Le grand péché de Donald Trump n’est pas son côté raciste, mais bien ses «carences» sur le plan communicationnel

Donald Trump et Barack Obama, le jour de leur passation de pouvoir, le 20 janvier 2017

Les propos de Donald Trump sur Haïti et les pays africains ─ « des pays de merde » aurait-il déclaré ─ ont suscité un torrent d’indignation à travers le monde, et on peut le comprendre. Mais ce qui est frappant, c’est que pas grand monde ne s’indigne lorsque les Noirs sont abattus comme des lapins par la police blanche américaine; pas grand monde ne s'est indigné lorsque 120. 000 Libyens ont été tués par les «bombes démocratiques» de l'OTAN en 2011; personne ne s’est indigné lorsque des milliers de pauvres Afghans et Pakistanais ont été gratuitement fauchés par les drones de Barack Obama; personne ne s’est indigné devant les millions de morts que l’on a dénombrés au Congo depuis 1996 à cause du clan Clinton et des extrémistes tutsis dirigés par Paul Kagame.

En clair, personne ne s’indigne aussi longtemps que le cartel médiatique ne donne pas le feu vert. Contrairement à ce que l’on peut penser, le grand problème de Donald Trump, son plus grand péché, ce n’est pas son côté raciste, idiot et/ou narcissique, mais bien ses «carences» sur le plan communicationnel. En effet, nous sommes dans un monde où la posture, le paraître compte plus que tout; où tout ou presque est affaire de symboles et d’images; où on ne parle plus, mais on communique; où la communication a remplacé le « parler vrai » et tout ce qui s'apparente au «politiquement incorrect».

Bref, nous sommes dans un monde de ruse et de tromperies permanentes. Ce n’est pas ce qu’on dit de mal qui choque, mais la manière de le dire; ce ne sont pas les actions abominables qui suscitent l’indignation, mais la façon dont on les présente. Ainsi, un groupe d’individus qui flingue des journalistes français racistes est plus condamnable que des autorités françaises qui balancent des milliers de bombes sur la tête d’enfants et de femmes libyens, au prétexte de les sauver d’une dictature prétendument sanguinaire. Un Barack Obama qui, après avoir ordonné l’assassinat d’enfants pakistanais et propagé le chaos en Syrie, sillonne les rues de Washington DC à pieds, prenant des photos tout sourire avec les passants, est acclamé pour son côté « cool »; un Paul Kagame qui présente la ville propre de Kigali, après avoir joyeusement exterminé des millions de Rwandais et de Congolais, est envié et qualifié de «leader visionnaire», etc.

En fait, Donald Trump n’a pas encore compris que le monde d’aujourd’hui adore les hypocrites et les mystificateurs et ne supporte pas ceux qui disent ce qu’ils pensent; il n’a pas encore compris que l’indignation des esprits lobotomisés dépend du bon vouloir du cartel médiatique; il ne réalise toujours pas qu’une bonne opération de com permet d’occulter ce que nous avons de plus répugnant et de nous faire aimer du bon monde qui ne demande qu’à être entubé; il ne semble toujours pas comprendre qu’on peut être foncièrement raciste comme l’Amérique, profondément ignoble et sanguinaire comme le duo Obama-Clinton, et être adulé quand même quand on sait faire du Obama clintoridienne.

Bref, il n'a pas compris qu'il faut prendre un peu de lait nsambarisé pour comprendre le fonctionnement de ce drôle de monde. C'est un cancre qui ne comprend que ses propres sottises...

Videos

Analyses et Opinions

Guillaume Soro, Alassane Ouattara, Henri Konan Bédié et Laurent Gbagbo. AFP

Côte d’Ivoire recherche désespérément leader politique.

La Côte d’Ivoire a eu soixante ans ce 7 août 2020. A cette occasion, son président lui a offert un cadeau d’anniversaire de très mauvais goût. Alassane Dramane Ouattara est revenu sur sa promesse de ne pas briguer un troisième mandat. C’est ce que lui aurait demandé avec insistance une majorité de sa famille politique. Il a cédé à la tentation du combat de trop. Soit par suivisme, soit par égoïsme, ou alors sous l’effet conjugué des deux.
Kader Diarrassouba, Jeune ivoirien, exilé en France depuis 6 mois, membre Générations et Peuples Solidaires ( GPS )

Lettre ouverte à Monsieur Emmanuel Macron, Président de la République de France, par Kader Diarrassouba

Monsieur le Président, votre élection à la tête de la république française le 7 mai 2017 a sonné pour bien de jeunes africains comme un nouvel espoir, l’espoir qui diminue la peine de toutes les politiques antérieures de la Françafrique. Politique néo-coloniale décrite par François-Xavier Verschave comme « une nébuleuse d’acteurs économiques, politiques et militaires, en France et en Afrique, organisée en réseaux et lobbies, et polarisé sur l’accaparement de deux rentes : les matières premières et l’aide publique au développement.
Rex Kazadi, secrétaire général de Ba patriotes ya Kongo (BPK)

RDC: Rex Kazadi demande à la ville de Kinshasa de déboulonner le statue de Leopold II

Kinshasa, la capitale de la République démocratique du Congo, ancienne colonie Belge va-t-elle enboiter le pas d'Anvers et déboulonner la statue du roi Leopold II ? C'est en tout cas le souhaite de Rex Kazadi, secrétaire général de Ba patriotes ya Kongo (
Aimé Gata-Kambudi, Juriste spécialisé en Droit Public Approfondi

La gestion de la crise institutionnelle au Kongo central est-elle la preuve  d'un Etat de droit à géométrie variable ?

Une analyse chronologique et démonstrative de la crise qui tend à l’ingouvernabilité de la province, par Aimé Gata-Kambudi.
Royal Maroc

La Compagnie Royal Air Maroc va-t-elle prioriser le rapatriement des citoyens marocains & Africains ?

Sa Majesté le Roi du Maroc considère à juste titre que la vie des marocains a plus de valeur  que les intérêts économiques du pays, il conviendrait d’espérer que la compagnie nationale Royal Air Maroc en fasse de même quand les vols internationaux seront à nouveau ouverts à sa clientèle.
©J.M. Giordano / SOPA Imag/SIPA;

Le racisme : une plaie congénitale des USA

Toute société construite sur les fondements de l'exclusion d'une partie de la population est productrice de violence sous diverses formes, et son existence demeure gangrenée par des convulsions sociales permanentes.
Capture d'écran de la vidéo de l'arrestation qui a conduit au meurtre de George Floyd par un policier blanc de Minneapolis

Noirs tués par des policiers blancs aux États-Unis. Tout est avant tout question de rapport de force

Une autre vidéo d’un policier blanc américain tuant un Noir comme si de rien n’était. Une de plus diront certains. Eh oui une de plus ! Et comme d’habitude, ça va marcher, manifester et crier leur colère, sans plus. C’est à ce genre de spectacle que les Noirs américains nous ont habitués à chaque fois qu’un des leurs est tué par un policier blanc.