Congo - Jérémy Lissouba : s’en prendre à Clément Mouamba, c’est bien ; à Christel Sassou-Nguesso, c’est mieux

Jérémy Lissouba, Clément Mouamba, et Christel Sassou Nguesso © Oeildafrique.com

Les réseaux sociaux l’encensent, le chérissent. De pestiféré, le député UPADS de Dolisie, Jérémy Lissouba, est devenu en un instant le chouchou des Congolais pour avoir bousculé le premier ministre Clément Mouamba. Décryptage.

Quiconque a suivi, sur Télécongo, Questions orales au Gouvernement avec débat, ce mardi 06 août 2019, ne s’est sans doute pas ennuyé, non. Isidore Mvouba, le président de l’Assemblée nationale, s’est demandé sur la qualité des députés congolais, quand le ministre des Transports, Fidèle Dimou, lui, a administré un cours sur l’étymologie du mot « Laboratoire ». Le fils de son père, Christel Denis Sassou-Nguesso, actualité oblige, était aux abonnés-absents, alors qu’il devait poser deux questions au premier ministre sur l’effectivité du taux de chômage des jeunes et sur la façon dont Clément Mouamba entend y répondre. Qu’à cela ne tienne ! Celui qui est accusé d’avoir… détourné 50 millions de dollars a délégué son collègue pour poser ses questions. Ce qui fut fait ! Non sans mal. 

 

Puis vient le tour de Jérémy Lissouba, député UPADS de Dolisie, de prendre la parole. S’adressant directement au premier ministre Clément Mouamba, il lui rappelle, comme par défi et/ou par dépit, que « bon nombre de Congolais ne lui font pas confiance ». Une philippique, à n’en point douter. A ce moment-là, règne dans la salle un silence monacal. L’intéressé, lui, restait imperturbable. Il prend des notes et d’aucuns s’attendent à une réplique de sa part. Elle ne viendra jamais. Le ton calme mais dépourvu d’assurance et de fermeté, phrasé fluide, le fils de l’ancien président Pascal Lissouba (1992-1997) a ensuite reproché de n’annoncer que de « bonnes nouvelles » sans lendemain, évitant « les mauvaises nouvelles ». Où trouver les milliards d’ici à cinq ans pour atteindre les objectifs de développement ? Des questions pertinentes. Mais, peut-être, hors-sujet.

 

Du pur matalana

 

C’était la journée des fils de présidents. Si Jérémy Lissouba a égayé les réseaux sociaux par ses questions abstraites, Christel Denis Sassou-Nguesso, lui, a surpris par ses questions concrètes. Les deux fils de… se sont adressés au premier ministre comme s’il y avait eu concertation ou tirs croisés, mais les rejetons de présidents-gangsters n’ont pas eu la même pertinence. Les questions de « Kiki » étaient mieux préparées et renvoyant au concret, que les questions de Jérémy. Cela, les experts qui peuplent les réseaux sociaux ne l’ont pas relevé. Seuls comptent chez eux la bonne diction, l’impertinence, etc.

 

C’est bien beau de s’en prendre à Clément Mouamba. Mais est-il réellement premier ministre ? Chacun le sait : l’homme au yombo n’existe pas. Clément Mouamba ne dispose d’aucun réel pouvoir. C’est un faire-valoir. Sans plus. Certes il est au pouvoir et il en jouit ! Mais il n’est pas du pouvoir. Le pouvoir appartient à Sassou et à son clan. Le dessein de s’en prendre publiquement à lui relève donc de la mauvaise foi. Jérémy Lissouba sait bien qui sont les grands fossoyeurs du Congo.

 

L’un de ces bandits a été rattrapé par l’actualité tôt le matin. En venant à la séance de l’Assemblée nationale, ce mardi 06 août, Jérémy Lissouba savait pertinemment que « Kiki » était accusé dans les médias d’avoir détourné 50 millions de dollars. Pourquoi n’a-t-il pas interpellé le ministre de la Justice sur ce nouveau scandale ? Il eût été beaucoup plus percutant et éloquent en évoquant ce pillage des deniers publics. Rien de tel. Il épargne le responsable-mafieux pour s'en prendre à un lampiste-subordonné, comme si ce dernier avait fait la Une des médias occidentaux pour détournement de fonds.

