Le panafricanisme : les raisons de son échec sur le sol africain

 La gigantesque statue de Kwame N’krumah au Ghana

LE PANAFRICANISME N’A PAS ATTEINT LES NEUFS OBJECTIFS DE SES DÉBUTS, À SAVOIR : L’AFRIQUE AUX AFRICAINS, LES ÉTATS-UNIS D’AFRIQUE, LA RENAISSANCE D’UNE MORALE ET D’UNE CULTURE AFRICAINES, LE REMPLACEMENT DU TRIBALISME DE PAPA PAR LE NATIONALISME AFRICAIN, LA RÉNOVATION AFRICAINE DE L’ÉCONOMIE, FOI DANS LA DÉMOCRATIE, REJET DE LA VIOLENCE, SOLIDARITÉ MONDIALE ET NEUTRALITÉ POSITIVE. ET AUJOURD’HUI COMME PAR LE PASSÉ, LES PARTISANS SONT LOIN DE RÉUSSIR LÀ OÙ LES CHANTRES ONT ÉCHOUÉ. LE COMBAT POUR L’ACCOMPLISSEMENT DU PANAFRICANISME SEMBLE ÊTRE PERDU FAUTE DE MENTALITÉ PANAFRICANISTE.

UNE IDÉOLOGIE D’ANCRAGE DIFFICILE EN AFRIQUE

Le panafricanisme, idéologie née aux États-Unis, n’a pas réussi à s’incarner en Afrique malgré le combat acharné de son porte-étendard Kwame N’krumah et ses autres chantres de la lutte de la libération africaine. La principale raison en est que l’Afrique des années 60 n’était pas assez mûre pour l’accueillir et l’intégrer dans son combat contre le colonialisme, pour l’indépendance et la souveraineté. La plupart des leaders panafricanistes ont perdu le pouvoir, assassinés ou renversés par les coups d’État.

Tels sont les cas de Patrice Lumumba révoqué le 5 septembre 1960 et assassiné au Katanga le 17 janvier 1961, et Kwame N’krumah renversé le 24 février 1966 et mort le 27 avril 1972 en exil. Derrière ces coups militaires, il y avait des civils complices et notamment des militaires soutenus par les puissances coloniales et leurs services secrets : les colonels Mobutu et Joseph Arthur Ankrah ont, pour opérer leur coup d’État, bénéficié du soutien de la CIA.

Et il y a cependant un constat à faire : les leaders panafricanistes pourtant vivants et populaires dans la mémoire collective d’Afrique n’ont pas réussi à implanter le panafricanisme dans les mentalités et à le transformer en moyen de rempart et de résistance aux manœuvres de déstabilisation orchestrée de l’extérieur et pour la protection du pouvoir souverain. Au fond, ils n’ont pas réussi à galvaniser les peuples et les élites africains au triomphe du nationalisme supra-ethnique et africain.

Cet échec montre bien les difficultés que ces leaders ont éprouvé dans la marche avec les peuples vers la détribalisation. Hier et aujourd’hui, tant au niveau national que continental, les peuples d’Afrique fonctionnent généralement dans une logique communautaire et passéiste, dans la nostalgie, le mythe du bon vieux temps ancestral et aux antipodes de la citoyenneté. Ce qui les expose aux assauts extérieurs de la divisionnite et, bien plus, à l’impuissance de parachever la lutte pour l’indépendance et de la souveraineté.

Par ailleurs, le repli africain sur soi-même que je qualifie de « traditionaliste », où le passé ancestral est célébré tel un paradis perdu et des valeurs tels des absolus, empêche l’Africain à connaître l’autre et à maîtriser son secret de domination en vue de libération. 

La clé de la libération et du développement de l’Afrique ne réside pas dans la vision idyllique du passé africain ; il est plutôt dans la conquête du pouvoir par des moyens et des valeurs nouveaux, à inventer.

