Congo - Jérémy Lissouba : s’en prendre à Clément Mouamba, c’est bien ; à Christel Sassou-Nguesso, c’est mieux

Jérémy Lissouba, Clément Mouamba, et Christel Sassou Nguesso © Oeildafrique.com

Les réseaux sociaux l’encensent, le chérissent. De pestiféré, le député UPADS de Dolisie, Jérémy Lissouba, est devenu en un instant le chouchou des Congolais pour avoir bousculé le premier ministre Clément Mouamba. Décryptage.

Quiconque a suivi, sur Télécongo, Questions orales au Gouvernement avec débat, ce mardi 06 août 2019, ne s’est sans doute pas ennuyé, non. Isidore Mvouba, le président de l’Assemblée nationale, s’est demandé sur la qualité des députés congolais, quand le ministre des Transports, Fidèle Dimou, lui, a administré un cours sur l’étymologie du mot « Laboratoire ». Le fils de son père, Christel Denis Sassou-Nguesso, actualité oblige, était aux abonnés-absents, alors qu’il devait poser deux questions au premier ministre sur l’effectivité du taux de chômage des jeunes et sur la façon dont Clément Mouamba entend y répondre. Qu’à cela ne tienne ! Celui qui est accusé d’avoir… détourné 50 millions de dollars a délégué son collègue pour poser ses questions. Ce qui fut fait ! Non sans mal. 

 

Puis vient le tour de Jérémy Lissouba, député UPADS de Dolisie, de prendre la parole. S’adressant directement au premier ministre Clément Mouamba, il lui rappelle, comme par défi et/ou par dépit, que « bon nombre de Congolais ne lui font pas confiance ». Une philippique, à n’en point douter. A ce moment-là, règne dans la salle un silence monacal. L’intéressé, lui, restait imperturbable. Il prend des notes et d’aucuns s’attendent à une réplique de sa part. Elle ne viendra jamais. Le ton calme mais dépourvu d’assurance et de fermeté, phrasé fluide, le fils de l’ancien président Pascal Lissouba (1992-1997) a ensuite reproché de n’annoncer que de « bonnes nouvelles » sans lendemain, évitant « les mauvaises nouvelles ». Où trouver les milliards d’ici à cinq ans pour atteindre les objectifs de développement ? Des questions pertinentes. Mais, peut-être, hors-sujet.

 

Du pur matalana

 

C’était la journée des fils de présidents. Si Jérémy Lissouba a égayé les réseaux sociaux par ses questions abstraites, Christel Denis Sassou-Nguesso, lui, a surpris par ses questions concrètes. Les deux fils de… se sont adressés au premier ministre comme s’il y avait eu concertation ou tirs croisés, mais les rejetons de présidents-gangsters n’ont pas eu la même pertinence. Les questions de « Kiki » étaient mieux préparées et renvoyant au concret, que les questions de Jérémy. Cela, les experts qui peuplent les réseaux sociaux ne l’ont pas relevé. Seuls comptent chez eux la bonne diction, l’impertinence, etc.

 

C’est bien beau de s’en prendre à Clément Mouamba. Mais est-il réellement premier ministre ? Chacun le sait : l’homme au yombo n’existe pas. Clément Mouamba ne dispose d’aucun réel pouvoir. C’est un faire-valoir. Sans plus. Certes il est au pouvoir et il en jouit ! Mais il n’est pas du pouvoir. Le pouvoir appartient à Sassou et à son clan. Le dessein de s’en prendre publiquement à lui relève donc de la mauvaise foi. Jérémy Lissouba sait bien qui sont les grands fossoyeurs du Congo.

 

L’un de ces bandits a été rattrapé par l’actualité tôt le matin. En venant à la séance de l’Assemblée nationale, ce mardi 06 août, Jérémy Lissouba savait pertinemment que « Kiki » était accusé dans les médias d’avoir détourné 50 millions de dollars. Pourquoi n’a-t-il pas interpellé le ministre de la Justice sur ce nouveau scandale ? Il eût été beaucoup plus percutant et éloquent en évoquant ce pillage des deniers publics. Rien de tel. Il épargne le responsable-mafieux pour s'en prendre à un lampiste-subordonné, comme si ce dernier avait fait la Une des médias occidentaux pour détournement de fonds.

