Erdoğan apprend tardivement, qu’il ne faut jamais croire aux promesses de l’Occident

Erdoğan, Président de la Turquie

Le nouveau « Grand Moyen Orient, dessein de l’élite anglo-saxonne, qui devrait normalement naitre des cendres du défunt Moyen Orient, tarde à prendre forme. Le projet « Moyen Orient » a reposé en grande partie sur un drôle d’assemblage, composé de ceux que l’Occident débaptisa les chiites et les sunnites. Dès son enfantement, il portait déjà les germes de sa propre destruction, de l’intérieur, au cas où l’Occident serait appelé à en perdre le contrôle ou il en formait un autre dessein à la place. Comme c’est le cas aujourd’hui. Jouer les chiites contre les sunnites ainsi que d’autres minorités. Opérer de la sorte s’appelle en norvégien « splitt og hersk ». Les Romains disaient « Divide et impera ». Les Anglo-saxons, « Divide and Conquer ». Et en français : « diviser pour mieux régner ».

Cependant, la promesse anglo-saxonne faite aux Kurdes comme épicentre du nouveau Grand Moyen Orient (The Great Orient) risque de ne pas se réaliser. Erdoğan qui était tombé dans le piège de soutenir le projet occidental de la chute de Saddam Hussein ainsi que de la destruction de l’Irak et la tentative de la désintégration de la Syrie a compris qu’il a été floué. C’est pourquoi il menace les Kurdes : « Si le leader Kurde Irakien Massoudi Barzani et le gouvernement de Kurdistan ne reviennent pas très vite sur cette erreur, alors ils porteront à l’histoire en portant l’ignominie d’avoir poussé notre région dans une guerre ethnique et confessionnelle ». L’Homme anglo-saxon qui demeure acteur de sa propre histoire s’’efforcera de soulever de grands Etats et des peuples les uns contre les autres, de les ramollir, voire de les abattre.

Sauf que des gens ne veulent rien apprendre parmi ceux qui, instinctivement, croient en leur Occident alors qu’en face c’est le vide comme organisation.

Au Congo-Kinshasa, c’est depuis la nuit des temps que l’Occident joue la carte de division. Il subdivise ses « nègres » en Luba, en Né-Kongo, en Mungala, en swahiliphone, et ce pour mieux les maitriser. Quand sonne le moment de l’enjeu, il s’amuse à jouer les uns contre les autres. L’Occident se fabrique tranquillement ses nègres de service qui l’escortent dans son projet de domination. Bientôt, il opposera les uns contre les autres et les masses n’auront que leurs larmes comme consolation. On opposera les Swahiliphone aux Luba, les ne-Kongo aux Bangala, ainsi de suite. Et l’histoire s’éternisera sur la misère congolaise. Andrej Fursov, directeur du Centre d’études russes à l’Université des sciences humaines de Moscou a dit que « Les Anglo-Saxons sont des joueurs de billard au niveau mondial. Ils agissent par « chaos orchestré » Les Anglo-Saxons sont des joueurs de billard au niveau mondial, ils travaillent selon le principe de tirer simultanément plusieurs balles d’un coup ». Hélas, les aveugles et les sourds insultent ceux qui portent le message de la raison et qui tente de créer une autre espace.

Franz Fanon recommande la connaissance de l’adversaire avant de lui faire face. « Notre tort à nous, Africains, est d'avoir oublié que l'ennemi ne recule jamais sincèrement. Il ne comprend jamais. Il capitule, mais ne se convertit pas. Notre tort est d'avoir cru que l'ennemi avait perdu de sa combativité et de sa nocivité », (Fanon dans « La mort de Lumumba : pouvions-nous faire autrement ? »).

Réveillez-vous !

Mufoncol Tshiyoyo,MT & Associates Consulting Group

Videos

Analyses et Opinions

Le président français Emmanuel Macron

Macron l’Africain : le soufflé est retombé.

Emmanuel Macron est probablement le président français dont l’élection a suscité un espoir général au sein des populations africaines, toutes générations confondues. Deux ans après, elles sont partagées entre désenchantement et interrogations.
Jérémy Lissouba, Clément Mouamba, et Christel Sassou Nguesso © Oeildafrique.com

Congo - Jérémy Lissouba : s’en prendre à Clément Mouamba, c’est bien ; à Christel Sassou-Nguesso, c’est mieux

Les réseaux sociaux l’encensent, le chérissent. De pestiféré, le député UPADS de Dolisie, Jérémy Lissouba, est devenu en un instant le chouchou des Congolais pour avoir bousculé le premier ministre Clément Mouamba. Décryptage.
Felix Tshisekedi sur France 24.

Interview exclusive de Felix Tshisekedi sur France 24 et RFI, la presse congolaise ne mérite pas ça.

Sept mois d'attente pour finalement aller chercher la parole présidentielle dans un média occidental et non national. Après tous ces mois de silence, le nouveau président congolais Felix Tshisekedi a surpris par son choix. Il a réservé sa première sortie médiatique à France 24 et à RFI. Et la presse nationale tant en ébullition depuis plusieurs années ? Elle devra attendre que France Média Monde ait vidée les questions d'actualité.
Photo : @Presidence_RDC/Twitter

Pourquoi Sylvertre Ilunga Ilunkamba a été désigné Premier Ministre en RDC ?

LA RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO A ENFIN UN NOUVEAU PREMIER MINISTRE DEPUIS LE 20 MAI. SON NOM : SYLVESTRE ILUNGA ILUNKAMBA. MAIS POURQUOI LUI ET POUR QUOI FAIRE ? TENTATIVES DE RÉPONSE.
Photo d'un quartier de Malabo, le 16 mai 2019 | AFP | Samuel Obiang

En Guinée équatoriale, les plus pauvres attendent toujours leurs logements sociaux

Beaucoup de gens qui vivaient autrefois dans des taudis habitent aujourd'hui un logement digne, comme ici", s'enthousiasme un sénateur de Guinée équatoriale, qui habite un logement social à Buena Esperanza, un quartier de Malabo.Murs en crépi blanc et toits en tôle rouge ou bleue, dans ce quartier de la capitale, des centaines de petites maisons identiques se succèdent à perte de vue.
Carte des otages dans le Sahel

Otages français au Burkina Faso : Interdit d’interdire le tourisme dans le Sahel.

Depuis le retour des touristes français qui avaient été pris en otage dans le Parc béninois de la Pendjari, avant d’être ensuite libérés au Burkina Faso, une polémique est née autour de l’idée que les voyageurs français ne respectent pas scrupuleusement les consignes du Quai d’Orsay, qui leur indique les endroits dans le monde où il est parfois dangereux de se rendre.
Le président Paul Buya

Cameroun : Une dictature sous cloche.

Ces dernières semaines, le monde entier a vu deux armées et deux populations civiles se débarrasser pacifiquement de dirigeants dont elles ne voulaient plus : Abdelaziz Bouteflika (Algérie) puis Omar al-Bashir (Soudan). Mieux que le prétendu Printemps arabe, qui avait commencé en Tunisie, avant d’atteindre l’Egypte et la Libye, il s’est agi cette fois-ci de soulèvements endogènes. Les populations ont exprimé leur ras-le-bol, et l’armée les a aidées à renverser des dirigeants qui avaient fini par croire qu’ils avaient fusionné avec leurs fauteuils présidentiels.