Joseph Anganda

Videos

Analyses et Opinions

Félix Tshisekedi ait reçu Peter Pham, envoyé spécial des États-Unis, venu, accompagné de l’ambassadeur

Diplomatie des USA en RDC : Féliciter Tshisekedi, reconnaitre l'opposant Fayulu et laisser Kabila dans la sphère d'influence

LES ÉTATS-UNIS ONT FAIT LE CHOIX, AU NOM DE REALPOLITIK ET DE LEURS INTÉRÊTS, DE COUPER LA POIRE EN TROIS : FÉLICITER FÉLIX TSHISEKEDI PAR LE POIGNET DE MAIN DE PETER PHAM, RECONNAÎTRE MARTIN FAYULU ET SA RÉSISTANCE PACIFIQUE POUR LA VÉRITÉ DES URNES ET LAISSER JOSEPH KABILA DANS LA SPHÈRE DE L’INFLUENCE POLITIQUE AU CONGO.UN COMMUNIQUÉ DU SEMBLANT
Emmanuel Macron et Idris Deby

Pour la deuxième fois la France sauve Idriss Deby face aux rebelles

Pour la deuxième fois après l'offensive des rebelles venus du Soudan en 2008, les dirigeants français viennent encore de sauver la mise au chef de l’État tchadien en prenant directement parti, au travers de « frappes chirurgicales » de Mirages 2000 basés à N’Djamena, contre des rebelles tchadiens opposés à Idriss Déby, au pouvoir depuis 28 ans et deux mois.
Guillaume Soro, président de l'Assemblée nationale de Côte d'Ivoire

Côte d’Ivoire : Pourquoi Guillaume Soro n’a pas signé sa lettre de Démission ?

L’actualité Ivoirienne est dominée depuis peu par la démission ou non de Guillaume Soro, président de l'Assemblée nationale. Le président Ouattara lors de la cérémonie de présentation de vœux à la presse avait annoncé lui-même que Guillaume Soro devrait démissionner de la présidence de l’Assemblée nationale en février. Mais contre toute attente, ce dernier a refusé de signer la lettre de démission qui lui a été apportée l
Maurice Kamto à Yaounde 30 septembre 2018

Cameroun: Paul Biya embastille Maurice Kamto dans le sang

Une barbarie indicible a lieu au Cameroun. Le régime de Paul Biya vient de blesser par tirs de balles réelles des manifestants citoyens dans les rues du pays. Le Président élu du pays, le Professeur Maurice Kamto et certains de ses proches conseillers ont été emprisonnés hier, au mépris total des libertés pourtant garanties par la constitution. Notre correspondant Saint-Just Massoda raconte.
Le Président ivoirien Alassane Ouatarra

Côte d'Ivoire: Ouattara pris au piège! Soro Guillaume supplante en 24h le congrès du RHDP

L'actualité politique Ivoirienne à vite tourné en moins de 24 heures après que les rideaux soient tombés sur le 1er congrès du RHDP tenu ce samedi 26 janvier au stade Houphouet Bigny d'Abidjan. Guillaume Soro à, lui seul su faire taire les échos de ce grand congrès qui a drainé un beau monde.Toujours démentir la marque de communication du clan Soro
Conseil de sécurité de l'ONU

Présidentielle en RDC - Les Occidentaux payent le prix de leur hypocrisie

Le 10 janvier dernier, après une curieuse et très longue attente que certains ont jugé surréaliste, la commission électorale nationale indépendante (CENI) de la RD Congo a rendu son verdict : Félix Tshisekedi est déclaré vainqueur de l’élection présidentielle avec 38,57% des suffrages contre 34,8% pour son adversaire Martin Fayulu et 23,8% pour Ramazani Shadary. Des résultats qui sèment le doute et ne rassurent ni à l’intérieur ni à l’extérieur du pays.
Vital Kamerhe et Felix Tshisekedi

Présidentielle en RDC - Une signature est la preuve irrefutable d’un engagement

Question d’éducation de base à la maison : quand on donne sa parole, on s’y tient. Quand on signe un document, la signature n’est pas “rétirable” au gré des vagues, des humeurs ou des odeurs de quelques pneus brûlés par une dizaine d’inciviques. ”retirer sa signature” est un acte lâche, ignoble, immoral et malhonnête qui s’apparente à du parjure. C’est pour ça que les chinois ont inventé l’encre, pour que l’écrit traverse le temps et que l’avenir s’en souvienne, “verba volant, scripta manent”.