De la terre RD Congo, qui en est le propriétaire ?

Vue de la capitale congolaise, Kinshasa

Pour la plupart d’entre nous, je dirais une minorité, la question ne s’est jamais posée pour savoir si oui ou non, le fait d’être ce que nous sommes, c’est-à-dire congolais de la RD Congo, relève de la suprême volonté, comme je l’entends souvent, de la Belgique. Et de ce fait, la Belgique s’attribuerait des droits spéciaux sur un peuple qu’elle aurait, semble-t-il rassemblé, alors que rien, et c’est ce que cela suppose, ne le prédisposait à cohabiter ou à vivre ensemble un jour. La permanence de ce questionnement fait que certains, tels que nous-mêmes, décident de demeurer constant dans la perspective de la lutte, telle que la situation imposée sur le terrain au peuple de la RD Congo le recommande. Ne pas suivre le spectacle actuel qui lui est offert et qui parait bien séduisant. Débats à caractères démocratiques, verbes haut, arrestation touchant les droits dits de l’homme, élections, candidatures et candidats multiples, envoyés spéciaux, mort de celui ou de celle-là, bref nous sommes à l’heure du spectacle pour contenir et orienter des masses populaires. Le combat pour la terre reste la seule et l’unique qui vaut la peine d’être mené et pour lequel des peuples se sont toujours battus dans l’histoire.

 

On ne peut vivre ensemble que sur une terre qui nous est propre et commune. Et non sur une terre pour laquelle certains négocient encore et toujours, et ce par leur façon d’être et de se comporter, le droit de sa propriété. N’est-ce pas que c’est d’abord la terre, d’abord le monde, la nature et ce avant que des hommes y viennent pour vivre. Nous affirmons que c’est de la terre que naît toute volonté existence et la prétention d’être. C’est que l’adage suivant essaye de dire dans la langue maternelle de ma mère : « Buloba busama, Muana usama. Tuakuila nganyi ? Tuakuila Buloba, afua Muana tuamona mua kujika ! ». Ma traduction est la suivante : La terre est malade. L’enfant est malade. Pour qui devons-nous plaider ? Plaidons pour la cause de la terre. Quand l’enfant mourra, nous saurons où l’enterrer».

 

Chaque fois que je lis ou je rencontre quelque part la phrase selon laquelle, la RD Congo serait le fruit d’une volonté belge, elle serait une fabrication belge et occidentale, coloniale, et c’est le maitre qui se plait à insister là-dessus par sa science qu’il a réussie à imposer comme canon aux bien- pensants, je le prends pour une insulte à notre intelligence. C’est alors que je me demande pourquoi l’élite cubaine, pourquoi l’élite indienne et noire de Bolivie ne reprennent en chœur ce genre de mélodie qui plait à une catégorie de gens de chez nous : le « cercle de la raison ». Pourquoi ils ne disent pas que la terre sur laquelle le Cuba se déploie appartient à l’Espagne. Et pourquoi seulement nous, En fait et pour mieux dire, les nôtres.

 

Je cherche à saisir dans quelle disposition mentale se trouve celui ou celle qui récite ce type de discours, psalmodie son maître, lui qui a intérêt à ce que sa musique soit entendue et reproduite. Et c’est quoi en plus ils entendent par cette phrase. Je fournis un effort de compréhension. Parce qu’on donne à ce peuple ce qu’il veut et non pas ce dont il a besoin. En veillant que ce qui lui est servi soit élémentaire, divertissant, drôle et commode dans le but uniquement de l’abrutir.

Et voilà qu’intervient un de mes lecteurs, je ne sais qui et qui s’est donné la peine de m’adresser un écrit. Pas exactement sur ce point précis, mais sur un autre sujet. Ce visiteur inhabituel a signé son courrier sous le sobriquet de « Plaie Sèche ». Ce qui suit est la teneur de son message : « Très bon article. La stratégie des « grandes puissances » qui est celle de présenter Kabila , , comme le problème n’a rien d’autre comme objectif de détourner le congolais du vrai problème. Cette stratégie marchera aussi longtemps que le congolais n’utilisera une arme qu’est la réflexion ». Je crois que les mots ont un sens.

 

Alors de grâce, je ne vous parle ici que de la terre en évitant de me mêler du reste, de ce qui n’aidera pas à poser, et ce de manière définitive, la problématique congolaise. La terre est notre unique préoccupation, notre seul Dieu. Si nous devrions en avoir un.

