Le rôle de la Femme et de la Jeune Fille dans la Lutte Citoyenne

Soraya Aziz, membre de la Lucha, RDC

Alors que le concept de participation citoyenne a fait son chemin dans les sociétés civiles africaines et particulièrement congolaises, celui de la lutte citoyenne demeure un phénomène relativement nouveau. Il diffère de la simple participation citoyenne dans la mesure où la femme et la jeune fille ne se contentent pas de remplir le rôle qui leur est réserve par les autres parties prenantes, mais agissent pro activement pour revendiquer leur place en tant que citoyennes et pour étendre leurs domaines d’influences.

 

La lutte citoyenne est une lutte qui s’apparente a celle des pionniers de l’indépendance des années 60 ou encore a celle des pionniers de la démocratie africaine après la chute du mur de Berlin. Elle vise un changement de paradigme de la gouvernance actuelle vers une gouvernance ou le citoyen est au cœur des procédures, des politiques et des décisions qui sont prises en son nom.

 

Dans les années 60 comme dans les années 90, le rôle de la femme était marginal, se limitant souvent à des rôles de soutien. Dans certains pays africains nous notons l’implication active des femmes pour l’avènement de l’indépendance. Nous notons la Tanzanienne Bibi Titi, fondatrice du Mouvement TANU (plus tard transforme en CCM, le parti au pouvoir) ou encore de Jossina Machel, première épouse du camarade Samora Machel, morte pendant la guerre de l’indépendance du Mozambique.

 

Pendant les années 70, 80 et 90, les mouvements estudiantins restent actifs sur certaines questions de gouvernances, parfois au sein de leurs campus et quelques fois sur les questions de gouvernances nationales associées aux élections. Les années 90 voient naître la Société Civile telle que nous la connaissons, et avec elle le concept de participation citoyenne qui accompagne les recommandations de décentralisation afin de rapprocher la sphère de décision de la population locale. D’autres concepts tels que le genre émergent aussi au cours de cette décennie.

 

Au Congo, c’est surtout entre 2000 et 2006 que les femmes de la Société Civile jouent un grand rôle. D’abord dans les négociations de Sun City qui conduisent a la fin de la guerre civile, et ensuite dans le gouvernement de transition qui en découle. Malheureusement, la participation de la femme reste une participation symbolique dans un système de quota. Les femmes restent à quelques exceptions près, cantonnées dans des rôles de représentantes des femmes ou dans des ministères traditionnellement réservés aux femmes (Ministère du genre, de l’éducation, de la santé etc.). Pendant les deux élections qui suivent la transition, c’est aussi sous la bannière de représentantes des femmes, et non du peuple Congolais qu’elles font campagne ou qu’elles sont nommées.

 

   Play Video

 

Depuis quelques années, l’émergence des mouvements citoyens bouleverse le paysage de la société civile Africaine et le Congo ne fait pas exception. Ces nouveaux mouvement ont en commun une forte présence des jeunes universitaires ou professionnels (moins de 35 ans), souvent issus de la classe moyenne, vivant en milieux ruraux. Cette tranche d’age n’a pas été décidée par les mouvement citoyens mais est dictée par la démographie des pays ou ils opèrent, pays ou l’esperence de vie est souvent en dessous de 55 ans. Ces jeunes revendiquent au dela de leur propre participation a la gouvernance, ils revendique la fourniture des services publiques, la redevabilité des leaders gouvernementaux ou sociaux, et ils sont eux même impliques dans l’amélioration des conditions de vie des citoyens autours d’eux.

 

Cette nouvelle classe de la Société civile répond a un vide laisse par les ONG traditionnelles qui se sont dangereusement rapprochées du pouvoir politique et ont, le plus souvent, perdu la confiance de la base au nom de laquelle ils disent parler. En temps de crise, les ONG et autres catégories de la Ste Civile ont revendique leurs places a la table des négociations et ont donc fini par être assimiles aux auteurs des crises sociopolitiques qu’ils n’ont su résoudre. Ce phénomène est particulièrement vrai dans les pays francophones qui n’ont pas su négocier le virage des alternances démocratiques en appliquant a la lettre leurs constitutions (Sénégal, Burkina Faso, Tchad, Congo Brazzaville, Congo Kinshasa etc.)  

 

Au Congo, il existe près d’une demi-douzaine des mouvements citoyens dont le plus large est la Lucha. Ce mouvement revendique plus de 1000 membres sur l’étendue nationale et s’est particulièrement fait connaitre pour ses actions de salubrité en milieu urbain et ses manifestations pacifiques pour demander des élections crédibles. Etant moi-même membre active de la Lucha, et étant une femme, je voudrais souligner le rôle particulier des femmes au sein de la Lucha.

 

La Lucha a été crée par un groupe de sept, dont trois femmes. Le mouvement s’est d’abord fait connaitre de bouche a oreille et donc les femmes en ont entendu parler autant que les hommes et le recrutement de nouveaux membres n’a pas mis un accent particulier sur les femmes. C’est tout naturellement que les femmes composent près du tiers des militants de la Lucha. Ces femmes ne représentent pas les autres femmes, mais la communauté en général. Elles apportèrent leur contribution en tant que femme mais aussi et surtout en tant que membres de la communauté.

 

Une des premières actions de la Lucha était #GomaVeutDelEau. Une action citoyenne visant à résoudre la crise que connaissait la ville de Goma en 2013, a savoir l’approvisionnement des ménages en eau potable. Bien que ce problème affectait toute la population de Goma en général, il était évident que les femmes et les filles étaient plus affectées car les corvées d’eaux leur incombent particulièrement Au sein des ménages. Ceci est un exemple illustratif de la manière à travers laquelle la présence des femmes affecte parfois les actions du mouvement.

