Désignation du candidat commun de l'opposition : le «conciliabule» de la discorde

De gauche à droite, plusieurs leaders de l'opposition congolaise: Vital Kamerhe, Felix Tshisekedi, Adolphe Muzito, Moise Katumbi et Jean-Pierre Bemba, lors d'une réunion à Bruxelles le 4 septembre 2018. © © AFP/John Thys

Qui de Vital Kamerhe, Martin Fayulu, Félix Tshisekedi, Freddy Matungulu sera le candidat commun de l’opposition ? La question est sur toutes les lèvres. Les oracles se perdent en conjecture, quand la boule de cristal du célèbre féticheur mort-mort refuse de s’allumer. Appelés en renfort, les marabouts du Bénin et de Côte d’Ivoire ont fini par jeter l’éponge. Même Yahvé aurait choisi, dit-on, de détourner le regard. Dans les états-majors des candidats validés, on retient son souffle; certains croisent les doigts en espérant que leur candidat sera l’heureux « élu » qui va affronter Emmanuel Ramazany Shadary lors de la présidentielle censée se tenir le 23 décembre prochain.

Une chose est certaine, assurent les sept principaux leaders de l’opposition réunis à Genève depuis vendredi, le choix du candidat commun s’articulera autour des critères retenus lors de la rencontre qui s’est tenue récemment en Afrique du sud : expérience, instruction, popularité, intégrité, poids géopolitique, leadership fort et fédérateur. Mais aussi « l’ancienneté », a ajouté Augustin Kabuya, secrétaire général adjoint en charge de la communication de l’UDPS. « L’ancienneté dans l’opposition doit être parmi les critères retenus pour le choix du candidat commun de l’opposition. Nous ne sommes pas impressionnés par ceux qui évoquent leurs expériences; ils doivent nous dire ce que leurs expériences ont dû produire comme bénéfice en faveur de notre peuple », a-t-il lâché. Comme dirait mon ami qui sait tout sur rien et rien sur tout, ça promet.

Si à l’UNC on vante l’instruction, l’expérience et la popularité de Vital Kamerhe à l’Est du pays, à l’UDPS on brandit la popularité de Félix Tshisekedi à l’Ouest, quand l’ECIDÉ fait valoir l’expérience et l’intégrité de Martin Fayulu; et la SYENCO l’expérience et l’intégrité de Freddy Matungulu. La partie s’annonce corsée et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’aucun des quatre candidats rencontre, à lui seul, tous les critères de désignation.

Le jeu est ouvert. Ils sont quatre à concourir pour le siège de «candidat unique» de l’opposition. Mais en réalité, la finale de la « primaire » s’articulera autour de deux candidats : Félix Tshisekedi et Vital Kamerhe. Fayulu et/ou Matungulu pourrait être appelé en renfort en cas de profonds désaccords. Mais bon, nous n'en sommes pas encore là. Pour revenir à VK et Fatshi, s’il faut se baser uniquement sur les critères susmentionnés, il est clair que Vital Kamerhe part favori.

En effet, on peut, certes, douter de son intégrité et de ses valeurs morales, mais il est difficile de ne pas reconnaître que l’homme a de l’expérience, il est brillant, populaire à l’Est et sait se montrer conciliant et fédérateur. Est-ce le côté «Kamerhéon » du monsieur, comme il se raconte au pays de Mamadou Ndala ? Laissons au Très Haut la difficile tâche de sonder les cœurs et les reins. Les casseroles, ils en ont tous au pays de Lumumba, à l’exception de quelques-uns. Il y a de ce passé qui ne passe pas. Autant « Pourquoi j’ai choisi Joseph Kabila » colle à la semelle de Vital Kamerhe, autant Ibiza et Monaco collent au « maboko pembe » de Fatshi. Ce dernier jouit, certes, d’une certaine popularité, mais il pèche par son manque d’expérience et son incapacité à fédérer autour de lui, passant pour être le candidat d’un groupe tribal donné. L’absence de leadership est l’autre talon d’Achille de Tshisekedi fils. Étant incapable de contrôler les extrémistes de son parti, l’on se demande comment peut-il prétendre diriger un pays comme le Congo? Ses silences face au comportement biscornu de ses partisans indispose de plus en plus...

De toute façon, la désignation du candidat commun ne se fera pas sans accroc ni uniquement en fonction des critères susmentionnés. Selon une source digne de foi, deux camps s’opposent à Genève : le camp Katumbi-Fayulu qui s’oppose à la candidature de Vital Kamerhe et le camp Bemba-Muzito (et peut-être Matungulu) qui semble soutenir l’ancien président de l’Assemblée nationale. Quant à Félix, il semble bénéficier du soutien de Martin Fayulu, Moise Katumbi ayant changé d’avis pour des raisons qui n’échappent à personne. Mais rien n'est encore perdu. De l’autre côté de la frontière, il y a Joseph Kabila qui observe toute la scène de loin, en arborant un sourire sardonique.

