En Guinée équatoriale, les plus pauvres attendent toujours leurs logements sociaux

Photo d'un quartier de Malabo, le 16 mai 2019 | AFP | Samuel Obiang

Beaucoup de gens qui vivaient autrefois dans des taudis habitent aujourd'hui un logement digne, comme ici", s'enthousiasme un sénateur de Guinée équatoriale, qui habite un logement social à Buena Esperanza, un quartier de Malabo.

Murs en crépi blanc et toits en tôle rouge ou bleue, dans ce quartier de la capitale, des centaines de petites maisons identiques se succèdent à perte de vue.

Ces bâtisses modestes mais fonctionnelles ont été construites au début des années 2010, au moment où, avec la flambée des prix du pétrole, le président Teodoro Obiang Nguema, au pouvoir depuis 1979, promettait d'offrir à sa population "un logement social pour tous".

Depuis, 8.611 logements sociaux sont sortis de terre dans ce pays qui compte un peu plus d'un million d'habitants, selon les chiffres du gouvernement.

Mais si plusieurs milliers de personnes ont bénéficié d'un programme d'accession à la propriété subventionné par les autorités, les conditions de ressources exigées excluent les plus pauvres.

"Une personne avec un revenu inférieur à 300.000 francs CFA (457 euros) ne peut pas prendre un de ces logements", s'exclame Leandro Eneme, un commerçant de 42 ans, qui habite Buena Esperanza.

"Regardez les voitures qui circulent", ajoute-t-il pointant du doigt des 4x4 rutilants circulant entre les maisons. "Il n'y a rien de pauvre ici".

Buena Esperanza - Bonne espérance en espagnol- avait pourtant été construit à l'origine pour reloger une partie des habitants de Nubili, le plus grand bidonville de Malabo où des milliers d'Equato-Guinéens s'entassent dans des petites baraques en tôle.

- "D'abord de quoi manger" -

Alors à l'époque, l'annonce avait suscité une vague d'espoir parmi les habitants, qui voyaient la possibilité d'échapper aux conditions d'hygiène déplorables, aux épidémies et aux incendies fréquents du bidonville.

Mais dix ans plus tard, l'immense majorité des résidents de Nubili n'a jamais déménagé, faute d'argent. C'est le cas d'Elena Oye, une vendeuse de produits alimentaires, qui chaque jour, essaye de subvenir aux besoins de ses quatre enfants.

"A l'époque, on nous a demandé de verser 1,5 million de FCFA (2.287 euros) pour avoir une maison à Buena Esperanza", explique la mère de famille. Un acompte auquel s'ajoute chaque mois un versement de 72.500 francs (110 euros) étalé sur plusieurs années pour devenir propriétaire du logement. "Faute d'argent, nous avons perdu le logement. Il nous manquait d'abord de quoi manger", explique celle qui, les bons mois, gagne autour de 120.000 francs (182 euros).

En Guinée équatoriale, en dépit d'un revenu par habitant parmi les plus élevés d'Afrique, une majorité de la population reste pauvre.

"Quand les gens vont cesser de se plaindre ? Dans aucun pays au monde, le gouvernement ne donne gratuitement de logement. Le gouvernement a fait du mieux qu'il pouvait en construisant ces logements et en réduisant les prix", a commenté à l'AFP Eugenio Nze Obiang, ministre de l'information et porte-parole du gouvernement.

Après l'envolée des prix de l'or noir, la chute brutale des cours en 2014 a plongé le pays dans une crise économique, dont il peine aujourd'hui à sortir.

- "Toujours les mêmes" -

Les grands travaux ont considérablement ralenti, la construction de logements sociaux a été suspendue et l'offre s'est tendue.

"Aujourd'hui des riches achètent ces logements pour les mettre en location", assure Engono Mbo, 40 ans, qui a renoncé à demander un logement. "Ce sont toujours les mêmes qui profitent", accuse-t-il.

Avec la crise, nombre de bénéficiaires se sont également retrouvés dans l'incapacité d'honorer leurs mensualités.

Une situation qui a poussé début février le gouvernement à revoir les conditions d'accession à ces logements sociaux. La durée du crédit s'est allongée, permettant ainsi de réduire le montant des mensualités.

