De la terre RD Congo, qui en est le propriétaire ?

Vue de la capitale congolaise, Kinshasa

Pour la plupart d’entre nous, je dirais une minorité, la question ne s’est jamais posée pour savoir si oui ou non, le fait d’être ce que nous sommes, c’est-à-dire congolais de la RD Congo, relève de la suprême volonté, comme je l’entends souvent, de la Belgique. Et de ce fait, la Belgique s’attribuerait des droits spéciaux sur un peuple qu’elle aurait, semble-t-il rassemblé, alors que rien, et c’est ce que cela suppose, ne le prédisposait à cohabiter ou à vivre ensemble un jour. La permanence de ce questionnement fait que certains, tels que nous-mêmes, décident de demeurer constant dans la perspective de la lutte, telle que la situation imposée sur le terrain au peuple de la RD Congo le recommande. Ne pas suivre le spectacle actuel qui lui est offert et qui parait bien séduisant. Débats à caractères démocratiques, verbes haut, arrestation touchant les droits dits de l’homme, élections, candidatures et candidats multiples, envoyés spéciaux, mort de celui ou de celle-là, bref nous sommes à l’heure du spectacle pour contenir et orienter des masses populaires. Le combat pour la terre reste la seule et l’unique qui vaut la peine d’être mené et pour lequel des peuples se sont toujours battus dans l’histoire.

 

On ne peut vivre ensemble que sur une terre qui nous est propre et commune. Et non sur une terre pour laquelle certains négocient encore et toujours, et ce par leur façon d’être et de se comporter, le droit de sa propriété. N’est-ce pas que c’est d’abord la terre, d’abord le monde, la nature et ce avant que des hommes y viennent pour vivre. Nous affirmons que c’est de la terre que naît toute volonté existence et la prétention d’être. C’est que l’adage suivant essaye de dire dans la langue maternelle de ma mère : « Buloba busama, Muana usama. Tuakuila nganyi ? Tuakuila Buloba, afua Muana tuamona mua kujika ! ». Ma traduction est la suivante : La terre est malade. L’enfant est malade. Pour qui devons-nous plaider ? Plaidons pour la cause de la terre. Quand l’enfant mourra, nous saurons où l’enterrer».

 

Chaque fois que je lis ou je rencontre quelque part la phrase selon laquelle, la RD Congo serait le fruit d’une volonté belge, elle serait une fabrication belge et occidentale, coloniale, et c’est le maitre qui se plait à insister là-dessus par sa science qu’il a réussie à imposer comme canon aux bien- pensants, je le prends pour une insulte à notre intelligence. C’est alors que je me demande pourquoi l’élite cubaine, pourquoi l’élite indienne et noire de Bolivie ne reprennent en chœur ce genre de mélodie qui plait à une catégorie de gens de chez nous : le « cercle de la raison ». Pourquoi ils ne disent pas que la terre sur laquelle le Cuba se déploie appartient à l’Espagne. Et pourquoi seulement nous, En fait et pour mieux dire, les nôtres.

 

Je cherche à saisir dans quelle disposition mentale se trouve celui ou celle qui récite ce type de discours, psalmodie son maître, lui qui a intérêt à ce que sa musique soit entendue et reproduite. Et c’est quoi en plus ils entendent par cette phrase. Je fournis un effort de compréhension. Parce qu’on donne à ce peuple ce qu’il veut et non pas ce dont il a besoin. En veillant que ce qui lui est servi soit élémentaire, divertissant, drôle et commode dans le but uniquement de l’abrutir.

Et voilà qu’intervient un de mes lecteurs, je ne sais qui et qui s’est donné la peine de m’adresser un écrit. Pas exactement sur ce point précis, mais sur un autre sujet. Ce visiteur inhabituel a signé son courrier sous le sobriquet de « Plaie Sèche ». Ce qui suit est la teneur de son message : « Très bon article. La stratégie des « grandes puissances » qui est celle de présenter Kabila , , comme le problème n’a rien d’autre comme objectif de détourner le congolais du vrai problème. Cette stratégie marchera aussi longtemps que le congolais n’utilisera une arme qu’est la réflexion ». Je crois que les mots ont un sens.

 

Alors de grâce, je ne vous parle ici que de la terre en évitant de me mêler du reste, de ce qui n’aidera pas à poser, et ce de manière définitive, la problématique congolaise. La terre est notre unique préoccupation, notre seul Dieu. Si nous devrions en avoir un.