 

A y regarder de plus près, le matalana de Jérémy Lissouba n’avait pour finalité que de divertir la diaspora congolaise de France, dont une grande partie demeure, intellectuellement et politiquement, au ras des pâquerettes.

 

Bedel Baouna

 

Videos

Analyses et Opinions

Le président français Emmanuel Macron

Macron l’Africain : le soufflé est retombé.

Emmanuel Macron est probablement le président français dont l’élection a suscité un espoir général au sein des populations africaines, toutes générations confondues. Deux ans après, elles sont partagées entre désenchantement et interrogations.
Jérémy Lissouba, Clément Mouamba, et Christel Sassou Nguesso © Oeildafrique.com

Congo - Jérémy Lissouba : s’en prendre à Clément Mouamba, c’est bien ; à Christel Sassou-Nguesso, c’est mieux

Les réseaux sociaux l’encensent, le chérissent. De pestiféré, le député UPADS de Dolisie, Jérémy Lissouba, est devenu en un instant le chouchou des Congolais pour avoir bousculé le premier ministre Clément Mouamba. Décryptage.
Felix Tshisekedi sur France 24.

Interview exclusive de Felix Tshisekedi sur France 24 et RFI, la presse congolaise ne mérite pas ça.

Sept mois d'attente pour finalement aller chercher la parole présidentielle dans un média occidental et non national. Après tous ces mois de silence, le nouveau président congolais Felix Tshisekedi a surpris par son choix. Il a réservé sa première sortie médiatique à France 24 et à RFI. Et la presse nationale tant en ébullition depuis plusieurs années ? Elle devra attendre que France Média Monde ait vidée les questions d'actualité.
Photo : @Presidence_RDC/Twitter

Pourquoi Sylvertre Ilunga Ilunkamba a été désigné Premier Ministre en RDC ?

LA RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO A ENFIN UN NOUVEAU PREMIER MINISTRE DEPUIS LE 20 MAI. SON NOM : SYLVESTRE ILUNGA ILUNKAMBA. MAIS POURQUOI LUI ET POUR QUOI FAIRE ? TENTATIVES DE RÉPONSE.
Photo d'un quartier de Malabo, le 16 mai 2019 | AFP | Samuel Obiang

En Guinée équatoriale, les plus pauvres attendent toujours leurs logements sociaux

Beaucoup de gens qui vivaient autrefois dans des taudis habitent aujourd'hui un logement digne, comme ici", s'enthousiasme un sénateur de Guinée équatoriale, qui habite un logement social à Buena Esperanza, un quartier de Malabo.Murs en crépi blanc et toits en tôle rouge ou bleue, dans ce quartier de la capitale, des centaines de petites maisons identiques se succèdent à perte de vue.
Carte des otages dans le Sahel

Otages français au Burkina Faso : Interdit d’interdire le tourisme dans le Sahel.

Depuis le retour des touristes français qui avaient été pris en otage dans le Parc béninois de la Pendjari, avant d’être ensuite libérés au Burkina Faso, une polémique est née autour de l’idée que les voyageurs français ne respectent pas scrupuleusement les consignes du Quai d’Orsay, qui leur indique les endroits dans le monde où il est parfois dangereux de se rendre.
Le président Paul Buya

Cameroun : Une dictature sous cloche.

Ces dernières semaines, le monde entier a vu deux armées et deux populations civiles se débarrasser pacifiquement de dirigeants dont elles ne voulaient plus : Abdelaziz Bouteflika (Algérie) puis Omar al-Bashir (Soudan). Mieux que le prétendu Printemps arabe, qui avait commencé en Tunisie, avant d’atteindre l’Egypte et la Libye, il s’est agi cette fois-ci de soulèvements endogènes. Les populations ont exprimé leur ras-le-bol, et l’armée les a aidées à renverser des dirigeants qui avaient fini par croire qu’ils avaient fusionné avec leurs fauteuils présidentiels.