 

A y regarder de plus près, le matalana de Jérémy Lissouba n’avait pour finalité que de divertir la diaspora congolaise de France, dont une grande partie demeure, intellectuellement et politiquement, au ras des pâquerettes.

 

Bedel Baouna

 

Videos

Analyses et Opinions

Domingos Simões Pereira / DR

Entretien avec Domingos Simões Pereira : "le mécanisme international de sanctions contre tous ceux qui entravent la loi doit être appliqué"

C’est dans un grand hôtel parisien que le rendez-vous est fixé pour un entretien avec Domingos Simoes Pereira, candidat malheureux à la dernière élection présidentielle en Guinée-Bissau. En France pour une tournée politico-médiatique, celui qui aurait selon les résultats de la Commission électorale nationale recueilli 46% contre 54% pour Umaro Sissoco 
Azarias Ruberwa Manywa, ministre de la décentralisation en RDC et leader de la communauté Banyamulenge

RDC : Les « Banyamulenge ». Qui sont-ils réellement ?

La question des « Banyamulenge » a toujours suscité des débats passionnés en RDC. Il faut que les Congolais et la Communauté internationale comprennent une chose : ceux qu’on appelle « Banyamulenge » sont des Tutsis rwandais arrivés au Congo suite à la Révolution sociale hutue qui a conduit à la chute de la monarchie tutsie au Rwanda, en 1959.

IRAN vs États-Unis : la colère des Mollahs

Au lendemain de la riposte de Téhéran à l’assassinat du général Qassem Soleimani, Donald Trump a livré un discours dans lequel il a joué l’apaisement, se félicitant du fait que les 22 missiles iraniens tirés sur deux bases américaines en Irak n’avaient fait aucune victime. Pour la plupart des analystes occidentaux, l’Iran voulait tout simplement « bluffer ».
Les congolais refusent la balkanisation de leur pays.

Le projet de balkanisation de la RDC n'est pas une vue de l'esprit

Ces derniers temps, plusieurs personnalités congolaises sont montées au créneau pour attirer l’attention sur le risque de balkanisation de la RD Congo, relançant le débat sur cette thèse. Les Rwandais, par la voix du secrétaire d’État Olivier Nduhungirehe, parlent de « théorie du complot ». Mêmement du côté de CACH et de ses sympathisants devenus foncièrement allergiques à toute critique adressée à leur nouvel allié, Paul Kagame.
Des billets de 5.000, 2.000 et 500 francs CFA, en 2017. — Crédit ISSOUF SANOGO / AFP

F. CFA, ECO et présence française au Sahel: c'est aux Africains de prendre leurs responsabilités


Ce sont les chefs d'État africains qui ont décidé de passer du Franc CFA à l’Éco, mais c'est Emmanuel Macron que certains Africains accusent de tous les maux. Alors qu’il a été décidé que la France ne nommera plus aucun représentant au conseil d'administration et au comité de politique monétaire de la BCEAO, ni à la commission bancaire de l'UMOA, il y a toujours de l’agitation dans l’air.
Felix Tshisekedi face à la diaspora congolaise de France. 12/11/2019 à Paris

Félix Tshisekedi à Paris ou l’image d’un président qui refuse de devenir Président

En écoutant Félix Tshisekedi s’exprimer devant des membres de la diaspora congolaise de France réunis ce 11 novembre à l’hôtel pullman de Paris, on ne peut s’empêcher de se poser des questions sur les facultés intellectuelles et morales de celui qui préside par procuration à la destinée de la RD Congo. En l’écoutant, on a du mal à croire que ce monsieur est le président de tous les Congolais.
Louis Magloire Keumayou © Capture d'écran de France 24

Sommet Russie-Afrique:une rencontre «plus sécuritaire qu’économique» (analyste)

La ville russe de Sotchi va accueillir du 22 au 24 octobre prochain le tout premier sommet Russie-Afrique, une rencontre, certes placée sous le signe du renforcement des relations entre les deux entités, mais qui sera « plus sécuritaire qu’économique », a confié l’éditorialiste camerounais, Louis Magloire Keumayou.