LE « NON » DE SEKOU TOURÉ À CHARLES DE GAULLE

L'ancien président guinéen Sekou Touré

À l'approche de l'indépendance des pays africains, le Général Charles De Gaulle entreprend un périple africain pour obtenir l'adhésion africaine à son projet de communauté avec la France, une sorte de commonwealth à la française. Si tous les dirigeants africains adhèrent et acceptent d'organiser des référendums dans leurs pays respectifs pour voter le "OUI", Sekou Touré oppose un "NON" catégorique et rejette l'aide française, promesse du Général De Gaulle aux adhérents à sa politique africaine.

PLUTÔT LA PAUVRETÉ DANS LA LIBERTÉ

Le 25 août 1958, le général Charles de Gaulle est à Conakry, capitale de la Guinée pour promettre, comme aux autres pays, l’indépendance et proposer l’adhésion à l’idée de former une communauté avec la France et espérer, à cet effet, une aide de la métropole. Et il en fait part dans son discours étincelant de rhétorique politique, en ces termes :

« Même à l’intérieur de la communauté, si quelque territoire, au fur et à mesure des jours, se sent en mesure d’exercer tous les devoirs de l’indépendance, et bien, il lui appartiendra d’en décider par l’Assemblée élue et, si nécessaire ensuite, par le référendum de ses habitants . Je garantis d’avance que la métropole ne s’y opposera pas »

L’indépendance, la communauté et l’aide française sont les trois mots-clés du Général De Gaulle pour séduire l’Afrique, ses futurs dirigeants et ses peuples.

La plupart de ces dirigeants, incapables de nouer avec la France une coopération libre et d’égal à égal, tombent tous d’accord et en majorité. Et ils voteront le « oui » au référendum en faveur de la communauté. Le « non » catégorique et retentissant d’éveil politique africain est voté par Sekou Touré. Le leader guinéen est partisan d’une Afrique libre et décomplexé, anti-colonialiste, panafricaniste et chantre du projet d’États-Unis d’Afrique.

Vêtu de son boubou blanc, signe de son africanité, il oppose à De Gaulle un discours frappant : « Nous ne renoncerons pas et nous ne renoncerons jamais au droit légitime et naturel à l’indépendance »

Au chantage à l’aide française usé par le Général De Gaulle pour séduire à gagner de l’adhésion, Sekou Touré répond par une phrase à jamais mémorable dans l’histoire politique africaine : « Nous préférons la pauvreté dans la liberté à la richesse dans l’esclavage ». Cette citation politique sera reprise plus tard par Franco Luambo Makiadi, l’un des grands chanteurs de la musique du Congo-Zaïre.

De Gaulle, qui vient ainsi de perdre sa cause politique en Guinée de Sekou Touré, n’est pas cependant à court de ressources et de mots pour sauver sa face. C’est avec à-propos qu’il répondra à son interlocuteur guinéen : « On a parlé d’indépendance. Et bien, je le dis ici plus haut qu’ailleurs, l’indépendance est à la disposition de la Guinée. Elle peut la prendre en disant « non » à la proposition qui lui est faite et, dans ce cas, je garantis que la métropole ne s’y opposera pas »

La Guinée sera indépendante, mais la France ne sera pas, elle, à court de stratégies et de manœuvres pour la tenir en échec. Elle ne lésinera pas sur les moyens possibles pour y parvenir, dont la politique de lâchage, le blocus économique, le soulèvement de l’opposition, la diabolisation…Mais, Sekou Touré réussira à tenir tête à l’orage, impitoyable aux opposants complices.

Sur son tableau noir : sa dictature et ses crimes, dont l’assassinat politique de Diallo Telli, Premier Secrétaire général de l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA) au camp Boiro en 1977.

Pour Madifing Diane, l’ex-Ministre de la sécurité de Sekou Touré, Aboubacar Telli Diallo faisait parti du « complot 76 ». Il avait été dénoncé par son épouse en présence de leur fils et par Amadou Diallo, alors étudiant à Orléans et agent double DSGE.

