Le grand péché de Donald Trump n’est pas son côté raciste, mais bien ses «carences» sur le plan communicationnel

Donald Trump et Barack Obama, le jour de leur passation de pouvoir, le 20 janvier 2017

Les propos de Donald Trump sur Haïti et les pays africains ─ « des pays de merde » aurait-il déclaré ─ ont suscité un torrent d’indignation à travers le monde, et on peut le comprendre. Mais ce qui est frappant, c’est que pas grand monde ne s’indigne lorsque les Noirs sont abattus comme des lapins par la police blanche américaine; pas grand monde ne s'est indigné lorsque 120. 000 Libyens ont été tués par les «bombes démocratiques» de l'OTAN en 2011; personne ne s’est indigné lorsque des milliers de pauvres Afghans et Pakistanais ont été gratuitement fauchés par les drones de Barack Obama; personne ne s’est indigné devant les millions de morts que l’on a dénombrés au Congo depuis 1996 à cause du clan Clinton et des extrémistes tutsis dirigés par Paul Kagame.

En clair, personne ne s’indigne aussi longtemps que le cartel médiatique ne donne pas le feu vert. Contrairement à ce que l’on peut penser, le grand problème de Donald Trump, son plus grand péché, ce n’est pas son côté raciste, idiot et/ou narcissique, mais bien ses «carences» sur le plan communicationnel. En effet, nous sommes dans un monde où la posture, le paraître compte plus que tout; où tout ou presque est affaire de symboles et d’images; où on ne parle plus, mais on communique; où la communication a remplacé le « parler vrai » et tout ce qui s'apparente au «politiquement incorrect».

Bref, nous sommes dans un monde de ruse et de tromperies permanentes. Ce n’est pas ce qu’on dit de mal qui choque, mais la manière de le dire; ce ne sont pas les actions abominables qui suscitent l’indignation, mais la façon dont on les présente. Ainsi, un groupe d’individus qui flingue des journalistes français racistes est plus condamnable que des autorités françaises qui balancent des milliers de bombes sur la tête d’enfants et de femmes libyens, au prétexte de les sauver d’une dictature prétendument sanguinaire. Un Barack Obama qui, après avoir ordonné l’assassinat d’enfants pakistanais et propagé le chaos en Syrie, sillonne les rues de Washington DC à pieds, prenant des photos tout sourire avec les passants, est acclamé pour son côté « cool »; un Paul Kagame qui présente la ville propre de Kigali, après avoir joyeusement exterminé des millions de Rwandais et de Congolais, est envié et qualifié de «leader visionnaire», etc.

En fait, Donald Trump n’a pas encore compris que le monde d’aujourd’hui adore les hypocrites et les mystificateurs et ne supporte pas ceux qui disent ce qu’ils pensent; il n’a pas encore compris que l’indignation des esprits lobotomisés dépend du bon vouloir du cartel médiatique; il ne réalise toujours pas qu’une bonne opération de com permet d’occulter ce que nous avons de plus répugnant et de nous faire aimer du bon monde qui ne demande qu’à être entubé; il ne semble toujours pas comprendre qu’on peut être foncièrement raciste comme l’Amérique, profondément ignoble et sanguinaire comme le duo Obama-Clinton, et être adulé quand même quand on sait faire du Obama clintoridienne.

Bref, il n'a pas compris qu'il faut prendre un peu de lait nsambarisé pour comprendre le fonctionnement de ce drôle de monde. C'est un cancre qui ne comprend que ses propres sottises...