"C'est vraiment une bonne nouvelle pour ma famille", se réjouit Marisol Andeme Esono, infirmière, qui habite un appartement à étage, à Malabo II, un autre quartier de la capitale. "Je payais 200.000 francs (304 euros) par mois ma maison, soit l'équivalent de mon salaire", détaille celle qui confie à l'AFP avoir de plus en plus de mal à joindre les deux bouts.

Désormais, 70.000 francs CFA (106 euros) lui sont demandés, soit près de trois fois moins. A Buena Esperanza, les mensualités sont passées de 70.000 francs CFA à environ 50.000 (76 euros).

Une somme toutefois encore trop élevée pour nombre d'Equato-Guinéens. "Le logement social, c'est pour les classes moyennes et supérieures", souligne Estanislao Obiang, étudiant.

Videos

Analyses et Opinions

Guillaume Soro, Alassane Ouattara, Henri Konan Bédié et Laurent Gbagbo. AFP

Côte d’Ivoire recherche désespérément leader politique.

La Côte d’Ivoire a eu soixante ans ce 7 août 2020. A cette occasion, son président lui a offert un cadeau d’anniversaire de très mauvais goût. Alassane Dramane Ouattara est revenu sur sa promesse de ne pas briguer un troisième mandat. C’est ce que lui aurait demandé avec insistance une majorité de sa famille politique. Il a cédé à la tentation du combat de trop. Soit par suivisme, soit par égoïsme, ou alors sous l’effet conjugué des deux.
Kader Diarrassouba, Jeune ivoirien, exilé en France depuis 6 mois, membre Générations et Peuples Solidaires ( GPS )

Lettre ouverte à Monsieur Emmanuel Macron, Président de la République de France, par Kader Diarrassouba

Monsieur le Président, votre élection à la tête de la république française le 7 mai 2017 a sonné pour bien de jeunes africains comme un nouvel espoir, l’espoir qui diminue la peine de toutes les politiques antérieures de la Françafrique. Politique néo-coloniale décrite par François-Xavier Verschave comme « une nébuleuse d’acteurs économiques, politiques et militaires, en France et en Afrique, organisée en réseaux et lobbies, et polarisé sur l’accaparement de deux rentes : les matières premières et l’aide publique au développement.
Rex Kazadi, secrétaire général de Ba patriotes ya Kongo (BPK)

RDC: Rex Kazadi demande à la ville de Kinshasa de déboulonner le statue de Leopold II

Kinshasa, la capitale de la République démocratique du Congo, ancienne colonie Belge va-t-elle enboiter le pas d'Anvers et déboulonner la statue du roi Leopold II ? C'est en tout cas le souhaite de Rex Kazadi, secrétaire général de Ba patriotes ya Kongo (
Aimé Gata-Kambudi, Juriste spécialisé en Droit Public Approfondi

La gestion de la crise institutionnelle au Kongo central est-elle la preuve  d'un Etat de droit à géométrie variable ?

Une analyse chronologique et démonstrative de la crise qui tend à l’ingouvernabilité de la province, par Aimé Gata-Kambudi.
Royal Maroc

La Compagnie Royal Air Maroc va-t-elle prioriser le rapatriement des citoyens marocains & Africains ?

Sa Majesté le Roi du Maroc considère à juste titre que la vie des marocains a plus de valeur  que les intérêts économiques du pays, il conviendrait d’espérer que la compagnie nationale Royal Air Maroc en fasse de même quand les vols internationaux seront à nouveau ouverts à sa clientèle.
©J.M. Giordano / SOPA Imag/SIPA;

Le racisme : une plaie congénitale des USA

Toute société construite sur les fondements de l'exclusion d'une partie de la population est productrice de violence sous diverses formes, et son existence demeure gangrenée par des convulsions sociales permanentes.
Capture d'écran de la vidéo de l'arrestation qui a conduit au meurtre de George Floyd par un policier blanc de Minneapolis

Noirs tués par des policiers blancs aux États-Unis. Tout est avant tout question de rapport de force

Une autre vidéo d’un policier blanc américain tuant un Noir comme si de rien n’était. Une de plus diront certains. Eh oui une de plus ! Et comme d’habitude, ça va marcher, manifester et crier leur colère, sans plus. C’est à ce genre de spectacle que les Noirs américains nous ont habitués à chaque fois qu’un des leurs est tué par un policier blanc.