France: François Fillon l’Africain ou l’arroseur arrosé

François Fillon

François Fillon reste candidat à l’élection présidentielle bien qu’une mise en examen lui sera notifiée le 15 mars prochain. Tel un politicien Africain, le candidat des « Les Républicains » revient sur son engagement à ne pas être candidat en cas de mise en examen. 

 

Le feuilleton des possibles emplois fictifs des attachés parlementaires de François Fillon continue de perturber la campagne présidentielle. Celui qui s’était déjà vu vainqueur au soir du 7 mai parait de plus en plus ébranlé par les affaires. Mais le candidat refuse de se laisser « piéger » par « une enquête à charge« .  » Je ne céderai pas, je ne me rendrai pas, je ne me retirerai pas« , a déclaré François Fillon. 

 

A l’instar des autorités africaines qui refusent systématiquement de reconnaitre le mal qu’ils font à leur pays, à leur famille, à la politique, à leur parti, François Fillon va continuer à faire campagne, loin des français, Loin des concerts de casseroles à chaque réunion publique. 

 

Le 26 janvier dernier, sur le plateau du journal télévisé de TF1, première chaîne française, François Fillon avait été clair: « Il n’y a qu’une seule chose qui m’empêcherait d’être candidat, c’est si mon honneur était atteint, si j’étais mis en examen. » Alors qu’attend t-il pour respecter ses engagements? L’héritier politique de Phillipe Seguin, Fillion a perdu ses repères. Pour Nicolas Sarkozy : « Il est complètement paumé… Il m’a harcelé de questions sur ce qu’il devait faire, c’est tout juste s’il ne prenait pas de notes » confie l’ancien président à un proche après avoir déjeuné avec Fillion. 

 

Fillon l’Africain a perdu le sens des réalités. Il ne comprend plus les attentes des français. L’essentiel est de prendre le pouvoir, ralentir la justice. Mettre un arrête totale à la procédure durant cinq ans ou dix en cas de deux mandats. Doit-on lui rappeler que les mots ont un sens? 

 

Tout comme certains dirigeants africains qui bafouent les règles élémentaires de la démocratie, il a choisi d’ignorer la parole donnée. Il a choisi de passer outre une règle inventée par lui-même. Fillon l’Africain aurait-il fait du fameux « j’y suis, je reste » pratiqué par les politiques africains, sa nouvelle ligne politique? 

 

En Afrique, les constitutions sont régulièrement revisitées afin de coller à l’avenir politique du président en place. Des présidents limités par le nombre de mandat usent de stratagèmes afin de se maintenir au pouvoir. C’est également le spectacle proposé par François Fillon. 

 

Fillon l’Africain est candidat à l’élection présidentielle. Président de la République, il sera le garant des institutions. Pourtant, il s’emploi à dénoncer avec violence les magistrats. Il remet en cause l’état de droit. A croire que la France s’inspire désormais de ces pays africains qui souillent la démocratie pour des intérêts personnels. François Fillon semble ne pas comprendre que les hommes politique ne sont pas au dessus des lois. Il aurait surement aimé que la justice autonome, libre, accélère la procédure contre Nicolas Sarkozy, comme il l’avait fait savoir à Jean-Pierre Jouyet secrétaire général de l’Elysée sous François Hollande.  

 

« Ce n’est pas de moi qu’il s’agit mais de vous. »dit François Fillon. Qui peut croire que les français peuvent s’identifier à une famille qui a bénéficié de près d’un million d’euros d’argent public? Fillon l’Africain croit comme ces amis à la tête de certains pays que devenir millionnaire tout en demandant au peuple de se serrer la ceinture est la norme. Lorsque ces pouvoirs ne sont plus en odeur de sainteté à l’international, ils dénoncent l’ingérence. La lutte contre le néocolonialisme devient soudainement prioritaire.   

Le soucis, avec cette stratégie d’identification, est que le peuple lui est resté dans la réalité. Plongé dans le chômage de masse, difficultés à boucler les fins de mois et l’absence d’espérance éloignent de  Fillon  ce peuple qu’il voudrait associer à son combat. 

