Le panafricanisme : les raisons de son échec sur le sol africain

 La gigantesque statue de Kwame N’krumah au Ghana

LE PANAFRICANISME N’A PAS ATTEINT LES NEUFS OBJECTIFS DE SES DÉBUTS, À SAVOIR : L’AFRIQUE AUX AFRICAINS, LES ÉTATS-UNIS D’AFRIQUE, LA RENAISSANCE D’UNE MORALE ET D’UNE CULTURE AFRICAINES, LE REMPLACEMENT DU TRIBALISME DE PAPA PAR LE NATIONALISME AFRICAIN, LA RÉNOVATION AFRICAINE DE L’ÉCONOMIE, FOI DANS LA DÉMOCRATIE, REJET DE LA VIOLENCE, SOLIDARITÉ MONDIALE ET NEUTRALITÉ POSITIVE. ET AUJOURD’HUI COMME PAR LE PASSÉ, LES PARTISANS SONT LOIN DE RÉUSSIR LÀ OÙ LES CHANTRES ONT ÉCHOUÉ. LE COMBAT POUR L’ACCOMPLISSEMENT DU PANAFRICANISME SEMBLE ÊTRE PERDU FAUTE DE MENTALITÉ PANAFRICANISTE.

UNE IDÉOLOGIE D’ANCRAGE DIFFICILE EN AFRIQUE

Le panafricanisme, idéologie née aux États-Unis, n’a pas réussi à s’incarner en Afrique malgré le combat acharné de son porte-étendard Kwame N’krumah et ses autres chantres de la lutte de la libération africaine. La principale raison en est que l’Afrique des années 60 n’était pas assez mûre pour l’accueillir et l’intégrer dans son combat contre le colonialisme, pour l’indépendance et la souveraineté. La plupart des leaders panafricanistes ont perdu le pouvoir, assassinés ou renversés par les coups d’État.

Tels sont les cas de Patrice Lumumba révoqué le 5 septembre 1960 et assassiné au Katanga le 17 janvier 1961, et Kwame N’krumah renversé le 24 février 1966 et mort le 27 avril 1972 en exil. Derrière ces coups militaires, il y avait des civils complices et notamment des militaires soutenus par les puissances coloniales et leurs services secrets : les colonels Mobutu et Joseph Arthur Ankrah ont, pour opérer leur coup d’État, bénéficié du soutien de la CIA.

Et il y a cependant un constat à faire : les leaders panafricanistes pourtant vivants et populaires dans la mémoire collective d’Afrique n’ont pas réussi à implanter le panafricanisme dans les mentalités et à le transformer en moyen de rempart et de résistance aux manœuvres de déstabilisation orchestrée de l’extérieur et pour la protection du pouvoir souverain. Au fond, ils n’ont pas réussi à galvaniser les peuples et les élites africains au triomphe du nationalisme supra-ethnique et africain.

Cet échec montre bien les difficultés que ces leaders ont éprouvé dans la marche avec les peuples vers la détribalisation. Hier et aujourd’hui, tant au niveau national que continental, les peuples d’Afrique fonctionnent généralement dans une logique communautaire et passéiste, dans la nostalgie, le mythe du bon vieux temps ancestral et aux antipodes de la citoyenneté. Ce qui les expose aux assauts extérieurs de la divisionnite et, bien plus, à l’impuissance de parachever la lutte pour l’indépendance et de la souveraineté.

Par ailleurs, le repli africain sur soi-même que je qualifie de « traditionaliste », où le passé ancestral est célébré tel un paradis perdu et des valeurs tels des absolus, empêche l’Africain à connaître l’autre et à maîtriser son secret de domination en vue de libération. 

La clé de la libération et du développement de l’Afrique ne réside pas dans la vision idyllique du passé africain ; il est plutôt dans la conquête du pouvoir par des moyens et des valeurs nouveaux, à inventer.

Joseph Anganda

Videos

Analyses et Opinions

RDC: la manifestation de l'opposition à Kinshasa dispersée par la police

RD Congo debout ! Patriotes de ce pays, levez-vous ! Debout Congolais !

