Dossier Présidentielle en RDC : Comprendre le linge sale des opposants congolais

De g. à dr. : les opposants congolais Vital Kamerhe, Félix Tshisekedi, Adolphe Muzito, Moïse Katumbi et Jean-Pierre Bemba, à Bruxelles, le 12 septembre 2018. CRÉDITS : JOHN THYS / AFP

Par une présentation des differents acteurs de l'opposition politique en RD Congo, Patrick Mbeko explique les raisons des difficultés qu'ils rencontrent pour la designation d'un candidat unique devant faire face à Emmanuel Ramazani Shadari, dauphin désigné de Joseph Kabila.

--- Félix Tshisekedi : il jouit de l’aura de son défunt père, mais la plupart de ses collègues opposants, sans l’avouer ouvertement, savent qu’il n’a pas les aptitudes intellectuelles et l'intelligence nécessaires pour diriger un pays comme la RDC. Son entourage pose problème et inquiète, et les derniers événements n'aident pas non plus. À l’UDPS, c’est lui ou personne. Les dés sont déjà pipés de ce côté-là. Mais bon, on continue quand même de jouer au poker menteur avec les autres.

--- Martin Fayulu : un homme assez brillant et d'une certaine intégrité, mais il est un peu conflictuel. Il semble avoir un problème personnel avec Vital Kamerhe qu’il ne porte pas beaucoup dans son cœur. S’il faut parler de candidature unique, pas sûr que les deux hommes se soutiennent mutuellement...

--- Vital Kamerhe : un homme très brillant et ouvert d'esprit, mais il n’inspire pas confiance. Parmi les leaders qui pourraient soutenir sa candidature, il y a Jean-Pierre Bemba, Adolphe Muzito et Freddy Matungulu. Pas sûr que ses deux meilleurs «ennemis» que sont Moise Katumbi et Martin Fayulu lui apportent leur soutien. En revanche, lui n'aurait pas de mal à soutenir une candidature acceptée par la majorité...

--- Moise Katumbi : Intellectuellement limité, il a une capacité de cooptation non négligeable. Ceux qui le soutiennent le font davantage pour des raisons pécuniaires qu’idéologique. En fait, Moise « achète » les cœurs et les esprits sans sourciller et ses collaborateurs semblent adorer cela. Écarté de la course à la magistrature suprême, il manœuvre en coulisse pour embarquer les « validés » avec lui.

--- Jean-Pierre Bemba : brillant et charismatique, il a souvent suscité crainte et méfiance. Son invalidation a fait des heureux dans le camp de l’opposition, mais ne le dites à personne. Il est prêt à soutenir celui qui sera accepté par la majorité...

--- Freddy Matungulu : un homme brillant et d’une très grande intégrité. Malheureusement pour lui, il ne pèse pas sur l’échiquier politique congolais. Il est l’un des rares opposants à ne pas avoir de casseroles. Mieux, il n’est pas conflictuel.

--- Adolphe Muzito : Impossible de le classer. On sait qu'il est là...

Au regard de ce petit "portrait", lequel de ces hommes devrait être désigné candidat unique de l'opposition ?

 

Patrick Mbeko

Ecrivain et journaliste indépendant.

 

Videos

Analyses et Opinions

Gorille à dos argenté © Kiki Lawanda

Le Soft Power au Congo - Brazzaville : un levier de puissance et de développement

Le Congo, sans avoir mis en place une vraie stratégie pour se doter de ce pouvoir d’adhésion, a de nombreux atouts pour faire figure de leader du Soft Power en Afrique centrale.Une réflexion du Think Tank A.C.C. (Ateliers Citoyens du Congo)
Gorille à dos argenté © Kiki Lawanda

Le Soft Power au Congo - Brazzaville : un levier de puissance et de développement

