Constitutions amendées, mandats présidentiels illimités ou quasi en Afrique

De gauche à droite, les Présidents Ali Bongo Ondimba du Gabon, Idriss Deby du Tchad, Theodoro Obiang Nguema de Guinée équatoriale, Denis Sassou Nguesso du Congo, Paul Biya du Cameroun, François Bozize de République centrafricaine posent pour une photo de

A l'instar du Comorien Azali Assoumani, de nombreux chefs d'Etat africains ont tenté de se maintenir au pouvoir en modifiant la Constitution

- Tentatives réussies -

- RWANDA: en décembre 2015, les Rwandais ont voté massivement en faveur d'une révision de la Constitution qui a permis à Paul Kagame de se présenter pour un nouveau mandat en 2017 et de potentiellement diriger le pays jusqu'en 2034. La révision a été sévèrement critiquée par les partenaires internationaux du Rwanda, Etats-Unis en tête.

- CONGO: en octobre 2015, une nouvelle Constitution adoptée lors d'un référendum boycotté par une grande partie de l'opposition a fait sauter les deux verrous de la loi fondamentale qui interdisaient à Denis Sassou Nguesso de briguer un troisième mandat: la limite d'âge et celle du nombre des mandats. Il a été réélu en mars 2016.

- BURUNDI: en avril 2015, la candidature de Pierre Nkurunziza à un troisième mandat, considérée par l'opposition comme contraire à la Constitution, a plongé le pays dans une grave crise, accompagnée de violences (au moins 1.200 morts).

En mai dernier, les Burundais ont largement approuvé par référendum une réforme de la Constitution permettant à Pierre Nkurunziza de rester en poste jusqu'en 2034. Mais début juin, celui-ci a surpris en annonçant qu'il ne serait pas candidat à sa succession en 2020.

- ZIMBABWE: une nouvelle Constitution massivement approuvée par référendum en mars 2013 a permis à Robert Mugabe de se porter candidat à la présidentielle, qu'il a remportée. Mais il a été contraint à la démission en novembre 2017, après 37 ans de règne à la tête du pays.

- DJIBOUTI: en avril 2010, le Parlement, entièrement acquis à la cause d'Ismaël Omar Guelleh, a adopté une révision constitutionnelle supprimant toute limitation du nombre de mandats présidentiels. Au pouvoir depuis 1999, Omar Guelleh a pu briguer de nouveaux mandats en 2011, puis en 2016.

- ALGERIE: le Parlement a supprimé en novembre 2008 la limitation du nombre de mandats présidentiels à deux en plébiscitant un projet de révision de la Constitution. Abdelaziz Bouteflika, au pouvoir depuis 1999, a été réélu en 2009 puis en 2014.

- CAMEROUN: en avril 2008, l'Assemblée a adopté une révision constitutionnelle supprimant la limitation du nombre de mandats présidentiels. Paul Biya, au pouvoir depuis 1982, a été réélu en octobre 2011. Il vient d'annoncer sa candidature à la présidentielle d'octobre pour un septième mandat consécutif.

- OUGANDA: une réforme de la Constitution a supprimé en juillet 2005 toute restriction sur le nombre de mandats pour le chef de l'Etat. Yoweri Museveni, au pouvoir depuis 1986, a été réélu en 2006, 2011 et 2016.

- TCHAD: en juin 2005, une révision constitutionnelle adoptée lors d'un référendum controversé a supprimé la limitation à deux quinquennats présidentiels. Idriss Deby Itno, au pouvoir depuis 1990, a été réélu en 2006, 2011 et 2016.

- TOGO: en décembre 2002, un amendement à la Constitution a fait disparaître la limite de deux mandats présidentiels maximum, permettant à Gnassingbé Eyadéma, au pouvoir depuis 1967, de briguer un nouveau mandat en 2003.

En 2015, son fils, Faure Gnassingbé, qui lui avait succédé après son décès en 2005, a été réélu pour un troisième mandat.

 

- Tentatives avortées -

- Au BURKINA FASO, la volonté de Blaise Compaoré de faire modifier la Constitution par le Parlement afin de pouvoir briguer un nouveau mandat après plus de 27 ans de pouvoir a été à l'origine du soulèvement populaire qui l'a contraint à l'exil, fin octobre 2014.

- En ZAMBIE, Frederick Chiluba a vainement essayé en 2001 de changer la Constitution pour pouvoir briguer un troisième mandat, mais a dû y renoncer sous les protestations de l'opinion.

