Désignation du candidat commun de l'opposition : le «conciliabule» de la discorde

De gauche à droite, plusieurs leaders de l'opposition congolaise: Vital Kamerhe, Felix Tshisekedi, Adolphe Muzito, Moise Katumbi et Jean-Pierre Bemba, lors d'une réunion à Bruxelles le 4 septembre 2018. © © AFP/John Thys

Qui de Vital Kamerhe, Martin Fayulu, Félix Tshisekedi, Freddy Matungulu sera le candidat commun de l’opposition ? La question est sur toutes les lèvres. Les oracles se perdent en conjecture, quand la boule de cristal du célèbre féticheur mort-mort refuse de s’allumer. Appelés en renfort, les marabouts du Bénin et de Côte d’Ivoire ont fini par jeter l’éponge. Même Yahvé aurait choisi, dit-on, de détourner le regard. Dans les états-majors des candidats validés, on retient son souffle; certains croisent les doigts en espérant que leur candidat sera l’heureux « élu » qui va affronter Emmanuel Ramazany Shadary lors de la présidentielle censée se tenir le 23 décembre prochain.

Une chose est certaine, assurent les sept principaux leaders de l’opposition réunis à Genève depuis vendredi, le choix du candidat commun s’articulera autour des critères retenus lors de la rencontre qui s’est tenue récemment en Afrique du sud : expérience, instruction, popularité, intégrité, poids géopolitique, leadership fort et fédérateur. Mais aussi « l’ancienneté », a ajouté Augustin Kabuya, secrétaire général adjoint en charge de la communication de l’UDPS. « L’ancienneté dans l’opposition doit être parmi les critères retenus pour le choix du candidat commun de l’opposition. Nous ne sommes pas impressionnés par ceux qui évoquent leurs expériences; ils doivent nous dire ce que leurs expériences ont dû produire comme bénéfice en faveur de notre peuple », a-t-il lâché. Comme dirait mon ami qui sait tout sur rien et rien sur tout, ça promet.

Si à l’UNC on vante l’instruction, l’expérience et la popularité de Vital Kamerhe à l’Est du pays, à l’UDPS on brandit la popularité de Félix Tshisekedi à l’Ouest, quand l’ECIDÉ fait valoir l’expérience et l’intégrité de Martin Fayulu; et la SYENCO l’expérience et l’intégrité de Freddy Matungulu. La partie s’annonce corsée et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’aucun des quatre candidats rencontre, à lui seul, tous les critères de désignation.

Le jeu est ouvert. Ils sont quatre à concourir pour le siège de «candidat unique» de l’opposition. Mais en réalité, la finale de la « primaire » s’articulera autour de deux candidats : Félix Tshisekedi et Vital Kamerhe. Fayulu et/ou Matungulu pourrait être appelé en renfort en cas de profonds désaccords. Mais bon, nous n'en sommes pas encore là. Pour revenir à VK et Fatshi, s’il faut se baser uniquement sur les critères susmentionnés, il est clair que Vital Kamerhe part favori.

En effet, on peut, certes, douter de son intégrité et de ses valeurs morales, mais il est difficile de ne pas reconnaître que l’homme a de l’expérience, il est brillant, populaire à l’Est et sait se montrer conciliant et fédérateur. Est-ce le côté «Kamerhéon » du monsieur, comme il se raconte au pays de Mamadou Ndala ? Laissons au Très Haut la difficile tâche de sonder les cœurs et les reins. Les casseroles, ils en ont tous au pays de Lumumba, à l’exception de quelques-uns. Il y a de ce passé qui ne passe pas. Autant « Pourquoi j’ai choisi Joseph Kabila » colle à la semelle de Vital Kamerhe, autant Ibiza et Monaco collent au « maboko pembe » de Fatshi. Ce dernier jouit, certes, d’une certaine popularité, mais il pèche par son manque d’expérience et son incapacité à fédérer autour de lui, passant pour être le candidat d’un groupe tribal donné. L’absence de leadership est l’autre talon d’Achille de Tshisekedi fils. Étant incapable de contrôler les extrémistes de son parti, l’on se demande comment peut-il prétendre diriger un pays comme le Congo? Ses silences face au comportement biscornu de ses partisans indispose de plus en plus...

De toute façon, la désignation du candidat commun ne se fera pas sans accroc ni uniquement en fonction des critères susmentionnés. Selon une source digne de foi, deux camps s’opposent à Genève : le camp Katumbi-Fayulu qui s’oppose à la candidature de Vital Kamerhe et le camp Bemba-Muzito (et peut-être Matungulu) qui semble soutenir l’ancien président de l’Assemblée nationale. Quant à Félix, il semble bénéficier du soutien de Martin Fayulu, Moise Katumbi ayant changé d’avis pour des raisons qui n’échappent à personne. Mais rien n'est encore perdu. De l’autre côté de la frontière, il y a Joseph Kabila qui observe toute la scène de loin, en arborant un sourire sardonique.

