Dossier élection présidentielle en RDC : Adolphe Muzito en Belgique, la faute politique

Adolphe Muzito, ancien Premier ministre de la RDC reçu par Didier Reynders ministre des affaires étrangères en Belgique

Adolphe Muzito, ancien Premier ministre de la République Démocratique du Congo, candidat invalidé pour la présidentielle du 23 décembre, a choisi la Belgique pour une tournée politique qui a le parfum d’une absence de conscience historique.

Comme souvent, par temps de coup dur, les politiciens congolais ne se tournent quasiment jamais vers leur fief électoral. Ils ne font pas non plus appel à ces (nombreux) sympathisants qui les soutiennent et qui sont souvent prêts à donner leur vie pour ces leaders politiques en qui ils ont placé une confiance aveugle. C’est vers d’autres cieux qu’ils se tournent. Au lendemain de l'invalidation de sa candidature par la Commission électorale nationale indépendante (CENI), Adolphe Muzito n’a pas échappé à cette règle. En effet, l’ancien Premier ministre s’est empressé de se rendre en Belgique où un calendrier digne de son passé de haut dirigeant congolais l’attendait.

Les relations belgo-congolaises se sont fortement refroidies ces derniers temps, du fait de l’ingérence de Bruxelles dans la politique intérieure congolaise. L’inauguration de la nouvelle ambassade de Belgique à Kinshasa ces derniers jours fut un moment marquant de la tension entre les deux capitales. L’absence des autorités congolaises à cette manifestation n’a pas pu échapper aux observateurs avertis.

Muzito s’est rendu à Bruxelles et y a été reçu par l’ancien Premier ministre Louis Michel, père de l’actuel Premier ministre Charles Michel, avant de rencontrer Didier Reynders, ministre des Affaires étrangères. Lors de ces entretiens, le postulant à la candidature invalidée s’est livré à un plaidoyer pour une plus forte implication de la Belgique et de la communauté internationale dans le processus électoral congolais. 

Qu’est-ce qui peut pousser un homme politique qui se revendique de Patrice Emery Lumumba à commettre un tel impair ? Comment comprendre qu’un ancien Premier ministre au fait des enjeux géopolitiques puisse à ce point fouler au pied le combat et la mémoire des pères de l'indépendance de notre pays en ramenant leurs bourreaux à la table de querelles familiales congolaises ? Comment expliquer le refus d’un échec sur le terrain judiciaire et ouvrir ainsi un pays fort instable à des perturbations sans lendemains heureux ?

Adolphe Muzito a eu, durant ses quatre années à la tête du gouvernement congolais, de nombreux échanges avec les autorités belges. Il a eu plusieurs occasions de porter la revendication d’un pays et de tous ceux qui se réclament les héritiers de Lumumba. Il a pourtant fait le choix de tourner le dos aux réelles attentes d’un peuple blessé dans sa chair. Pire qu'une erreur, c'est une faute politique.

« Tant que les individus n'ont pas conscience de ce qu'ils sont et de ce qu'ils furent, ils n'accèdent pas à la dimension propre de l'histoire » disait Raymond Aron. Alors Adolphe Muzito a-t-il conscience que c’est en Belgique que les assassins de Patrice Lumumba se promènent, libres et sans être inquiétés par la justice, avec les dents de ce héros national dans leurs poches ? Se souvient-il qu’il a également affaire au seul pays qui avait reconnu en son temps la souveraineté du Katanga sécessionniste ? Si son invalidation a pu perturber certains de ses partisans, le manque de conscience historique dont vient de faire montre Adolphe Muzito, lumumbiste affiché, n'est pas de nature à rehausser son image auprès de ceux des Congolais qui ont encore un soupçon de fierté. Et si finalement Adolphe Muzito nous montrait la vraie face de son engagement, celle d'un suivisme et d'une facilité à se trouver du côté où le vent qui souffle dans les voiles de l'histoire le porte ? En d'autres termes, l'opportunisme politique de Muzito n'est-il pas son seul point d'ancrage idéologique ?

