opposition ?

George Soros (gauche), Joseph Kabila (droite) / Montage: ODA

À la marge de l'Assemblée Générale des Nations Unis, le Président Congolais Joseph Kabila a multiplié les rencontres inattendues. Très active avant l'arrivée de Joseph Kabila, la diplomatie congolaise a réussi à faire de ce court voyage un événement.

"Le Chef de l'Etat est un peu comme un lion, il ne fait rien sans être sûr du résultat final." Explique un membre de la délégation congolais à New-York. En effet, la venue de Joseph Kabila à la 72e Assemblée Générale des Nations Unis n'était pas au programme. Sauf que l'équipe qui l'avait précédé, s'était donné pour mission de réussir la "mission impossible".

Pour y parvenir, il eu fallu présenter à Joseph Kabila une liste de personnalités politiques ou économiques dignes de replacer le Président congolais au centre des discussions bien qu'il a déjà dépassé son mandat constitutionnel de 9 mois.

Le Président Guinéen et actuel Président de l'Union Africain, Alpha Condé, le Premier Ministre Belge Charles Michel, la procureure de la CPI Fatou Bensouda, puis les lobbyistes Herman Cohen et surtout la cerise sur le gâteau le milliardaire George Soros étaient une raison suffisante pour voir Joseph Kabila à New-York.

De toutes les rencontres réalisées à New-York, peu de chose ont filtré. Mais voir Soros être reçu par Kabila est "un coup porté à l'opposition qui était nourrie par le milliardaire américain." se rejoint notre source diplomatique. "Ils pensaient que dîner avec le ministre des Affaires étrangères Belges ou prendre des selfies avec des députés européens étaient suffisant pour écarter le Chef de l'Etat. Ils ont oublié qu'avant de parler politique, un homme comme George Soros est avant tout un homme d'affaires." Conclut-il.

George Soros, connu pour son soutien aux différents mouvements citoyens qui se multiplient en Afrique, n'a jamais caché son désir de voir Joseph Kabila quitter le pouvoir. Il n'a pas hésité via sa fondation Open Society a soutenir les mouvements citoyens Lucha et Filimbi.

Pour faire revenir l'homme d'affaires à des meilleures intentions, la diplomatie congolaise a fait jouer le carnet d'adresses d'Albert Yuma, Président des Patrons Congolais, qui a fini par convaincre Soros de venir à la rencontre de Joseph Kabila.

Si rien n'a filtré sur le contenu de la rencontre entre Joseph Kabila et George Soros, il est à constaté que les intérêts financiers de ceux qui se disent les amis du Congo passeront toujours avant ceux des Congolais.

Videos

Analyses et Opinions

Domingos Simões Pereira / DR

Entretien avec Domingos Simões Pereira : "le mécanisme international de sanctions contre tous ceux qui entravent la loi doit être appliqué"

C’est dans un grand hôtel parisien que le rendez-vous est fixé pour un entretien avec Domingos Simoes Pereira, candidat malheureux à la dernière élection présidentielle en Guinée-Bissau. En France pour une tournée politico-médiatique, celui qui aurait selon les résultats de la Commission électorale nationale recueilli 46% contre 54% pour Umaro Sissoco 
Azarias Ruberwa Manywa, ministre de la décentralisation en RDC et leader de la communauté Banyamulenge

RDC : Les « Banyamulenge ». Qui sont-ils réellement ?

La question des « Banyamulenge » a toujours suscité des débats passionnés en RDC. Il faut que les Congolais et la Communauté internationale comprennent une chose : ceux qu’on appelle « Banyamulenge » sont des Tutsis rwandais arrivés au Congo suite à la Révolution sociale hutue qui a conduit à la chute de la monarchie tutsie au Rwanda, en 1959.

IRAN vs États-Unis : la colère des Mollahs

Au lendemain de la riposte de Téhéran à l’assassinat du général Qassem Soleimani, Donald Trump a livré un discours dans lequel il a joué l’apaisement, se félicitant du fait que les 22 missiles iraniens tirés sur deux bases américaines en Irak n’avaient fait aucune victime. Pour la plupart des analystes occidentaux, l’Iran voulait tout simplement « bluffer ».
Les congolais refusent la balkanisation de leur pays.

Le projet de balkanisation de la RDC n'est pas une vue de l'esprit

Ces derniers temps, plusieurs personnalités congolaises sont montées au créneau pour attirer l’attention sur le risque de balkanisation de la RD Congo, relançant le débat sur cette thèse. Les Rwandais, par la voix du secrétaire d’État Olivier Nduhungirehe, parlent de « théorie du complot ». Mêmement du côté de CACH et de ses sympathisants devenus foncièrement allergiques à toute critique adressée à leur nouvel allié, Paul Kagame.
Des billets de 5.000, 2.000 et 500 francs CFA, en 2017. — Crédit ISSOUF SANOGO / AFP

F. CFA, ECO et présence française au Sahel: c'est aux Africains de prendre leurs responsabilités


Ce sont les chefs d'État africains qui ont décidé de passer du Franc CFA à l’Éco, mais c'est Emmanuel Macron que certains Africains accusent de tous les maux. Alors qu’il a été décidé que la France ne nommera plus aucun représentant au conseil d'administration et au comité de politique monétaire de la BCEAO, ni à la commission bancaire de l'UMOA, il y a toujours de l’agitation dans l’air.
Felix Tshisekedi face à la diaspora congolaise de France. 12/11/2019 à Paris

Félix Tshisekedi à Paris ou l’image d’un président qui refuse de devenir Président

En écoutant Félix Tshisekedi s’exprimer devant des membres de la diaspora congolaise de France réunis ce 11 novembre à l’hôtel pullman de Paris, on ne peut s’empêcher de se poser des questions sur les facultés intellectuelles et morales de celui qui préside par procuration à la destinée de la RD Congo. En l’écoutant, on a du mal à croire que ce monsieur est le président de tous les Congolais.
Louis Magloire Keumayou © Capture d'écran de France 24

Sommet Russie-Afrique:une rencontre «plus sécuritaire qu’économique» (analyste)

La ville russe de Sotchi va accueillir du 22 au 24 octobre prochain le tout premier sommet Russie-Afrique, une rencontre, certes placée sous le signe du renforcement des relations entre les deux entités, mais qui sera « plus sécuritaire qu’économique », a confié l’éditorialiste camerounais, Louis Magloire Keumayou.