Congo Brazza : Que peut- on retenir du procès du Général Jean Marie Michel Mokoko ?

Le général Mokoko, ex-candidat à la présidentielle de 2016, à Brazzaville

Nous venons tous de suivre ce procès qui ne cesse de faire couler beaucoup d'encres tant au niveau national qu'international. La condamnation ne peut être une fatalité si l'on s'appuie sur l'histoire évenementielle de la politique africaine des années cinquante à ce jour.

Alpha Condé qui a été condamné à 20 ans de prison hier, a fini par être Président de la République après 52 ans passés à l'opposition. Maître Abdoulaye Wade qui a été à maintes reprises emprisonné pour avoir tenu tête aux gouvernements du Feu Léopold Senghor et d'Abdou Diouf, avait fini sa carrière politique à la magistrature suprême. Le Commandant Marien Ngouabi, qui a été emprisonné par le feu Président Alphonse Massamba Débat, a aussi fini avec le temps par être Président de la République. Le Professeur Pascal Lissouba qui a été emprisonné à plus de cinq ans après la mort de Marien Ngouabi, l'accusant ainsi d'être l'auteur, a fini aussi à être Chef de l'Etat. Au Benin, l'ancien Président Thomas Yayi Boni qui avait fait fuire Patrice Talon du Benin, au motif que ce dernier aurait tenté de l'empoisonné, a été confondu par l'histoire quand le même Talon à qui il avait cherché noise, a fini par le succeder à la magistrature suprême. Le feu Nelson Mandela qui a été emprisonné injustement pendant 27 ans, n'avait- il pas fini sa vie au sommet de l'Etat? Jean Pierre Tchystère Tchycaya et Claude Ernest Ndalla qui ont été fermement condamnés dans des années 80, n'avaient -ils retrouvé leur liberté?

La condamnation du Général Jean Marie Michel Mokoko à 20 ans de prison ne peut être une joie ou une expression joviale de la  qualification du Congo Brazzaville à la finale de la coupe du monde. Ce qui est arrivée au Général Mokoko aujourd'hui peut aussi arriver à certains proches du pouvoir demain car en politique tout est possible.

Pendant la periode de la transition en 1991, Maurice Nguesso et Juste Lekoundzou n'étaient- ils mis aux arrêts? Modeste Boukadia qui a été condamné à plus de 20 ans de prison, n'était-il libéré en moins d'une année de l'exécution de sa peine? La française Ingrid Betencourt qui a été une des plus  célèbres otages au niveau mondial, n'a- t-elle était libéré en dépit du desespoir de sa famille ainsi que de celui de son cercle.

C'est l'expression suivante qui a le fin mot: C'est Dieu qui dispose de la vie des hommes et non des humains. Seule l'histoire qui est notre justicier sait réellement si ce procès s'est passé selon les règles de l'art.

Par Celmond KOUMBA.

Videos

Analyses et Opinions

Domingos Simões Pereira / DR

Entretien avec Domingos Simões Pereira : "le mécanisme international de sanctions contre tous ceux qui entravent la loi doit être appliqué"

C’est dans un grand hôtel parisien que le rendez-vous est fixé pour un entretien avec Domingos Simoes Pereira, candidat malheureux à la dernière élection présidentielle en Guinée-Bissau. En France pour une tournée politico-médiatique, celui qui aurait selon les résultats de la Commission électorale nationale recueilli 46% contre 54% pour Umaro Sissoco 
Azarias Ruberwa Manywa, ministre de la décentralisation en RDC et leader de la communauté Banyamulenge

RDC : Les « Banyamulenge ». Qui sont-ils réellement ?

La question des « Banyamulenge » a toujours suscité des débats passionnés en RDC. Il faut que les Congolais et la Communauté internationale comprennent une chose : ceux qu’on appelle « Banyamulenge » sont des Tutsis rwandais arrivés au Congo suite à la Révolution sociale hutue qui a conduit à la chute de la monarchie tutsie au Rwanda, en 1959.

IRAN vs États-Unis : la colère des Mollahs

Au lendemain de la riposte de Téhéran à l’assassinat du général Qassem Soleimani, Donald Trump a livré un discours dans lequel il a joué l’apaisement, se félicitant du fait que les 22 missiles iraniens tirés sur deux bases américaines en Irak n’avaient fait aucune victime. Pour la plupart des analystes occidentaux, l’Iran voulait tout simplement « bluffer ».
Les congolais refusent la balkanisation de leur pays.

Le projet de balkanisation de la RDC n'est pas une vue de l'esprit

Ces derniers temps, plusieurs personnalités congolaises sont montées au créneau pour attirer l’attention sur le risque de balkanisation de la RD Congo, relançant le débat sur cette thèse. Les Rwandais, par la voix du secrétaire d’État Olivier Nduhungirehe, parlent de « théorie du complot ». Mêmement du côté de CACH et de ses sympathisants devenus foncièrement allergiques à toute critique adressée à leur nouvel allié, Paul Kagame.
Des billets de 5.000, 2.000 et 500 francs CFA, en 2017. — Crédit ISSOUF SANOGO / AFP

F. CFA, ECO et présence française au Sahel: c'est aux Africains de prendre leurs responsabilités


Ce sont les chefs d'État africains qui ont décidé de passer du Franc CFA à l’Éco, mais c'est Emmanuel Macron que certains Africains accusent de tous les maux. Alors qu’il a été décidé que la France ne nommera plus aucun représentant au conseil d'administration et au comité de politique monétaire de la BCEAO, ni à la commission bancaire de l'UMOA, il y a toujours de l’agitation dans l’air.
Felix Tshisekedi face à la diaspora congolaise de France. 12/11/2019 à Paris

Félix Tshisekedi à Paris ou l’image d’un président qui refuse de devenir Président

En écoutant Félix Tshisekedi s’exprimer devant des membres de la diaspora congolaise de France réunis ce 11 novembre à l’hôtel pullman de Paris, on ne peut s’empêcher de se poser des questions sur les facultés intellectuelles et morales de celui qui préside par procuration à la destinée de la RD Congo. En l’écoutant, on a du mal à croire que ce monsieur est le président de tous les Congolais.
Louis Magloire Keumayou © Capture d'écran de France 24

Sommet Russie-Afrique:une rencontre «plus sécuritaire qu’économique» (analyste)

La ville russe de Sotchi va accueillir du 22 au 24 octobre prochain le tout premier sommet Russie-Afrique, une rencontre, certes placée sous le signe du renforcement des relations entre les deux entités, mais qui sera « plus sécuritaire qu’économique », a confié l’éditorialiste camerounais, Louis Magloire Keumayou.