Une réflexion du Think Tank A.C.C. (Ateliers Citoyens du Congo)Le Soft Power est la puissance de séduction et de persuasion d’un Etat. L’attractivité de la culture, la force de la diplomatie publique, le rayonnement du modèle politico-économique et de ses valeurs propres sont vecteurs du soft power d'un pays.Le Congo, sans avoir mis en place une vraie stratégie pour se doter de ce pouvoir d’adhésion, a de nombreux atouts pour faire figure de leader du Soft Power en Afrique centrale.
Vital Kamerhe

RDC : les leçons du deuxième round du procès Vital Kamerhe

Le deuxième round du procès opposant le ministère public congolais à Vital Kamerhe a été beaucoup plus intéressant que le premier round. En regardant le film du procès, j’ai vu un Vital Kamerhe sûr de lui comme d’habitude, combattif, mais pas nécessairement porté à en découdre, comme il y a trois semaines. La « surdose » d’arrogance du premier face-à-face a laissé place à une petite dose de retenue qui, de temps à autre, a laissé libre cours à une certaine impudence.
Jean-Jacques Mamba, député du MLC de Jean-Pierre Bemba arrêté pour faux et usage de faux

La séparation des pouvoirs et la problématique de la question de l'immunité parlementaire à l'épreuve en RDC

La présidente de la chambre basse du parlement de la RDC, Jeannine Mabunda hausse le ton et monte au créneau pour interpeller le ministère public afin de procéder à la suspension des poursuites engagées contre un député en pleine session. Jean-Jacques Mamba, député du MLC de Jean-Pierre Bemba auteur d'une pétition a été arrêté ce matin puis présenté illico presto devant un juge qui a décidé de l' assigner e
Vital Kamerhe à l'ouverture de son procès au centre pénitentiaire et de rééducationde de Kinshasa (ex-prison de Makala), Kinshasa, RDC 11 mai 2020. (Capture d'écran)

RDC : "L'affaire Kamerhe", un procès pour corruption au sommet de l'Etat qui interpelle toute l'Afrique

Vital Kamerhe a été arrêté le 8 avril 2020. Depuis, il est incarcéré à titre préventif à la prison centrale de Kinshasa. C'était le principal allié politique du président congolais Félix Tshisekedi. Il avait activement contribué à son accession au pouvoir, avant de devenir son puissant chef de cabinet. Il est accusé, avec deux autres prévenus, du détournement de 50 millions de dollars. Des fonds destinés au financement de grands travaux de modernisation des infrastructures du pays, lancés par le chef de l'Etat après son investiture le 24 janvier 2019.
Vital Kamerhe, Directeur du cabinet du président Felix-Antoine Tshisekedi

RDC : Les leçons du premier round du procès Vital Kamerhe

Le premier jour du procès Kamerhe laisse apparaître la stratégie que compte adopter la défense du directeur de cabinet de Félix Tshisekedi. En regardant le film du procès, j’ai vu un Kamerhe sûr de lui, combattif et prêt à en découdre. Ça promet. J’ai également observé un Kamerhe un peu hésitant lorsque le ministère public a voulu avoir des précisions sur son rôle dans le programme des 100 jours. A-t-il agi en tant que directeur de cabinet, superviseur ou les deux ? s’est interrogé le ministère public.
Marien Fauney Ngombé fondateur des Ateliers Citoyens du Congo (ACC)

Manifeste pour un ministère de la prospective et de l’évaluation de l'action publique au Congo - Brazzaville

S’il est une chose certaine à propos de la crise liée au Covid -19 que nous vivons, c’est qu’elle dépasse par son étendue dans l’espace et sa rapidité de propagation les pires scenarii imaginables. La pandémie a surpris les sociétés les plus averties en terme d’études sur la prévention des catastrophes auxquelles s’expose l’humanité. Les gouvernements n’ayant pas pu anticiper cette crise multiforme n’ont pu que réagir sur l’instant. La gestion de crise a été peu évidente pour les pays du Nord comme pour ceux du Sud.