LE « NON » DE SEKOU TOURÉ À CHARLES DE GAULLE

L'ancien président guinéen Sekou Touré

À l'approche de l'indépendance des pays africains, le Général Charles De Gaulle entreprend un périple africain pour obtenir l'adhésion africaine à son projet de communauté avec la France, une sorte de commonwealth à la française. Si tous les dirigeants africains adhèrent et acceptent d'organiser des référendums dans leurs pays respectifs pour voter le "OUI", Sekou Touré oppose un "NON" catégorique et rejette l'aide française, promesse du Général De Gaulle aux adhérents à sa politique africaine.

PLUTÔT LA PAUVRETÉ DANS LA LIBERTÉ

Le 25 août 1958, le général Charles de Gaulle est à Conakry, capitale de la Guinée pour promettre, comme aux autres pays, l’indépendance et proposer l’adhésion à l’idée de former une communauté avec la France et espérer, à cet effet, une aide de la métropole. Et il en fait part dans son discours étincelant de rhétorique politique, en ces termes :

« Même à l’intérieur de la communauté, si quelque territoire, au fur et à mesure des jours, se sent en mesure d’exercer tous les devoirs de l’indépendance, et bien, il lui appartiendra d’en décider par l’Assemblée élue et, si nécessaire ensuite, par le référendum de ses habitants . Je garantis d’avance que la métropole ne s’y opposera pas »

L’indépendance, la communauté et l’aide française sont les trois mots-clés du Général De Gaulle pour séduire l’Afrique, ses futurs dirigeants et ses peuples.

La plupart de ces dirigeants, incapables de nouer avec la France une coopération libre et d’égal à égal, tombent tous d’accord et en majorité. Et ils voteront le « oui » au référendum en faveur de la communauté. Le « non » catégorique et retentissant d’éveil politique africain est voté par Sekou Touré. Le leader guinéen est partisan d’une Afrique libre et décomplexé, anti-colonialiste, panafricaniste et chantre du projet d’États-Unis d’Afrique.

Vêtu de son boubou blanc, signe de son africanité, il oppose à De Gaulle un discours frappant : « Nous ne renoncerons pas et nous ne renoncerons jamais au droit légitime et naturel à l’indépendance »

Au chantage à l’aide française usé par le Général De Gaulle pour séduire à gagner de l’adhésion, Sekou Touré répond par une phrase à jamais mémorable dans l’histoire politique africaine : « Nous préférons la pauvreté dans la liberté à la richesse dans l’esclavage ». Cette citation politique sera reprise plus tard par Franco Luambo Makiadi, l’un des grands chanteurs de la musique du Congo-Zaïre.

De Gaulle, qui vient ainsi de perdre sa cause politique en Guinée de Sekou Touré, n’est pas cependant à court de ressources et de mots pour sauver sa face. C’est avec à-propos qu’il répondra à son interlocuteur guinéen : « On a parlé d’indépendance. Et bien, je le dis ici plus haut qu’ailleurs, l’indépendance est à la disposition de la Guinée. Elle peut la prendre en disant « non » à la proposition qui lui est faite et, dans ce cas, je garantis que la métropole ne s’y opposera pas »

La Guinée sera indépendante, mais la France ne sera pas, elle, à court de stratégies et de manœuvres pour la tenir en échec. Elle ne lésinera pas sur les moyens possibles pour y parvenir, dont la politique de lâchage, le blocus économique, le soulèvement de l’opposition, la diabolisation…Mais, Sekou Touré réussira à tenir tête à l’orage, impitoyable aux opposants complices.

Sur son tableau noir : sa dictature et ses crimes, dont l’assassinat politique de Diallo Telli, Premier Secrétaire général de l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA) au camp Boiro en 1977.

Pour Madifing Diane, l’ex-Ministre de la sécurité de Sekou Touré, Aboubacar Telli Diallo faisait parti du « complot 76 ». Il avait été dénoncé par son épouse en présence de leur fils et par Amadou Diallo, alors étudiant à Orléans et agent double DSGE.

