Critique de l'opposition RDC - Patrick Mbeko : "Le professeur Elikya Mbokolo a raison de dénoncer Moïse Katumbi et Felix Tshisekedi."

L'écrivain congolais, Patrick Mbeko

On peut reprocher bien de choses au professeur Elikya Mbokolo. Mais a-t-il tort lorsqu’il déclare que l’opposition congolaise est moribonde ? Ses critiques à l’endroit de Félix Tshilombo dit Tshisekedi, de Moise Katumbi, de Jean-Pierre Bemba et de Sindika Dokolo ne sont pas dénuées de sens.

En effet, ce n’est pas parce qu’on s’est enrichi frauduleusement sur le dos des Congolais ou qu’on est le fils biologique d’un ancien opposant historique — qui, par ailleurs, n’a rien légué à la postérité au plan idéologique — qu’on peut prétendre diriger la République à Démocratiser du Congo. Le Congo de Lumumba est trop important pour le laisser aux mains des gens sans aucune conscience politique et historique, des gens incapables de comprendre les enjeux auxquels le pays est confronté.

Félix Tshisekedi et Moise Katumbi n’ont pas les aptitudes intellectuelles nécessaires pour diriger un pays comme le Congo; le bilan de Jean-Pierre Bemba à l’époque où il était vice-président n’est pas fameux; Vital Kamerhe est un homme brillant, mais il suscite toujours la méfiance; quant à Sindika Dokolo, pas grand-chose à dire à son sujet. Il n’est pas prétendant à la magistrature suprême, mais à l’écouter, on réalise qu’il est un peu trop dans le vent. Sa connaissance des enjeux est problématique et son entourage est une catastrophe. Comme la plupart des politiciens congolais, il est entouré de flatteurs, de gens qui s’intéressent plus à ses dollars qu’à sa vision.

Bref, le prof Mbokolo n’a pas totalement tort. La médiocrité règne au Congo à tous les niveaux. À l’heure actuelle, personne, parmi ces opposants, n’est capable de relever les défis auxquels le pays est confronté. Je ne crois pas en la nécessité d'organiser les élections dans les conditions calamiteuses actuelles, mais s’il faut choisir un candidat unique de l’opposition, mieux vaut choisir entre Jean-Pierre Bemba, Vital Kamerhe et Freddy Matungulu. Ce ne sont pas mes choix, mais bon... C’est beaucoup mieux que le duo Félix-Katumbi et beaucoup moins que le docteur Denis Mukwege, qui a tout d’un homme d’État (bien qu'il refuse de se lancer en politique) et qui se sacrifie pour que nos mamans et nos sœurs aient le sourire.

Patrick Mbeko

Videos

Analyses et Opinions

Thomas Sankara avec Blaise Compaoré

15 octobre 1987, Thomas Sankara aurait-il voulu quitter la scène en étant assassiné ?

Thomas Sankara est mort « assassiné » le 15 octobre 1987. Et c’est Blaise Compaoré qui a tué son ami, suivant le récit des deux Libériens, deux proches de Taylor, et qui dit Charles Taylor pense indubitablement à la CIA. Les deux Libériens ont été présents au moment de l’assassinat de Sankara, quand Compaoré vidait son arme sur son ami de plus de 30 ans. Sankara était pourtant armé ce jour-là, mais l’homme a toujours été armé, Il l’était aussi quand Blaise et le général Gilbert Diendéré ont fait leur irruption dans le bureau où il se trouvait.
Faustin-Archange Touadéra, Président de la Centrafrique

Sommet de la Francophonie : les dessous du mini sommet sur la RCA .

Se sentant démarquer par Moscou à Bangui, Paris essaie de rabattre ses cartes pour ne pas perdre totalement la place sur le terrain. L’enjeu est à la fois géopolitique et géostratégique et prend les allures d’une guerre Froide entre Moscou et Paris qui utilise ses anciens relais du pré-carré pour faire barrage à Moscou.
Candidats à l'élection présidentielle 2018 au Cameroun

Lettre de Charles ONANA aux dirigeants camerounais et aux responsables de l'opposition

Le Cameroun traverse actuellement une crise majeure qui peut conduire à l'embrasement du pays si elle n'est pas gérée avec toute l'intelligence nécessaire de la part du pouvoir et de l'opposition. C'est la première fois depuis l'accession à l'indépendance que la contestation du pouvoir en place risque d'entraîner le Cameroun, déjà en proie à l'insécurité, à la dérive. 
Image d'illustration

L’Art comme l’Afrique : Réponse à Jacque ATTALI

Je viens de lire le texte Jacques Attali intitulé « Et l’Afrique ? » dans lequel l’intellectuel français broge une image sur l’absence de l’art en Afrique subsaharienne. Sans remettre en cause les qualités intellectuelles de l’auteur qui sont indiscutables, le fil conducteur de son argumentation est principalement le manque de logique.
Eric Zemmour face à Hapsatou Sy - Capture d'écran C8

Les Français d’origine africaine versent dans la victimisation en lieu et place de s’organiser

Éric Zemmour peut tenir des propos désobligeants voire racistes à l’égard des Noirs et des Arabes français, il sera toujours invité dans les médias français, au nom de la liberté d’expression par les mêmes qui ont juré de ne plus jamais inviter l’humoriste Dieudonné parce qu’il aurait tenu des propos antisémites.
Travail des enfants dans les mines en République Démocratique du Congo

Les enfants du Congo sont toujours au fond des mines

Le président de l'Union africaine, les dirigeants de la RDC, les organisations des droits de l'Homme ou de l'enfant défendent les enfants du Congo. Ils les défendent tellement que cela se voit et s'entend. Il semble que d'autres préfèrent prier, prier, et encore prier mais ça ne change rien.
Paul Kagame reçu en 2017 par Benjamin Netanyahu

Israël-Rwanda : les masques tombent

En 1994, lorsque les populations rwandaises, fuyant l'avancée du FPR de Paul Kagame qui s'apprête à prendre le pouvoir à Kigali, se déversent massivement au Congo-Zaïre, toutes les organisations humanitaires ne parlent que de la crise humanitaire sans précédent et du génocide. Personne ne demande ce qui est à l'origine de cette crise ni pourquoi le Congo-Zaïre en devient la cible. Très vite, les autorités israéliennes décident de lancer une opération humanitaire à Goma sous le nom de code « Internes of hope » (Médecins de l'espoir).