 

Mufoncol Tshiyoyo

Videos

Analyses et Opinions

Photo d'un quartier de Malabo, le 16 mai 2019 | AFP | Samuel Obiang

En Guinée équatoriale, les plus pauvres attendent toujours leurs logements sociaux

Beaucoup de gens qui vivaient autrefois dans des taudis habitent aujourd'hui un logement digne, comme ici", s'enthousiasme un sénateur de Guinée équatoriale, qui habite un logement social à Buena Esperanza, un quartier de Malabo.Murs en crépi blanc et toits en tôle rouge ou bleue, dans ce quartier de la capitale, des centaines de petites maisons identiques se succèdent à perte de vue.
Carte des otages dans le Sahel

Otages français au Burkina Faso : Interdit d’interdire le tourisme dans le Sahel.

Depuis le retour des touristes français qui avaient été pris en otage dans le Parc béninois de la Pendjari, avant d’être ensuite libérés au Burkina Faso, une polémique est née autour de l’idée que les voyageurs français ne respectent pas scrupuleusement les consignes du Quai d’Orsay, qui leur indique les endroits dans le monde où il est parfois dangereux de se rendre.
Le président Paul Buya

Cameroun : Une dictature sous cloche.

Ces dernières semaines, le monde entier a vu deux armées et deux populations civiles se débarrasser pacifiquement de dirigeants dont elles ne voulaient plus : Abdelaziz Bouteflika (Algérie) puis Omar al-Bashir (Soudan). Mieux que le prétendu Printemps arabe, qui avait commencé en Tunisie, avant d’atteindre l’Egypte et la Libye, il s’est agi cette fois-ci de soulèvements endogènes. Les populations ont exprimé leur ras-le-bol, et l’armée les a aidées à renverser des dirigeants qui avaient fini par croire qu’ils avaient fusionné avec leurs fauteuils présidentiels.
Félix Tshisekedi ait reçu Peter Pham, envoyé spécial des États-Unis, venu, accompagné de l’ambassadeur

Diplomatie des USA en RDC : Féliciter Tshisekedi, reconnaitre l'opposant Fayulu et laisser Kabila dans la sphère d'influence

LES ÉTATS-UNIS ONT FAIT LE CHOIX, AU NOM DE REALPOLITIK ET DE LEURS INTÉRÊTS, DE COUPER LA POIRE EN TROIS : FÉLICITER FÉLIX TSHISEKEDI PAR LE POIGNET DE MAIN DE PETER PHAM, RECONNAÎTRE MARTIN FAYULU ET SA RÉSISTANCE PACIFIQUE POUR LA VÉRITÉ DES URNES ET LAISSER JOSEPH KABILA DANS LA SPHÈRE DE L’INFLUENCE POLITIQUE AU CONGO.UN COMMUNIQUÉ DU SEMBLANT
Emmanuel Macron et Idris Deby

Pour la deuxième fois la France sauve Idriss Deby face aux rebelles

Pour la deuxième fois après l'offensive des rebelles venus du Soudan en 2008, les dirigeants français viennent encore de sauver la mise au chef de l’État tchadien en prenant directement parti, au travers de « frappes chirurgicales » de Mirages 2000 basés à N’Djamena, contre des rebelles tchadiens opposés à Idriss Déby, au pouvoir depuis 28 ans et deux mois.
Guillaume Soro, président de l'Assemblée nationale de Côte d'Ivoire

Côte d’Ivoire : Pourquoi Guillaume Soro n’a pas signé sa lettre de Démission ?

L’actualité Ivoirienne est dominée depuis peu par la démission ou non de Guillaume Soro, président de l'Assemblée nationale. Le président Ouattara lors de la cérémonie de présentation de vœux à la presse avait annoncé lui-même que Guillaume Soro devrait démissionner de la présidence de l’Assemblée nationale en février. Mais contre toute attente, ce dernier a refusé de signer la lettre de démission qui lui a été apportée l
Maurice Kamto à Yaounde 30 septembre 2018

Cameroun: Paul Biya embastille Maurice Kamto dans le sang

Une barbarie indicible a lieu au Cameroun. Le régime de Paul Biya vient de blesser par tirs de balles réelles des manifestants citoyens dans les rues du pays. Le Président élu du pays, le Professeur Maurice Kamto et certains de ses proches conseillers ont été emprisonnés hier, au mépris total des libertés pourtant garanties par la constitution. Notre correspondant Saint-Just Massoda raconte.