Roger Musandji

Oeil d'Afrique

Videos

Analyses et Opinions

Le NFAC , les nouveaux Black Panthers ?

Qui est la NFAC, la milice armée noire qui défile dans les manifestations anti-racisme ?

Alors que les tensions raciales se multiplient aux États-Unis, une nouvelle milice afro-américaine a récemment vu le jour outre-Atlantique : la Not Fucking Around Coalition (NFAC). Qui sont ces femmes et ces hommes ? Eléments de réponse.Leurs visages sont régulièrement cagoulés de noirs, leurs vêtements arborent la même couleur. Ces citoyens américains portent des armes, bien visibles.
Le président français Emmanuel Macron reçoit son homologue ivoirien Alassane Ouattara à l'Elysée, le 4 septembre 2020. Crédit : @AOuattara_PRCI

Côte d'Ivoire: Ce qu'il faut retenir de la rencontre Ouattara Emmanuel Macron sur le 3e mandat

Le président Ivoirien Alassane Ouattara a été reçu à déjeuner ce vendredi 4 septembre 2020 à l’Elysée par le président Emmanuel Macron. En marge de ce qui a été de ce déjeuner de travail, un tête-à-tête entre les deux homologues. La question du 3e mandat et la position de Paris surement au cœur de ce huis-clos.
Marche contre la révision constitutionnelle au Mali. / Image d'illustration

Afrique: La révision des Constitutions pour conserver le pouvoir en Afrique

Le président ivoirien Alassane Ouattara et le guinéen Alpha Condé misent sur la modification de la Constitution pour espérer briguer un nouveau mandat avec pour argument que les "compteurs sont remis à zéro".
Guillaume Soro, Alassane Ouattara, Henri Konan Bédié et Laurent Gbagbo. AFP

Côte d’Ivoire recherche désespérément leader politique.

La Côte d’Ivoire a eu soixante ans ce 7 août 2020. A cette occasion, son président lui a offert un cadeau d’anniversaire de très mauvais goût. Alassane Dramane Ouattara est revenu sur sa promesse de ne pas briguer un troisième mandat. C’est ce que lui aurait demandé avec insistance une majorité de sa famille politique. Il a cédé à la tentation du combat de trop. Soit par suivisme, soit par égoïsme, ou alors sous l’effet conjugué des deux.
Kader Diarrassouba, Jeune ivoirien, exilé en France depuis 6 mois, membre Générations et Peuples Solidaires ( GPS )

Lettre ouverte à Monsieur Emmanuel Macron, Président de la République de France, par Kader Diarrassouba

Monsieur le Président, votre élection à la tête de la république française le 7 mai 2017 a sonné pour bien de jeunes africains comme un nouvel espoir, l’espoir qui diminue la peine de toutes les politiques antérieures de la Françafrique. Politique néo-coloniale décrite par François-Xavier Verschave comme « une nébuleuse d’acteurs économiques, politiques et militaires, en France et en Afrique, organisée en réseaux et lobbies, et polarisé sur l’accaparement de deux rentes : les matières premières et l’aide publique au développement.
Rex Kazadi, secrétaire général de Ba patriotes ya Kongo (BPK)

RDC: Rex Kazadi demande à la ville de Kinshasa de déboulonner le statue de Leopold II

Kinshasa, la capitale de la République démocratique du Congo, ancienne colonie Belge va-t-elle enboiter le pas d'Anvers et déboulonner la statue du roi Leopold II ? C'est en tout cas le souhaite de Rex Kazadi, secrétaire général de Ba patriotes ya Kongo (
Aimé Gata-Kambudi, Juriste spécialisé en Droit Public Approfondi

La gestion de la crise institutionnelle au Kongo central est-elle la preuve  d'un Etat de droit à géométrie variable ?

Une analyse chronologique et démonstrative de la crise qui tend à l’ingouvernabilité de la province, par Aimé Gata-Kambudi.