Erdoğan apprend tardivement, qu’il ne faut jamais croire aux promesses de l’Occident

Erdoğan, Président de la Turquie

Le nouveau « Grand Moyen Orient, dessein de l’élite anglo-saxonne, qui devrait normalement naitre des cendres du défunt Moyen Orient, tarde à prendre forme. Le projet « Moyen Orient » a reposé en grande partie sur un drôle d’assemblage, composé de ceux que l’Occident débaptisa les chiites et les sunnites. Dès son enfantement, il portait déjà les germes de sa propre destruction, de l’intérieur, au cas où l’Occident serait appelé à en perdre le contrôle ou il en formait un autre dessein à la place. Comme c’est le cas aujourd’hui. Jouer les chiites contre les sunnites ainsi que d’autres minorités. Opérer de la sorte s’appelle en norvégien « splitt og hersk ». Les Romains disaient « Divide et impera ». Les Anglo-saxons, « Divide and Conquer ». Et en français : « diviser pour mieux régner ».

Cependant, la promesse anglo-saxonne faite aux Kurdes comme épicentre du nouveau Grand Moyen Orient (The Great Orient) risque de ne pas se réaliser. Erdoğan qui était tombé dans le piège de soutenir le projet occidental de la chute de Saddam Hussein ainsi que de la destruction de l’Irak et la tentative de la désintégration de la Syrie a compris qu’il a été floué. C’est pourquoi il menace les Kurdes : « Si le leader Kurde Irakien Massoudi Barzani et le gouvernement de Kurdistan ne reviennent pas très vite sur cette erreur, alors ils porteront à l’histoire en portant l’ignominie d’avoir poussé notre région dans une guerre ethnique et confessionnelle ». L’Homme anglo-saxon qui demeure acteur de sa propre histoire s’’efforcera de soulever de grands Etats et des peuples les uns contre les autres, de les ramollir, voire de les abattre.

Sauf que des gens ne veulent rien apprendre parmi ceux qui, instinctivement, croient en leur Occident alors qu’en face c’est le vide comme organisation.

Au Congo-Kinshasa, c’est depuis la nuit des temps que l’Occident joue la carte de division. Il subdivise ses « nègres » en Luba, en Né-Kongo, en Mungala, en swahiliphone, et ce pour mieux les maitriser. Quand sonne le moment de l’enjeu, il s’amuse à jouer les uns contre les autres. L’Occident se fabrique tranquillement ses nègres de service qui l’escortent dans son projet de domination. Bientôt, il opposera les uns contre les autres et les masses n’auront que leurs larmes comme consolation. On opposera les Swahiliphone aux Luba, les ne-Kongo aux Bangala, ainsi de suite. Et l’histoire s’éternisera sur la misère congolaise. Andrej Fursov, directeur du Centre d’études russes à l’Université des sciences humaines de Moscou a dit que « Les Anglo-Saxons sont des joueurs de billard au niveau mondial. Ils agissent par « chaos orchestré » Les Anglo-Saxons sont des joueurs de billard au niveau mondial, ils travaillent selon le principe de tirer simultanément plusieurs balles d’un coup ». Hélas, les aveugles et les sourds insultent ceux qui portent le message de la raison et qui tente de créer une autre espace.

Franz Fanon recommande la connaissance de l’adversaire avant de lui faire face. « Notre tort à nous, Africains, est d'avoir oublié que l'ennemi ne recule jamais sincèrement. Il ne comprend jamais. Il capitule, mais ne se convertit pas. Notre tort est d'avoir cru que l'ennemi avait perdu de sa combativité et de sa nocivité », (Fanon dans « La mort de Lumumba : pouvions-nous faire autrement ? »).

Réveillez-vous !

Mufoncol Tshiyoyo,MT & Associates Consulting Group

Videos

Analyses et Opinions

Vital Kamerhe et Felix Tshisekedi

Présidentielle en RDC - Une signature est la preuve irrefutable d’un engagement

Question d’éducation de base à la maison : quand on donne sa parole, on s’y tient. Quand on signe un document, la signature n’est pas “rétirable” au gré des vagues, des humeurs ou des odeurs de quelques pneus brûlés par une dizaine d’inciviques. ”retirer sa signature” est un acte lâche, ignoble, immoral et malhonnête qui s’apparente à du parjure. C’est pour ça que les chinois ont inventé l’encre, pour que l’écrit traverse le temps et que l’avenir s’en souvienne, “verba volant, scripta manent”.
De gauche à droite, plusieurs leaders de l'opposition congolaise: Vital Kamerhe, Felix Tshisekedi, Adolphe Muzito, Moise Katumbi et Jean-Pierre Bemba, lors d'une réunion à Bruxelles le 4 septembre 2018. © © AFP/John Thys

Désignation du candidat commun de l'opposition : le «conciliabule» de la discorde

Qui de Vital Kamerhe, Martin Fayulu, Félix Tshisekedi, Freddy Matungulu sera le candidat commun de l’opposition ? La question est sur toutes les lèvres. Les oracles se perdent en conjecture, quand la boule de cristal du célèbre féticheur mort-mort refuse de s’allumer. Appelés en renfort, les marabouts du Bénin et de Côte d’Ivoire ont fini par jeter l’éponge. Même Yahvé aurait choisi, dit-on, de détourner le regard.
Emmanuel Ramazani Shadary, candidat à la présidentielle en RDC

RDC : Entrer dans l'histoire par le Haut

Tribune - Chaque pays, évidemment, regarde le Monde du haut de son clocher. Et le paysage de la République Démocratique du Congo, observé de ce point de vue, semble enthousiasmant avec la possibilité pour le peuple Congolais de se choisir ses dirigeants le 23 décembre 2018.
Manifestation à Yaoundé. / Image d'archives / Reuters

Les Camerounais sont-ils inaptes à s’occuper de leur pays ?

Depuis la proclamation des résultats de l’élection présidentielle du dimanche 7 octobre 2018, certaines voix moquent l’incapacité des Camerounais à chasser Paul Biya, leur vieux président âgé de 85 ans – dont 36 passés au Palais présidentiel d’Étoudi – du pouvoir. Une légende sans aucun fondement objectif.
De g. à dr. : les opposants congolais Vital Kamerhe, Félix Tshisekedi, Adolphe Muzito, Moïse Katumbi et Jean-Pierre Bemba, à Bruxelles, le 12 septembre 2018. CRÉDITS : JOHN THYS / AFP

Dossier Présidentielle en RDC : Comprendre le linge sale des opposants congolais

Par une présentation des differents acteurs de l'opposition politique en RD Congo, Patrick Mbeko explique les raisons des difficultés qu'ils rencontrent pour la designation d'un candidat unique devant faire face à Emmanuel Ramazani Shadari, dauphin désigné de Joseph Kabila.
Migrants montant dans un bateau. Image d'archives

[Tribune] Migrants, notre dernière chance de survie

Ce qu’on appelle « crise migratoire » est une expérience humaine. C’est un test d’humanité. C’est notre dernière chance de survie.
La ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, devenue secrétaire générale de l'OIF

Qui est Louise Mushikiwabo, la nouvelle secrétaire générale de l’OIF ?

La ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, a été désignée secrétaire générale de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), en dépit des critiques émanant d’organisations de défense des droits de l’Homme. Mais qui est cette femme à qui le Canada, la France et le Québec ont apporté leur soutien?