 

Après tout, il reste le maître du jeu politique dans cette République à démédiocratiser qu’il veut shadariser pour le plus grand malheur du peuple congolais. Il enchaîne les feintes spectaculaires avec la machine à voter, blessant au passage certains opposants, et quand vient le temps de l’arrêter il marque avec les 6 millions d’électeurs sans empreintes et gagne la partie. Mon ami qui ne sait rien sur tout et tout sur rien m'a dit qu'il lui fait penser à Mavuba. En attendant la fumée noire de Genève, buvons un bon verre de lait nsambarisé en regardant tout ça de loin...

 

 

Patrick Mbeko

 

 

Videos

Analyses et Opinions

Le NFAC , les nouveaux Black Panthers ?

Qui est la NFAC, la milice armée noire qui défile dans les manifestations anti-racisme ?

Alors que les tensions raciales se multiplient aux États-Unis, une nouvelle milice afro-américaine a récemment vu le jour outre-Atlantique : la Not Fucking Around Coalition (NFAC). Qui sont ces femmes et ces hommes ? Eléments de réponse.Leurs visages sont régulièrement cagoulés de noirs, leurs vêtements arborent la même couleur. Ces citoyens américains portent des armes, bien visibles.
Le président français Emmanuel Macron reçoit son homologue ivoirien Alassane Ouattara à l'Elysée, le 4 septembre 2020. Crédit : @AOuattara_PRCI

Côte d'Ivoire: Ce qu'il faut retenir de la rencontre Ouattara Emmanuel Macron sur le 3e mandat

Le président Ivoirien Alassane Ouattara a été reçu à déjeuner ce vendredi 4 septembre 2020 à l’Elysée par le président Emmanuel Macron. En marge de ce qui a été de ce déjeuner de travail, un tête-à-tête entre les deux homologues. La question du 3e mandat et la position de Paris surement au cœur de ce huis-clos.
Marche contre la révision constitutionnelle au Mali. / Image d'illustration

Afrique: La révision des Constitutions pour conserver le pouvoir en Afrique

Le président ivoirien Alassane Ouattara et le guinéen Alpha Condé misent sur la modification de la Constitution pour espérer briguer un nouveau mandat avec pour argument que les "compteurs sont remis à zéro".
Guillaume Soro, Alassane Ouattara, Henri Konan Bédié et Laurent Gbagbo. AFP

Côte d’Ivoire recherche désespérément leader politique.

La Côte d’Ivoire a eu soixante ans ce 7 août 2020. A cette occasion, son président lui a offert un cadeau d’anniversaire de très mauvais goût. Alassane Dramane Ouattara est revenu sur sa promesse de ne pas briguer un troisième mandat. C’est ce que lui aurait demandé avec insistance une majorité de sa famille politique. Il a cédé à la tentation du combat de trop. Soit par suivisme, soit par égoïsme, ou alors sous l’effet conjugué des deux.
Kader Diarrassouba, Jeune ivoirien, exilé en France depuis 6 mois, membre Générations et Peuples Solidaires ( GPS )

Lettre ouverte à Monsieur Emmanuel Macron, Président de la République de France, par Kader Diarrassouba

Monsieur le Président, votre élection à la tête de la république française le 7 mai 2017 a sonné pour bien de jeunes africains comme un nouvel espoir, l’espoir qui diminue la peine de toutes les politiques antérieures de la Françafrique. Politique néo-coloniale décrite par François-Xavier Verschave comme « une nébuleuse d’acteurs économiques, politiques et militaires, en France et en Afrique, organisée en réseaux et lobbies, et polarisé sur l’accaparement de deux rentes : les matières premières et l’aide publique au développement.
Rex Kazadi, secrétaire général de Ba patriotes ya Kongo (BPK)

RDC: Rex Kazadi demande à la ville de Kinshasa de déboulonner le statue de Leopold II

Kinshasa, la capitale de la République démocratique du Congo, ancienne colonie Belge va-t-elle enboiter le pas d'Anvers et déboulonner la statue du roi Leopold II ? C'est en tout cas le souhaite de Rex Kazadi, secrétaire général de Ba patriotes ya Kongo (
Aimé Gata-Kambudi, Juriste spécialisé en Droit Public Approfondi

La gestion de la crise institutionnelle au Kongo central est-elle la preuve  d'un Etat de droit à géométrie variable ?

Une analyse chronologique et démonstrative de la crise qui tend à l’ingouvernabilité de la province, par Aimé Gata-Kambudi.