Message de Paul Biya à la jeunesse camerounaise : Un discours 2018 aussi attendu que décevant.

Au cours de son discours, Paul Biya (photo d'illustration), a confirmé que 2018 sera bel et bien une année électorale. © AFP PHOTO / REINNIER KAZE

À l’instar de toutes les personnes que l’actualité du Cameroun intéresse, j’ai vécu ces derniers jours dans l’attente frénétique de l’apparition du président Paul Biya. Au regard des rumeurs qui couraient sur le net, l’annonçant à l’étranger, très malade pour les uns, carrément mort pour d’autres, sa simple apparition ne pouvait que constituer un message, un démenti formel et définitif que l’administration présidentielle n’a pas su/pu produire jusqu’à ce samedi 10 février.

Le message est enfin passé.

Le président Biya est présent au Cameroun et vivant. C’est à peu près la seule information que je retiens du discours du chef de l’État camerounais. Même quand il a abordé des sujets aussi graves que la situation dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest où sévit la crise dite anglophone, le président n’a pas semblé mesurer à quel point elle illustre l’échec du vivre ensemble à la camerounaise. La colonisation avait séparé les Camerounais sans les consulter. Nos frères dits anglophones ont choisi, par référendum, de réparer la fracture coloniale. C’est ainsi que la République fédérale du Cameroun est née. Elle a été une greffe, et non un mariage. Dans un mariage, les partenaires s’unissent pour le meilleur et pour le pire. Je n’ai jamais entendu parler d’une greffe pour le pire.

Cependant, quand une greffe ne prend pas, l’organe greffé et la personne greffée ne survivent pas à l’échec. Ils en meurent tous les deux. Tout cela pour dire que j’aurais aimé entendre le président Biya sortir des lieux communs pour réaffirmer par les mots et, pourquoi pas, en prononçant ces mots depuis la ville de Buéa, l’égalité de droits et de devoirs de tous les Camerounais.

À la place qu’il occupe, son devoir consiste à protéger le Cameroun et les Camerounais, sans aucune exception. Cette marque d’empathie aurait constitué un geste fort. Les habitants des régions abusivement traitées de sécessionnistes auraient apprécié. Ils ne demandent pas la lune aux autorités de leur pays, le Cameroun. C’est le silence de ces autorités, jusqu’au plus haut niveau de l’État, qui pousse certains d’entre eux à la surenchère et, pire encore, à la violence. Répondre à cette violence par une autre violence, c’est appliquer la loi du Talion.

À ce jeu-là, les protagonistes finissent par tous perdre toutes leurs dents et tous leurs yeux. J’insiste sur ce point parce que le président Biya donne en partie l’impression, par le discours, de tenir à l’unité territoriale du Cameroun. Pour mieux faire, il devrait accompagner cette posture d’actes et de preuves. L’une des façons de passer à l’action consisterait à procéder à une réorganisation administrative du Cameroun pour mettre un terme à cet apartheid linguistique qui enferme des Camerounais dans deux régions, depuis plus de 50 ans, sur la base de la langue. Ne pas le faire, c’est s’exposer en permanence au risque de voir des revendications citoyennes partagées par de nombreux Camerounais, être prises en otage par des groupuscules aux objectifs détestables. Si les États-Unis, qui ont traversé une guerre de sécession, se croient en droit de donner des leçons au Cameroun sur la façon dont les leaders du mouvement ambazonien dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest doivent être traités, c’est parce que nos dirigeants ont toujours manqué de finesse et de sens de l’État dans la gestion de ce dossier.

Avec les 23èmes jeux olympiques d’hiver, la Corée du Sud et la Corée du Nord sont en train d’ostensiblement amorcer leur unité. Cela ne fait pas les affaires du président des États-Unis, Donald Trump. Mais, puisque ça fait les affaires des deux peuples, leurs dirigeants se donnent les chances d’y arriver. Tout comme l’administration présidentielle camerounaise a été coupable de ne pas sortir les Camerounais de la spirale des rumeurs fantaisistes que le Web a propagées sur Paul Biya pendant des jours, Paul Biya lui-même pouvait faire mieux hier soir. Son discours a manqué de nerf, de saveur et de relief. Au final, je l’ai trouvé plutôt décevant, eu égard au contexte dans lequel il a été prononcé.

