Congo - Jérémy Lissouba : s’en prendre à Clément Mouamba, c’est bien ; à Christel Sassou-Nguesso, c’est mieux

Jérémy Lissouba, Clément Mouamba, et Christel Sassou Nguesso © Oeildafrique.com

Les réseaux sociaux l’encensent, le chérissent. De pestiféré, le député UPADS de Dolisie, Jérémy Lissouba, est devenu en un instant le chouchou des Congolais pour avoir bousculé le premier ministre Clément Mouamba. Décryptage.

Quiconque a suivi, sur Télécongo, Questions orales au Gouvernement avec débat, ce mardi 06 août 2019, ne s’est sans doute pas ennuyé, non. Isidore Mvouba, le président de l’Assemblée nationale, s’est demandé sur la qualité des députés congolais, quand le ministre des Transports, Fidèle Dimou, lui, a administré un cours sur l’étymologie du mot « Laboratoire ». Le fils de son père, Christel Denis Sassou-Nguesso, actualité oblige, était aux abonnés-absents, alors qu’il devait poser deux questions au premier ministre sur l’effectivité du taux de chômage des jeunes et sur la façon dont Clément Mouamba entend y répondre. Qu’à cela ne tienne ! Celui qui est accusé d’avoir… détourné 50 millions de dollars a délégué son collègue pour poser ses questions. Ce qui fut fait ! Non sans mal. 

 

Puis vient le tour de Jérémy Lissouba, député UPADS de Dolisie, de prendre la parole. S’adressant directement au premier ministre Clément Mouamba, il lui rappelle, comme par défi et/ou par dépit, que « bon nombre de Congolais ne lui font pas confiance ». Une philippique, à n’en point douter. A ce moment-là, règne dans la salle un silence monacal. L’intéressé, lui, restait imperturbable. Il prend des notes et d’aucuns s’attendent à une réplique de sa part. Elle ne viendra jamais. Le ton calme mais dépourvu d’assurance et de fermeté, phrasé fluide, le fils de l’ancien président Pascal Lissouba (1992-1997) a ensuite reproché de n’annoncer que de « bonnes nouvelles » sans lendemain, évitant « les mauvaises nouvelles ». Où trouver les milliards d’ici à cinq ans pour atteindre les objectifs de développement ? Des questions pertinentes. Mais, peut-être, hors-sujet.

 

Du pur matalana

 

C’était la journée des fils de présidents. Si Jérémy Lissouba a égayé les réseaux sociaux par ses questions abstraites, Christel Denis Sassou-Nguesso, lui, a surpris par ses questions concrètes. Les deux fils de… se sont adressés au premier ministre comme s’il y avait eu concertation ou tirs croisés, mais les rejetons de présidents-gangsters n’ont pas eu la même pertinence. Les questions de « Kiki » étaient mieux préparées et renvoyant au concret, que les questions de Jérémy. Cela, les experts qui peuplent les réseaux sociaux ne l’ont pas relevé. Seuls comptent chez eux la bonne diction, l’impertinence, etc.

 

C’est bien beau de s’en prendre à Clément Mouamba. Mais est-il réellement premier ministre ? Chacun le sait : l’homme au yombo n’existe pas. Clément Mouamba ne dispose d’aucun réel pouvoir. C’est un faire-valoir. Sans plus. Certes il est au pouvoir et il en jouit ! Mais il n’est pas du pouvoir. Le pouvoir appartient à Sassou et à son clan. Le dessein de s’en prendre publiquement à lui relève donc de la mauvaise foi. Jérémy Lissouba sait bien qui sont les grands fossoyeurs du Congo.

 

L’un de ces bandits a été rattrapé par l’actualité tôt le matin. En venant à la séance de l’Assemblée nationale, ce mardi 06 août, Jérémy Lissouba savait pertinemment que « Kiki » était accusé dans les médias d’avoir détourné 50 millions de dollars. Pourquoi n’a-t-il pas interpellé le ministre de la Justice sur ce nouveau scandale ? Il eût été beaucoup plus percutant et éloquent en évoquant ce pillage des deniers publics. Rien de tel. Il épargne le responsable-mafieux pour s'en prendre à un lampiste-subordonné, comme si ce dernier avait fait la Une des médias occidentaux pour détournement de fonds.

 

A y regarder de plus près, le matalana de Jérémy Lissouba n’avait pour finalité que de divertir la diaspora congolaise de France, dont une grande partie demeure, intellectuellement et politiquement, au ras des pâquerettes.

