Message de Paul Biya à la jeunesse camerounaise : Un discours 2018 aussi attendu que décevant.

Au cours de son discours, Paul Biya (photo d'illustration), a confirmé que 2018 sera bel et bien une année électorale. © AFP PHOTO / REINNIER KAZE

À l’instar de toutes les personnes que l’actualité du Cameroun intéresse, j’ai vécu ces derniers jours dans l’attente frénétique de l’apparition du président Paul Biya. Au regard des rumeurs qui couraient sur le net, l’annonçant à l’étranger, très malade pour les uns, carrément mort pour d’autres, sa simple apparition ne pouvait que constituer un message, un démenti formel et définitif que l’administration présidentielle n’a pas su/pu produire jusqu’à ce samedi 10 février.

Le message est enfin passé.

Le président Biya est présent au Cameroun et vivant. C’est à peu près la seule information que je retiens du discours du chef de l’État camerounais. Même quand il a abordé des sujets aussi graves que la situation dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest où sévit la crise dite anglophone, le président n’a pas semblé mesurer à quel point elle illustre l’échec du vivre ensemble à la camerounaise. La colonisation avait séparé les Camerounais sans les consulter. Nos frères dits anglophones ont choisi, par référendum, de réparer la fracture coloniale. C’est ainsi que la République fédérale du Cameroun est née. Elle a été une greffe, et non un mariage. Dans un mariage, les partenaires s’unissent pour le meilleur et pour le pire. Je n’ai jamais entendu parler d’une greffe pour le pire.

Cependant, quand une greffe ne prend pas, l’organe greffé et la personne greffée ne survivent pas à l’échec. Ils en meurent tous les deux. Tout cela pour dire que j’aurais aimé entendre le président Biya sortir des lieux communs pour réaffirmer par les mots et, pourquoi pas, en prononçant ces mots depuis la ville de Buéa, l’égalité de droits et de devoirs de tous les Camerounais.

À la place qu’il occupe, son devoir consiste à protéger le Cameroun et les Camerounais, sans aucune exception. Cette marque d’empathie aurait constitué un geste fort. Les habitants des régions abusivement traitées de sécessionnistes auraient apprécié. Ils ne demandent pas la lune aux autorités de leur pays, le Cameroun. C’est le silence de ces autorités, jusqu’au plus haut niveau de l’État, qui pousse certains d’entre eux à la surenchère et, pire encore, à la violence. Répondre à cette violence par une autre violence, c’est appliquer la loi du Talion.

À ce jeu-là, les protagonistes finissent par tous perdre toutes leurs dents et tous leurs yeux. J’insiste sur ce point parce que le président Biya donne en partie l’impression, par le discours, de tenir à l’unité territoriale du Cameroun. Pour mieux faire, il devrait accompagner cette posture d’actes et de preuves. L’une des façons de passer à l’action consisterait à procéder à une réorganisation administrative du Cameroun pour mettre un terme à cet apartheid linguistique qui enferme des Camerounais dans deux régions, depuis plus de 50 ans, sur la base de la langue. Ne pas le faire, c’est s’exposer en permanence au risque de voir des revendications citoyennes partagées par de nombreux Camerounais, être prises en otage par des groupuscules aux objectifs détestables. Si les États-Unis, qui ont traversé une guerre de sécession, se croient en droit de donner des leçons au Cameroun sur la façon dont les leaders du mouvement ambazonien dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest doivent être traités, c’est parce que nos dirigeants ont toujours manqué de finesse et de sens de l’État dans la gestion de ce dossier.

Avec les 23èmes jeux olympiques d’hiver, la Corée du Sud et la Corée du Nord sont en train d’ostensiblement amorcer leur unité. Cela ne fait pas les affaires du président des États-Unis, Donald Trump. Mais, puisque ça fait les affaires des deux peuples, leurs dirigeants se donnent les chances d’y arriver. Tout comme l’administration présidentielle camerounaise a été coupable de ne pas sortir les Camerounais de la spirale des rumeurs fantaisistes que le Web a propagées sur Paul Biya pendant des jours, Paul Biya lui-même pouvait faire mieux hier soir. Son discours a manqué de nerf, de saveur et de relief. Au final, je l’ai trouvé plutôt décevant, eu égard au contexte dans lequel il a été prononcé.