Louis Keumayou

Twitter : @Keumayou

Videos

Analyses et Opinions

Guillaume Soro, Alassane Ouattara, Henri Konan Bédié et Laurent Gbagbo. AFP

Côte d’Ivoire recherche désespérément leader politique.

La Côte d’Ivoire a eu soixante ans ce 7 août 2020. A cette occasion, son président lui a offert un cadeau d’anniversaire de très mauvais goût. Alassane Dramane Ouattara est revenu sur sa promesse de ne pas briguer un troisième mandat. C’est ce que lui aurait demandé avec insistance une majorité de sa famille politique. Il a cédé à la tentation du combat de trop. Soit par suivisme, soit par égoïsme, ou alors sous l’effet conjugué des deux.
Kader Diarrassouba, Jeune ivoirien, exilé en France depuis 6 mois, membre Générations et Peuples Solidaires ( GPS )

Lettre ouverte à Monsieur Emmanuel Macron, Président de la République de France, par Kader Diarrassouba

Monsieur le Président, votre élection à la tête de la république française le 7 mai 2017 a sonné pour bien de jeunes africains comme un nouvel espoir, l’espoir qui diminue la peine de toutes les politiques antérieures de la Françafrique. Politique néo-coloniale décrite par François-Xavier Verschave comme « une nébuleuse d’acteurs économiques, politiques et militaires, en France et en Afrique, organisée en réseaux et lobbies, et polarisé sur l’accaparement de deux rentes : les matières premières et l’aide publique au développement.
Rex Kazadi, secrétaire général de Ba patriotes ya Kongo (BPK)

RDC: Rex Kazadi demande à la ville de Kinshasa de déboulonner le statue de Leopold II

Kinshasa, la capitale de la République démocratique du Congo, ancienne colonie Belge va-t-elle enboiter le pas d'Anvers et déboulonner la statue du roi Leopold II ? C'est en tout cas le souhaite de Rex Kazadi, secrétaire général de Ba patriotes ya Kongo (
Aimé Gata-Kambudi, Juriste spécialisé en Droit Public Approfondi

La gestion de la crise institutionnelle au Kongo central est-elle la preuve  d'un Etat de droit à géométrie variable ?

Une analyse chronologique et démonstrative de la crise qui tend à l’ingouvernabilité de la province, par Aimé Gata-Kambudi.
Royal Maroc

La Compagnie Royal Air Maroc va-t-elle prioriser le rapatriement des citoyens marocains & Africains ?

Sa Majesté le Roi du Maroc considère à juste titre que la vie des marocains a plus de valeur  que les intérêts économiques du pays, il conviendrait d’espérer que la compagnie nationale Royal Air Maroc en fasse de même quand les vols internationaux seront à nouveau ouverts à sa clientèle.
©J.M. Giordano / SOPA Imag/SIPA;

Le racisme : une plaie congénitale des USA

Toute société construite sur les fondements de l'exclusion d'une partie de la population est productrice de violence sous diverses formes, et son existence demeure gangrenée par des convulsions sociales permanentes.
Capture d'écran de la vidéo de l'arrestation qui a conduit au meurtre de George Floyd par un policier blanc de Minneapolis

Noirs tués par des policiers blancs aux États-Unis. Tout est avant tout question de rapport de force

Une autre vidéo d’un policier blanc américain tuant un Noir comme si de rien n’était. Une de plus diront certains. Eh oui une de plus ! Et comme d’habitude, ça va marcher, manifester et crier leur colère, sans plus. C’est à ce genre de spectacle que les Noirs américains nous ont habitués à chaque fois qu’un des leurs est tué par un policier blanc.