Les Français d’origine africaine versent dans la victimisation en lieu et place de s’organiser

Eric Zemmour face à Hapsatou Sy - Capture d'écran C8

Éric Zemmour peut tenir des propos désobligeants voire racistes à l’égard des Noirs et des Arabes français, il sera toujours invité dans les médias français, au nom de la liberté d’expression par les mêmes qui ont juré de ne plus jamais inviter l’humoriste Dieudonné parce qu’il aurait tenu des propos antisémites.

Une chose à retenir de tout ça : les Noirs et les Arabes français sont et resteront à jamais les Français de classe éco, pour ne pas dire de seconde zone. Limiter la problématique du racisme à Éric Zemmour est une erreur. Ce monsieur insignifiant n’est que la face médiatique d’un système institutionnel raciste qui a du mal à accepter une composante importante de la population française non blanche. Il faut savoir que chaque système raciste a sa façon de distiller son message.

En France, et dans une moindre mesure au Québec, on laisse parler des énergumènes comme Zemmour et Mathieu Bock-Côté, chroniquer québécois. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si ce dernier est souvent invité dans les médias français. Les Noirs et les Arabes de France ne sont bons que pour gagner les coupes du monde. Le système les considère comme des mercenaires au service de la « cause sportive » de la République.

En fait, Éric Zemmour, comme Adolf Hitler en son temps, n’a rien inventé. Mais ce qui me gêne souvent dans ce genre d’histoire, c’est la réaction des Français d’origine africaine qui versent dans la victimisation en lieu et place de s’organiser. Je ne pense pas que les Asiatiques, notamment les Chinois du 13è, à Paris, se soucient de ce que les racistes français pensent d’eux.

Devant l’argent, les Occidentaux deviennent des chiens de Pavlov. Les Juifs, les Chinois, les Saoudiens, les Qataris l’ont compris. Il suffit de devenir une force économique assez puissante pour que les médias et autres amis d’Éric Zemmour tournent leurs langues 77 fois avant de pondre une ânerie. De son lieu de repos éternel, feu Omar Bongo, qui décidait de certaines nominations ministérielles en France grâce à ses pétrodollars, sait que de quoi je parle. Ces gens ne respectent que ceux qui sont capables de les acheter....

Patrick Mbeko

 

Videos

Analyses et Opinions

Gorille à dos argenté © Kiki Lawanda

Le Soft Power au Congo - Brazzaville : un levier de puissance et de développement

Le Congo, sans avoir mis en place une vraie stratégie pour se doter de ce pouvoir d’adhésion, a de nombreux atouts pour faire figure de leader du Soft Power en Afrique centrale.Une réflexion du Think Tank A.C.C. (Ateliers Citoyens du Congo)
Gorille à dos argenté © Kiki Lawanda

Le Soft Power au Congo - Brazzaville : un levier de puissance et de développement

Une réflexion du Think Tank A.C.C. (Ateliers Citoyens du Congo)Le Soft Power est la puissance de séduction et de persuasion d’un Etat. L’attractivité de la culture, la force de la diplomatie publique, le rayonnement du modèle politico-économique et de ses valeurs propres sont vecteurs du soft power d'un pays.Le Congo, sans avoir mis en place une vraie stratégie pour se doter de ce pouvoir d’adhésion, a de nombreux atouts pour faire figure de leader du Soft Power en Afrique centrale.
Vital Kamerhe

RDC : les leçons du deuxième round du procès Vital Kamerhe

Le deuxième round du procès opposant le ministère public congolais à Vital Kamerhe a été beaucoup plus intéressant que le premier round. En regardant le film du procès, j’ai vu un Vital Kamerhe sûr de lui comme d’habitude, combattif, mais pas nécessairement porté à en découdre, comme il y a trois semaines. La « surdose » d’arrogance du premier face-à-face a laissé place à une petite dose de retenue qui, de temps à autre, a laissé libre cours à une certaine impudence.
Jean-Jacques Mamba, député du MLC de Jean-Pierre Bemba arrêté pour faux et usage de faux

La séparation des pouvoirs et la problématique de la question de l'immunité parlementaire à l'épreuve en RDC

La présidente de la chambre basse du parlement de la RDC, Jeannine Mabunda hausse le ton et monte au créneau pour interpeller le ministère public afin de procéder à la suspension des poursuites engagées contre un député en pleine session. Jean-Jacques Mamba, député du MLC de Jean-Pierre Bemba auteur d'une pétition a été arrêté ce matin puis présenté illico presto devant un juge qui a décidé de l' assigner e
Vital Kamerhe à l'ouverture de son procès au centre pénitentiaire et de rééducationde de Kinshasa (ex-prison de Makala), Kinshasa, RDC 11 mai 2020. (Capture d'écran)

RDC : "L'affaire Kamerhe", un procès pour corruption au sommet de l'Etat qui interpelle toute l'Afrique

Vital Kamerhe a été arrêté le 8 avril 2020. Depuis, il est incarcéré à titre préventif à la prison centrale de Kinshasa. C'était le principal allié politique du président congolais Félix Tshisekedi. Il avait activement contribué à son accession au pouvoir, avant de devenir son puissant chef de cabinet. Il est accusé, avec deux autres prévenus, du détournement de 50 millions de dollars. Des fonds destinés au financement de grands travaux de modernisation des infrastructures du pays, lancés par le chef de l'Etat après son investiture le 24 janvier 2019.
Vital Kamerhe, Directeur du cabinet du président Felix-Antoine Tshisekedi

RDC : Les leçons du premier round du procès Vital Kamerhe

Le premier jour du procès Kamerhe laisse apparaître la stratégie que compte adopter la défense du directeur de cabinet de Félix Tshisekedi. En regardant le film du procès, j’ai vu un Kamerhe sûr de lui, combattif et prêt à en découdre. Ça promet. J’ai également observé un Kamerhe un peu hésitant lorsque le ministère public a voulu avoir des précisions sur son rôle dans le programme des 100 jours. A-t-il agi en tant que directeur de cabinet, superviseur ou les deux ? s’est interrogé le ministère public.
Marien Fauney Ngombé fondateur des Ateliers Citoyens du Congo (ACC)

Manifeste pour un ministère de la prospective et de l’évaluation de l'action publique au Congo - Brazzaville

S’il est une chose certaine à propos de la crise liée au Covid -19 que nous vivons, c’est qu’elle dépasse par son étendue dans l’espace et sa rapidité de propagation les pires scenarii imaginables. La pandémie a surpris les sociétés les plus averties en terme d’études sur la prévention des catastrophes auxquelles s’expose l’humanité. Les gouvernements n’ayant pas pu anticiper cette crise multiforme n’ont pu que réagir sur l’instant. La gestion de crise a été peu évidente pour les pays du Nord comme pour ceux du Sud.