 

Le caractère hautement inclusif et participatif de la Lucha met la femme au premier plan, surtout sur le plan de la communication et de la diplomatie. Cependant, ceci ne les exonère pas de leurs rôles traditionnels de soutien. On se souvient tous au sein du mouvement de la mère et des sœurs de Fred Bauma ainsi que delà femme de Godefroy Mwanabwato, tous deux incarcérés a Kinshasa. La cellule de Kinshasa s’est d’ailleurs enrichie de plusieurs membres féminins grâce à leurs visites aux membres incarcérés à Makala.

 

Les femmes engagées font face aux mêmes défis que les hommes, mais a eux s’ajoutent certains défis lies a la situation de la femme au Congo en général. Un problème de reconnaissance du leadership féminin, les cultures restrictives et rétrogrades, les contraintes liées au rôle familial (maternité etc.). Mais comme dit plus haut, les rôles au sein des sections sont repartis de manière a saisir l’opportunité que présente la présence de tous au sein du mouvement.

 

L’avenir nous dira quel est le rôle réel des femmes au sein des luttes citoyennes. Cependant, il n’est pas trop tôt pour dire que les femmes trouvent naturellement leurs places au sein de ces mouvements. Peut être parce que ceux-ci ne visent-ils pas le pouvoir et que les hommes ne s’y sentent pas menaces. Aussi, les femmes n’ayant pas activement participe aux guerres et autres conflits, et n’ayant joue qu’un rôle secondaire dans la politique nationale, les femmes jouissent encore d’une certaine crédibilité au sein de la population qui leur permet de jouer plus facilement un rôle de leadership en passant par les mouvements citoyens.

Videos

Analyses et Opinions

Conseil de sécurité de l'ONU

Présidentielle en RDC - Les Occidentaux payent le prix de leur hypocrisie

Le 10 janvier dernier, après une curieuse et très longue attente que certains ont jugé surréaliste, la commission électorale nationale indépendante (CENI) de la RD Congo a rendu son verdict : Félix Tshisekedi est déclaré vainqueur de l’élection présidentielle avec 38,57% des suffrages contre 34,8% pour son adversaire Martin Fayulu et 23,8% pour Ramazani Shadary. Des résultats qui sèment le doute et ne rassurent ni à l’intérieur ni à l’extérieur du pays.
Vital Kamerhe et Felix Tshisekedi

Présidentielle en RDC - Une signature est la preuve irrefutable d’un engagement

Question d’éducation de base à la maison : quand on donne sa parole, on s’y tient. Quand on signe un document, la signature n’est pas “rétirable” au gré des vagues, des humeurs ou des odeurs de quelques pneus brûlés par une dizaine d’inciviques. ”retirer sa signature” est un acte lâche, ignoble, immoral et malhonnête qui s’apparente à du parjure. C’est pour ça que les chinois ont inventé l’encre, pour que l’écrit traverse le temps et que l’avenir s’en souvienne, “verba volant, scripta manent”.
De gauche à droite, plusieurs leaders de l'opposition congolaise: Vital Kamerhe, Felix Tshisekedi, Adolphe Muzito, Moise Katumbi et Jean-Pierre Bemba, lors d'une réunion à Bruxelles le 4 septembre 2018. © © AFP/John Thys

Désignation du candidat commun de l'opposition : le «conciliabule» de la discorde

Qui de Vital Kamerhe, Martin Fayulu, Félix Tshisekedi, Freddy Matungulu sera le candidat commun de l’opposition ? La question est sur toutes les lèvres. Les oracles se perdent en conjecture, quand la boule de cristal du célèbre féticheur mort-mort refuse de s’allumer. Appelés en renfort, les marabouts du Bénin et de Côte d’Ivoire ont fini par jeter l’éponge. Même Yahvé aurait choisi, dit-on, de détourner le regard.
Emmanuel Ramazani Shadary, candidat à la présidentielle en RDC

RDC : Entrer dans l'histoire par le Haut

Tribune - Chaque pays, évidemment, regarde le Monde du haut de son clocher. Et le paysage de la République Démocratique du Congo, observé de ce point de vue, semble enthousiasmant avec la possibilité pour le peuple Congolais de se choisir ses dirigeants le 23 décembre 2018.
Manifestation à Yaoundé. / Image d'archives / Reuters

Les Camerounais sont-ils inaptes à s’occuper de leur pays ?

Depuis la proclamation des résultats de l’élection présidentielle du dimanche 7 octobre 2018, certaines voix moquent l’incapacité des Camerounais à chasser Paul Biya, leur vieux président âgé de 85 ans – dont 36 passés au Palais présidentiel d’Étoudi – du pouvoir. Une légende sans aucun fondement objectif.
De g. à dr. : les opposants congolais Vital Kamerhe, Félix Tshisekedi, Adolphe Muzito, Moïse Katumbi et Jean-Pierre Bemba, à Bruxelles, le 12 septembre 2018. CRÉDITS : JOHN THYS / AFP

Dossier Présidentielle en RDC : Comprendre le linge sale des opposants congolais

Par une présentation des differents acteurs de l'opposition politique en RD Congo, Patrick Mbeko explique les raisons des difficultés qu'ils rencontrent pour la designation d'un candidat unique devant faire face à Emmanuel Ramazani Shadari, dauphin désigné de Joseph Kabila.
Migrants montant dans un bateau. Image d'archives

[Tribune] Migrants, notre dernière chance de survie

Ce qu’on appelle « crise migratoire » est une expérience humaine. C’est un test d’humanité. C’est notre dernière chance de survie.