Les puissances européennes sont-elles uniques responsables de tous les maux que nous connaissons aujourd’hui?

S’il est vrai que le découpage politique du continent africain au 19è siècle correspondait davantage aux ambitions hégémoniques des puissances européennes qu’aux identités et solidarités des populations locales, peut-on, près de 56 ans après les indépendances, le rendre responsable de tous les maux que nous connaissons aujourd’hui?

Le discours de certains frères africains attribuant au tracé actuel des frontières la responsabilité des maux auxquels l’Afrique est confrontée ne sert-il pas à dédouaner les Africains de leurs responsabilités dans ce qui leur arrive? Certains prétendent qu’on pourrait régler de tas de problèmes si on abolissait ces frontières artificielles. Mais comment croire à un tel discours quand on sait que plusieurs pays africains sont confrontés à des problèmes au sein même de leurs frontières? En quoi l’abolition des frontières réglerait-elle les rivalités opposant les hutus aux tutsis du Rwanda par exemple? Ces frontières artificielles sont-elles à l’origine de la sécession katangaise?

À entendre les tenants de ce discours, c’est comme si les autres continents n’avaient jamais connu le même problème de tracé. Que d’insister sur la révision des frontières héritées de la colonisation, ne peut-on pas simplement commencer par reconsidérer les rapports avec les autres pays frères sur des bases nouvelles, en facilitant par exemple la mobilité des biens et des personnes? Il est aujourd’hui facile pour un Occidental de se rendre dans un pays africain qu’un Africain lui-même? Il y a des pays africains où un citoyen occidental peut se rendre sans visa, alors que des Africains sont obligés d’en avoir un avant de passer la frontière! Est-ce la faute des frontières héritées de la colonisation lorsque des Congolais de Brazzaville tuent gratuitement leurs frères du Congo-Kinshasa?

Que de constamment accuser les colons et ces frontières artificielles qu’ils nous ont légués, ne devrions-nous pas commencer par nous demander quelle est notre part de responsabilité dans tout ce merdier et y remédier? Loin de moi l'idée de légitimer cette entreprise coloniale, mais au regard de ce que nous vivons aujourd'hui, des questions sur notre responsabilité doivent être posées...

 

Patrick Mbeko 

Videos

Analyses et Opinions

Domingos Simões Pereira / DR

Entretien avec Domingos Simões Pereira : "le mécanisme international de sanctions contre tous ceux qui entravent la loi doit être appliqué"

C’est dans un grand hôtel parisien que le rendez-vous est fixé pour un entretien avec Domingos Simoes Pereira, candidat malheureux à la dernière élection présidentielle en Guinée-Bissau. En France pour une tournée politico-médiatique, celui qui aurait selon les résultats de la Commission électorale nationale recueilli 46% contre 54% pour Umaro Sissoco 
Azarias Ruberwa Manywa, ministre de la décentralisation en RDC et leader de la communauté Banyamulenge

RDC : Les « Banyamulenge ». Qui sont-ils réellement ?

La question des « Banyamulenge » a toujours suscité des débats passionnés en RDC. Il faut que les Congolais et la Communauté internationale comprennent une chose : ceux qu’on appelle « Banyamulenge » sont des Tutsis rwandais arrivés au Congo suite à la Révolution sociale hutue qui a conduit à la chute de la monarchie tutsie au Rwanda, en 1959.

IRAN vs États-Unis : la colère des Mollahs

Au lendemain de la riposte de Téhéran à l’assassinat du général Qassem Soleimani, Donald Trump a livré un discours dans lequel il a joué l’apaisement, se félicitant du fait que les 22 missiles iraniens tirés sur deux bases américaines en Irak n’avaient fait aucune victime. Pour la plupart des analystes occidentaux, l’Iran voulait tout simplement « bluffer ».
Les congolais refusent la balkanisation de leur pays.

Le projet de balkanisation de la RDC n'est pas une vue de l'esprit

Ces derniers temps, plusieurs personnalités congolaises sont montées au créneau pour attirer l’attention sur le risque de balkanisation de la RD Congo, relançant le débat sur cette thèse. Les Rwandais, par la voix du secrétaire d’État Olivier Nduhungirehe, parlent de « théorie du complot ». Mêmement du côté de CACH et de ses sympathisants devenus foncièrement allergiques à toute critique adressée à leur nouvel allié, Paul Kagame.
Des billets de 5.000, 2.000 et 500 francs CFA, en 2017. — Crédit ISSOUF SANOGO / AFP

F. CFA, ECO et présence française au Sahel: c'est aux Africains de prendre leurs responsabilités


Ce sont les chefs d'État africains qui ont décidé de passer du Franc CFA à l’Éco, mais c'est Emmanuel Macron que certains Africains accusent de tous les maux. Alors qu’il a été décidé que la France ne nommera plus aucun représentant au conseil d'administration et au comité de politique monétaire de la BCEAO, ni à la commission bancaire de l'UMOA, il y a toujours de l’agitation dans l’air.
Felix Tshisekedi face à la diaspora congolaise de France. 12/11/2019 à Paris

Félix Tshisekedi à Paris ou l’image d’un président qui refuse de devenir Président

En écoutant Félix Tshisekedi s’exprimer devant des membres de la diaspora congolaise de France réunis ce 11 novembre à l’hôtel pullman de Paris, on ne peut s’empêcher de se poser des questions sur les facultés intellectuelles et morales de celui qui préside par procuration à la destinée de la RD Congo. En l’écoutant, on a du mal à croire que ce monsieur est le président de tous les Congolais.
Louis Magloire Keumayou © Capture d'écran de France 24

Sommet Russie-Afrique:une rencontre «plus sécuritaire qu’économique» (analyste)

La ville russe de Sotchi va accueillir du 22 au 24 octobre prochain le tout premier sommet Russie-Afrique, une rencontre, certes placée sous le signe du renforcement des relations entre les deux entités, mais qui sera « plus sécuritaire qu’économique », a confié l’éditorialiste camerounais, Louis Magloire Keumayou.