Par Joseph Anganda

 

Videos

Analyses et Opinions

Félix Tshisekedi ait reçu Peter Pham, envoyé spécial des États-Unis, venu, accompagné de l’ambassadeur

Diplomatie des USA en RDC : Féliciter Tshisekedi, reconnaitre l'opposant Fayulu et laisser Kabila dans la sphère d'influence

LES ÉTATS-UNIS ONT FAIT LE CHOIX, AU NOM DE REALPOLITIK ET DE LEURS INTÉRÊTS, DE COUPER LA POIRE EN TROIS : FÉLICITER FÉLIX TSHISEKEDI PAR LE POIGNET DE MAIN DE PETER PHAM, RECONNAÎTRE MARTIN FAYULU ET SA RÉSISTANCE PACIFIQUE POUR LA VÉRITÉ DES URNES ET LAISSER JOSEPH KABILA DANS LA SPHÈRE DE L’INFLUENCE POLITIQUE AU CONGO.UN COMMUNIQUÉ DU SEMBLANT
Emmanuel Macron et Idris Deby

Pour la deuxième fois la France sauve Idriss Deby face aux rebelles

Pour la deuxième fois après l'offensive des rebelles venus du Soudan en 2008, les dirigeants français viennent encore de sauver la mise au chef de l’État tchadien en prenant directement parti, au travers de « frappes chirurgicales » de Mirages 2000 basés à N’Djamena, contre des rebelles tchadiens opposés à Idriss Déby, au pouvoir depuis 28 ans et deux mois.
Guillaume Soro, président de l'Assemblée nationale de Côte d'Ivoire

Côte d’Ivoire : Pourquoi Guillaume Soro n’a pas signé sa lettre de Démission ?

L’actualité Ivoirienne est dominée depuis peu par la démission ou non de Guillaume Soro, président de l'Assemblée nationale. Le président Ouattara lors de la cérémonie de présentation de vœux à la presse avait annoncé lui-même que Guillaume Soro devrait démissionner de la présidence de l’Assemblée nationale en février. Mais contre toute attente, ce dernier a refusé de signer la lettre de démission qui lui a été apportée l
Maurice Kamto à Yaounde 30 septembre 2018

Cameroun: Paul Biya embastille Maurice Kamto dans le sang

Une barbarie indicible a lieu au Cameroun. Le régime de Paul Biya vient de blesser par tirs de balles réelles des manifestants citoyens dans les rues du pays. Le Président élu du pays, le Professeur Maurice Kamto et certains de ses proches conseillers ont été emprisonnés hier, au mépris total des libertés pourtant garanties par la constitution. Notre correspondant Saint-Just Massoda raconte.
Le Président ivoirien Alassane Ouatarra

Côte d'Ivoire: Ouattara pris au piège! Soro Guillaume supplante en 24h le congrès du RHDP

L'actualité politique Ivoirienne à vite tourné en moins de 24 heures après que les rideaux soient tombés sur le 1er congrès du RHDP tenu ce samedi 26 janvier au stade Houphouet Bigny d'Abidjan. Guillaume Soro à, lui seul su faire taire les échos de ce grand congrès qui a drainé un beau monde.Toujours démentir la marque de communication du clan Soro
Conseil de sécurité de l'ONU

Présidentielle en RDC - Les Occidentaux payent le prix de leur hypocrisie

Le 10 janvier dernier, après une curieuse et très longue attente que certains ont jugé surréaliste, la commission électorale nationale indépendante (CENI) de la RD Congo a rendu son verdict : Félix Tshisekedi est déclaré vainqueur de l’élection présidentielle avec 38,57% des suffrages contre 34,8% pour son adversaire Martin Fayulu et 23,8% pour Ramazani Shadary. Des résultats qui sèment le doute et ne rassurent ni à l’intérieur ni à l’extérieur du pays.
Vital Kamerhe et Felix Tshisekedi

Présidentielle en RDC - Une signature est la preuve irrefutable d’un engagement

Question d’éducation de base à la maison : quand on donne sa parole, on s’y tient. Quand on signe un document, la signature n’est pas “rétirable” au gré des vagues, des humeurs ou des odeurs de quelques pneus brûlés par une dizaine d’inciviques. ”retirer sa signature” est un acte lâche, ignoble, immoral et malhonnête qui s’apparente à du parjure. C’est pour ça que les chinois ont inventé l’encre, pour que l’écrit traverse le temps et que l’avenir s’en souvienne, “verba volant, scripta manent”.