Désignation du candidat commun de l'opposition : le «conciliabule» de la discorde

De gauche à droite, plusieurs leaders de l'opposition congolaise: Vital Kamerhe, Felix Tshisekedi, Adolphe Muzito, Moise Katumbi et Jean-Pierre Bemba, lors d'une réunion à Bruxelles le 4 septembre 2018. © © AFP/John Thys

Qui de Vital Kamerhe, Martin Fayulu, Félix Tshisekedi, Freddy Matungulu sera le candidat commun de l’opposition ? La question est sur toutes les lèvres. Les oracles se perdent en conjecture, quand la boule de cristal du célèbre féticheur mort-mort refuse de s’allumer. Appelés en renfort, les marabouts du Bénin et de Côte d’Ivoire ont fini par jeter l’éponge. Même Yahvé aurait choisi, dit-on, de détourner le regard. Dans les états-majors des candidats validés, on retient son souffle; certains croisent les doigts en espérant que leur candidat sera l’heureux « élu » qui va affronter Emmanuel Ramazany Shadary lors de la présidentielle censée se tenir le 23 décembre prochain.

Une chose est certaine, assurent les sept principaux leaders de l’opposition réunis à Genève depuis vendredi, le choix du candidat commun s’articulera autour des critères retenus lors de la rencontre qui s’est tenue récemment en Afrique du sud : expérience, instruction, popularité, intégrité, poids géopolitique, leadership fort et fédérateur. Mais aussi « l’ancienneté », a ajouté Augustin Kabuya, secrétaire général adjoint en charge de la communication de l’UDPS. « L’ancienneté dans l’opposition doit être parmi les critères retenus pour le choix du candidat commun de l’opposition. Nous ne sommes pas impressionnés par ceux qui évoquent leurs expériences; ils doivent nous dire ce que leurs expériences ont dû produire comme bénéfice en faveur de notre peuple », a-t-il lâché. Comme dirait mon ami qui sait tout sur rien et rien sur tout, ça promet.

Si à l’UNC on vante l’instruction, l’expérience et la popularité de Vital Kamerhe à l’Est du pays, à l’UDPS on brandit la popularité de Félix Tshisekedi à l’Ouest, quand l’ECIDÉ fait valoir l’expérience et l’intégrité de Martin Fayulu; et la SYENCO l’expérience et l’intégrité de Freddy Matungulu. La partie s’annonce corsée et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’aucun des quatre candidats rencontre, à lui seul, tous les critères de désignation.

Le jeu est ouvert. Ils sont quatre à concourir pour le siège de «candidat unique» de l’opposition. Mais en réalité, la finale de la « primaire » s’articulera autour de deux candidats : Félix Tshisekedi et Vital Kamerhe. Fayulu et/ou Matungulu pourrait être appelé en renfort en cas de profonds désaccords. Mais bon, nous n'en sommes pas encore là. Pour revenir à VK et Fatshi, s’il faut se baser uniquement sur les critères susmentionnés, il est clair que Vital Kamerhe part favori.

En effet, on peut, certes, douter de son intégrité et de ses valeurs morales, mais il est difficile de ne pas reconnaître que l’homme a de l’expérience, il est brillant, populaire à l’Est et sait se montrer conciliant et fédérateur. Est-ce le côté «Kamerhéon » du monsieur, comme il se raconte au pays de Mamadou Ndala ? Laissons au Très Haut la difficile tâche de sonder les cœurs et les reins. Les casseroles, ils en ont tous au pays de Lumumba, à l’exception de quelques-uns. Il y a de ce passé qui ne passe pas. Autant « Pourquoi j’ai choisi Joseph Kabila » colle à la semelle de Vital Kamerhe, autant Ibiza et Monaco collent au « maboko pembe » de Fatshi. Ce dernier jouit, certes, d’une certaine popularité, mais il pèche par son manque d’expérience et son incapacité à fédérer autour de lui, passant pour être le candidat d’un groupe tribal donné. L’absence de leadership est l’autre talon d’Achille de Tshisekedi fils. Étant incapable de contrôler les extrémistes de son parti, l’on se demande comment peut-il prétendre diriger un pays comme le Congo? Ses silences face au comportement biscornu de ses partisans indispose de plus en plus...

De toute façon, la désignation du candidat commun ne se fera pas sans accroc ni uniquement en fonction des critères susmentionnés. Selon une source digne de foi, deux camps s’opposent à Genève : le camp Katumbi-Fayulu qui s’oppose à la candidature de Vital Kamerhe et le camp Bemba-Muzito (et peut-être Matungulu) qui semble soutenir l’ancien président de l’Assemblée nationale. Quant à Félix, il semble bénéficier du soutien de Martin Fayulu, Moise Katumbi ayant changé d’avis pour des raisons qui n’échappent à personne. Mais rien n'est encore perdu. De l’autre côté de la frontière, il y a Joseph Kabila qui observe toute la scène de loin, en arborant un sourire sardonique.

