De la terre RD Congo, qui en est le propriétaire ?

Vue de la capitale congolaise, Kinshasa

Pour la plupart d’entre nous, je dirais une minorité, la question ne s’est jamais posée pour savoir si oui ou non, le fait d’être ce que nous sommes, c’est-à-dire congolais de la RD Congo, relève de la suprême volonté, comme je l’entends souvent, de la Belgique. Et de ce fait, la Belgique s’attribuerait des droits spéciaux sur un peuple qu’elle aurait, semble-t-il rassemblé, alors que rien, et c’est ce que cela suppose, ne le prédisposait à cohabiter ou à vivre ensemble un jour. La permanence de ce questionnement fait que certains, tels que nous-mêmes, décident de demeurer constant dans la perspective de la lutte, telle que la situation imposée sur le terrain au peuple de la RD Congo le recommande. Ne pas suivre le spectacle actuel qui lui est offert et qui parait bien séduisant. Débats à caractères démocratiques, verbes haut, arrestation touchant les droits dits de l’homme, élections, candidatures et candidats multiples, envoyés spéciaux, mort de celui ou de celle-là, bref nous sommes à l’heure du spectacle pour contenir et orienter des masses populaires. Le combat pour la terre reste la seule et l’unique qui vaut la peine d’être mené et pour lequel des peuples se sont toujours battus dans l’histoire.

 

On ne peut vivre ensemble que sur une terre qui nous est propre et commune. Et non sur une terre pour laquelle certains négocient encore et toujours, et ce par leur façon d’être et de se comporter, le droit de sa propriété. N’est-ce pas que c’est d’abord la terre, d’abord le monde, la nature et ce avant que des hommes y viennent pour vivre. Nous affirmons que c’est de la terre que naît toute volonté existence et la prétention d’être. C’est que l’adage suivant essaye de dire dans la langue maternelle de ma mère : « Buloba busama, Muana usama. Tuakuila nganyi ? Tuakuila Buloba, afua Muana tuamona mua kujika ! ». Ma traduction est la suivante : La terre est malade. L’enfant est malade. Pour qui devons-nous plaider ? Plaidons pour la cause de la terre. Quand l’enfant mourra, nous saurons où l’enterrer».

 

Chaque fois que je lis ou je rencontre quelque part la phrase selon laquelle, la RD Congo serait le fruit d’une volonté belge, elle serait une fabrication belge et occidentale, coloniale, et c’est le maitre qui se plait à insister là-dessus par sa science qu’il a réussie à imposer comme canon aux bien- pensants, je le prends pour une insulte à notre intelligence. C’est alors que je me demande pourquoi l’élite cubaine, pourquoi l’élite indienne et noire de Bolivie ne reprennent en chœur ce genre de mélodie qui plait à une catégorie de gens de chez nous : le « cercle de la raison ». Pourquoi ils ne disent pas que la terre sur laquelle le Cuba se déploie appartient à l’Espagne. Et pourquoi seulement nous, En fait et pour mieux dire, les nôtres.

 

Je cherche à saisir dans quelle disposition mentale se trouve celui ou celle qui récite ce type de discours, psalmodie son maître, lui qui a intérêt à ce que sa musique soit entendue et reproduite. Et c’est quoi en plus ils entendent par cette phrase. Je fournis un effort de compréhension. Parce qu’on donne à ce peuple ce qu’il veut et non pas ce dont il a besoin. En veillant que ce qui lui est servi soit élémentaire, divertissant, drôle et commode dans le but uniquement de l’abrutir.

Et voilà qu’intervient un de mes lecteurs, je ne sais qui et qui s’est donné la peine de m’adresser un écrit. Pas exactement sur ce point précis, mais sur un autre sujet. Ce visiteur inhabituel a signé son courrier sous le sobriquet de « Plaie Sèche ». Ce qui suit est la teneur de son message : « Très bon article. La stratégie des « grandes puissances » qui est celle de présenter Kabila , , comme le problème n’a rien d’autre comme objectif de détourner le congolais du vrai problème. Cette stratégie marchera aussi longtemps que le congolais n’utilisera une arme qu’est la réflexion ». Je crois que les mots ont un sens.