- Au MALAWI, le Parlement s'est opposé en 2002 à ce que Bakili Muluzi brigue deux ans plus tard un troisième mandat, auquel l'opposition et les Eglises étaient totalement hostiles.

Enfin, en REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO, le maintien au pouvoir de Joseph Kabila après l'expiration de son second et dernier mandat fin 2016 a provoqué une crise politique émaillée de violences. Une présidentielle est prévue le 23 décembre 2018.

 

Avec AFP

Videos

Analyses et Opinions

Le président congolais, Joseph Kabila, lors du conférence de presse, le 26 janvier 2018, à Kinshasa. © REUTERS/Kenny Katombe

RDC : En décidant de ne pas être candidat à sa propre succession Joseph Kabila consolide la démocratie congolaise.

Ainsi, va la vie en République démocratique du Congo. Il y a eu le 24 avril 1990 et il y aura désormais le 8 août 2018. De même qu'Il y a eu les Présidents Joseph Kassavubu, Mobutu Sese Seko, Laurent Désiré Kabila , Joseph Kabila, au soir du 23 décembre prochain les Congolais découvriront le nouveau nom de celui qui aura la lourde charge de mener durant les cinq prochaines années la destinée de cette nation. Respect de la constitution 
Moise Katumbi à la frontière de la RDC et la Zambie. le 3/08/2018

RDC : Moise Katumbi passera t-il la frontière en homme libre ?

Le retour de Moise Katumbi en RD Congo s'est soldé par un blocage à la frontière. Le président d'Ensemble MK et ses lieutenants ont finalement passé la nuit à Kasumbalesa côté zambien. En RDC, la journée de vendredi 3 août 2018 a été marqué par la tentative d'entrer au Congo par l'ancien gouverneur de la province du Katanga. En séjour en Afrique du Sud, ce dernier avait décidé de revenir sur ses terres par avion jusqu'en Zambie puis faire les trois heures de route restant en voiture.
De gauche à droite, les Présidents Ali Bongo Ondimba du Gabon, Idriss Deby du Tchad, Theodoro Obiang Nguema de Guinée équatoriale, Denis Sassou Nguesso du Congo, Paul Biya du Cameroun, François Bozize de République centrafricaine posent pour une photo de

Constitutions amendées, mandats présidentiels illimités ou quasi en Afrique

A l'instar du Comorien Azali Assoumani, de nombreux chefs d'Etat africains ont tenté de se maintenir au pouvoir en modifiant la Constitution- Tentatives réussies -
L'écrivain congolais, Patrick Mbeko

Critique de l'opposition RDC - Patrick Mbeko : "Le professeur Elikya Mbokolo a raison de dénoncer Moïse Katumbi et Felix Tshisekedi."

On peut reprocher bien de choses au professeur Elikya Mbokolo. Mais a-t-il tort lorsqu’il déclare que l’opposition congolaise est moribonde ? Ses critiques à l’endroit de Félix Tshilombo dit Tshisekedi, de Moise Katumbi, de Jean-Pierre Bemba et de Sindika Dokolo ne sont pas dénuées de sens.
Le président de la RDCongo, Joseph Kabila, à Kinshasa. 26 janvier 2018 | AFP | THOMAS NICOLON

Présidentielle en RDC: Kabila chef de file d'une coalition électorale

Le président congolais Joseph Kabila, que ses adversaires accusent de vouloir briguer un troisième mandat contre la Constitution, a été désigné "autorité morale" d'une plate-forme électorale présentée jeudi en conseil des ministres, selon un compte-rendu de l'exécutif diffusé vendredi.
Joseph Kabila et Emmerson Mnangagwa, le 27 février 2018 à Kinshasa. © DR / Présidence RDC

RDC : Est-ce à l’étranger que tout se jouera?

Partira ou ne partira pas? C’est la question que de nombreux Congolais et observateurs de la scène politique RDCienne se posent à propos de Joseph Kabila. Dans le camp du pouvoir, on jure par tous les dieux que le chef de l’État congolais va respecter la Constitution.
Ces dirigeants africains qui rêvent secrètement (ou pas) de rester au pouvoir

Troisième mandat présidentiel, nouveau jeu de certains Présidents Africains.

En accédant à la magistrature suprême, ils jurent tous fidélité aux textes qui leur ont permis d’être à la tête de leur nation. Pourtant, certains présidents africains semblent avoir découvert des nouveaux jeux leur permettant de continuer une partie qui se joue uniquement en deux manches.