 

Après tout, il reste le maître du jeu politique dans cette République à démédiocratiser qu’il veut shadariser pour le plus grand malheur du peuple congolais. Il enchaîne les feintes spectaculaires avec la machine à voter, blessant au passage certains opposants, et quand vient le temps de l’arrêter il marque avec les 6 millions d’électeurs sans empreintes et gagne la partie. Mon ami qui ne sait rien sur tout et tout sur rien m'a dit qu'il lui fait penser à Mavuba. En attendant la fumée noire de Genève, buvons un bon verre de lait nsambarisé en regardant tout ça de loin...

 

 

Patrick Mbeko

 

 

Videos

Analyses et Opinions

Photo : @Presidence_RDC/Twitter

Pourquoi Sylvertre Ilunga Ilunkamba a été désigné Premier Ministre en RDC ?

LA RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO A ENFIN UN NOUVEAU PREMIER MINISTRE DEPUIS LE 20 MAI. SON NOM : SYLVESTRE ILUNGA ILUNKAMBA. MAIS POURQUOI LUI ET POUR QUOI FAIRE ? TENTATIVES DE RÉPONSE.
Photo d'un quartier de Malabo, le 16 mai 2019 | AFP | Samuel Obiang

En Guinée équatoriale, les plus pauvres attendent toujours leurs logements sociaux

Beaucoup de gens qui vivaient autrefois dans des taudis habitent aujourd'hui un logement digne, comme ici", s'enthousiasme un sénateur de Guinée équatoriale, qui habite un logement social à Buena Esperanza, un quartier de Malabo.Murs en crépi blanc et toits en tôle rouge ou bleue, dans ce quartier de la capitale, des centaines de petites maisons identiques se succèdent à perte de vue.
Carte des otages dans le Sahel

Otages français au Burkina Faso : Interdit d’interdire le tourisme dans le Sahel.

Depuis le retour des touristes français qui avaient été pris en otage dans le Parc béninois de la Pendjari, avant d’être ensuite libérés au Burkina Faso, une polémique est née autour de l’idée que les voyageurs français ne respectent pas scrupuleusement les consignes du Quai d’Orsay, qui leur indique les endroits dans le monde où il est parfois dangereux de se rendre.
Le président Paul Buya

Cameroun : Une dictature sous cloche.

Ces dernières semaines, le monde entier a vu deux armées et deux populations civiles se débarrasser pacifiquement de dirigeants dont elles ne voulaient plus : Abdelaziz Bouteflika (Algérie) puis Omar al-Bashir (Soudan). Mieux que le prétendu Printemps arabe, qui avait commencé en Tunisie, avant d’atteindre l’Egypte et la Libye, il s’est agi cette fois-ci de soulèvements endogènes. Les populations ont exprimé leur ras-le-bol, et l’armée les a aidées à renverser des dirigeants qui avaient fini par croire qu’ils avaient fusionné avec leurs fauteuils présidentiels.
Félix Tshisekedi ait reçu Peter Pham, envoyé spécial des États-Unis, venu, accompagné de l’ambassadeur

Diplomatie des USA en RDC : Féliciter Tshisekedi, reconnaitre l'opposant Fayulu et laisser Kabila dans la sphère d'influence

LES ÉTATS-UNIS ONT FAIT LE CHOIX, AU NOM DE REALPOLITIK ET DE LEURS INTÉRÊTS, DE COUPER LA POIRE EN TROIS : FÉLICITER FÉLIX TSHISEKEDI PAR LE POIGNET DE MAIN DE PETER PHAM, RECONNAÎTRE MARTIN FAYULU ET SA RÉSISTANCE PACIFIQUE POUR LA VÉRITÉ DES URNES ET LAISSER JOSEPH KABILA DANS LA SPHÈRE DE L’INFLUENCE POLITIQUE AU CONGO.UN COMMUNIQUÉ DU SEMBLANT
Emmanuel Macron et Idris Deby

Pour la deuxième fois la France sauve Idriss Deby face aux rebelles

Pour la deuxième fois après l'offensive des rebelles venus du Soudan en 2008, les dirigeants français viennent encore de sauver la mise au chef de l’État tchadien en prenant directement parti, au travers de « frappes chirurgicales » de Mirages 2000 basés à N’Djamena, contre des rebelles tchadiens opposés à Idriss Déby, au pouvoir depuis 28 ans et deux mois.
Guillaume Soro, président de l'Assemblée nationale de Côte d'Ivoire

Côte d’Ivoire : Pourquoi Guillaume Soro n’a pas signé sa lettre de Démission ?

L’actualité Ivoirienne est dominée depuis peu par la démission ou non de Guillaume Soro, président de l'Assemblée nationale. Le président Ouattara lors de la cérémonie de présentation de vœux à la presse avait annoncé lui-même que Guillaume Soro devrait démissionner de la présidence de l’Assemblée nationale en février. Mais contre toute attente, ce dernier a refusé de signer la lettre de démission qui lui a été apportée l