Message de Paul Biya à la jeunesse camerounaise : Un discours 2018 aussi attendu que décevant.

Au cours de son discours, Paul Biya (photo d'illustration), a confirmé que 2018 sera bel et bien une année électorale. © AFP PHOTO / REINNIER KAZE

À l’instar de toutes les personnes que l’actualité du Cameroun intéresse, j’ai vécu ces derniers jours dans l’attente frénétique de l’apparition du président Paul Biya. Au regard des rumeurs qui couraient sur le net, l’annonçant à l’étranger, très malade pour les uns, carrément mort pour d’autres, sa simple apparition ne pouvait que constituer un message, un démenti formel et définitif que l’administration présidentielle n’a pas su/pu produire jusqu’à ce samedi 10 février.

Le message est enfin passé.

Le président Biya est présent au Cameroun et vivant. C’est à peu près la seule information que je retiens du discours du chef de l’État camerounais. Même quand il a abordé des sujets aussi graves que la situation dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest où sévit la crise dite anglophone, le président n’a pas semblé mesurer à quel point elle illustre l’échec du vivre ensemble à la camerounaise. La colonisation avait séparé les Camerounais sans les consulter. Nos frères dits anglophones ont choisi, par référendum, de réparer la fracture coloniale. C’est ainsi que la République fédérale du Cameroun est née. Elle a été une greffe, et non un mariage. Dans un mariage, les partenaires s’unissent pour le meilleur et pour le pire. Je n’ai jamais entendu parler d’une greffe pour le pire.

Cependant, quand une greffe ne prend pas, l’organe greffé et la personne greffée ne survivent pas à l’échec. Ils en meurent tous les deux. Tout cela pour dire que j’aurais aimé entendre le président Biya sortir des lieux communs pour réaffirmer par les mots et, pourquoi pas, en prononçant ces mots depuis la ville de Buéa, l’égalité de droits et de devoirs de tous les Camerounais.

À la place qu’il occupe, son devoir consiste à protéger le Cameroun et les Camerounais, sans aucune exception. Cette marque d’empathie aurait constitué un geste fort. Les habitants des régions abusivement traitées de sécessionnistes auraient apprécié. Ils ne demandent pas la lune aux autorités de leur pays, le Cameroun. C’est le silence de ces autorités, jusqu’au plus haut niveau de l’État, qui pousse certains d’entre eux à la surenchère et, pire encore, à la violence. Répondre à cette violence par une autre violence, c’est appliquer la loi du Talion.

À ce jeu-là, les protagonistes finissent par tous perdre toutes leurs dents et tous leurs yeux. J’insiste sur ce point parce que le président Biya donne en partie l’impression, par le discours, de tenir à l’unité territoriale du Cameroun. Pour mieux faire, il devrait accompagner cette posture d’actes et de preuves. L’une des façons de passer à l’action consisterait à procéder à une réorganisation administrative du Cameroun pour mettre un terme à cet apartheid linguistique qui enferme des Camerounais dans deux régions, depuis plus de 50 ans, sur la base de la langue. Ne pas le faire, c’est s’exposer en permanence au risque de voir des revendications citoyennes partagées par de nombreux Camerounais, être prises en otage par des groupuscules aux objectifs détestables. Si les États-Unis, qui ont traversé une guerre de sécession, se croient en droit de donner des leçons au Cameroun sur la façon dont les leaders du mouvement ambazonien dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest doivent être traités, c’est parce que nos dirigeants ont toujours manqué de finesse et de sens de l’État dans la gestion de ce dossier.

Avec les 23èmes jeux olympiques d’hiver, la Corée du Sud et la Corée du Nord sont en train d’ostensiblement amorcer leur unité. Cela ne fait pas les affaires du président des États-Unis, Donald Trump. Mais, puisque ça fait les affaires des deux peuples, leurs dirigeants se donnent les chances d’y arriver. Tout comme l’administration présidentielle camerounaise a été coupable de ne pas sortir les Camerounais de la spirale des rumeurs fantaisistes que le Web a propagées sur Paul Biya pendant des jours, Paul Biya lui-même pouvait faire mieux hier soir. Son discours a manqué de nerf, de saveur et de relief. Au final, je l’ai trouvé plutôt décevant, eu égard au contexte dans lequel il a été prononcé.

Louis Keumayou

Twitter : @Keumayou

Videos

Analyses et Opinions

Migrants montant dans un bateau. Image d'archives

[Tribune] Migrants, notre dernière chance de survie

Ce qu’on appelle « crise migratoire » est une expérience humaine. C’est un test d’humanité. C’est notre dernière chance de survie.
La ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, devenue secrétaire générale de l'OIF

Qui est Louise Mushikiwabo, la nouvelle secrétaire générale de l’OIF ?

La ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, a été désignée secrétaire générale de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), en dépit des critiques émanant d’organisations de défense des droits de l’Homme. Mais qui est cette femme à qui le Canada, la France et le Québec ont apporté leur soutien?
Thomas Sankara avec Blaise Compaoré

15 octobre 1987, Thomas Sankara aurait-il voulu quitter la scène en étant assassiné ?

Thomas Sankara est mort « assassiné » le 15 octobre 1987. Et c’est Blaise Compaoré qui a tué son ami, suivant le récit des deux Libériens, deux proches de Taylor, et qui dit Charles Taylor pense indubitablement à la CIA. Les deux Libériens ont été présents au moment de l’assassinat de Sankara, quand Compaoré vidait son arme sur son ami de plus de 30 ans. Sankara était pourtant armé ce jour-là, mais l’homme a toujours été armé, Il l’était aussi quand Blaise et le général Gilbert Diendéré ont fait leur irruption dans le bureau où il se trouvait.
Faustin-Archange Touadéra, Président de la Centrafrique

Sommet de la Francophonie : les dessous du mini sommet sur la RCA .

Se sentant démarquer par Moscou à Bangui, Paris essaie de rabattre ses cartes pour ne pas perdre totalement la place sur le terrain. L’enjeu est à la fois géopolitique et géostratégique et prend les allures d’une guerre Froide entre Moscou et Paris qui utilise ses anciens relais du pré-carré pour faire barrage à Moscou.
Candidats à l'élection présidentielle 2018 au Cameroun

Lettre de Charles ONANA aux dirigeants camerounais et aux responsables de l'opposition

Le Cameroun traverse actuellement une crise majeure qui peut conduire à l'embrasement du pays si elle n'est pas gérée avec toute l'intelligence nécessaire de la part du pouvoir et de l'opposition. C'est la première fois depuis l'accession à l'indépendance que la contestation du pouvoir en place risque d'entraîner le Cameroun, déjà en proie à l'insécurité, à la dérive. 
Image d'illustration

L’Art comme l’Afrique : Réponse à Jacque ATTALI

Je viens de lire le texte Jacques Attali intitulé « Et l’Afrique ? » dans lequel l’intellectuel français broge une image sur l’absence de l’art en Afrique subsaharienne. Sans remettre en cause les qualités intellectuelles de l’auteur qui sont indiscutables, le fil conducteur de son argumentation est principalement le manque de logique.
Eric Zemmour face à Hapsatou Sy - Capture d'écran C8

Les Français d’origine africaine versent dans la victimisation en lieu et place de s’organiser

Éric Zemmour peut tenir des propos désobligeants voire racistes à l’égard des Noirs et des Arabes français, il sera toujours invité dans les médias français, au nom de la liberté d’expression par les mêmes qui ont juré de ne plus jamais inviter l’humoriste Dieudonné parce qu’il aurait tenu des propos antisémites.