 

Mufoncol Tshiyoyo

Videos

Analyses et Opinions

©J.M. Giordano / SOPA Imag/SIPA;

Le racisme : une plaie congénitale des USA

Toute société construite sur les fondements de l'exclusion d'une partie de la population est productrice de violence sous diverses formes, et son existence demeure gangrenée par des convulsions sociales permanentes.
Capture d'écran de la vidéo de l'arrestation qui a conduit au meurtre de George Floyd par un policier blanc de Minneapolis

Noirs tués par des policiers blancs aux États-Unis. Tout est avant tout question de rapport de force

Une autre vidéo d’un policier blanc américain tuant un Noir comme si de rien n’était. Une de plus diront certains. Eh oui une de plus ! Et comme d’habitude, ça va marcher, manifester et crier leur colère, sans plus. C’est à ce genre de spectacle que les Noirs américains nous ont habitués à chaque fois qu’un des leurs est tué par un policier blanc.
Gorille à dos argenté © Kiki Lawanda

Le Soft Power au Congo - Brazzaville : un levier de puissance et de développement

Une réflexion du Think Tank A.C.C. (Ateliers Citoyens du Congo)Le Soft Power est la puissance de séduction et de persuasion d’un Etat. L’attractivité de la culture, la force de la diplomatie publique, le rayonnement du modèle politico-économique et de ses valeurs propres sont vecteurs du soft power d'un pays.Le Congo, sans avoir mis en place une vraie stratégie pour se doter de ce pouvoir d’adhésion, a de nombreux atouts pour faire figure de leader du Soft Power en Afrique centrale.
Vital Kamerhe

RDC : les leçons du deuxième round du procès Vital Kamerhe

Le deuxième round du procès opposant le ministère public congolais à Vital Kamerhe a été beaucoup plus intéressant que le premier round. En regardant le film du procès, j’ai vu un Vital Kamerhe sûr de lui comme d’habitude, combattif, mais pas nécessairement porté à en découdre, comme il y a trois semaines. La « surdose » d’arrogance du premier face-à-face a laissé place à une petite dose de retenue qui, de temps à autre, a laissé libre cours à une certaine impudence.
Jean-Jacques Mamba, député du MLC de Jean-Pierre Bemba arrêté pour faux et usage de faux

La séparation des pouvoirs et la problématique de la question de l'immunité parlementaire à l'épreuve en RDC

La présidente de la chambre basse du parlement de la RDC, Jeannine Mabunda hausse le ton et monte au créneau pour interpeller le ministère public afin de procéder à la suspension des poursuites engagées contre un député en pleine session. Jean-Jacques Mamba, député du MLC de Jean-Pierre Bemba auteur d'une pétition a été arrêté ce matin puis présenté illico presto devant un juge qui a décidé de l' assigner e
Vital Kamerhe à l'ouverture de son procès au centre pénitentiaire et de rééducationde de Kinshasa (ex-prison de Makala), Kinshasa, RDC 11 mai 2020. (Capture d'écran)

RDC : "L'affaire Kamerhe", un procès pour corruption au sommet de l'Etat qui interpelle toute l'Afrique

Vital Kamerhe a été arrêté le 8 avril 2020. Depuis, il est incarcéré à titre préventif à la prison centrale de Kinshasa. C'était le principal allié politique du président congolais Félix Tshisekedi. Il avait activement contribué à son accession au pouvoir, avant de devenir son puissant chef de cabinet. Il est accusé, avec deux autres prévenus, du détournement de 50 millions de dollars. Des fonds destinés au financement de grands travaux de modernisation des infrastructures du pays, lancés par le chef de l'Etat après son investiture le 24 janvier 2019.
Vital Kamerhe, Directeur du cabinet du président Felix-Antoine Tshisekedi

RDC : Les leçons du premier round du procès Vital Kamerhe

Le premier jour du procès Kamerhe laisse apparaître la stratégie que compte adopter la défense du directeur de cabinet de Félix Tshisekedi. En regardant le film du procès, j’ai vu un Kamerhe sûr de lui, combattif et prêt à en découdre. Ça promet. J’ai également observé un Kamerhe un peu hésitant lorsque le ministère public a voulu avoir des précisions sur son rôle dans le programme des 100 jours. A-t-il agi en tant que directeur de cabinet, superviseur ou les deux ? s’est interrogé le ministère public.