Les puissances européennes sont-elles uniques responsables de tous les maux que nous connaissons aujourd’hui?

S’il est vrai que le découpage politique du continent africain au 19è siècle correspondait davantage aux ambitions hégémoniques des puissances européennes qu’aux identités et solidarités des populations locales, peut-on, près de 56 ans après les indépendances, le rendre responsable de tous les maux que nous connaissons aujourd’hui?

Le discours de certains frères africains attribuant au tracé actuel des frontières la responsabilité des maux auxquels l’Afrique est confrontée ne sert-il pas à dédouaner les Africains de leurs responsabilités dans ce qui leur arrive? Certains prétendent qu’on pourrait régler de tas de problèmes si on abolissait ces frontières artificielles. Mais comment croire à un tel discours quand on sait que plusieurs pays africains sont confrontés à des problèmes au sein même de leurs frontières? En quoi l’abolition des frontières réglerait-elle les rivalités opposant les hutus aux tutsis du Rwanda par exemple? Ces frontières artificielles sont-elles à l’origine de la sécession katangaise?

À entendre les tenants de ce discours, c’est comme si les autres continents n’avaient jamais connu le même problème de tracé. Que d’insister sur la révision des frontières héritées de la colonisation, ne peut-on pas simplement commencer par reconsidérer les rapports avec les autres pays frères sur des bases nouvelles, en facilitant par exemple la mobilité des biens et des personnes? Il est aujourd’hui facile pour un Occidental de se rendre dans un pays africain qu’un Africain lui-même? Il y a des pays africains où un citoyen occidental peut se rendre sans visa, alors que des Africains sont obligés d’en avoir un avant de passer la frontière! Est-ce la faute des frontières héritées de la colonisation lorsque des Congolais de Brazzaville tuent gratuitement leurs frères du Congo-Kinshasa?

Que de constamment accuser les colons et ces frontières artificielles qu’ils nous ont légués, ne devrions-nous pas commencer par nous demander quelle est notre part de responsabilité dans tout ce merdier et y remédier? Loin de moi l'idée de légitimer cette entreprise coloniale, mais au regard de ce que nous vivons aujourd'hui, des questions sur notre responsabilité doivent être posées...

 

Patrick Mbeko 

Videos

Analyses et Opinions

Le président français Emmanuel Macron

Macron l’Africain : le soufflé est retombé.

Emmanuel Macron est probablement le président français dont l’élection a suscité un espoir général au sein des populations africaines, toutes générations confondues. Deux ans après, elles sont partagées entre désenchantement et interrogations.
Jérémy Lissouba, Clément Mouamba, et Christel Sassou Nguesso © Oeildafrique.com

Congo - Jérémy Lissouba : s’en prendre à Clément Mouamba, c’est bien ; à Christel Sassou-Nguesso, c’est mieux

Les réseaux sociaux l’encensent, le chérissent. De pestiféré, le député UPADS de Dolisie, Jérémy Lissouba, est devenu en un instant le chouchou des Congolais pour avoir bousculé le premier ministre Clément Mouamba. Décryptage.
Felix Tshisekedi sur France 24.

Interview exclusive de Felix Tshisekedi sur France 24 et RFI, la presse congolaise ne mérite pas ça.

Sept mois d'attente pour finalement aller chercher la parole présidentielle dans un média occidental et non national. Après tous ces mois de silence, le nouveau président congolais Felix Tshisekedi a surpris par son choix. Il a réservé sa première sortie médiatique à France 24 et à RFI. Et la presse nationale tant en ébullition depuis plusieurs années ? Elle devra attendre que France Média Monde ait vidée les questions d'actualité.
Photo : @Presidence_RDC/Twitter

Pourquoi Sylvertre Ilunga Ilunkamba a été désigné Premier Ministre en RDC ?

LA RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO A ENFIN UN NOUVEAU PREMIER MINISTRE DEPUIS LE 20 MAI. SON NOM : SYLVESTRE ILUNGA ILUNKAMBA. MAIS POURQUOI LUI ET POUR QUOI FAIRE ? TENTATIVES DE RÉPONSE.
Photo d'un quartier de Malabo, le 16 mai 2019 | AFP | Samuel Obiang

En Guinée équatoriale, les plus pauvres attendent toujours leurs logements sociaux

Beaucoup de gens qui vivaient autrefois dans des taudis habitent aujourd'hui un logement digne, comme ici", s'enthousiasme un sénateur de Guinée équatoriale, qui habite un logement social à Buena Esperanza, un quartier de Malabo.Murs en crépi blanc et toits en tôle rouge ou bleue, dans ce quartier de la capitale, des centaines de petites maisons identiques se succèdent à perte de vue.
Carte des otages dans le Sahel

Otages français au Burkina Faso : Interdit d’interdire le tourisme dans le Sahel.

Depuis le retour des touristes français qui avaient été pris en otage dans le Parc béninois de la Pendjari, avant d’être ensuite libérés au Burkina Faso, une polémique est née autour de l’idée que les voyageurs français ne respectent pas scrupuleusement les consignes du Quai d’Orsay, qui leur indique les endroits dans le monde où il est parfois dangereux de se rendre.
Le président Paul Buya

Cameroun : Une dictature sous cloche.

Ces dernières semaines, le monde entier a vu deux armées et deux populations civiles se débarrasser pacifiquement de dirigeants dont elles ne voulaient plus : Abdelaziz Bouteflika (Algérie) puis Omar al-Bashir (Soudan). Mieux que le prétendu Printemps arabe, qui avait commencé en Tunisie, avant d’atteindre l’Egypte et la Libye, il s’est agi cette fois-ci de soulèvements endogènes. Les populations ont exprimé leur ras-le-bol, et l’armée les a aidées à renverser des dirigeants qui avaient fini par croire qu’ils avaient fusionné avec leurs fauteuils présidentiels.