Le Cameroun doit se donner les moyens de survivre à Paul Biya

Le Président Camerounais, Paul Biya. | Image d'archives

Voilà bientôt 36 ans que le Cameroun est présidé par Paul Biya. L’année prochaine auront lieu les élections générales dans ce pays d’Afrique centrale. En attendant, ce sont les rumeurs sur la maladie/la mort de Paul Biya qui alimentent les discussions sur internet et dans les foyers.

Comme si la crise dite anglophone ne suffisait pas. Comme si la lutte contre Boko Haram avait déjà été gagnéeComme si la situation à la frontière avec la République Centrafricaine ne constituait plus une source d’inquiétudes, les Camerounais s’amusent à se faire peur en faisant courir les rumeurs les plus folles sur l’état de santé de leur président. Certains vont plus loin en annonçant sa mort, qui serait survenue à l’étranger. Que l’on soit partisan de Paul Biya ou pas, il n’est jamais sain de souhaiter la mort d’autrui ou de colporter des rumeurs sur sa mort. La mort est le passage obligé que nous finirons tous par emprunter tôt ou tard. En laissant derrière nous des personnes aux yeux desquelles nous étions un être cher. Ces dernières années, annoncer la mort de gens avant l’heure est devenue une tendance lourde. Des anonymes aux personnes connues comme Pierre de Moussy, Guy Lobe…… Chacun.e a eu droit à son traitement de faveur en la matière. Au-delà de cette dérive sociétale, il y a l’attitude des autorités camerounaises.

L’on ne peut donc pas dire que les autorités camerounaises, outre le démenti traditionnel par voie de communiqué de presse, auquel les Camerounais n’accordent que très peu de crédit, sont dépourvues de moyen de riposte face aux fake news.

Lutter contre les fake news

Une rumeur sur la mort du président Paul Biya avait déjà circulé en juin 2004. Le site internet African Independent et le bouche à oreille avaient entretenu les ragots pendant des jours. Quelques années plus tôt (1997), le quotidien Le Messager, avait évoqué dans ses colonnes un malaise cardiaque du locataire du Palais d’Etoudi lors de la finale de la Coupe du Cameroun de football masculin. A l’époque, le gouvernement avait poursuivi en justice et condamné à la prison ferme le directeur de publication du journal, le défunt Pius Njawé. L’on ne peut donc pas dire que les autorités camerounaises, outre le démenti traditionnel par voie de communiqué de presse, auquel les Camerounais n’accordent que très peu de crédit, sont dépourvues de moyen de riposte face aux fake news. Pourtant elles donnent l’impression désagréable de ne pas être équipées pour rassurer les Camerounais sur l’état de santé de leur président. Et d’attendre que le « fantôme » d’Étoudi fasse son « retour triomphal » quand bon lui semblera. L’éventuelle formule qu’il lancerait à l’occasion serait largement commentée et occuperait ainsi l’esprit et les conversations des Camerounais durant de nombreux jours. Tout cela dans le contexte d’un calendrier électoral historique pour le Cameroun, puisque 4 scrutins s’y tiennent cette année : municipales, législatives, présidentielle et sénatoriales. Le président Biya ayant promis récemment encore l’accélération de la décentralisation pour « le parachèvement de la mise en oeuvre des institutions prévues par la constitution », il n’est pas exclu que le total de ces scrutins s’élève à 5. Cinquante milliards de francs CFA (76 923 077 euros ) ont d’ores et déjà été mobilisés, pour permettre à ELECAM (Élections Cameroon), d’accomplir sa « noble mission électorale ». Le grand absent de cette photo de famille, c’est l’opposition camerounaise.

Le plus inquiétant c’est de s’imaginer que si le président Biya venait à effectivement mourir dans l’exercice de ses fonctions, son décès pourrait être caché aux Camerounais et à la classe politique camerounaise aussi longtemps que la famille et l’administration présidentielle le voudront.

