Critique de l'opposition RDC - Patrick Mbeko : "Le professeur Elikya Mbokolo a raison de dénoncer Moïse Katumbi et Felix Tshisekedi."

L'écrivain congolais, Patrick Mbeko

On peut reprocher bien de choses au professeur Elikya Mbokolo. Mais a-t-il tort lorsqu’il déclare que l’opposition congolaise est moribonde ? Ses critiques à l’endroit de Félix Tshilombo dit Tshisekedi, de Moise Katumbi, de Jean-Pierre Bemba et de Sindika Dokolo ne sont pas dénuées de sens.

En effet, ce n’est pas parce qu’on s’est enrichi frauduleusement sur le dos des Congolais ou qu’on est le fils biologique d’un ancien opposant historique — qui, par ailleurs, n’a rien légué à la postérité au plan idéologique — qu’on peut prétendre diriger la République à Démocratiser du Congo. Le Congo de Lumumba est trop important pour le laisser aux mains des gens sans aucune conscience politique et historique, des gens incapables de comprendre les enjeux auxquels le pays est confronté.

Félix Tshisekedi et Moise Katumbi n’ont pas les aptitudes intellectuelles nécessaires pour diriger un pays comme le Congo; le bilan de Jean-Pierre Bemba à l’époque où il était vice-président n’est pas fameux; Vital Kamerhe est un homme brillant, mais il suscite toujours la méfiance; quant à Sindika Dokolo, pas grand-chose à dire à son sujet. Il n’est pas prétendant à la magistrature suprême, mais à l’écouter, on réalise qu’il est un peu trop dans le vent. Sa connaissance des enjeux est problématique et son entourage est une catastrophe. Comme la plupart des politiciens congolais, il est entouré de flatteurs, de gens qui s’intéressent plus à ses dollars qu’à sa vision.

Bref, le prof Mbokolo n’a pas totalement tort. La médiocrité règne au Congo à tous les niveaux. À l’heure actuelle, personne, parmi ces opposants, n’est capable de relever les défis auxquels le pays est confronté. Je ne crois pas en la nécessité d'organiser les élections dans les conditions calamiteuses actuelles, mais s’il faut choisir un candidat unique de l’opposition, mieux vaut choisir entre Jean-Pierre Bemba, Vital Kamerhe et Freddy Matungulu. Ce ne sont pas mes choix, mais bon... C’est beaucoup mieux que le duo Félix-Katumbi et beaucoup moins que le docteur Denis Mukwege, qui a tout d’un homme d’État (bien qu'il refuse de se lancer en politique) et qui se sacrifie pour que nos mamans et nos sœurs aient le sourire.

Patrick Mbeko

Videos

Analyses et Opinions

Emmanuel Macron et Idris Deby

Pour la deuxième fois la France sauve Idriss Deby face aux rebelles

Pour la deuxième fois après l'offensive des rebelles venus du Soudan en 2008, les dirigeants français viennent encore de sauver la mise au chef de l’État tchadien en prenant directement parti, au travers de « frappes chirurgicales » de Mirages 2000 basés à N’Djamena, contre des rebelles tchadiens opposés à Idriss Déby, au pouvoir depuis 28 ans et deux mois.
Guillaume Soro, président de l'Assemblée nationale de Côte d'Ivoire

Côte d’Ivoire : Pourquoi Guillaume Soro n’a pas signé sa lettre de Démission ?

L’actualité Ivoirienne est dominée depuis peu par la démission ou non de Guillaume Soro, président de l'Assemblée nationale. Le président Ouattara lors de la cérémonie de présentation de vœux à la presse avait annoncé lui-même que Guillaume Soro devrait démissionner de la présidence de l’Assemblée nationale en février. Mais contre toute attente, ce dernier a refusé de signer la lettre de démission qui lui a été apportée l
Maurice Kamto à Yaounde 30 septembre 2018

Cameroun: Paul Biya embastille Maurice Kamto dans le sang

Une barbarie indicible a lieu au Cameroun. Le régime de Paul Biya vient de blesser par tirs de balles réelles des manifestants citoyens dans les rues du pays. Le Président élu du pays, le Professeur Maurice Kamto et certains de ses proches conseillers ont été emprisonnés hier, au mépris total des libertés pourtant garanties par la constitution. Notre correspondant Saint-Just Massoda raconte.
Le Président ivoirien Alassane Ouatarra

Côte d'Ivoire: Ouattara pris au piège! Soro Guillaume supplante en 24h le congrès du RHDP

L'actualité politique Ivoirienne à vite tourné en moins de 24 heures après que les rideaux soient tombés sur le 1er congrès du RHDP tenu ce samedi 26 janvier au stade Houphouet Bigny d'Abidjan. Guillaume Soro à, lui seul su faire taire les échos de ce grand congrès qui a drainé un beau monde.Toujours démentir la marque de communication du clan Soro
Conseil de sécurité de l'ONU

Présidentielle en RDC - Les Occidentaux payent le prix de leur hypocrisie

Le 10 janvier dernier, après une curieuse et très longue attente que certains ont jugé surréaliste, la commission électorale nationale indépendante (CENI) de la RD Congo a rendu son verdict : Félix Tshisekedi est déclaré vainqueur de l’élection présidentielle avec 38,57% des suffrages contre 34,8% pour son adversaire Martin Fayulu et 23,8% pour Ramazani Shadary. Des résultats qui sèment le doute et ne rassurent ni à l’intérieur ni à l’extérieur du pays.
Vital Kamerhe et Felix Tshisekedi

Présidentielle en RDC - Une signature est la preuve irrefutable d’un engagement

Question d’éducation de base à la maison : quand on donne sa parole, on s’y tient. Quand on signe un document, la signature n’est pas “rétirable” au gré des vagues, des humeurs ou des odeurs de quelques pneus brûlés par une dizaine d’inciviques. ”retirer sa signature” est un acte lâche, ignoble, immoral et malhonnête qui s’apparente à du parjure. C’est pour ça que les chinois ont inventé l’encre, pour que l’écrit traverse le temps et que l’avenir s’en souvienne, “verba volant, scripta manent”.
De gauche à droite, plusieurs leaders de l'opposition congolaise: Vital Kamerhe, Felix Tshisekedi, Adolphe Muzito, Moise Katumbi et Jean-Pierre Bemba, lors d'une réunion à Bruxelles le 4 septembre 2018. © © AFP/John Thys

Désignation du candidat commun de l'opposition : le «conciliabule» de la discorde

Qui de Vital Kamerhe, Martin Fayulu, Félix Tshisekedi, Freddy Matungulu sera le candidat commun de l’opposition ? La question est sur toutes les lèvres. Les oracles se perdent en conjecture, quand la boule de cristal du célèbre féticheur mort-mort refuse de s’allumer. Appelés en renfort, les marabouts du Bénin et de Côte d’Ivoire ont fini par jeter l’éponge. Même Yahvé aurait choisi, dit-on, de détourner le regard.