Kenya : que veut Raïla Odinga ?

Le président sortant, Uhuru Kenyatta et son adversaire Raïla Amolo Odinga

L’élection présidentielle du 8 août 2017 au Kenya n’en finit pas de nous surprendre. Après les résultats publiés par la commission électorale dénommée IEBC – Independent Electoral and Boundaries Commission, qui donnaient le président sortant vainqueur, la Cour suprême a annulé les élections. Une première en Afrique. Un scrutin a été organisé pour réparer les irrégularités du premier tour. Raïla Amolo Odinga a choisi de ne pas s’y présenter. A la proclamation du résultat, il exige un nouveau scrutin dans les 90 jours. L’Afrique passe souvent pour être le tombeau de la démocratie. La dernière présidentielle au Kenya a prouvé que lorsque les institutions fonctionnent normalement, les imperfections de la Commission électorale peuvent être réparées. C’est ainsi que, malgré les 54,27% de voix qui le plaçaient devant Raïla Amolo Odinga, arrivé deuxième avec 44,74% des voix, Uhuru Kenyatta a dû à nouveau solliciter les suffrages de ses compatriotes le 26 octobre. Quant à celui qui devait être son rival du second tour, Raïla Odinga, il a fait le choix de ne pas participer à l’élection de jeudi dernier. Elle a eu lieu dans des conditions difficiles, mais elle a fini par avoir lieu. Une abstention et des morts Cette nouvelle élection a eu un coût en vies humaines très élevé. Près de 50 morts entre le deuxième et le troisième tour. Les médias internationaux en ont fait leurs choux gras. La question que cette attitude pose c’est celle de savoir pourquoi donner le bilan des morts, le répéter tout au fil de la journée, sans préciser les conditions dans lesquelles ces personnes sont décédées. Faudrait-il interdire aux gens de mourir en période électorale ? Sans minimiser le nombre de morts, car tout-e mort-e est un-e mort-e de trop, quel intérêt a la presse à donner des chiffres secs nous indiquant le nombre de vies perdues sans plus de précision ? Est-ce pour essayer de les ressusciter ou alors pour inciter à plus de violences et donc, in fine, à plus de morts ? Naufragés du premier tour Le leader de l’opposition ayant choisi de ne pas prendre part au second tour de la présidentielle auquel il s’était pourtant qualifié, le président sortant, Uhuru Kenyatta, a dû repêcher des candidats malheureux du premier tour pour que son éventuelle réélection ne se fasse pas avec un score à la soviétique. D’où le choix d’adversaires de substitution pour tenir des élections relativement acceptables. Les élections n’ont pas pu se tenir dans 4 comtés de l’ouest du Kenya sur 47, soit moins de 10% du corps électoral. Pour éviter un bilan en pertes humaines encore plus lourd, les autorités kenyannes ont choisi de reporter la date des élections dans ces comtés. Ce qui ne convient pas à Raïla Odinga. Des élections dans 90 jours Cette fois-ci, sous prétexte qu’à Mathare (banlieue de Nairobi), Kisumu ou encore Migori, les électeurs ont choisi de ne pas se rendre aux bureaux de vote ou que ces bureaux ont connu une faible affluence, Raila Odinga voudrait que de nouvelles élections soient convoquées dans les 90 jours. Pour le premier et le second tour il ne faisait pas confiance à la commission électorale. Cette Commission électorale n’a pas changé.  Lire la suite.

Videos

Analyses et Opinions

Migrants montant dans un bateau. Image d'archives

[Tribune] Migrants, notre dernière chance de survie

Ce qu’on appelle « crise migratoire » est une expérience humaine. C’est un test d’humanité. C’est notre dernière chance de survie.
La ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, devenue secrétaire générale de l'OIF

Qui est Louise Mushikiwabo, la nouvelle secrétaire générale de l’OIF ?

La ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, a été désignée secrétaire générale de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), en dépit des critiques émanant d’organisations de défense des droits de l’Homme. Mais qui est cette femme à qui le Canada, la France et le Québec ont apporté leur soutien?
Thomas Sankara avec Blaise Compaoré

15 octobre 1987, Thomas Sankara aurait-il voulu quitter la scène en étant assassiné ?

Thomas Sankara est mort « assassiné » le 15 octobre 1987. Et c’est Blaise Compaoré qui a tué son ami, suivant le récit des deux Libériens, deux proches de Taylor, et qui dit Charles Taylor pense indubitablement à la CIA. Les deux Libériens ont été présents au moment de l’assassinat de Sankara, quand Compaoré vidait son arme sur son ami de plus de 30 ans. Sankara était pourtant armé ce jour-là, mais l’homme a toujours été armé, Il l’était aussi quand Blaise et le général Gilbert Diendéré ont fait leur irruption dans le bureau où il se trouvait.
Faustin-Archange Touadéra, Président de la Centrafrique

Sommet de la Francophonie : les dessous du mini sommet sur la RCA .

Se sentant démarquer par Moscou à Bangui, Paris essaie de rabattre ses cartes pour ne pas perdre totalement la place sur le terrain. L’enjeu est à la fois géopolitique et géostratégique et prend les allures d’une guerre Froide entre Moscou et Paris qui utilise ses anciens relais du pré-carré pour faire barrage à Moscou.
Candidats à l'élection présidentielle 2018 au Cameroun

Lettre de Charles ONANA aux dirigeants camerounais et aux responsables de l'opposition

Le Cameroun traverse actuellement une crise majeure qui peut conduire à l'embrasement du pays si elle n'est pas gérée avec toute l'intelligence nécessaire de la part du pouvoir et de l'opposition. C'est la première fois depuis l'accession à l'indépendance que la contestation du pouvoir en place risque d'entraîner le Cameroun, déjà en proie à l'insécurité, à la dérive. 
Image d'illustration

L’Art comme l’Afrique : Réponse à Jacque ATTALI

Je viens de lire le texte Jacques Attali intitulé « Et l’Afrique ? » dans lequel l’intellectuel français broge une image sur l’absence de l’art en Afrique subsaharienne. Sans remettre en cause les qualités intellectuelles de l’auteur qui sont indiscutables, le fil conducteur de son argumentation est principalement le manque de logique.
Eric Zemmour face à Hapsatou Sy - Capture d'écran C8

Les Français d’origine africaine versent dans la victimisation en lieu et place de s’organiser

Éric Zemmour peut tenir des propos désobligeants voire racistes à l’égard des Noirs et des Arabes français, il sera toujours invité dans les médias français, au nom de la liberté d’expression par les mêmes qui ont juré de ne plus jamais inviter l’humoriste Dieudonné parce qu’il aurait tenu des propos antisémites.