Videos

Analyses et Opinions

Gorille à dos argenté © Kiki Lawanda

Le Soft Power au Congo - Brazzaville : un levier de puissance et de développement

Le Congo, sans avoir mis en place une vraie stratégie pour se doter de ce pouvoir d’adhésion, a de nombreux atouts pour faire figure de leader du Soft Power en Afrique centrale.Une réflexion du Think Tank A.C.C. (Ateliers Citoyens du Congo)
Gorille à dos argenté © Kiki Lawanda

Le Soft Power au Congo - Brazzaville : un levier de puissance et de développement

Une réflexion du Think Tank A.C.C. (Ateliers Citoyens du Congo)Le Soft Power est la puissance de séduction et de persuasion d’un Etat. L’attractivité de la culture, la force de la diplomatie publique, le rayonnement du modèle politico-économique et de ses valeurs propres sont vecteurs du soft power d'un pays.Le Congo, sans avoir mis en place une vraie stratégie pour se doter de ce pouvoir d’adhésion, a de nombreux atouts pour faire figure de leader du Soft Power en Afrique centrale.
Vital Kamerhe

RDC : les leçons du deuxième round du procès Vital Kamerhe

Le deuxième round du procès opposant le ministère public congolais à Vital Kamerhe a été beaucoup plus intéressant que le premier round. En regardant le film du procès, j’ai vu un Vital Kamerhe sûr de lui comme d’habitude, combattif, mais pas nécessairement porté à en découdre, comme il y a trois semaines. La « surdose » d’arrogance du premier face-à-face a laissé place à une petite dose de retenue qui, de temps à autre, a laissé libre cours à une certaine impudence.
Jean-Jacques Mamba, député du MLC de Jean-Pierre Bemba arrêté pour faux et usage de faux

La séparation des pouvoirs et la problématique de la question de l'immunité parlementaire à l'épreuve en RDC

La présidente de la chambre basse du parlement de la RDC, Jeannine Mabunda hausse le ton et monte au créneau pour interpeller le ministère public afin de procéder à la suspension des poursuites engagées contre un député en pleine session. Jean-Jacques Mamba, député du MLC de Jean-Pierre Bemba auteur d'une pétition a été arrêté ce matin puis présenté illico presto devant un juge qui a décidé de l' assigner e
Vital Kamerhe à l'ouverture de son procès au centre pénitentiaire et de rééducationde de Kinshasa (ex-prison de Makala), Kinshasa, RDC 11 mai 2020. (Capture d'écran)

RDC : "L'affaire Kamerhe", un procès pour corruption au sommet de l'Etat qui interpelle toute l'Afrique

Vital Kamerhe a été arrêté le 8 avril 2020. Depuis, il est incarcéré à titre préventif à la prison centrale de Kinshasa. C'était le principal allié politique du président congolais Félix Tshisekedi. Il avait activement contribué à son accession au pouvoir, avant de devenir son puissant chef de cabinet. Il est accusé, avec deux autres prévenus, du détournement de 50 millions de dollars. Des fonds destinés au financement de grands travaux de modernisation des infrastructures du pays, lancés par le chef de l'Etat après son investiture le 24 janvier 2019.
Vital Kamerhe, Directeur du cabinet du président Felix-Antoine Tshisekedi

RDC : Les leçons du premier round du procès Vital Kamerhe

Le premier jour du procès Kamerhe laisse apparaître la stratégie que compte adopter la défense du directeur de cabinet de Félix Tshisekedi. En regardant le film du procès, j’ai vu un Kamerhe sûr de lui, combattif et prêt à en découdre. Ça promet. J’ai également observé un Kamerhe un peu hésitant lorsque le ministère public a voulu avoir des précisions sur son rôle dans le programme des 100 jours. A-t-il agi en tant que directeur de cabinet, superviseur ou les deux ? s’est interrogé le ministère public.
Marien Fauney Ngombé fondateur des Ateliers Citoyens du Congo (ACC)

Manifeste pour un ministère de la prospective et de l’évaluation de l'action publique au Congo - Brazzaville

S’il est une chose certaine à propos de la crise liée au Covid -19 que nous vivons, c’est qu’elle dépasse par son étendue dans l’espace et sa rapidité de propagation les pires scenarii imaginables. La pandémie a surpris les sociétés les plus averties en terme d’études sur la prévention des catastrophes auxquelles s’expose l’humanité. Les gouvernements n’ayant pas pu anticiper cette crise multiforme n’ont pu que réagir sur l’instant. La gestion de crise a été peu évidente pour les pays du Nord comme pour ceux du Sud.