France: François Fillon l’Africain ou l’arroseur arrosé

François Fillon

François Fillon reste candidat à l’élection présidentielle bien qu’une mise en examen lui sera notifiée le 15 mars prochain. Tel un politicien Africain, le candidat des « Les Républicains » revient sur son engagement à ne pas être candidat en cas de mise en examen. 

 

Le feuilleton des possibles emplois fictifs des attachés parlementaires de François Fillon continue de perturber la campagne présidentielle. Celui qui s’était déjà vu vainqueur au soir du 7 mai parait de plus en plus ébranlé par les affaires. Mais le candidat refuse de se laisser « piéger » par « une enquête à charge« .  » Je ne céderai pas, je ne me rendrai pas, je ne me retirerai pas« , a déclaré François Fillon. 

 

A l’instar des autorités africaines qui refusent systématiquement de reconnaitre le mal qu’ils font à leur pays, à leur famille, à la politique, à leur parti, François Fillon va continuer à faire campagne, loin des français, Loin des concerts de casseroles à chaque réunion publique. 

 

Le 26 janvier dernier, sur le plateau du journal télévisé de TF1, première chaîne française, François Fillon avait été clair: « Il n’y a qu’une seule chose qui m’empêcherait d’être candidat, c’est si mon honneur était atteint, si j’étais mis en examen. » Alors qu’attend t-il pour respecter ses engagements? L’héritier politique de Phillipe Seguin, Fillion a perdu ses repères. Pour Nicolas Sarkozy : « Il est complètement paumé… Il m’a harcelé de questions sur ce qu’il devait faire, c’est tout juste s’il ne prenait pas de notes » confie l’ancien président à un proche après avoir déjeuné avec Fillion. 

 

Fillon l’Africain a perdu le sens des réalités. Il ne comprend plus les attentes des français. L’essentiel est de prendre le pouvoir, ralentir la justice. Mettre un arrête totale à la procédure durant cinq ans ou dix en cas de deux mandats. Doit-on lui rappeler que les mots ont un sens? 

 

Tout comme certains dirigeants africains qui bafouent les règles élémentaires de la démocratie, il a choisi d’ignorer la parole donnée. Il a choisi de passer outre une règle inventée par lui-même. Fillon l’Africain aurait-il fait du fameux « j’y suis, je reste » pratiqué par les politiques africains, sa nouvelle ligne politique? 

 

En Afrique, les constitutions sont régulièrement revisitées afin de coller à l’avenir politique du président en place. Des présidents limités par le nombre de mandat usent de stratagèmes afin de se maintenir au pouvoir. C’est également le spectacle proposé par François Fillon. 

 

Fillon l’Africain est candidat à l’élection présidentielle. Président de la République, il sera le garant des institutions. Pourtant, il s’emploi à dénoncer avec violence les magistrats. Il remet en cause l’état de droit. A croire que la France s’inspire désormais de ces pays africains qui souillent la démocratie pour des intérêts personnels. François Fillon semble ne pas comprendre que les hommes politique ne sont pas au dessus des lois. Il aurait surement aimé que la justice autonome, libre, accélère la procédure contre Nicolas Sarkozy, comme il l’avait fait savoir à Jean-Pierre Jouyet secrétaire général de l’Elysée sous François Hollande.  

 

« Ce n’est pas de moi qu’il s’agit mais de vous. »dit François Fillon. Qui peut croire que les français peuvent s’identifier à une famille qui a bénéficié de près d’un million d’euros d’argent public? Fillon l’Africain croit comme ces amis à la tête de certains pays que devenir millionnaire tout en demandant au peuple de se serrer la ceinture est la norme. Lorsque ces pouvoirs ne sont plus en odeur de sainteté à l’international, ils dénoncent l’ingérence. La lutte contre le néocolonialisme devient soudainement prioritaire.   

Le soucis, avec cette stratégie d’identification, est que le peuple lui est resté dans la réalité. Plongé dans le chômage de masse, difficultés à boucler les fins de mois et l’absence d’espérance éloignent de  Fillon  ce peuple qu’il voudrait associer à son combat. 