 

Les autorités françaises sont passées maître dans l’art de donner des leçons. François Fillon en est également la représentation. Ils exigent de l’Afrique des élections calmes et transparentes. Mais Fillon l’Africain oubli que cette clarté doit s’appliquer à tous les acteurs politiques. 

 

Roger Musandji Nzanza

Videos

Analyses et Opinions

Domingos Simões Pereira / DR

Entretien avec Domingos Simões Pereira : "le mécanisme international de sanctions contre tous ceux qui entravent la loi doit être appliqué"

C’est dans un grand hôtel parisien que le rendez-vous est fixé pour un entretien avec Domingos Simoes Pereira, candidat malheureux à la dernière élection présidentielle en Guinée-Bissau. En France pour une tournée politico-médiatique, celui qui aurait selon les résultats de la Commission électorale nationale recueilli 46% contre 54% pour Umaro Sissoco 
Azarias Ruberwa Manywa, ministre de la décentralisation en RDC et leader de la communauté Banyamulenge

RDC : Les « Banyamulenge ». Qui sont-ils réellement ?

La question des « Banyamulenge » a toujours suscité des débats passionnés en RDC. Il faut que les Congolais et la Communauté internationale comprennent une chose : ceux qu’on appelle « Banyamulenge » sont des Tutsis rwandais arrivés au Congo suite à la Révolution sociale hutue qui a conduit à la chute de la monarchie tutsie au Rwanda, en 1959.

IRAN vs États-Unis : la colère des Mollahs

Au lendemain de la riposte de Téhéran à l’assassinat du général Qassem Soleimani, Donald Trump a livré un discours dans lequel il a joué l’apaisement, se félicitant du fait que les 22 missiles iraniens tirés sur deux bases américaines en Irak n’avaient fait aucune victime. Pour la plupart des analystes occidentaux, l’Iran voulait tout simplement « bluffer ».
Les congolais refusent la balkanisation de leur pays.

Le projet de balkanisation de la RDC n'est pas une vue de l'esprit

Ces derniers temps, plusieurs personnalités congolaises sont montées au créneau pour attirer l’attention sur le risque de balkanisation de la RD Congo, relançant le débat sur cette thèse. Les Rwandais, par la voix du secrétaire d’État Olivier Nduhungirehe, parlent de « théorie du complot ». Mêmement du côté de CACH et de ses sympathisants devenus foncièrement allergiques à toute critique adressée à leur nouvel allié, Paul Kagame.
Des billets de 5.000, 2.000 et 500 francs CFA, en 2017. — Crédit ISSOUF SANOGO / AFP

F. CFA, ECO et présence française au Sahel: c'est aux Africains de prendre leurs responsabilités


Ce sont les chefs d'État africains qui ont décidé de passer du Franc CFA à l’Éco, mais c'est Emmanuel Macron que certains Africains accusent de tous les maux. Alors qu’il a été décidé que la France ne nommera plus aucun représentant au conseil d'administration et au comité de politique monétaire de la BCEAO, ni à la commission bancaire de l'UMOA, il y a toujours de l’agitation dans l’air.
Felix Tshisekedi face à la diaspora congolaise de France. 12/11/2019 à Paris

Félix Tshisekedi à Paris ou l’image d’un président qui refuse de devenir Président

En écoutant Félix Tshisekedi s’exprimer devant des membres de la diaspora congolaise de France réunis ce 11 novembre à l’hôtel pullman de Paris, on ne peut s’empêcher de se poser des questions sur les facultés intellectuelles et morales de celui qui préside par procuration à la destinée de la RD Congo. En l’écoutant, on a du mal à croire que ce monsieur est le président de tous les Congolais.
Louis Magloire Keumayou © Capture d'écran de France 24

Sommet Russie-Afrique:une rencontre «plus sécuritaire qu’économique» (analyste)

La ville russe de Sotchi va accueillir du 22 au 24 octobre prochain le tout premier sommet Russie-Afrique, une rencontre, certes placée sous le signe du renforcement des relations entre les deux entités, mais qui sera « plus sécuritaire qu’économique », a confié l’éditorialiste camerounais, Louis Magloire Keumayou.