Si Paul Biya venait à mourir

Les politicien.ne.s camerounais.e.s ne jurent que par l’élection présidentielle. Comme s’ils faisaient l’impasse sur toutes les autres échéances électorales, ou alors les considéraient comme des scrutins mineurs. Ils ne vivent que pour ce rendez-vous septennal. C’est du moins l’impression qu’ils/elles donnent. Sauf que dans leur rapport à la fonction présidentielle, ils semblent subir les événements plus qu’autre chose. À chaque élection, l’impression qu’ils dégagent est celle d’une volonté de dégagisme sous la forme exclusive du pousse-toi de là que je m’y mette. Une volonté masquée à chaque fois par le pseudo-principe selon lequel si leur programme est dévoilé longtemps avant les élections, il sera copié par les concurrent(e)s. Comme si les Camerounais n’étaient pas capables de faire la part des choses entre les créateurs et ceux qui les plagient. C’est dire toute l’estime dans laquelle ils tiennent les électeurs dont ils sollicitent le suffrage. À ce jeu-là, le RDPC (Rassemblement démocratique du peuple camerounais), ne fait pas mieux que ses rivaux de l’opposition. Son candidat « naturel » est pourtant aux affaires depuis un peu plus de trois décennies. Le plus inquiétant c’est de s’imaginer que si le président Biya venait à effectivement mourir dans l’exercice de ses fonctions, son décès pourrait être caché aux Camerounais et à la classe politique camerounaise aussi longtemps que la famille et l’administration présidentielle le voudront. Cette situation est inacceptable. Y compris au Cameroun.

Paul Biya a servi le Cameroun à sa manière. L’histoire se prononcera sur cette manière. À l’âge qui est le sien, il peut prendre sa retraite politique ou s’éteindre à n’importe quel moment. Les institutions camerounaises et l’opposition camerounaise doivent se tenir prêtes à faire face à cette éventualité.

Paul Biya a servi le Cameroun

Loin de demander aux opposants de présenter un candidat unique lors de la présidentielle ou d’organiser des primaires (qui n’ont pas que des vertus), l’urgence est de définir un statut de leader de l’opposition. Vu que les communiqués de la Présidence ne parviennent pas à dissiper les doutes sur l’état de santé ou la mort éventuelle du président de la République, le/la leader de l’opposition pourrait être associé.e au processus de constat de la vacance du pouvoir. Ses pairs pourraient ainsi lui déléguer le pouvoir d’exiger une rencontre, en présence d’un pool de journalistes, avec le président en exercice. Notamment quand celui-ci se trouve à l’étranger et que son absence prolongée fait courir des rumeurs persistantes. Paul Biya a servi le Cameroun à sa manière. L’histoire se prononcera sur cette manière. À l’âge qui est le sien, il peut prendre sa retraite politique ou s’éteindre à n’importe quel moment. Les institutions camerounaises et l’opposition camerounaise doivent se tenir prêtes à faire face à cette éventualité. Pas uniquement pour remplacer un homme, mais aussi et surtout pour assurer la continuité de l’État. Pour que les engagements pris sous la présidence de Paul Biya soient tenus. Par exemple : la lutte contre Boko Haram, l’approvisionnement sécurisé du Tchad et de la République Centrafricaine, l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations de football masculin… Le Cameroun est plus grand que tous ses enfants, pris collectivement ou individuellement. Il peut et doit leur survivre. C’est pourquoi il doit se donner les moyens de survivre au natif de Mvomeka’a.

Louis Keumayou

Videos

Analyses et Opinions

Gorille à dos argenté © Kiki Lawanda

Le Soft Power au Congo - Brazzaville : un levier de puissance et de développement

Le Congo, sans avoir mis en place une vraie stratégie pour se doter de ce pouvoir d’adhésion, a de nombreux atouts pour faire figure de leader du Soft Power en Afrique centrale.Une réflexion du Think Tank A.C.C. (Ateliers Citoyens du Congo)
Gorille à dos argenté © Kiki Lawanda

Le Soft Power au Congo - Brazzaville : un levier de puissance et de développement

