Dossier Présidentielle en RDC : Comprendre le linge sale des opposants congolais

De g. à dr. : les opposants congolais Vital Kamerhe, Félix Tshisekedi, Adolphe Muzito, Moïse Katumbi et Jean-Pierre Bemba, à Bruxelles, le 12 septembre 2018. CRÉDITS : JOHN THYS / AFP

Par une présentation des differents acteurs de l'opposition politique en RD Congo, Patrick Mbeko explique les raisons des difficultés qu'ils rencontrent pour la designation d'un candidat unique devant faire face à Emmanuel Ramazani Shadari, dauphin désigné de Joseph Kabila.

--- Félix Tshisekedi : il jouit de l’aura de son défunt père, mais la plupart de ses collègues opposants, sans l’avouer ouvertement, savent qu’il n’a pas les aptitudes intellectuelles et l'intelligence nécessaires pour diriger un pays comme la RDC. Son entourage pose problème et inquiète, et les derniers événements n'aident pas non plus. À l’UDPS, c’est lui ou personne. Les dés sont déjà pipés de ce côté-là. Mais bon, on continue quand même de jouer au poker menteur avec les autres.

--- Martin Fayulu : un homme assez brillant et d'une certaine intégrité, mais il est un peu conflictuel. Il semble avoir un problème personnel avec Vital Kamerhe qu’il ne porte pas beaucoup dans son cœur. S’il faut parler de candidature unique, pas sûr que les deux hommes se soutiennent mutuellement...

--- Vital Kamerhe : un homme très brillant et ouvert d'esprit, mais il n’inspire pas confiance. Parmi les leaders qui pourraient soutenir sa candidature, il y a Jean-Pierre Bemba, Adolphe Muzito et Freddy Matungulu. Pas sûr que ses deux meilleurs «ennemis» que sont Moise Katumbi et Martin Fayulu lui apportent leur soutien. En revanche, lui n'aurait pas de mal à soutenir une candidature acceptée par la majorité...

--- Moise Katumbi : Intellectuellement limité, il a une capacité de cooptation non négligeable. Ceux qui le soutiennent le font davantage pour des raisons pécuniaires qu’idéologique. En fait, Moise « achète » les cœurs et les esprits sans sourciller et ses collaborateurs semblent adorer cela. Écarté de la course à la magistrature suprême, il manœuvre en coulisse pour embarquer les « validés » avec lui.

--- Jean-Pierre Bemba : brillant et charismatique, il a souvent suscité crainte et méfiance. Son invalidation a fait des heureux dans le camp de l’opposition, mais ne le dites à personne. Il est prêt à soutenir celui qui sera accepté par la majorité...

--- Freddy Matungulu : un homme brillant et d’une très grande intégrité. Malheureusement pour lui, il ne pèse pas sur l’échiquier politique congolais. Il est l’un des rares opposants à ne pas avoir de casseroles. Mieux, il n’est pas conflictuel.

--- Adolphe Muzito : Impossible de le classer. On sait qu'il est là...

Au regard de ce petit "portrait", lequel de ces hommes devrait être désigné candidat unique de l'opposition ?

 

Patrick Mbeko

Ecrivain et journaliste indépendant.

 

Videos

Analyses et Opinions

Felix Tshisekedi sur France 24.

Interview exclusive de Felix Tshisekedi sur France 24 et RFI, la presse congolaise ne mérite pas ça.

Sept mois d'attente pour finalement aller chercher la parole présidentielle dans un média occidental et non national. Après tous ces mois de silence, le nouveau président congolais Felix Tshisekedi a surpris par son choix. Il a réservé sa première sortie médiatique à France 24 et à RFI. Et la presse nationale tant en ébullition depuis plusieurs années ? Elle devra attendre que France Média Monde ait vidée les questions d'actualité.
Photo : @Presidence_RDC/Twitter

Pourquoi Sylvertre Ilunga Ilunkamba a été désigné Premier Ministre en RDC ?

LA RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO A ENFIN UN NOUVEAU PREMIER MINISTRE DEPUIS LE 20 MAI. SON NOM : SYLVESTRE ILUNGA ILUNKAMBA. MAIS POURQUOI LUI ET POUR QUOI FAIRE ? TENTATIVES DE RÉPONSE.
Photo d'un quartier de Malabo, le 16 mai 2019 | AFP | Samuel Obiang

En Guinée équatoriale, les plus pauvres attendent toujours leurs logements sociaux

Beaucoup de gens qui vivaient autrefois dans des taudis habitent aujourd'hui un logement digne, comme ici", s'enthousiasme un sénateur de Guinée équatoriale, qui habite un logement social à Buena Esperanza, un quartier de Malabo.Murs en crépi blanc et toits en tôle rouge ou bleue, dans ce quartier de la capitale, des centaines de petites maisons identiques se succèdent à perte de vue.
Carte des otages dans le Sahel

Otages français au Burkina Faso : Interdit d’interdire le tourisme dans le Sahel.

Depuis le retour des touristes français qui avaient été pris en otage dans le Parc béninois de la Pendjari, avant d’être ensuite libérés au Burkina Faso, une polémique est née autour de l’idée que les voyageurs français ne respectent pas scrupuleusement les consignes du Quai d’Orsay, qui leur indique les endroits dans le monde où il est parfois dangereux de se rendre.
Le président Paul Buya

Cameroun : Une dictature sous cloche.

Ces dernières semaines, le monde entier a vu deux armées et deux populations civiles se débarrasser pacifiquement de dirigeants dont elles ne voulaient plus : Abdelaziz Bouteflika (Algérie) puis Omar al-Bashir (Soudan). Mieux que le prétendu Printemps arabe, qui avait commencé en Tunisie, avant d’atteindre l’Egypte et la Libye, il s’est agi cette fois-ci de soulèvements endogènes. Les populations ont exprimé leur ras-le-bol, et l’armée les a aidées à renverser des dirigeants qui avaient fini par croire qu’ils avaient fusionné avec leurs fauteuils présidentiels.
Félix Tshisekedi ait reçu Peter Pham, envoyé spécial des États-Unis, venu, accompagné de l’ambassadeur

Diplomatie des USA en RDC : Féliciter Tshisekedi, reconnaitre l'opposant Fayulu et laisser Kabila dans la sphère d'influence

LES ÉTATS-UNIS ONT FAIT LE CHOIX, AU NOM DE REALPOLITIK ET DE LEURS INTÉRÊTS, DE COUPER LA POIRE EN TROIS : FÉLICITER FÉLIX TSHISEKEDI PAR LE POIGNET DE MAIN DE PETER PHAM, RECONNAÎTRE MARTIN FAYULU ET SA RÉSISTANCE PACIFIQUE POUR LA VÉRITÉ DES URNES ET LAISSER JOSEPH KABILA DANS LA SPHÈRE DE L’INFLUENCE POLITIQUE AU CONGO.UN COMMUNIQUÉ DU SEMBLANT
Emmanuel Macron et Idris Deby

Pour la deuxième fois la France sauve Idriss Deby face aux rebelles

Pour la deuxième fois après l'offensive des rebelles venus du Soudan en 2008, les dirigeants français viennent encore de sauver la mise au chef de l’État tchadien en prenant directement parti, au travers de « frappes chirurgicales » de Mirages 2000 basés à N’Djamena, contre des rebelles tchadiens opposés à Idriss Déby, au pouvoir depuis 28 ans et deux mois.