Critique de l'opposition RDC - Patrick Mbeko : "Le professeur Elikya Mbokolo a raison de dénoncer Moïse Katumbi et Felix Tshisekedi."

L'écrivain congolais, Patrick Mbeko

On peut reprocher bien de choses au professeur Elikya Mbokolo. Mais a-t-il tort lorsqu’il déclare que l’opposition congolaise est moribonde ? Ses critiques à l’endroit de Félix Tshilombo dit Tshisekedi, de Moise Katumbi, de Jean-Pierre Bemba et de Sindika Dokolo ne sont pas dénuées de sens.

En effet, ce n’est pas parce qu’on s’est enrichi frauduleusement sur le dos des Congolais ou qu’on est le fils biologique d’un ancien opposant historique — qui, par ailleurs, n’a rien légué à la postérité au plan idéologique — qu’on peut prétendre diriger la République à Démocratiser du Congo. Le Congo de Lumumba est trop important pour le laisser aux mains des gens sans aucune conscience politique et historique, des gens incapables de comprendre les enjeux auxquels le pays est confronté.

Félix Tshisekedi et Moise Katumbi n’ont pas les aptitudes intellectuelles nécessaires pour diriger un pays comme le Congo; le bilan de Jean-Pierre Bemba à l’époque où il était vice-président n’est pas fameux; Vital Kamerhe est un homme brillant, mais il suscite toujours la méfiance; quant à Sindika Dokolo, pas grand-chose à dire à son sujet. Il n’est pas prétendant à la magistrature suprême, mais à l’écouter, on réalise qu’il est un peu trop dans le vent. Sa connaissance des enjeux est problématique et son entourage est une catastrophe. Comme la plupart des politiciens congolais, il est entouré de flatteurs, de gens qui s’intéressent plus à ses dollars qu’à sa vision.

Bref, le prof Mbokolo n’a pas totalement tort. La médiocrité règne au Congo à tous les niveaux. À l’heure actuelle, personne, parmi ces opposants, n’est capable de relever les défis auxquels le pays est confronté. Je ne crois pas en la nécessité d'organiser les élections dans les conditions calamiteuses actuelles, mais s’il faut choisir un candidat unique de l’opposition, mieux vaut choisir entre Jean-Pierre Bemba, Vital Kamerhe et Freddy Matungulu. Ce ne sont pas mes choix, mais bon... C’est beaucoup mieux que le duo Félix-Katumbi et beaucoup moins que le docteur Denis Mukwege, qui a tout d’un homme d’État (bien qu'il refuse de se lancer en politique) et qui se sacrifie pour que nos mamans et nos sœurs aient le sourire.

Patrick Mbeko

Videos

Analyses et Opinions

Azarias Ruberwa Manywa, ministre de la décentralisation en RDC et leader de la communauté Banyamulenge

RDC : Les « Banyamulenge ». Qui sont-ils réellement ?

La question des « Banyamulenge » a toujours suscité des débats passionnés en RDC. Il faut que les Congolais et la Communauté internationale comprennent une chose : ceux qu’on appelle « Banyamulenge » sont des Tutsis rwandais arrivés au Congo suite à la Révolution sociale hutue qui a conduit à la chute de la monarchie tutsie au Rwanda, en 1959.

IRAN vs États-Unis : la colère des Mollahs

Au lendemain de la riposte de Téhéran à l’assassinat du général Qassem Soleimani, Donald Trump a livré un discours dans lequel il a joué l’apaisement, se félicitant du fait que les 22 missiles iraniens tirés sur deux bases américaines en Irak n’avaient fait aucune victime. Pour la plupart des analystes occidentaux, l’Iran voulait tout simplement « bluffer ».
Les congolais refusent la balkanisation de leur pays.

Le projet de balkanisation de la RDC n'est pas une vue de l'esprit

Ces derniers temps, plusieurs personnalités congolaises sont montées au créneau pour attirer l’attention sur le risque de balkanisation de la RD Congo, relançant le débat sur cette thèse. Les Rwandais, par la voix du secrétaire d’État Olivier Nduhungirehe, parlent de « théorie du complot ». Mêmement du côté de CACH et de ses sympathisants devenus foncièrement allergiques à toute critique adressée à leur nouvel allié, Paul Kagame.
Des billets de 5.000, 2.000 et 500 francs CFA, en 2017. — Crédit ISSOUF SANOGO / AFP

F. CFA, ECO et présence française au Sahel: c'est aux Africains de prendre leurs responsabilités


Ce sont les chefs d'État africains qui ont décidé de passer du Franc CFA à l’Éco, mais c'est Emmanuel Macron que certains Africains accusent de tous les maux. Alors qu’il a été décidé que la France ne nommera plus aucun représentant au conseil d'administration et au comité de politique monétaire de la BCEAO, ni à la commission bancaire de l'UMOA, il y a toujours de l’agitation dans l’air.
Felix Tshisekedi face à la diaspora congolaise de France. 12/11/2019 à Paris

Félix Tshisekedi à Paris ou l’image d’un président qui refuse de devenir Président

En écoutant Félix Tshisekedi s’exprimer devant des membres de la diaspora congolaise de France réunis ce 11 novembre à l’hôtel pullman de Paris, on ne peut s’empêcher de se poser des questions sur les facultés intellectuelles et morales de celui qui préside par procuration à la destinée de la RD Congo. En l’écoutant, on a du mal à croire que ce monsieur est le président de tous les Congolais.
Louis Magloire Keumayou © Capture d'écran de France 24

Sommet Russie-Afrique:une rencontre «plus sécuritaire qu’économique» (analyste)

La ville russe de Sotchi va accueillir du 22 au 24 octobre prochain le tout premier sommet Russie-Afrique, une rencontre, certes placée sous le signe du renforcement des relations entre les deux entités, mais qui sera « plus sécuritaire qu’économique », a confié l’éditorialiste camerounais, Louis Magloire Keumayou.
Des manifestants brandissent des pancartes appelant à libérer Hajar Raissouni, journaliste marocaine condamnée à un an de prison pour "avortement illégal" et relations sexuelles hors mariage, à Rabat, le 2 octobre 2019. (STRINGER / AFP)

Maroc : le collectif des "Hors-la-loi" demande l'arrêt des poursuites liées aux mœurs

Un collectif auteur d'un manifeste "Hors-la-loi" signé par 10 000 personnes a demandé au parquet marocain de suspendre l'application de "lois liberticides" punissant de prison le sexe hors-mariage, l'adultère et l'avortement. Le manifeste des "Hors-la loi" a été publié le 23 septembre au moment du procès d'Hajar Raïssouni, une journaliste condamnée le 30 septembre à un an de prison ferme pour "avortement illégal" et "débauche" (sexe hors mariage) et dont les proches ont dit à l'AFP qu'elle ferait appel.