Congo - Jérémy Lissouba : s’en prendre à Clément Mouamba, c’est bien ; à Christel Sassou-Nguesso, c’est mieux

Jérémy Lissouba, Clément Mouamba, et Christel Sassou Nguesso © Oeildafrique.com

Les réseaux sociaux l’encensent, le chérissent. De pestiféré, le député UPADS de Dolisie, Jérémy Lissouba, est devenu en un instant le chouchou des Congolais pour avoir bousculé le premier ministre Clément Mouamba. Décryptage.

Quiconque a suivi, sur Télécongo, Questions orales au Gouvernement avec débat, ce mardi 06 août 2019, ne s’est sans doute pas ennuyé, non. Isidore Mvouba, le président de l’Assemblée nationale, s’est demandé sur la qualité des députés congolais, quand le ministre des Transports, Fidèle Dimou, lui, a administré un cours sur l’étymologie du mot « Laboratoire ». Le fils de son père, Christel Denis Sassou-Nguesso, actualité oblige, était aux abonnés-absents, alors qu’il devait poser deux questions au premier ministre sur l’effectivité du taux de chômage des jeunes et sur la façon dont Clément Mouamba entend y répondre. Qu’à cela ne tienne ! Celui qui est accusé d’avoir… détourné 50 millions de dollars a délégué son collègue pour poser ses questions. Ce qui fut fait ! Non sans mal. 

 

Puis vient le tour de Jérémy Lissouba, député UPADS de Dolisie, de prendre la parole. S’adressant directement au premier ministre Clément Mouamba, il lui rappelle, comme par défi et/ou par dépit, que « bon nombre de Congolais ne lui font pas confiance ». Une philippique, à n’en point douter. A ce moment-là, règne dans la salle un silence monacal. L’intéressé, lui, restait imperturbable. Il prend des notes et d’aucuns s’attendent à une réplique de sa part. Elle ne viendra jamais. Le ton calme mais dépourvu d’assurance et de fermeté, phrasé fluide, le fils de l’ancien président Pascal Lissouba (1992-1997) a ensuite reproché de n’annoncer que de « bonnes nouvelles » sans lendemain, évitant « les mauvaises nouvelles ». Où trouver les milliards d’ici à cinq ans pour atteindre les objectifs de développement ? Des questions pertinentes. Mais, peut-être, hors-sujet.

 

Du pur matalana

 

C’était la journée des fils de présidents. Si Jérémy Lissouba a égayé les réseaux sociaux par ses questions abstraites, Christel Denis Sassou-Nguesso, lui, a surpris par ses questions concrètes. Les deux fils de… se sont adressés au premier ministre comme s’il y avait eu concertation ou tirs croisés, mais les rejetons de présidents-gangsters n’ont pas eu la même pertinence. Les questions de « Kiki » étaient mieux préparées et renvoyant au concret, que les questions de Jérémy. Cela, les experts qui peuplent les réseaux sociaux ne l’ont pas relevé. Seuls comptent chez eux la bonne diction, l’impertinence, etc.

 

C’est bien beau de s’en prendre à Clément Mouamba. Mais est-il réellement premier ministre ? Chacun le sait : l’homme au yombo n’existe pas. Clément Mouamba ne dispose d’aucun réel pouvoir. C’est un faire-valoir. Sans plus. Certes il est au pouvoir et il en jouit ! Mais il n’est pas du pouvoir. Le pouvoir appartient à Sassou et à son clan. Le dessein de s’en prendre publiquement à lui relève donc de la mauvaise foi. Jérémy Lissouba sait bien qui sont les grands fossoyeurs du Congo.

 

L’un de ces bandits a été rattrapé par l’actualité tôt le matin. En venant à la séance de l’Assemblée nationale, ce mardi 06 août, Jérémy Lissouba savait pertinemment que « Kiki » était accusé dans les médias d’avoir détourné 50 millions de dollars. Pourquoi n’a-t-il pas interpellé le ministre de la Justice sur ce nouveau scandale ? Il eût été beaucoup plus percutant et éloquent en évoquant ce pillage des deniers publics. Rien de tel. Il épargne le responsable-mafieux pour s'en prendre à un lampiste-subordonné, comme si ce dernier avait fait la Une des médias occidentaux pour détournement de fonds.