Par Joseph Anganda

 

Videos

Analyses et Opinions

Le NFAC , les nouveaux Black Panthers ?

Qui est la NFAC, la milice armée noire qui défile dans les manifestations anti-racisme ?

Alors que les tensions raciales se multiplient aux États-Unis, une nouvelle milice afro-américaine a récemment vu le jour outre-Atlantique : la Not Fucking Around Coalition (NFAC). Qui sont ces femmes et ces hommes ? Eléments de réponse.Leurs visages sont régulièrement cagoulés de noirs, leurs vêtements arborent la même couleur. Ces citoyens américains portent des armes, bien visibles.
Le président français Emmanuel Macron reçoit son homologue ivoirien Alassane Ouattara à l'Elysée, le 4 septembre 2020. Crédit : @AOuattara_PRCI

Côte d'Ivoire: Ce qu'il faut retenir de la rencontre Ouattara Emmanuel Macron sur le 3e mandat

Le président Ivoirien Alassane Ouattara a été reçu à déjeuner ce vendredi 4 septembre 2020 à l’Elysée par le président Emmanuel Macron. En marge de ce qui a été de ce déjeuner de travail, un tête-à-tête entre les deux homologues. La question du 3e mandat et la position de Paris surement au cœur de ce huis-clos.
Marche contre la révision constitutionnelle au Mali. / Image d'illustration

Afrique: La révision des Constitutions pour conserver le pouvoir en Afrique

Le président ivoirien Alassane Ouattara et le guinéen Alpha Condé misent sur la modification de la Constitution pour espérer briguer un nouveau mandat avec pour argument que les "compteurs sont remis à zéro".
Guillaume Soro, Alassane Ouattara, Henri Konan Bédié et Laurent Gbagbo. AFP

Côte d’Ivoire recherche désespérément leader politique.

La Côte d’Ivoire a eu soixante ans ce 7 août 2020. A cette occasion, son président lui a offert un cadeau d’anniversaire de très mauvais goût. Alassane Dramane Ouattara est revenu sur sa promesse de ne pas briguer un troisième mandat. C’est ce que lui aurait demandé avec insistance une majorité de sa famille politique. Il a cédé à la tentation du combat de trop. Soit par suivisme, soit par égoïsme, ou alors sous l’effet conjugué des deux.
Kader Diarrassouba, Jeune ivoirien, exilé en France depuis 6 mois, membre Générations et Peuples Solidaires ( GPS )

Lettre ouverte à Monsieur Emmanuel Macron, Président de la République de France, par Kader Diarrassouba

Monsieur le Président, votre élection à la tête de la république française le 7 mai 2017 a sonné pour bien de jeunes africains comme un nouvel espoir, l’espoir qui diminue la peine de toutes les politiques antérieures de la Françafrique. Politique néo-coloniale décrite par François-Xavier Verschave comme « une nébuleuse d’acteurs économiques, politiques et militaires, en France et en Afrique, organisée en réseaux et lobbies, et polarisé sur l’accaparement de deux rentes : les matières premières et l’aide publique au développement.
Rex Kazadi, secrétaire général de Ba patriotes ya Kongo (BPK)

RDC: Rex Kazadi demande à la ville de Kinshasa de déboulonner le statue de Leopold II

Kinshasa, la capitale de la République démocratique du Congo, ancienne colonie Belge va-t-elle enboiter le pas d'Anvers et déboulonner la statue du roi Leopold II ? C'est en tout cas le souhaite de Rex Kazadi, secrétaire général de Ba patriotes ya Kongo (
Aimé Gata-Kambudi, Juriste spécialisé en Droit Public Approfondi

La gestion de la crise institutionnelle au Kongo central est-elle la preuve  d'un Etat de droit à géométrie variable ?

Une analyse chronologique et démonstrative de la crise qui tend à l’ingouvernabilité de la province, par Aimé Gata-Kambudi.