Les puissances européennes sont-elles uniques responsables de tous les maux que nous connaissons aujourd’hui?

S’il est vrai que le découpage politique du continent africain au 19è siècle correspondait davantage aux ambitions hégémoniques des puissances européennes qu’aux identités et solidarités des populations locales, peut-on, près de 56 ans après les indépendances, le rendre responsable de tous les maux que nous connaissons aujourd’hui?

Le discours de certains frères africains attribuant au tracé actuel des frontières la responsabilité des maux auxquels l’Afrique est confrontée ne sert-il pas à dédouaner les Africains de leurs responsabilités dans ce qui leur arrive? Certains prétendent qu’on pourrait régler de tas de problèmes si on abolissait ces frontières artificielles. Mais comment croire à un tel discours quand on sait que plusieurs pays africains sont confrontés à des problèmes au sein même de leurs frontières? En quoi l’abolition des frontières réglerait-elle les rivalités opposant les hutus aux tutsis du Rwanda par exemple? Ces frontières artificielles sont-elles à l’origine de la sécession katangaise?

À entendre les tenants de ce discours, c’est comme si les autres continents n’avaient jamais connu le même problème de tracé. Que d’insister sur la révision des frontières héritées de la colonisation, ne peut-on pas simplement commencer par reconsidérer les rapports avec les autres pays frères sur des bases nouvelles, en facilitant par exemple la mobilité des biens et des personnes? Il est aujourd’hui facile pour un Occidental de se rendre dans un pays africain qu’un Africain lui-même? Il y a des pays africains où un citoyen occidental peut se rendre sans visa, alors que des Africains sont obligés d’en avoir un avant de passer la frontière! Est-ce la faute des frontières héritées de la colonisation lorsque des Congolais de Brazzaville tuent gratuitement leurs frères du Congo-Kinshasa?

Que de constamment accuser les colons et ces frontières artificielles qu’ils nous ont légués, ne devrions-nous pas commencer par nous demander quelle est notre part de responsabilité dans tout ce merdier et y remédier? Loin de moi l'idée de légitimer cette entreprise coloniale, mais au regard de ce que nous vivons aujourd'hui, des questions sur notre responsabilité doivent être posées...

 

Patrick Mbeko 

Videos

Analyses et Opinions

Kader Diarrassouba, Jeune ivoirien, exilé en France depuis 6 mois, membre Générations et Peuples Solidaires ( GPS )

Lettre ouverte à Monsieur Emmanuel Macron, Président de la République de France, par Kader Diarrassouba

Monsieur le Président, votre élection à la tête de la république française le 7 mai 2017 a sonné pour bien de jeunes africains comme un nouvel espoir, l’espoir qui diminue la peine de toutes les politiques antérieures de la Françafrique. Politique néo-coloniale décrite par François-Xavier Verschave comme « une nébuleuse d’acteurs économiques, politiques et militaires, en France et en Afrique, organisée en réseaux et lobbies, et polarisé sur l’accaparement de deux rentes : les matières premières et l’aide publique au développement.
Rex Kazadi, secrétaire général de Ba patriotes ya Kongo (BPK)

RDC: Rex Kazadi demande à la ville de Kinshasa de déboulonner le statue de Leopold II

Kinshasa, la capitale de la République démocratique du Congo, ancienne colonie Belge va-t-elle enboiter le pas d'Anvers et déboulonner la statue du roi Leopold II ? C'est en tout cas le souhaite de Rex Kazadi, secrétaire général de Ba patriotes ya Kongo (
Aimé Gata-Kambudi, Juriste spécialisé en Droit Public Approfondi

La gestion de la crise institutionnelle au Kongo central est-elle la preuve  d'un Etat de droit à géométrie variable ?

Une analyse chronologique et démonstrative de la crise qui tend à l’ingouvernabilité de la province, par Aimé Gata-Kambudi.
Royal Maroc

La Compagnie Royal Air Maroc va-t-elle prioriser le rapatriement des citoyens marocains & Africains ?

Sa Majesté le Roi du Maroc considère à juste titre que la vie des marocains a plus de valeur  que les intérêts économiques du pays, il conviendrait d’espérer que la compagnie nationale Royal Air Maroc en fasse de même quand les vols internationaux seront à nouveau ouverts à sa clientèle.
©J.M. Giordano / SOPA Imag/SIPA;

Le racisme : une plaie congénitale des USA

Toute société construite sur les fondements de l'exclusion d'une partie de la population est productrice de violence sous diverses formes, et son existence demeure gangrenée par des convulsions sociales permanentes.
Capture d'écran de la vidéo de l'arrestation qui a conduit au meurtre de George Floyd par un policier blanc de Minneapolis

Noirs tués par des policiers blancs aux États-Unis. Tout est avant tout question de rapport de force

Une autre vidéo d’un policier blanc américain tuant un Noir comme si de rien n’était. Une de plus diront certains. Eh oui une de plus ! Et comme d’habitude, ça va marcher, manifester et crier leur colère, sans plus. C’est à ce genre de spectacle que les Noirs américains nous ont habitués à chaque fois qu’un des leurs est tué par un policier blanc.
Gorille à dos argenté © Kiki Lawanda

Le Soft Power au Congo - Brazzaville : un levier de puissance et de développement

Une réflexion du Think Tank A.C.C. (Ateliers Citoyens du Congo)Le Soft Power est la puissance de séduction et de persuasion d’un Etat. L’attractivité de la culture, la force de la diplomatie publique, le rayonnement du modèle politico-économique et de ses valeurs propres sont vecteurs du soft power d'un pays.Le Congo, sans avoir mis en place une vraie stratégie pour se doter de ce pouvoir d’adhésion, a de nombreux atouts pour faire figure de leader du Soft Power en Afrique centrale.