 

Bedel Baouna

 

Videos

Analyses et Opinions

©J.M. Giordano / SOPA Imag/SIPA;

Le racisme : une plaie congénitale des USA

Toute société construite sur les fondements de l'exclusion d'une partie de la population est productrice de violence sous diverses formes, et son existence demeure gangrenée par des convulsions sociales permanentes.
Capture d'écran de la vidéo de l'arrestation qui a conduit au meurtre de George Floyd par un policier blanc de Minneapolis

Noirs tués par des policiers blancs aux États-Unis. Tout est avant tout question de rapport de force

Une autre vidéo d’un policier blanc américain tuant un Noir comme si de rien n’était. Une de plus diront certains. Eh oui une de plus ! Et comme d’habitude, ça va marcher, manifester et crier leur colère, sans plus. C’est à ce genre de spectacle que les Noirs américains nous ont habitués à chaque fois qu’un des leurs est tué par un policier blanc.
Gorille à dos argenté © Kiki Lawanda

Le Soft Power au Congo - Brazzaville : un levier de puissance et de développement

Une réflexion du Think Tank A.C.C. (Ateliers Citoyens du Congo)Le Soft Power est la puissance de séduction et de persuasion d’un Etat. L’attractivité de la culture, la force de la diplomatie publique, le rayonnement du modèle politico-économique et de ses valeurs propres sont vecteurs du soft power d'un pays.Le Congo, sans avoir mis en place une vraie stratégie pour se doter de ce pouvoir d’adhésion, a de nombreux atouts pour faire figure de leader du Soft Power en Afrique centrale.
Vital Kamerhe

RDC : les leçons du deuxième round du procès Vital Kamerhe

Le deuxième round du procès opposant le ministère public congolais à Vital Kamerhe a été beaucoup plus intéressant que le premier round. En regardant le film du procès, j’ai vu un Vital Kamerhe sûr de lui comme d’habitude, combattif, mais pas nécessairement porté à en découdre, comme il y a trois semaines. La « surdose » d’arrogance du premier face-à-face a laissé place à une petite dose de retenue qui, de temps à autre, a laissé libre cours à une certaine impudence.
Jean-Jacques Mamba, député du MLC de Jean-Pierre Bemba arrêté pour faux et usage de faux

La séparation des pouvoirs et la problématique de la question de l'immunité parlementaire à l'épreuve en RDC

La présidente de la chambre basse du parlement de la RDC, Jeannine Mabunda hausse le ton et monte au créneau pour interpeller le ministère public afin de procéder à la suspension des poursuites engagées contre un député en pleine session. Jean-Jacques Mamba, député du MLC de Jean-Pierre Bemba auteur d'une pétition a été arrêté ce matin puis présenté illico presto devant un juge qui a décidé de l' assigner e
Vital Kamerhe à l'ouverture de son procès au centre pénitentiaire et de rééducationde de Kinshasa (ex-prison de Makala), Kinshasa, RDC 11 mai 2020. (Capture d'écran)

RDC : "L'affaire Kamerhe", un procès pour corruption au sommet de l'Etat qui interpelle toute l'Afrique

Vital Kamerhe a été arrêté le 8 avril 2020. Depuis, il est incarcéré à titre préventif à la prison centrale de Kinshasa. C'était le principal allié politique du président congolais Félix Tshisekedi. Il avait activement contribué à son accession au pouvoir, avant de devenir son puissant chef de cabinet. Il est accusé, avec deux autres prévenus, du détournement de 50 millions de dollars. Des fonds destinés au financement de grands travaux de modernisation des infrastructures du pays, lancés par le chef de l'Etat après son investiture le 24 janvier 2019.
Vital Kamerhe, Directeur du cabinet du président Felix-Antoine Tshisekedi

RDC : Les leçons du premier round du procès Vital Kamerhe

Le premier jour du procès Kamerhe laisse apparaître la stratégie que compte adopter la défense du directeur de cabinet de Félix Tshisekedi. En regardant le film du procès, j’ai vu un Kamerhe sûr de lui, combattif et prêt à en découdre. Ça promet. J’ai également observé un Kamerhe un peu hésitant lorsque le ministère public a voulu avoir des précisions sur son rôle dans le programme des 100 jours. A-t-il agi en tant que directeur de cabinet, superviseur ou les deux ? s’est interrogé le ministère public.