Kenya: annulation de la présidentielle, une décision historique

Des soutiens du candidat de l'opposition, Raila Odinga, se réjouissent de l'annulation del'élection présidentielle par la Cour Suprême, à Nairobi | AFP | TONY KARUMBA

La décision de la Cour suprême du Kenya d'annuler l'élection présidentielle du 8 août a été saluée pour son "courage" et le précédent qu'elle établit pour l'Afrique, mais sa portée, estiment les analystes, dépendra beaucoup de l'attitude des dirigeants kényans et de la crédibilité du nouveau scrutin.

- Une décision "historique" -

La proclamation de la victoire du président sortant Uhuru Kenyatta par la Commission électorale (IEBC) a été déclarée "invalide et nulle" vendredi par la Cour suprême, qui a évoqué des "irrégularités" dans la transmission des résultats après avoir été saisie par le candidat d'opposition Raila Odinga.

"C'est une décision historique, une première en Afrique", continent traversé de crises électorales plus ou moins violentes, estime Murithi Mutiga, du centre d'analyse International Crisis Group, rappelant que M. Odinga avait été débouté par cette même Cour suprême - alors composée d'autres juges - en 2013.

"Cela veut dire que le Kenya, une des sociétés les plus ouvertes d'Afrique, gagne en maturité démocratique. Cela veut aussi dire que, désormais, l'opposition peut se tourner vers la justice et partir du principe qu'elle sera équitable", ajoute-t-il.

Pour Nic Cheeseman, professeur de politique africaine à l'université de Birmingham, beaucoup d'observateurs s'attendaient à une décision "conservatrice" basée sur la décision de 2013, alors vilipendée pour son recours à une jurisprudence discutable et ses nombreuses arguties procédurales.

Pour Amnesty International, cette décision prise dans un pays où les accusations de fraudes électorales accompagnent chaque scrutin "démontre l'indépendance du système judiciaire kényan et montre l'exemple au reste du monde".

Le jugement "renforce la constitution" progressiste adoptée en 2010, mais "va aussi soulever de nombreuses questions au sujet des observateurs électoraux étrangers, qui avaient massivement salué la bonne tenue du jour du scrutin", relève par ailleurs un diplomate africain, sous couvert de l'anonymat.

- Plongeon dans l'inconnu -

Quelles sont exactement les "irrégularités et illégalités" évoquées par la Cour suprême? Etaient-elles délibérées? Relèvent-elles de problèmes structurels au sein de l'IEBC? La Cour suprême ne s'est pour l'heure pas prononcée sur le sujet: elle n'a rendu vendredi qu'un très bref résumé de sa décision.

Le jugement complet, dont on ne sait même pas s'il abordera toutes ces questions, doit être publié d'ici 21 jours. "Les juges viennent de rendre une des décisions les plus importantes de l'histoire du Kenya, mais nous devrons attendre 21 jours pour connaître ses motivations", note M. Cheeseman.

Et le Kenya, face à une décision inédite, va dès lors avancer à l'aveugle au moins pendant cette période, regrettent les analystes, car les précisions de la Cour suprême influenceront inévitablement la préparation du scrutin ainsi que l'identité de ceux qui s'en chargeront.

"Une des raisons pour lesquelles l'élection du 8 août n'a pas été bien menée est que l'IEBC a eu peu de temps pour l'organiser", soutient M. Cheeseman, rappelant que les nouveaux commissaires de l'IEBC avaient été nommés sept mois avant le scrutin à la suite de manifestations de l'opposition. "Et maintenant, il y aura encore moins de temps".

Quant au diplomate africain, il s'attend à ce que les candidats malheureux aux autres élections organisées le 8 août - gouverneurs, députés, sénateurs, etc - se tournent désormais en masse vers la justice, espérant eux aussi obtenir gain de cause.

- Ne pas tout gâcher -

"Beaucoup de gens vont être nerveux. Le Kenya sort d'une élection difficile et controversée, et cette décision plonge le pays dans une nouvelle campagne électorale qui va commencer presque immédiatement", souligne M. Cheeseman. "Mais le résultat de la prochaine élection pourrait également être controversé, et l'élection pourrait être aussi tendue que celle que nous venons de voir".

A cet égard, "la réaction des leaders politiques sera cruciale dans les deux mois à venir", estime Murithi Mutiga. "Ils doivent montrer de la maturité, et s'assurer qu'ils ne gâchent pas ce que j'estime être une étape extrêmement importante pour la démocratie au Kenya".

