Kenya: annulation de la présidentielle, une décision historique

Des soutiens du candidat de l'opposition, Raila Odinga, se réjouissent de l'annulation del'élection présidentielle par la Cour Suprême, à Nairobi | AFP | TONY KARUMBA

La décision de la Cour suprême du Kenya d'annuler l'élection présidentielle du 8 août a été saluée pour son "courage" et le précédent qu'elle établit pour l'Afrique, mais sa portée, estiment les analystes, dépendra beaucoup de l'attitude des dirigeants kényans et de la crédibilité du nouveau scrutin.

- Une décision "historique" -

La proclamation de la victoire du président sortant Uhuru Kenyatta par la Commission électorale (IEBC) a été déclarée "invalide et nulle" vendredi par la Cour suprême, qui a évoqué des "irrégularités" dans la transmission des résultats après avoir été saisie par le candidat d'opposition Raila Odinga.

"C'est une décision historique, une première en Afrique", continent traversé de crises électorales plus ou moins violentes, estime Murithi Mutiga, du centre d'analyse International Crisis Group, rappelant que M. Odinga avait été débouté par cette même Cour suprême - alors composée d'autres juges - en 2013.

"Cela veut dire que le Kenya, une des sociétés les plus ouvertes d'Afrique, gagne en maturité démocratique. Cela veut aussi dire que, désormais, l'opposition peut se tourner vers la justice et partir du principe qu'elle sera équitable", ajoute-t-il.

Pour Nic Cheeseman, professeur de politique africaine à l'université de Birmingham, beaucoup d'observateurs s'attendaient à une décision "conservatrice" basée sur la décision de 2013, alors vilipendée pour son recours à une jurisprudence discutable et ses nombreuses arguties procédurales.

Pour Amnesty International, cette décision prise dans un pays où les accusations de fraudes électorales accompagnent chaque scrutin "démontre l'indépendance du système judiciaire kényan et montre l'exemple au reste du monde".

Le jugement "renforce la constitution" progressiste adoptée en 2010, mais "va aussi soulever de nombreuses questions au sujet des observateurs électoraux étrangers, qui avaient massivement salué la bonne tenue du jour du scrutin", relève par ailleurs un diplomate africain, sous couvert de l'anonymat.

- Plongeon dans l'inconnu -

Quelles sont exactement les "irrégularités et illégalités" évoquées par la Cour suprême? Etaient-elles délibérées? Relèvent-elles de problèmes structurels au sein de l'IEBC? La Cour suprême ne s'est pour l'heure pas prononcée sur le sujet: elle n'a rendu vendredi qu'un très bref résumé de sa décision.

Le jugement complet, dont on ne sait même pas s'il abordera toutes ces questions, doit être publié d'ici 21 jours. "Les juges viennent de rendre une des décisions les plus importantes de l'histoire du Kenya, mais nous devrons attendre 21 jours pour connaître ses motivations", note M. Cheeseman.

Et le Kenya, face à une décision inédite, va dès lors avancer à l'aveugle au moins pendant cette période, regrettent les analystes, car les précisions de la Cour suprême influenceront inévitablement la préparation du scrutin ainsi que l'identité de ceux qui s'en chargeront.

"Une des raisons pour lesquelles l'élection du 8 août n'a pas été bien menée est que l'IEBC a eu peu de temps pour l'organiser", soutient M. Cheeseman, rappelant que les nouveaux commissaires de l'IEBC avaient été nommés sept mois avant le scrutin à la suite de manifestations de l'opposition. "Et maintenant, il y aura encore moins de temps".

Quant au diplomate africain, il s'attend à ce que les candidats malheureux aux autres élections organisées le 8 août - gouverneurs, députés, sénateurs, etc - se tournent désormais en masse vers la justice, espérant eux aussi obtenir gain de cause.

- Ne pas tout gâcher -

"Beaucoup de gens vont être nerveux. Le Kenya sort d'une élection difficile et controversée, et cette décision plonge le pays dans une nouvelle campagne électorale qui va commencer presque immédiatement", souligne M. Cheeseman. "Mais le résultat de la prochaine élection pourrait également être controversé, et l'élection pourrait être aussi tendue que celle que nous venons de voir".

A cet égard, "la réaction des leaders politiques sera cruciale dans les deux mois à venir", estime Murithi Mutiga. "Ils doivent montrer de la maturité, et s'assurer qu'ils ne gâchent pas ce que j'estime être une étape extrêmement importante pour la démocratie au Kenya".

M. Muthiga soutient toutefois qu'"il va être difficile de montrer de la retenue dans cet environnement extrêmement polarisé", les profondes fractures ethniques, économiques et politiques traversant le Kenya ayant une nouvelle fois été exacerbées avant, pendant et après l'exercice démocratique.