 

Après tout, il reste le maître du jeu politique dans cette République à démédiocratiser qu’il veut shadariser pour le plus grand malheur du peuple congolais. Il enchaîne les feintes spectaculaires avec la machine à voter, blessant au passage certains opposants, et quand vient le temps de l’arrêter il marque avec les 6 millions d’électeurs sans empreintes et gagne la partie. Mon ami qui ne sait rien sur tout et tout sur rien m'a dit qu'il lui fait penser à Mavuba. En attendant la fumée noire de Genève, buvons un bon verre de lait nsambarisé en regardant tout ça de loin...

 

 

Patrick Mbeko

 

 

Videos

Analyses et Opinions

Azarias Ruberwa Manywa, ministre de la décentralisation en RDC et leader de la communauté Banyamulenge

RDC : Les « Banyamulenge ». Qui sont-ils réellement ?

La question des « Banyamulenge » a toujours suscité des débats passionnés en RDC. Il faut que les Congolais et la Communauté internationale comprennent une chose : ceux qu’on appelle « Banyamulenge » sont des Tutsis rwandais arrivés au Congo suite à la Révolution sociale hutue qui a conduit à la chute de la monarchie tutsie au Rwanda, en 1959.

IRAN vs États-Unis : la colère des Mollahs

Au lendemain de la riposte de Téhéran à l’assassinat du général Qassem Soleimani, Donald Trump a livré un discours dans lequel il a joué l’apaisement, se félicitant du fait que les 22 missiles iraniens tirés sur deux bases américaines en Irak n’avaient fait aucune victime. Pour la plupart des analystes occidentaux, l’Iran voulait tout simplement « bluffer ».
Les congolais refusent la balkanisation de leur pays.

Le projet de balkanisation de la RDC n'est pas une vue de l'esprit

Ces derniers temps, plusieurs personnalités congolaises sont montées au créneau pour attirer l’attention sur le risque de balkanisation de la RD Congo, relançant le débat sur cette thèse. Les Rwandais, par la voix du secrétaire d’État Olivier Nduhungirehe, parlent de « théorie du complot ». Mêmement du côté de CACH et de ses sympathisants devenus foncièrement allergiques à toute critique adressée à leur nouvel allié, Paul Kagame.
Des billets de 5.000, 2.000 et 500 francs CFA, en 2017. — Crédit ISSOUF SANOGO / AFP

F. CFA, ECO et présence française au Sahel: c'est aux Africains de prendre leurs responsabilités


Ce sont les chefs d'État africains qui ont décidé de passer du Franc CFA à l’Éco, mais c'est Emmanuel Macron que certains Africains accusent de tous les maux. Alors qu’il a été décidé que la France ne nommera plus aucun représentant au conseil d'administration et au comité de politique monétaire de la BCEAO, ni à la commission bancaire de l'UMOA, il y a toujours de l’agitation dans l’air.
Felix Tshisekedi face à la diaspora congolaise de France. 12/11/2019 à Paris

Félix Tshisekedi à Paris ou l’image d’un président qui refuse de devenir Président

En écoutant Félix Tshisekedi s’exprimer devant des membres de la diaspora congolaise de France réunis ce 11 novembre à l’hôtel pullman de Paris, on ne peut s’empêcher de se poser des questions sur les facultés intellectuelles et morales de celui qui préside par procuration à la destinée de la RD Congo. En l’écoutant, on a du mal à croire que ce monsieur est le président de tous les Congolais.
Louis Magloire Keumayou © Capture d'écran de France 24

Sommet Russie-Afrique:une rencontre «plus sécuritaire qu’économique» (analyste)

La ville russe de Sotchi va accueillir du 22 au 24 octobre prochain le tout premier sommet Russie-Afrique, une rencontre, certes placée sous le signe du renforcement des relations entre les deux entités, mais qui sera « plus sécuritaire qu’économique », a confié l’éditorialiste camerounais, Louis Magloire Keumayou.
Des manifestants brandissent des pancartes appelant à libérer Hajar Raissouni, journaliste marocaine condamnée à un an de prison pour "avortement illégal" et relations sexuelles hors mariage, à Rabat, le 2 octobre 2019. (STRINGER / AFP)

Maroc : le collectif des "Hors-la-loi" demande l'arrêt des poursuites liées aux mœurs

Un collectif auteur d'un manifeste "Hors-la-loi" signé par 10 000 personnes a demandé au parquet marocain de suspendre l'application de "lois liberticides" punissant de prison le sexe hors-mariage, l'adultère et l'avortement. Le manifeste des "Hors-la loi" a été publié le 23 septembre au moment du procès d'Hajar Raïssouni, une journaliste condamnée le 30 septembre à un an de prison ferme pour "avortement illégal" et "débauche" (sexe hors mariage) et dont les proches ont dit à l'AFP qu'elle ferait appel.