Dossier élection présidentielle en RDC : Adolphe Muzito en Belgique, la faute politique

Adolphe Muzito, ancien Premier ministre de la RDC reçu par Didier Reynders ministre des affaires étrangères en Belgique

Adolphe Muzito, ancien Premier ministre de la République Démocratique du Congo, candidat invalidé pour la présidentielle du 23 décembre, a choisi la Belgique pour une tournée politique qui a le parfum d’une absence de conscience historique.

Comme souvent, par temps de coup dur, les politiciens congolais ne se tournent quasiment jamais vers leur fief électoral. Ils ne font pas non plus appel à ces (nombreux) sympathisants qui les soutiennent et qui sont souvent prêts à donner leur vie pour ces leaders politiques en qui ils ont placé une confiance aveugle. C’est vers d’autres cieux qu’ils se tournent. Au lendemain de l'invalidation de sa candidature par la Commission électorale nationale indépendante (CENI), Adolphe Muzito n’a pas échappé à cette règle. En effet, l’ancien Premier ministre s’est empressé de se rendre en Belgique où un calendrier digne de son passé de haut dirigeant congolais l’attendait.

Les relations belgo-congolaises se sont fortement refroidies ces derniers temps, du fait de l’ingérence de Bruxelles dans la politique intérieure congolaise. L’inauguration de la nouvelle ambassade de Belgique à Kinshasa ces derniers jours fut un moment marquant de la tension entre les deux capitales. L’absence des autorités congolaises à cette manifestation n’a pas pu échapper aux observateurs avertis.

Muzito s’est rendu à Bruxelles et y a été reçu par l’ancien Premier ministre Louis Michel, père de l’actuel Premier ministre Charles Michel, avant de rencontrer Didier Reynders, ministre des Affaires étrangères. Lors de ces entretiens, le postulant à la candidature invalidée s’est livré à un plaidoyer pour une plus forte implication de la Belgique et de la communauté internationale dans le processus électoral congolais. 

Qu’est-ce qui peut pousser un homme politique qui se revendique de Patrice Emery Lumumba à commettre un tel impair ? Comment comprendre qu’un ancien Premier ministre au fait des enjeux géopolitiques puisse à ce point fouler au pied le combat et la mémoire des pères de l'indépendance de notre pays en ramenant leurs bourreaux à la table de querelles familiales congolaises ? Comment expliquer le refus d’un échec sur le terrain judiciaire et ouvrir ainsi un pays fort instable à des perturbations sans lendemains heureux ?

Adolphe Muzito a eu, durant ses quatre années à la tête du gouvernement congolais, de nombreux échanges avec les autorités belges. Il a eu plusieurs occasions de porter la revendication d’un pays et de tous ceux qui se réclament les héritiers de Lumumba. Il a pourtant fait le choix de tourner le dos aux réelles attentes d’un peuple blessé dans sa chair. Pire qu'une erreur, c'est une faute politique.

« Tant que les individus n'ont pas conscience de ce qu'ils sont et de ce qu'ils furent, ils n'accèdent pas à la dimension propre de l'histoire » disait Raymond Aron. Alors Adolphe Muzito a-t-il conscience que c’est en Belgique que les assassins de Patrice Lumumba se promènent, libres et sans être inquiétés par la justice, avec les dents de ce héros national dans leurs poches ? Se souvient-il qu’il a également affaire au seul pays qui avait reconnu en son temps la souveraineté du Katanga sécessionniste ? Si son invalidation a pu perturber certains de ses partisans, le manque de conscience historique dont vient de faire montre Adolphe Muzito, lumumbiste affiché, n'est pas de nature à rehausser son image auprès de ceux des Congolais qui ont encore un soupçon de fierté. Et si finalement Adolphe Muzito nous montrait la vraie face de son engagement, celle d'un suivisme et d'une facilité à se trouver du côté où le vent qui souffle dans les voiles de l'histoire le porte ? En d'autres termes, l'opportunisme politique de Muzito n'est-il pas son seul point d'ancrage idéologique ?