RDCongo debout ! Patriotes de ce pays, levez-vous ! Debout Congolais ! C'est l'hymne national qui vous le demande. C'est le pays en agonie qui vous appelle. C'est le devoir national qui l'impose. C'est votre mère patrie qui attend, la rage au cœur, les joues pleines de larmes interminables, votre réaction d'hommes et de femmes. Ce sont vos enfants qui se demandent : qui nous sortira de là ? Qui nous protégera de la violence armée, de cette souffrance intolérable qui nous accable, de l'angoisse et de l'humiliation qui nous envahissent ?
Jacob Zuma, ici le 4 mars 2010, a annoncé sa démission le 14 février 2018. | AFP/Archives | CARL COURT

Afrique du Sud : Pourquoi Jacob Zuma a fini par couler ?

Il s'est accroché jusqu'au bout mais la pression de son parti était trop forte. Réputé indéboulonnable, le président sud-africain Jacob Zuma a été contraint mercredi de démissionner, piètre épilogue d'un règne de dix ans éclaboussé par les scandales de corruption.Au terme de plusieurs semaines d'un combat acharné avec la direction du Congrès national africain (ANC), le chef de l'Etat, 75 ans, a fini par capituler, sous la menace d'un vote de destitution.
Au cours de son discours, Paul Biya (photo d'illustration), a confirmé que 2018 sera bel et bien une année électorale. © AFP PHOTO / REINNIER KAZE

Message de Paul Biya à la jeunesse camerounaise : Un discours 2018 aussi attendu que décevant.

À l’instar de toutes les personnes que l’actualité du Cameroun intéresse, j’ai vécu ces derniers jours dans l’attente frénétique de l’apparition du président Paul Biya. Au regard des rumeurs qui couraient sur le net, l’annonçant à l’étranger, très malade pour les uns, carrément mort pour d’autres, sa simple apparition ne pouvait que constituer un message, un démenti formel et définitif que l’administration présidentielle n’a pas su/pu produire jusqu’à ce samedi 10 février. Le message est enfin passé.
Le Président Camerounais, Paul Biya. | Image d'archives

Paul Biya: 85 ans mardi, dont presque 35 à la tête du Cameroun

Le président camerounais Paul Biya, qui fête mardi ses 85 ans, continue de se projeter à la tête d'un Etat qu'il dirige depuis presque 35 ans, tandis que les défis sécuritaires se multiplient dans un pays qui connaîtra fin 2018 des élections générales."Le Cameroun de demain, qui se construit sous nos yeux, n'aura plus grand-chose à voir avec celui d'hier (...) C'est à la fois une chance et un défi. Saisissions cette chance et relevons ce défi", a déclaré samedi Paul Biya, dans un discours aux jeunes.
Photo prise le 27 décembre 2017 lors d'une manifestation dans l'ancienne ville minière de Jerada, dans le nord-est du Maroc | AFP/Archives | FADEL SENNA

Comment expliquer les multiples mouvements de protestation au Maroc?

Les mouvements de protestation sociale se sont multipliés ces derniers mois dans des régions marocaines déshéritées.Face au sentiment d'abandon des habitants de ce Maroc longtemps qualifié d'"inutile", la recherche d'un "nouveau modèle de développement" est devenu le leitmotiv des pouvoirs publics.
Le président français Emmanuel Macron avec le roi du Maroc Mohammed VI et le président camerounais Paul Biya au sommet Europe Afrique à Abidjan le 29 novembre 2017. AFP

Afrique : La politique d’Emmanuel Macron ne gagne pas en clarté.

Après neuf mois passés à l’Élysée, le président français : Emmanuel Macron, n’a pas encore réussi à donner un cap solide à sa politique de coopération avec les pays africains. Surtout ceux de l’ancien pré-carré.
Le Président Camerounais, Paul Biya. | Image d'archives

Le Cameroun doit se donner les moyens de survivre à Paul Biya

Voilà bientôt 36 ans que le Cameroun est présidé par Paul Biya. L’année prochaine auront lieu les élections générales dans ce pays d’Afrique centrale. En attendant, ce sont les rumeurs sur la maladie/la mort de Paul Biya qui alimentent les discussions sur internet et dans les foyers.