[Le saviez-vous?] Le congolais ne jouissait pas de la nationalité congolaise avant le 30 juin 1960

En effet, pendant l’époque de l’État Indépendant du Congo (EIC), fabuleux fief du Roi Léopold II, le Congolais était un sujet appartenant à ce Monarque.

À l’annexion du Congo à la Belgique en 1908, faisant du Congo une province ou une colonie belge baptisée Congo belge, le Congolais devenait le sujet congolais de la Belgique, ne jouissant pas de droits politiques et civils. Et pourtant, les étrangers – comme les Rwandais - qui venaient s’établir au Congo, obtenaient un livret du Congo belge avec mention « immigré – nationalité rwandaise », comme l’avait témoigné le Chef coutumier André Kalinda dans sa déclaration à la Mission Teuwen de 1966.

C’est à l’accession du Congo à la souveraineté nationale, le 30 juin 1960, que le Congolais acquit la nationalité congolaise, tel que stipulé dans la Constitution de Luluabourg du 1er août 1964 en son article 6, à savoir : « Il existe une seule nationalité congolaise. Elle est attribuée à la date du 30 juin 1960, à toute personne dont un des ascendants est ou a été membre d’une tribu ou d’une partie de la tribu, établie sur le Congo avant le 18 octobre 1908 »

Ainsi, pour prétendre à la nationalité congolaise, il faut être en mesure d'apporter la preuve de détenir le droit du sang (ascendance) et le droit du sol (tribu). L’appartenance à une tribu est une condition déterminante. C’est pourquoi il est important, pour ce faire, de fonder sa prétention de détenir la nationalité congolaise sur l’histoire, l’ethnographie et le droit.

Encyclopédie du Congo belge est un des ouvrages de référence qui des données ethnographiques.

Joseph Anganda

 

Videos

Analyses et Opinions

Le président de la RDCongo, Joseph Kabila, à Kinshasa. 26 janvier 2018 | AFP | THOMAS NICOLON

Présidentielle en RDC: Kabila chef de file d'une coalition électorale

Le président congolais Joseph Kabila, que ses adversaires accusent de vouloir briguer un troisième mandat contre la Constitution, a été désigné "autorité morale" d'une plate-forme électorale présentée jeudi en conseil des ministres, selon un compte-rendu de l'exécutif diffusé vendredi.
Joseph Kabila et Emmerson Mnangagwa, le 27 février 2018 à Kinshasa. © DR / Présidence RDC

RDC : Est-ce à l’étranger que tout se jouera?

Partira ou ne partira pas? C’est la question que de nombreux Congolais et observateurs de la scène politique RDCienne se posent à propos de Joseph Kabila. Dans le camp du pouvoir, on jure par tous les dieux que le chef de l’État congolais va respecter la Constitution.
Ces dirigeants africains qui rêvent secrètement (ou pas) de rester au pouvoir

Troisième mandat présidentiel, nouveau jeu de certains Présidents Africains.

En accédant à la magistrature suprême, ils jurent tous fidélité aux textes qui leur ont permis d’être à la tête de leur nation. Pourtant, certains présidents africains semblent avoir découvert des nouveaux jeux leur permettant de continuer une partie qui se joue uniquement en deux manches. 
Mamoudou Gassama, sauveur enfant de 4 ans.

Humeur : Mamoudou Gassama, Africain et héroïque

Si nous n'avions pas été dans l'ère des réseaux sociaux, son exploit nous aurait été conté comme dans nos légendes africaines mettant en scène la bravoure de nos héros.Sauf que nous sommes en France. En 2018 et que chacun est équipé d'un smartphone. Un outil grâce ou a cause duquel plus rien ne sera jamais comme avant. Mamoudou Gassama en se réveillant ce matin du 27 mai 2018 était à mille lieux de s'imaginer en héros mondial a la tombée de la nuit. 
Le général Mokoko, ex-candidat à la présidentielle de 2016, à Brazzaville

Congo Brazza : Que peut- on retenir du procès du Général Jean Marie Michel Mokoko ?

Nous venons tous de suivre ce procès qui ne cesse de faire couler beaucoup d'encres tant au niveau national qu'international. La condamnation ne peut être une fatalité si l'on s'appuie sur l'histoire évenementielle de la politique africaine des années cinquante à ce jour.
L'ex-candidat à la présidentielle, le général Jean-Marie Michel Mokoko, à l’ouverture de son procès, le 7 mai 2018 / Florence Morice

Procès Mokoko : que veut Denis Sassou Nguesso ?

Les différends entre deux chevaliers se réglaient lors d’un face-à-face dont l’issue incertaine, avait l’avantage de déterminer sans équivoque le vainqueur. C’est en cette règle que le Général Jean-Marie Michel Mokoko a cru lorsqu’il s’était lancé dans la campagne présidentielle de 2016. Je te dois. Tu me dois.
Ali Bongo Ondimba, le président gabonais, en visite officielle au Burundi, passant les troupes en revue avec son homologue Christian Nkurunziza le 13 avril 2018 à Bujumbura. © DR – DCP Burundi

Ali Bongo intensifie son action diplomatique en Afrique Centrale

Ali Bongo Ondimba était en fin de semaine dernière en visite officielle au Burundi. Le chef de l’Etat gabonais, qui est également le président en exercice de la CEEAC, s’est montré ces derniers mois très actif sur le plan diplomatique, notamment en Afrique Centrale. Voici pourquoi.