Kenya : que veut Raïla Odinga ?

Le président sortant, Uhuru Kenyatta et son adversaire Raïla Amolo Odinga

L’élection présidentielle du 8 août 2017 au Kenya n’en finit pas de nous surprendre. Après les résultats publiés par la commission électorale dénommée IEBC – Independent Electoral and Boundaries Commission, qui donnaient le président sortant vainqueur, la Cour suprême a annulé les élections. Une première en Afrique. Un scrutin a été organisé pour réparer les irrégularités du premier tour. Raïla Amolo Odinga a choisi de ne pas s’y présenter. A la proclamation du résultat, il exige un nouveau scrutin dans les 90 jours. L’Afrique passe souvent pour être le tombeau de la démocratie. La dernière présidentielle au Kenya a prouvé que lorsque les institutions fonctionnent normalement, les imperfections de la Commission électorale peuvent être réparées. C’est ainsi que, malgré les 54,27% de voix qui le plaçaient devant Raïla Amolo Odinga, arrivé deuxième avec 44,74% des voix, Uhuru Kenyatta a dû à nouveau solliciter les suffrages de ses compatriotes le 26 octobre. Quant à celui qui devait être son rival du second tour, Raïla Odinga, il a fait le choix de ne pas participer à l’élection de jeudi dernier. Elle a eu lieu dans des conditions difficiles, mais elle a fini par avoir lieu. Une abstention et des morts Cette nouvelle élection a eu un coût en vies humaines très élevé. Près de 50 morts entre le deuxième et le troisième tour. Les médias internationaux en ont fait leurs choux gras. La question que cette attitude pose c’est celle de savoir pourquoi donner le bilan des morts, le répéter tout au fil de la journée, sans préciser les conditions dans lesquelles ces personnes sont décédées. Faudrait-il interdire aux gens de mourir en période électorale ? Sans minimiser le nombre de morts, car tout-e mort-e est un-e mort-e de trop, quel intérêt a la presse à donner des chiffres secs nous indiquant le nombre de vies perdues sans plus de précision ? Est-ce pour essayer de les ressusciter ou alors pour inciter à plus de violences et donc, in fine, à plus de morts ? Naufragés du premier tour Le leader de l’opposition ayant choisi de ne pas prendre part au second tour de la présidentielle auquel il s’était pourtant qualifié, le président sortant, Uhuru Kenyatta, a dû repêcher des candidats malheureux du premier tour pour que son éventuelle réélection ne se fasse pas avec un score à la soviétique. D’où le choix d’adversaires de substitution pour tenir des élections relativement acceptables. Les élections n’ont pas pu se tenir dans 4 comtés de l’ouest du Kenya sur 47, soit moins de 10% du corps électoral. Pour éviter un bilan en pertes humaines encore plus lourd, les autorités kenyannes ont choisi de reporter la date des élections dans ces comtés. Ce qui ne convient pas à Raïla Odinga. Des élections dans 90 jours Cette fois-ci, sous prétexte qu’à Mathare (banlieue de Nairobi), Kisumu ou encore Migori, les électeurs ont choisi de ne pas se rendre aux bureaux de vote ou que ces bureaux ont connu une faible affluence, Raila Odinga voudrait que de nouvelles élections soient convoquées dans les 90 jours. Pour le premier et le second tour il ne faisait pas confiance à la commission électorale. Cette Commission électorale n’a pas changé.  Lire la suite.

Videos

Analyses et Opinions

Domingos Simões Pereira / DR

Entretien avec Domingos Simões Pereira : "le mécanisme international de sanctions contre tous ceux qui entravent la loi doit être appliqué"

C’est dans un grand hôtel parisien que le rendez-vous est fixé pour un entretien avec Domingos Simoes Pereira, candidat malheureux à la dernière élection présidentielle en Guinée-Bissau. En France pour une tournée politico-médiatique, celui qui aurait selon les résultats de la Commission électorale nationale recueilli 46% contre 54% pour Umaro Sissoco 
Azarias Ruberwa Manywa, ministre de la décentralisation en RDC et leader de la communauté Banyamulenge

RDC : Les « Banyamulenge ». Qui sont-ils réellement ?

La question des « Banyamulenge » a toujours suscité des débats passionnés en RDC. Il faut que les Congolais et la Communauté internationale comprennent une chose : ceux qu’on appelle « Banyamulenge » sont des Tutsis rwandais arrivés au Congo suite à la Révolution sociale hutue qui a conduit à la chute de la monarchie tutsie au Rwanda, en 1959.

IRAN vs États-Unis : la colère des Mollahs

Au lendemain de la riposte de Téhéran à l’assassinat du général Qassem Soleimani, Donald Trump a livré un discours dans lequel il a joué l’apaisement, se félicitant du fait que les 22 missiles iraniens tirés sur deux bases américaines en Irak n’avaient fait aucune victime. Pour la plupart des analystes occidentaux, l’Iran voulait tout simplement « bluffer ».
Les congolais refusent la balkanisation de leur pays.

Le projet de balkanisation de la RDC n'est pas une vue de l'esprit

Ces derniers temps, plusieurs personnalités congolaises sont montées au créneau pour attirer l’attention sur le risque de balkanisation de la RD Congo, relançant le débat sur cette thèse. Les Rwandais, par la voix du secrétaire d’État Olivier Nduhungirehe, parlent de « théorie du complot ». Mêmement du côté de CACH et de ses sympathisants devenus foncièrement allergiques à toute critique adressée à leur nouvel allié, Paul Kagame.
Des billets de 5.000, 2.000 et 500 francs CFA, en 2017. — Crédit ISSOUF SANOGO / AFP

F. CFA, ECO et présence française au Sahel: c'est aux Africains de prendre leurs responsabilités


Ce sont les chefs d'État africains qui ont décidé de passer du Franc CFA à l’Éco, mais c'est Emmanuel Macron que certains Africains accusent de tous les maux. Alors qu’il a été décidé que la France ne nommera plus aucun représentant au conseil d'administration et au comité de politique monétaire de la BCEAO, ni à la commission bancaire de l'UMOA, il y a toujours de l’agitation dans l’air.
Felix Tshisekedi face à la diaspora congolaise de France. 12/11/2019 à Paris

Félix Tshisekedi à Paris ou l’image d’un président qui refuse de devenir Président

En écoutant Félix Tshisekedi s’exprimer devant des membres de la diaspora congolaise de France réunis ce 11 novembre à l’hôtel pullman de Paris, on ne peut s’empêcher de se poser des questions sur les facultés intellectuelles et morales de celui qui préside par procuration à la destinée de la RD Congo. En l’écoutant, on a du mal à croire que ce monsieur est le président de tous les Congolais.
Louis Magloire Keumayou © Capture d'écran de France 24

Sommet Russie-Afrique:une rencontre «plus sécuritaire qu’économique» (analyste)

La ville russe de Sotchi va accueillir du 22 au 24 octobre prochain le tout premier sommet Russie-Afrique, une rencontre, certes placée sous le signe du renforcement des relations entre les deux entités, mais qui sera « plus sécuritaire qu’économique », a confié l’éditorialiste camerounais, Louis Magloire Keumayou.