 

Les autorités françaises sont passées maître dans l’art de donner des leçons. François Fillon en est également la représentation. Ils exigent de l’Afrique des élections calmes et transparentes. Mais Fillon l’Africain oubli que cette clarté doit s’appliquer à tous les acteurs politiques. 

 

Roger Musandji Nzanza

Videos

Analyses et Opinions

Le président de la RDCongo, Joseph Kabila, à Kinshasa. 26 janvier 2018 | AFP | THOMAS NICOLON

Présidentielle en RDC: Kabila chef de file d'une coalition électorale

Le président congolais Joseph Kabila, que ses adversaires accusent de vouloir briguer un troisième mandat contre la Constitution, a été désigné "autorité morale" d'une plate-forme électorale présentée jeudi en conseil des ministres, selon un compte-rendu de l'exécutif diffusé vendredi.
Joseph Kabila et Emmerson Mnangagwa, le 27 février 2018 à Kinshasa. © DR / Présidence RDC

RDC : Est-ce à l’étranger que tout se jouera?

Partira ou ne partira pas? C’est la question que de nombreux Congolais et observateurs de la scène politique RDCienne se posent à propos de Joseph Kabila. Dans le camp du pouvoir, on jure par tous les dieux que le chef de l’État congolais va respecter la Constitution.
Ces dirigeants africains qui rêvent secrètement (ou pas) de rester au pouvoir

Troisième mandat présidentiel, nouveau jeu de certains Présidents Africains.

En accédant à la magistrature suprême, ils jurent tous fidélité aux textes qui leur ont permis d’être à la tête de leur nation. Pourtant, certains présidents africains semblent avoir découvert des nouveaux jeux leur permettant de continuer une partie qui se joue uniquement en deux manches. 
Mamoudou Gassama, sauveur enfant de 4 ans.

Humeur : Mamoudou Gassama, Africain et héroïque

Si nous n'avions pas été dans l'ère des réseaux sociaux, son exploit nous aurait été conté comme dans nos légendes africaines mettant en scène la bravoure de nos héros.Sauf que nous sommes en France. En 2018 et que chacun est équipé d'un smartphone. Un outil grâce ou a cause duquel plus rien ne sera jamais comme avant. Mamoudou Gassama en se réveillant ce matin du 27 mai 2018 était à mille lieux de s'imaginer en héros mondial a la tombée de la nuit. 
Le général Mokoko, ex-candidat à la présidentielle de 2016, à Brazzaville

Congo Brazza : Que peut- on retenir du procès du Général Jean Marie Michel Mokoko ?

Nous venons tous de suivre ce procès qui ne cesse de faire couler beaucoup d'encres tant au niveau national qu'international. La condamnation ne peut être une fatalité si l'on s'appuie sur l'histoire évenementielle de la politique africaine des années cinquante à ce jour.
L'ex-candidat à la présidentielle, le général Jean-Marie Michel Mokoko, à l’ouverture de son procès, le 7 mai 2018 / Florence Morice

Procès Mokoko : que veut Denis Sassou Nguesso ?

Les différends entre deux chevaliers se réglaient lors d’un face-à-face dont l’issue incertaine, avait l’avantage de déterminer sans équivoque le vainqueur. C’est en cette règle que le Général Jean-Marie Michel Mokoko a cru lorsqu’il s’était lancé dans la campagne présidentielle de 2016. Je te dois. Tu me dois.
Ali Bongo Ondimba, le président gabonais, en visite officielle au Burundi, passant les troupes en revue avec son homologue Christian Nkurunziza le 13 avril 2018 à Bujumbura. © DR – DCP Burundi

Ali Bongo intensifie son action diplomatique en Afrique Centrale

Ali Bongo Ondimba était en fin de semaine dernière en visite officielle au Burundi. Le chef de l’Etat gabonais, qui est également le président en exercice de la CEEAC, s’est montré ces derniers mois très actif sur le plan diplomatique, notamment en Afrique Centrale. Voici pourquoi.