Diplomatie des USA en RDC : Féliciter Tshisekedi, reconnaitre l'opposant Fayulu et laisser Kabila dans la sphère d'influence

Félix Tshisekedi ait reçu Peter Pham, envoyé spécial des États-Unis, venu, accompagné de l’ambassadeur

LES ÉTATS-UNIS ONT FAIT LE CHOIX, AU NOM DE REALPOLITIK ET DE LEURS INTÉRÊTS, DE COUPER LA POIRE EN TROIS : FÉLICITER FÉLIX TSHISEKEDI PAR LE POIGNET DE MAIN DE PETER PHAM, RECONNAÎTRE MARTIN FAYULU ET SA RÉSISTANCE PACIFIQUE POUR LA VÉRITÉ DES URNES ET LAISSER JOSEPH KABILA DANS LA SPHÈRE DE L’INFLUENCE POLITIQUE AU CONGO.

UN COMMUNIQUÉ DU SEMBLANT

Le décryptage du communiqué du Secrétariat d’État américain tendrait, à première lecture, à faire accréditer l’interprétation du soutien américain à Félix Tshisekdi au détriment diplomatique de Joseph Kabila et de Martin Fayulu. Mais, au fond, chacun de trois protagonistes y trouve son compte et peut s’y fonder pour prévaloir ses prétentions politiques.

Le communiqué a été publié après que Félix Tshisekedi ait reçu Peter Pham, envoyé spécial des États-Unis, venu, accompagné de l’ambassadeur, présenter un poignet de main, féliciter et déclarer aux médias l’intention des États-Unis de collaborer pour les opportunités économiques entre les deux pays. Tout laisse croire que les intérêts des États-Unis comptent avant tout et que Félix Tshisekedi est perçu, malgré la contestation de sa victoire par Martin Fayulu, tel un collaborateur du moindre mal à l’épreuve de les protéger. Mais les États-Unis savent que le Congo divisé par la fraude électorale est sous menace d’instabilité potentielle. Et le communiqué a été rédigé de manière à ne pas couper le pond avec aucun de ces protagonistes.

Joseph Kabila, dont les hommes y sont sanctionnés, bénéficie, lui, d’une grande impunité. Ce qui lui laisse la possibilité de rester sur la scène politique et d’influencer le cours des événements, en tirant des ficelles dans l’ombre. Par ailleurs, le futur gouvernement, avec lequel les États-Unis entendent collaborer pour leurs intérêts, sera dominé par la majorité parlementaire qui venait de renouveler son allégeance publique à Joseph Kabila. En toute logique, même la plus élémentaire, on ne peut pas rejeter l’homme, le chef des troupes politique, militaire et policière, pour prétendre fonder quelque espoir de collaboration sur ses hommes, ses débiteurs moraux et inconditionnels. Au fond, Joseph Kabila, qui reste en place, n’est pas désavoué par les États-Unis. La raison est claire : il n’a jamais lésé les intérêts américains. Sinon, il serait parti depuis longtemps.

Cependant les sanctions contre ses hommes sont un message des États-Unis à son égard pour lui signifier que la protection et l’exonération, dont il est le bénéficiaire privilégié, est subordonnée à la condition de continuer à protéger les intérêts des États-Unis au Congo. Et il continuera à les protéger, sans pour autant perdre la main sur le pouvoir tant au niveau national que provincial.

Martin Fayulu trouve, lui aussi, son compte dans ce communiqué où les personnalités de la CENI et de la Cour constitutionnelle sont sanctionnées pour avoir organisé la fraude électorale. Et c’est là de l’eau au moulin de sa résistance pacifique pour la vérité des urnes. En plus, il peut se fonder sur ces sanctions pour consolider sa requête destinée aux instances internationales, pour s’affermir dans la contestation de la légitimité de Félix Tshisekedi et de remettre en cause la diplomatie des États-Unis au Congo sur le registre de la démocratie à restaurer au Congo.

Enfin, les États-Unis ont, par ce communiqué, fait le choix d’être de tous les côtés et de jouer à la diplomatie du semblant.