Une réflexion du Think Tank A.C.C. (Ateliers Citoyens du Congo)Le Soft Power est la puissance de séduction et de persuasion d’un Etat. L’attractivité de la culture, la force de la diplomatie publique, le rayonnement du modèle politico-économique et de ses valeurs propres sont vecteurs du soft power d'un pays.Le Congo, sans avoir mis en place une vraie stratégie pour se doter de ce pouvoir d’adhésion, a de nombreux atouts pour faire figure de leader du Soft Power en Afrique centrale.
Vital Kamerhe

RDC : les leçons du deuxième round du procès Vital Kamerhe

Le deuxième round du procès opposant le ministère public congolais à Vital Kamerhe a été beaucoup plus intéressant que le premier round. En regardant le film du procès, j’ai vu un Vital Kamerhe sûr de lui comme d’habitude, combattif, mais pas nécessairement porté à en découdre, comme il y a trois semaines. La « surdose » d’arrogance du premier face-à-face a laissé place à une petite dose de retenue qui, de temps à autre, a laissé libre cours à une certaine impudence.
Jean-Jacques Mamba, député du MLC de Jean-Pierre Bemba arrêté pour faux et usage de faux

La séparation des pouvoirs et la problématique de la question de l'immunité parlementaire à l'épreuve en RDC

La présidente de la chambre basse du parlement de la RDC, Jeannine Mabunda hausse le ton et monte au créneau pour interpeller le ministère public afin de procéder à la suspension des poursuites engagées contre un député en pleine session. Jean-Jacques Mamba, député du MLC de Jean-Pierre Bemba auteur d'une pétition a été arrêté ce matin puis présenté illico presto devant un juge qui a décidé de l' assigner e
Vital Kamerhe à l'ouverture de son procès au centre pénitentiaire et de rééducationde de Kinshasa (ex-prison de Makala), Kinshasa, RDC 11 mai 2020. (Capture d'écran)

RDC : "L'affaire Kamerhe", un procès pour corruption au sommet de l'Etat qui interpelle toute l'Afrique

Vital Kamerhe a été arrêté le 8 avril 2020. Depuis, il est incarcéré à titre préventif à la prison centrale de Kinshasa. C'était le principal allié politique du président congolais Félix Tshisekedi. Il avait activement contribué à son accession au pouvoir, avant de devenir son puissant chef de cabinet. Il est accusé, avec deux autres prévenus, du détournement de 50 millions de dollars. Des fonds destinés au financement de grands travaux de modernisation des infrastructures du pays, lancés par le chef de l'Etat après son investiture le 24 janvier 2019.
Vital Kamerhe, Directeur du cabinet du président Felix-Antoine Tshisekedi

RDC : Les leçons du premier round du procès Vital Kamerhe

Le premier jour du procès Kamerhe laisse apparaître la stratégie que compte adopter la défense du directeur de cabinet de Félix Tshisekedi. En regardant le film du procès, j’ai vu un Kamerhe sûr de lui, combattif et prêt à en découdre. Ça promet. J’ai également observé un Kamerhe un peu hésitant lorsque le ministère public a voulu avoir des précisions sur son rôle dans le programme des 100 jours. A-t-il agi en tant que directeur de cabinet, superviseur ou les deux ? s’est interrogé le ministère public.
Marien Fauney Ngombé fondateur des Ateliers Citoyens du Congo (ACC)

Manifeste pour un ministère de la prospective et de l’évaluation de l'action publique au Congo - Brazzaville

S’il est une chose certaine à propos de la crise liée au Covid -19 que nous vivons, c’est qu’elle dépasse par son étendue dans l’espace et sa rapidité de propagation les pires scenarii imaginables. La pandémie a surpris les sociétés les plus averties en terme d’études sur la prévention des catastrophes auxquelles s’expose l’humanité. Les gouvernements n’ayant pas pu anticiper cette crise multiforme n’ont pu que réagir sur l’instant. La gestion de crise a été peu évidente pour les pays du Nord comme pour ceux du Sud.