Louis Keumayou

Twitter : @Keumayou

Videos

Analyses et Opinions

Le président congolais, Joseph Kabila, lors du conférence de presse, le 26 janvier 2018, à Kinshasa. © REUTERS/Kenny Katombe

RDC : En décidant de ne pas être candidat à sa propre succession Joseph Kabila consolide la démocratie congolaise.

Ainsi, va la vie en République démocratique du Congo. Il y a eu le 24 avril 1990 et il y aura désormais le 8 août 2018. De même qu'Il y a eu les Présidents Joseph Kassavubu, Mobutu Sese Seko, Laurent Désiré Kabila , Joseph Kabila, au soir du 23 décembre prochain les Congolais découvriront le nouveau nom de celui qui aura la lourde charge de mener durant les cinq prochaines années la destinée de cette nation. Respect de la constitution 
Moise Katumbi à la frontière de la RDC et la Zambie. le 3/08/2018

RDC : Moise Katumbi passera t-il la frontière en homme libre ?

Le retour de Moise Katumbi en RD Congo s'est soldé par un blocage à la frontière. Le président d'Ensemble MK et ses lieutenants ont finalement passé la nuit à Kasumbalesa côté zambien. En RDC, la journée de vendredi 3 août 2018 a été marqué par la tentative d'entrer au Congo par l'ancien gouverneur de la province du Katanga. En séjour en Afrique du Sud, ce dernier avait décidé de revenir sur ses terres par avion jusqu'en Zambie puis faire les trois heures de route restant en voiture.
De gauche à droite, les Présidents Ali Bongo Ondimba du Gabon, Idriss Deby du Tchad, Theodoro Obiang Nguema de Guinée équatoriale, Denis Sassou Nguesso du Congo, Paul Biya du Cameroun, François Bozize de République centrafricaine posent pour une photo de

Constitutions amendées, mandats présidentiels illimités ou quasi en Afrique

A l'instar du Comorien Azali Assoumani, de nombreux chefs d'Etat africains ont tenté de se maintenir au pouvoir en modifiant la Constitution- Tentatives réussies -
L'écrivain congolais, Patrick Mbeko

Critique de l'opposition RDC - Patrick Mbeko : "Le professeur Elikya Mbokolo a raison de dénoncer Moïse Katumbi et Felix Tshisekedi."

On peut reprocher bien de choses au professeur Elikya Mbokolo. Mais a-t-il tort lorsqu’il déclare que l’opposition congolaise est moribonde ? Ses critiques à l’endroit de Félix Tshilombo dit Tshisekedi, de Moise Katumbi, de Jean-Pierre Bemba et de Sindika Dokolo ne sont pas dénuées de sens.
Le président de la RDCongo, Joseph Kabila, à Kinshasa. 26 janvier 2018 | AFP | THOMAS NICOLON

Présidentielle en RDC: Kabila chef de file d'une coalition électorale

Le président congolais Joseph Kabila, que ses adversaires accusent de vouloir briguer un troisième mandat contre la Constitution, a été désigné "autorité morale" d'une plate-forme électorale présentée jeudi en conseil des ministres, selon un compte-rendu de l'exécutif diffusé vendredi.
Joseph Kabila et Emmerson Mnangagwa, le 27 février 2018 à Kinshasa. © DR / Présidence RDC

RDC : Est-ce à l’étranger que tout se jouera?

Partira ou ne partira pas? C’est la question que de nombreux Congolais et observateurs de la scène politique RDCienne se posent à propos de Joseph Kabila. Dans le camp du pouvoir, on jure par tous les dieux que le chef de l’État congolais va respecter la Constitution.
Ces dirigeants africains qui rêvent secrètement (ou pas) de rester au pouvoir

Troisième mandat présidentiel, nouveau jeu de certains Présidents Africains.

En accédant à la magistrature suprême, ils jurent tous fidélité aux textes qui leur ont permis d’être à la tête de leur nation. Pourtant, certains présidents africains semblent avoir découvert des nouveaux jeux leur permettant de continuer une partie qui se joue uniquement en deux manches.