Roger Musandji

Oeil d'Afrique

Videos

Analyses et Opinions

Domingos Simões Pereira / DR

Entretien avec Domingos Simões Pereira : "le mécanisme international de sanctions contre tous ceux qui entravent la loi doit être appliqué"

C’est dans un grand hôtel parisien que le rendez-vous est fixé pour un entretien avec Domingos Simoes Pereira, candidat malheureux à la dernière élection présidentielle en Guinée-Bissau. En France pour une tournée politico-médiatique, celui qui aurait selon les résultats de la Commission électorale nationale recueilli 46% contre 54% pour Umaro Sissoco 
Azarias Ruberwa Manywa, ministre de la décentralisation en RDC et leader de la communauté Banyamulenge

RDC : Les « Banyamulenge ». Qui sont-ils réellement ?

La question des « Banyamulenge » a toujours suscité des débats passionnés en RDC. Il faut que les Congolais et la Communauté internationale comprennent une chose : ceux qu’on appelle « Banyamulenge » sont des Tutsis rwandais arrivés au Congo suite à la Révolution sociale hutue qui a conduit à la chute de la monarchie tutsie au Rwanda, en 1959.

IRAN vs États-Unis : la colère des Mollahs

Au lendemain de la riposte de Téhéran à l’assassinat du général Qassem Soleimani, Donald Trump a livré un discours dans lequel il a joué l’apaisement, se félicitant du fait que les 22 missiles iraniens tirés sur deux bases américaines en Irak n’avaient fait aucune victime. Pour la plupart des analystes occidentaux, l’Iran voulait tout simplement « bluffer ».
Les congolais refusent la balkanisation de leur pays.

Le projet de balkanisation de la RDC n'est pas une vue de l'esprit

Ces derniers temps, plusieurs personnalités congolaises sont montées au créneau pour attirer l’attention sur le risque de balkanisation de la RD Congo, relançant le débat sur cette thèse. Les Rwandais, par la voix du secrétaire d’État Olivier Nduhungirehe, parlent de « théorie du complot ». Mêmement du côté de CACH et de ses sympathisants devenus foncièrement allergiques à toute critique adressée à leur nouvel allié, Paul Kagame.
Des billets de 5.000, 2.000 et 500 francs CFA, en 2017. — Crédit ISSOUF SANOGO / AFP

F. CFA, ECO et présence française au Sahel: c'est aux Africains de prendre leurs responsabilités


Ce sont les chefs d'État africains qui ont décidé de passer du Franc CFA à l’Éco, mais c'est Emmanuel Macron que certains Africains accusent de tous les maux. Alors qu’il a été décidé que la France ne nommera plus aucun représentant au conseil d'administration et au comité de politique monétaire de la BCEAO, ni à la commission bancaire de l'UMOA, il y a toujours de l’agitation dans l’air.
Felix Tshisekedi face à la diaspora congolaise de France. 12/11/2019 à Paris

Félix Tshisekedi à Paris ou l’image d’un président qui refuse de devenir Président

En écoutant Félix Tshisekedi s’exprimer devant des membres de la diaspora congolaise de France réunis ce 11 novembre à l’hôtel pullman de Paris, on ne peut s’empêcher de se poser des questions sur les facultés intellectuelles et morales de celui qui préside par procuration à la destinée de la RD Congo. En l’écoutant, on a du mal à croire que ce monsieur est le président de tous les Congolais.
Louis Magloire Keumayou © Capture d'écran de France 24

Sommet Russie-Afrique:une rencontre «plus sécuritaire qu’économique» (analyste)

La ville russe de Sotchi va accueillir du 22 au 24 octobre prochain le tout premier sommet Russie-Afrique, une rencontre, certes placée sous le signe du renforcement des relations entre les deux entités, mais qui sera « plus sécuritaire qu’économique », a confié l’éditorialiste camerounais, Louis Magloire Keumayou.