Kenya : que veut Raïla Odinga ?

Le président sortant, Uhuru Kenyatta et son adversaire Raïla Amolo Odinga

L’élection présidentielle du 8 août 2017 au Kenya n’en finit pas de nous surprendre. Après les résultats publiés par la commission électorale dénommée IEBC – Independent Electoral and Boundaries Commission, qui donnaient le président sortant vainqueur, la Cour suprême a annulé les élections. Une première en Afrique. Un scrutin a été organisé pour réparer les irrégularités du premier tour. Raïla Amolo Odinga a choisi de ne pas s’y présenter. A la proclamation du résultat, il exige un nouveau scrutin dans les 90 jours. L’Afrique passe souvent pour être le tombeau de la démocratie. La dernière présidentielle au Kenya a prouvé que lorsque les institutions fonctionnent normalement, les imperfections de la Commission électorale peuvent être réparées. C’est ainsi que, malgré les 54,27% de voix qui le plaçaient devant Raïla Amolo Odinga, arrivé deuxième avec 44,74% des voix, Uhuru Kenyatta a dû à nouveau solliciter les suffrages de ses compatriotes le 26 octobre. Quant à celui qui devait être son rival du second tour, Raïla Odinga, il a fait le choix de ne pas participer à l’élection de jeudi dernier. Elle a eu lieu dans des conditions difficiles, mais elle a fini par avoir lieu. Une abstention et des morts Cette nouvelle élection a eu un coût en vies humaines très élevé. Près de 50 morts entre le deuxième et le troisième tour. Les médias internationaux en ont fait leurs choux gras. La question que cette attitude pose c’est celle de savoir pourquoi donner le bilan des morts, le répéter tout au fil de la journée, sans préciser les conditions dans lesquelles ces personnes sont décédées. Faudrait-il interdire aux gens de mourir en période électorale ? Sans minimiser le nombre de morts, car tout-e mort-e est un-e mort-e de trop, quel intérêt a la presse à donner des chiffres secs nous indiquant le nombre de vies perdues sans plus de précision ? Est-ce pour essayer de les ressusciter ou alors pour inciter à plus de violences et donc, in fine, à plus de morts ? Naufragés du premier tour Le leader de l’opposition ayant choisi de ne pas prendre part au second tour de la présidentielle auquel il s’était pourtant qualifié, le président sortant, Uhuru Kenyatta, a dû repêcher des candidats malheureux du premier tour pour que son éventuelle réélection ne se fasse pas avec un score à la soviétique. D’où le choix d’adversaires de substitution pour tenir des élections relativement acceptables. Les élections n’ont pas pu se tenir dans 4 comtés de l’ouest du Kenya sur 47, soit moins de 10% du corps électoral. Pour éviter un bilan en pertes humaines encore plus lourd, les autorités kenyannes ont choisi de reporter la date des élections dans ces comtés. Ce qui ne convient pas à Raïla Odinga. Des élections dans 90 jours Cette fois-ci, sous prétexte qu’à Mathare (banlieue de Nairobi), Kisumu ou encore Migori, les électeurs ont choisi de ne pas se rendre aux bureaux de vote ou que ces bureaux ont connu une faible affluence, Raila Odinga voudrait que de nouvelles élections soient convoquées dans les 90 jours. Pour le premier et le second tour il ne faisait pas confiance à la commission électorale. Cette Commission électorale n’a pas changé.  Lire la suite.

Videos

Analyses et Opinions

Le président de la RDCongo, Joseph Kabila, à Kinshasa. 26 janvier 2018 | AFP | THOMAS NICOLON

Présidentielle en RDC: Kabila chef de file d'une coalition électorale

Le président congolais Joseph Kabila, que ses adversaires accusent de vouloir briguer un troisième mandat contre la Constitution, a été désigné "autorité morale" d'une plate-forme électorale présentée jeudi en conseil des ministres, selon un compte-rendu de l'exécutif diffusé vendredi.
Joseph Kabila et Emmerson Mnangagwa, le 27 février 2018 à Kinshasa. © DR / Présidence RDC

RDC : Est-ce à l’étranger que tout se jouera?

Partira ou ne partira pas? C’est la question que de nombreux Congolais et observateurs de la scène politique RDCienne se posent à propos de Joseph Kabila. Dans le camp du pouvoir, on jure par tous les dieux que le chef de l’État congolais va respecter la Constitution.
Ces dirigeants africains qui rêvent secrètement (ou pas) de rester au pouvoir

Troisième mandat présidentiel, nouveau jeu de certains Présidents Africains.

En accédant à la magistrature suprême, ils jurent tous fidélité aux textes qui leur ont permis d’être à la tête de leur nation. Pourtant, certains présidents africains semblent avoir découvert des nouveaux jeux leur permettant de continuer une partie qui se joue uniquement en deux manches. 
Mamoudou Gassama, sauveur enfant de 4 ans.

Humeur : Mamoudou Gassama, Africain et héroïque

Si nous n'avions pas été dans l'ère des réseaux sociaux, son exploit nous aurait été conté comme dans nos légendes africaines mettant en scène la bravoure de nos héros.Sauf que nous sommes en France. En 2018 et que chacun est équipé d'un smartphone. Un outil grâce ou a cause duquel plus rien ne sera jamais comme avant. Mamoudou Gassama en se réveillant ce matin du 27 mai 2018 était à mille lieux de s'imaginer en héros mondial a la tombée de la nuit. 
Le général Mokoko, ex-candidat à la présidentielle de 2016, à Brazzaville

Congo Brazza : Que peut- on retenir du procès du Général Jean Marie Michel Mokoko ?

Nous venons tous de suivre ce procès qui ne cesse de faire couler beaucoup d'encres tant au niveau national qu'international. La condamnation ne peut être une fatalité si l'on s'appuie sur l'histoire évenementielle de la politique africaine des années cinquante à ce jour.
L'ex-candidat à la présidentielle, le général Jean-Marie Michel Mokoko, à l’ouverture de son procès, le 7 mai 2018 / Florence Morice

Procès Mokoko : que veut Denis Sassou Nguesso ?

Les différends entre deux chevaliers se réglaient lors d’un face-à-face dont l’issue incertaine, avait l’avantage de déterminer sans équivoque le vainqueur. C’est en cette règle que le Général Jean-Marie Michel Mokoko a cru lorsqu’il s’était lancé dans la campagne présidentielle de 2016. Je te dois. Tu me dois.
Ali Bongo Ondimba, le président gabonais, en visite officielle au Burundi, passant les troupes en revue avec son homologue Christian Nkurunziza le 13 avril 2018 à Bujumbura. © DR – DCP Burundi

Ali Bongo intensifie son action diplomatique en Afrique Centrale

Ali Bongo Ondimba était en fin de semaine dernière en visite officielle au Burundi. Le chef de l’Etat gabonais, qui est également le président en exercice de la CEEAC, s’est montré ces derniers mois très actif sur le plan diplomatique, notamment en Afrique Centrale. Voici pourquoi.