M. Muthiga soutient toutefois qu'"il va être difficile de montrer de la retenue dans cet environnement extrêmement polarisé", les profondes fractures ethniques, économiques et politiques traversant le Kenya ayant une nouvelle fois été exacerbées avant, pendant et après l'exercice démocratique.

L'ONG Amnesty International a elle appelé la police à la "retenue" face aux célébrations et protestations à la suite du jugement. Les forces de l'ordre avaient été critiquées pour la répression des manifestations ayant suivi la proclamation de la victoire de M. Kenyatta, faisant au moins 21 morts.

Videos

Analyses et Opinions

Vital Kamerhe et Felix Tshisekedi

Présidentielle en RDC - Une signature est la preuve irrefutable d’un engagement

Question d’éducation de base à la maison : quand on donne sa parole, on s’y tient. Quand on signe un document, la signature n’est pas “rétirable” au gré des vagues, des humeurs ou des odeurs de quelques pneus brûlés par une dizaine d’inciviques. ”retirer sa signature” est un acte lâche, ignoble, immoral et malhonnête qui s’apparente à du parjure. C’est pour ça que les chinois ont inventé l’encre, pour que l’écrit traverse le temps et que l’avenir s’en souvienne, “verba volant, scripta manent”.
De gauche à droite, plusieurs leaders de l'opposition congolaise: Vital Kamerhe, Felix Tshisekedi, Adolphe Muzito, Moise Katumbi et Jean-Pierre Bemba, lors d'une réunion à Bruxelles le 4 septembre 2018. © © AFP/John Thys

Désignation du candidat commun de l'opposition : le «conciliabule» de la discorde

Qui de Vital Kamerhe, Martin Fayulu, Félix Tshisekedi, Freddy Matungulu sera le candidat commun de l’opposition ? La question est sur toutes les lèvres. Les oracles se perdent en conjecture, quand la boule de cristal du célèbre féticheur mort-mort refuse de s’allumer. Appelés en renfort, les marabouts du Bénin et de Côte d’Ivoire ont fini par jeter l’éponge. Même Yahvé aurait choisi, dit-on, de détourner le regard.
Emmanuel Ramazani Shadary, candidat à la présidentielle en RDC

RDC : Entrer dans l'histoire par le Haut

Tribune - Chaque pays, évidemment, regarde le Monde du haut de son clocher. Et le paysage de la République Démocratique du Congo, observé de ce point de vue, semble enthousiasmant avec la possibilité pour le peuple Congolais de se choisir ses dirigeants le 23 décembre 2018.
Manifestation à Yaoundé. / Image d'archives / Reuters

Les Camerounais sont-ils inaptes à s’occuper de leur pays ?

Depuis la proclamation des résultats de l’élection présidentielle du dimanche 7 octobre 2018, certaines voix moquent l’incapacité des Camerounais à chasser Paul Biya, leur vieux président âgé de 85 ans – dont 36 passés au Palais présidentiel d’Étoudi – du pouvoir. Une légende sans aucun fondement objectif.
De g. à dr. : les opposants congolais Vital Kamerhe, Félix Tshisekedi, Adolphe Muzito, Moïse Katumbi et Jean-Pierre Bemba, à Bruxelles, le 12 septembre 2018. CRÉDITS : JOHN THYS / AFP

Dossier Présidentielle en RDC : Comprendre le linge sale des opposants congolais

Par une présentation des differents acteurs de l'opposition politique en RD Congo, Patrick Mbeko explique les raisons des difficultés qu'ils rencontrent pour la designation d'un candidat unique devant faire face à Emmanuel Ramazani Shadari, dauphin désigné de Joseph Kabila.
Migrants montant dans un bateau. Image d'archives

[Tribune] Migrants, notre dernière chance de survie

Ce qu’on appelle « crise migratoire » est une expérience humaine. C’est un test d’humanité. C’est notre dernière chance de survie.
La ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, devenue secrétaire générale de l'OIF

Qui est Louise Mushikiwabo, la nouvelle secrétaire générale de l’OIF ?

La ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, a été désignée secrétaire générale de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), en dépit des critiques émanant d’organisations de défense des droits de l’Homme. Mais qui est cette femme à qui le Canada, la France et le Québec ont apporté leur soutien?