Par Joseph Anganda

Videos

Analyses et Opinions

©J.M. Giordano / SOPA Imag/SIPA;

Le racisme : une plaie congénitale des USA

Toute société construite sur les fondements de l'exclusion d'une partie de la population est productrice de violence sous diverses formes, et son existence demeure gangrenée par des convulsions sociales permanentes.
Capture d'écran de la vidéo de l'arrestation qui a conduit au meurtre de George Floyd par un policier blanc de Minneapolis

Noirs tués par des policiers blancs aux États-Unis. Tout est avant tout question de rapport de force

Une autre vidéo d’un policier blanc américain tuant un Noir comme si de rien n’était. Une de plus diront certains. Eh oui une de plus ! Et comme d’habitude, ça va marcher, manifester et crier leur colère, sans plus. C’est à ce genre de spectacle que les Noirs américains nous ont habitués à chaque fois qu’un des leurs est tué par un policier blanc.
Gorille à dos argenté © Kiki Lawanda

Le Soft Power au Congo - Brazzaville : un levier de puissance et de développement

Une réflexion du Think Tank A.C.C. (Ateliers Citoyens du Congo)Le Soft Power est la puissance de séduction et de persuasion d’un Etat. L’attractivité de la culture, la force de la diplomatie publique, le rayonnement du modèle politico-économique et de ses valeurs propres sont vecteurs du soft power d'un pays.Le Congo, sans avoir mis en place une vraie stratégie pour se doter de ce pouvoir d’adhésion, a de nombreux atouts pour faire figure de leader du Soft Power en Afrique centrale.
Vital Kamerhe

RDC : les leçons du deuxième round du procès Vital Kamerhe

Le deuxième round du procès opposant le ministère public congolais à Vital Kamerhe a été beaucoup plus intéressant que le premier round. En regardant le film du procès, j’ai vu un Vital Kamerhe sûr de lui comme d’habitude, combattif, mais pas nécessairement porté à en découdre, comme il y a trois semaines. La « surdose » d’arrogance du premier face-à-face a laissé place à une petite dose de retenue qui, de temps à autre, a laissé libre cours à une certaine impudence.
Jean-Jacques Mamba, député du MLC de Jean-Pierre Bemba arrêté pour faux et usage de faux

La séparation des pouvoirs et la problématique de la question de l'immunité parlementaire à l'épreuve en RDC

La présidente de la chambre basse du parlement de la RDC, Jeannine Mabunda hausse le ton et monte au créneau pour interpeller le ministère public afin de procéder à la suspension des poursuites engagées contre un député en pleine session. Jean-Jacques Mamba, député du MLC de Jean-Pierre Bemba auteur d'une pétition a été arrêté ce matin puis présenté illico presto devant un juge qui a décidé de l' assigner e
Vital Kamerhe à l'ouverture de son procès au centre pénitentiaire et de rééducationde de Kinshasa (ex-prison de Makala), Kinshasa, RDC 11 mai 2020. (Capture d'écran)

RDC : "L'affaire Kamerhe", un procès pour corruption au sommet de l'Etat qui interpelle toute l'Afrique

Vital Kamerhe a été arrêté le 8 avril 2020. Depuis, il est incarcéré à titre préventif à la prison centrale de Kinshasa. C'était le principal allié politique du président congolais Félix Tshisekedi. Il avait activement contribué à son accession au pouvoir, avant de devenir son puissant chef de cabinet. Il est accusé, avec deux autres prévenus, du détournement de 50 millions de dollars. Des fonds destinés au financement de grands travaux de modernisation des infrastructures du pays, lancés par le chef de l'Etat après son investiture le 24 janvier 2019.
Vital Kamerhe, Directeur du cabinet du président Felix-Antoine Tshisekedi

RDC : Les leçons du premier round du procès Vital Kamerhe

Le premier jour du procès Kamerhe laisse apparaître la stratégie que compte adopter la défense du directeur de cabinet de Félix Tshisekedi. En regardant le film du procès, j’ai vu un Kamerhe sûr de lui, combattif et prêt à en découdre. Ça promet. J’ai également observé un Kamerhe un peu hésitant lorsque le ministère public a voulu avoir des précisions sur son rôle dans le programme des 100 jours. A-t-il agi en tant que directeur de cabinet, superviseur ou les deux ? s’est interrogé le ministère public.