L'ONG Amnesty International a elle appelé la police à la "retenue" face aux célébrations et protestations à la suite du jugement. Les forces de l'ordre avaient été critiquées pour la répression des manifestations ayant suivi la proclamation de la victoire de M. Kenyatta, faisant au moins 21 morts.

Videos

Analyses et Opinions

Azarias Ruberwa Manywa, ministre de la décentralisation en RDC et leader de la communauté Banyamulenge

RDC : Les « Banyamulenge ». Qui sont-ils réellement ?

La question des « Banyamulenge » a toujours suscité des débats passionnés en RDC. Il faut que les Congolais et la Communauté internationale comprennent une chose : ceux qu’on appelle « Banyamulenge » sont des Tutsis rwandais arrivés au Congo suite à la Révolution sociale hutue qui a conduit à la chute de la monarchie tutsie au Rwanda, en 1959.

IRAN vs États-Unis : la colère des Mollahs

Au lendemain de la riposte de Téhéran à l’assassinat du général Qassem Soleimani, Donald Trump a livré un discours dans lequel il a joué l’apaisement, se félicitant du fait que les 22 missiles iraniens tirés sur deux bases américaines en Irak n’avaient fait aucune victime. Pour la plupart des analystes occidentaux, l’Iran voulait tout simplement « bluffer ».
Les congolais refusent la balkanisation de leur pays.

Le projet de balkanisation de la RDC n'est pas une vue de l'esprit

Ces derniers temps, plusieurs personnalités congolaises sont montées au créneau pour attirer l’attention sur le risque de balkanisation de la RD Congo, relançant le débat sur cette thèse. Les Rwandais, par la voix du secrétaire d’État Olivier Nduhungirehe, parlent de « théorie du complot ». Mêmement du côté de CACH et de ses sympathisants devenus foncièrement allergiques à toute critique adressée à leur nouvel allié, Paul Kagame.
Des billets de 5.000, 2.000 et 500 francs CFA, en 2017. — Crédit ISSOUF SANOGO / AFP

F. CFA, ECO et présence française au Sahel: c'est aux Africains de prendre leurs responsabilités


Ce sont les chefs d'État africains qui ont décidé de passer du Franc CFA à l’Éco, mais c'est Emmanuel Macron que certains Africains accusent de tous les maux. Alors qu’il a été décidé que la France ne nommera plus aucun représentant au conseil d'administration et au comité de politique monétaire de la BCEAO, ni à la commission bancaire de l'UMOA, il y a toujours de l’agitation dans l’air.
Felix Tshisekedi face à la diaspora congolaise de France. 12/11/2019 à Paris

Félix Tshisekedi à Paris ou l’image d’un président qui refuse de devenir Président

En écoutant Félix Tshisekedi s’exprimer devant des membres de la diaspora congolaise de France réunis ce 11 novembre à l’hôtel pullman de Paris, on ne peut s’empêcher de se poser des questions sur les facultés intellectuelles et morales de celui qui préside par procuration à la destinée de la RD Congo. En l’écoutant, on a du mal à croire que ce monsieur est le président de tous les Congolais.
Louis Magloire Keumayou © Capture d'écran de France 24

Sommet Russie-Afrique:une rencontre «plus sécuritaire qu’économique» (analyste)

La ville russe de Sotchi va accueillir du 22 au 24 octobre prochain le tout premier sommet Russie-Afrique, une rencontre, certes placée sous le signe du renforcement des relations entre les deux entités, mais qui sera « plus sécuritaire qu’économique », a confié l’éditorialiste camerounais, Louis Magloire Keumayou.
Des manifestants brandissent des pancartes appelant à libérer Hajar Raissouni, journaliste marocaine condamnée à un an de prison pour "avortement illégal" et relations sexuelles hors mariage, à Rabat, le 2 octobre 2019. (STRINGER / AFP)

Maroc : le collectif des "Hors-la-loi" demande l'arrêt des poursuites liées aux mœurs

Un collectif auteur d'un manifeste "Hors-la-loi" signé par 10 000 personnes a demandé au parquet marocain de suspendre l'application de "lois liberticides" punissant de prison le sexe hors-mariage, l'adultère et l'avortement. Le manifeste des "Hors-la loi" a été publié le 23 septembre au moment du procès d'Hajar Raïssouni, une journaliste condamnée le 30 septembre à un an de prison ferme pour "avortement illégal" et "débauche" (sexe hors mariage) et dont les proches ont dit à l'AFP qu'elle ferait appel.