 

A y regarder de plus près, le matalana de Jérémy Lissouba n’avait pour finalité que de divertir la diaspora congolaise de France, dont une grande partie demeure, intellectuellement et politiquement, au ras des pâquerettes.

 

Bedel Baouna

 

Videos

Analyses et Opinions

Guillaume Soro, Alassane Ouattara, Henri Konan Bédié et Laurent Gbagbo. AFP

Côte d’Ivoire recherche désespérément leader politique.

La Côte d’Ivoire a eu soixante ans ce 7 août 2020. A cette occasion, son président lui a offert un cadeau d’anniversaire de très mauvais goût. Alassane Dramane Ouattara est revenu sur sa promesse de ne pas briguer un troisième mandat. C’est ce que lui aurait demandé avec insistance une majorité de sa famille politique. Il a cédé à la tentation du combat de trop. Soit par suivisme, soit par égoïsme, ou alors sous l’effet conjugué des deux.
Kader Diarrassouba, Jeune ivoirien, exilé en France depuis 6 mois, membre Générations et Peuples Solidaires ( GPS )

Lettre ouverte à Monsieur Emmanuel Macron, Président de la République de France, par Kader Diarrassouba

Monsieur le Président, votre élection à la tête de la république française le 7 mai 2017 a sonné pour bien de jeunes africains comme un nouvel espoir, l’espoir qui diminue la peine de toutes les politiques antérieures de la Françafrique. Politique néo-coloniale décrite par François-Xavier Verschave comme « une nébuleuse d’acteurs économiques, politiques et militaires, en France et en Afrique, organisée en réseaux et lobbies, et polarisé sur l’accaparement de deux rentes : les matières premières et l’aide publique au développement.
Rex Kazadi, secrétaire général de Ba patriotes ya Kongo (BPK)

RDC: Rex Kazadi demande à la ville de Kinshasa de déboulonner le statue de Leopold II

Kinshasa, la capitale de la République démocratique du Congo, ancienne colonie Belge va-t-elle enboiter le pas d'Anvers et déboulonner la statue du roi Leopold II ? C'est en tout cas le souhaite de Rex Kazadi, secrétaire général de Ba patriotes ya Kongo (
Aimé Gata-Kambudi, Juriste spécialisé en Droit Public Approfondi

La gestion de la crise institutionnelle au Kongo central est-elle la preuve  d'un Etat de droit à géométrie variable ?

Une analyse chronologique et démonstrative de la crise qui tend à l’ingouvernabilité de la province, par Aimé Gata-Kambudi.
Royal Maroc

La Compagnie Royal Air Maroc va-t-elle prioriser le rapatriement des citoyens marocains & Africains ?

Sa Majesté le Roi du Maroc considère à juste titre que la vie des marocains a plus de valeur  que les intérêts économiques du pays, il conviendrait d’espérer que la compagnie nationale Royal Air Maroc en fasse de même quand les vols internationaux seront à nouveau ouverts à sa clientèle.
©J.M. Giordano / SOPA Imag/SIPA;

Le racisme : une plaie congénitale des USA

Toute société construite sur les fondements de l'exclusion d'une partie de la population est productrice de violence sous diverses formes, et son existence demeure gangrenée par des convulsions sociales permanentes.
Capture d'écran de la vidéo de l'arrestation qui a conduit au meurtre de George Floyd par un policier blanc de Minneapolis

Noirs tués par des policiers blancs aux États-Unis. Tout est avant tout question de rapport de force

Une autre vidéo d’un policier blanc américain tuant un Noir comme si de rien n’était. Une de plus diront certains. Eh oui une de plus ! Et comme d’habitude, ça va marcher, manifester et crier leur colère, sans plus. C’est à ce genre de spectacle que les Noirs américains nous ont habitués à chaque fois qu’un des leurs est tué par un policier blanc.