 

Alors de grâce, je ne vous parle ici que de la terre en évitant de me mêler du reste, de ce qui n’aidera pas à poser, et ce de manière définitive, la problématique congolaise. La terre est notre unique préoccupation, notre seul Dieu. Si nous devrions en avoir un.

 

Mufoncol Tshiyoyo

Videos

Analyses et Opinions

Donald Trump et Barack Obama, le jour de leur passation de pouvoir, le 20 janvier 2017

Le grand péché de Donald Trump n’est pas son côté raciste, mais bien ses «carences» sur le plan communicationnel

Les propos de Donald Trump sur Haïti et les pays africains ─ « des pays de merde » aurait-il déclaré ─ ont suscité un torrent d’indignation à travers le monde, et on peut le comprendre. Mais ce qui est frappant, c’est que pas grand monde ne s’indigne lorsque les Noirs sont abattus comme des lapins par la police blanche américaine; pas grand monde ne s'est indigné lorsque 120.
Gouvernement Tshibala - RD Congo

Bienvenue en République médiocratique du Congo

Depuis la dernière sortie médiatique du cardinal Laurent Mosengwo ─ « Il est temps que les médiocres dégagent et que règnent la paix et la justice en RDC» a-t-il martelé ─, un mot revient sur toutes les lèvres et les statuts Facebook : médiocre.
De droit à gauche : Jean-Jacques Bouya, Gilbert Ondongo, Claude Alphonse Nsiou

Congo Brazza: Jean-Jacques Bouya, Gilbert Ondongo, Claude Alphonse Nsilou dans le collimateur de l’audit présidentiel

C’est l’histoire d’un pays qui n’a jamais pris le temps de s’auto-examiner. Un pays qui a depuis plusieurs années profité de la richesse de son sous-sol et de son pétrole pour nourrir à coup de milliards de CFA, Président, famille présidentielle, ministres et dirigeants de sociétés d’Etat. Mais, cette histoire a fini par jouer un mauvais tour à ces enfants gâtés de la république. 
Vue de l'avenue des Champs Elysée, Paris | France

Réponse à ceux qui n’aiment pas la France

Devais-je en 2015, manifester place de la Republique et être « Charlie » pour être reconnu comme un « vrai » français? Aurais-je dû battre le pavé sur les Champs Elysée, ce 9 décembre, pour dire au revoir à Johnny Hallyday, l’idole des jeunes, devenus depuis des cinquantenaires, afin de prouver mon attachement à la France?
Paul Kagame et Benjamin Netanyahu

Paul Kagame, les migrants subsahariens de Libye et l’Afrique

Les images de migrants subsahariens vendus comme esclaves en Libye ont suscité l’indignation sur le continent africain. Quelques jours après la diffusion de ces images d'horreur, le Rwanda a annoncé vouloir accueillir près de 30 000 migrants sur son territoire. Si certains observateurs ont salué l’initiative, d’autres se sont montrés plus prudents et se sont interrogés sur le sens de cette annonce.
L'ex-ministre Alain Akouala Atipault

Franc CFA, politique africaine, émergence économique : grand entretien avec le ministre congolais Alain Akouala

Entrepreneur spécialisé dans le textile, Alain Akouala Atipault a été ministre au gouvernement de la République du Congo pendant quinze ans avant de revenir à la vie civile. Il a occupé les portefeuilles de ministre de la Communication, chargé des relations avec le Parlement et porte-parole du gouvernement, puis ministre des Zones Economiques Spéciales.
L’ancien Président du Zimbabwe, Robert Mugabe.

Opinion : Pourquoi à mes yeux Mubage reste un héros

Il faut se féliciter d'avoir vu ces hommes agir. Il faut que l'humanité garde en mémoire le combat de cette génération qui a combattu la colonisation, un crime contre l'humanité. Après plus de 90 ans de barbaries perpétrées par l'empire Britannique, ces jeunes (Mugabe et les siens) ont réussi à mettre fin à l'ignominie des envahisseurs.