Ce qu'Emmanuel Macron «révèle» aux Africains dans sa réponse au journaliste ivoirien

Emmanuel Macron, le 21 mai 2017, à Paris. AFP

Depuis avant-hier, ça brasse dans tous les sens. « Emmanuel Macron a insulté les Africains, comme l’a fait Sarkozy à Dakar» peut-on lire ci et là. Non, Emmanuel Macron n’a pas insulté les Africains. Il n’a fait que dire tout haut ce qu’un dirigeant occidental en général, et français en particulier, pense de l’Afrique et des Africains.

Pour moi, celui qui mérite critiques et baffes, ce n’est pas Macron, mais bien le journaliste ivoirien qui a posé une question idiote. Pourquoi les Européens, ou disons les Occidentaux, devraient contribuer au développement de l’Afrique? Est-ce dans leur intérêt? La réaction de la plupart de mes compatriotes africains m’a surpris. Cessons d’être constamment dans l’émotion. Que de vociférer et de passer le temps à polémiquer sur les propos de Macron, prenons le temps de les analyser et d’en tirer les leçons qui s’imposent.

Selon le locataire de l’Élysée, le défi auquel l’Afrique est confrontée est « civilisationnel », avec en tête des problématiques ce qu’il appelle « la transition démographique ». C’est ce dernier point qui a attiré mon attention. Pourquoi ? Simplement parce que la question de la démographie, bien que négligée sur le continent africain, a toujours été au cœur des enjeux géopolitiques, stratégiques, économiques, sociaux et culturels. Souvenons-nous de cette formule attribuée au leader palestinien Yasser Arafat: « Nous gagnerons grâce aux utérus de nos femmes »...

Des propos qui reflètent, à ne point douter, le poids de l’arme démographique dans le conflit qui oppose Palestiniens et Israéliens. Les Africains doivent comprendre le monde dans lequel ils évoluent; ils doivent comprendre que la démographie galopante de leur continent est perçue comme une menace dans certains pays occidentaux connaissant depuis quelques décennies maintenant un «hiver démographique» qui ne dit pas son nom. Que de s’attarder sur les propos condescendants de Macron, le fils de sa femme Brigitte, les Africains feraient mieux de prendre au sérieux la menace qui pèse sur les ventres et les utérus de leurs femmes. Faites attention aux vaccins et autres médicaments qu’on vous demande de prendre. Je ne veux alarmer personne, mais le monde est ce qu’il est. Il fut un temps au Canada, où l’on remettait aux premières nations (les Amérindiens) des couvertures empoisonnées, pour soi-disant les protéger du froid hivernal.

«Vous feriez bien d’essayer d’infecter les Indiens avec des couvertures, ou par toute autre méthode visant à exterminer cette race exécrable » suggéra Jeffery Amherst, officier britannique et administrateur colonial, à son subalterne, le colonel Henri Bouquet. C’est ainsi que des couvertures contaminées au virus de la variole furent distribuées à des populations indiennes, causant près de 200 mille morts. Pas besoin de vous dire qu’une rue de Montréal porte aujourd’hui le nom de l’infâme et «héroïque» officier britannique : la rue Amherst au centre-ville.

Bref, chers frères d’Afrique, faites attention à toutes ces politiques de planning familial qu’on vous présente, méfiez-vous de tous ces «gentils sorciers» qui vous proposent leurs médicaments et leurs vaccins pour votre soi disant bien-être et/ou celui de vos enfants; et par-dessus tout, continuez à peupler ce continent qui vous est cher... avec modération svp.

Patrick Mbeko

Videos

Analyses et Opinions

Domingos Simões Pereira / DR

Entretien avec Domingos Simões Pereira : "le mécanisme international de sanctions contre tous ceux qui entravent la loi doit être appliqué"

C’est dans un grand hôtel parisien que le rendez-vous est fixé pour un entretien avec Domingos Simoes Pereira, candidat malheureux à la dernière élection présidentielle en Guinée-Bissau. En France pour une tournée politico-médiatique, celui qui aurait selon les résultats de la Commission électorale nationale recueilli 46% contre 54% pour Umaro Sissoco 
Azarias Ruberwa Manywa, ministre de la décentralisation en RDC et leader de la communauté Banyamulenge

RDC : Les « Banyamulenge ». Qui sont-ils réellement ?

La question des « Banyamulenge » a toujours suscité des débats passionnés en RDC. Il faut que les Congolais et la Communauté internationale comprennent une chose : ceux qu’on appelle « Banyamulenge » sont des Tutsis rwandais arrivés au Congo suite à la Révolution sociale hutue qui a conduit à la chute de la monarchie tutsie au Rwanda, en 1959.

IRAN vs États-Unis : la colère des Mollahs

Au lendemain de la riposte de Téhéran à l’assassinat du général Qassem Soleimani, Donald Trump a livré un discours dans lequel il a joué l’apaisement, se félicitant du fait que les 22 missiles iraniens tirés sur deux bases américaines en Irak n’avaient fait aucune victime. Pour la plupart des analystes occidentaux, l’Iran voulait tout simplement « bluffer ».
Les congolais refusent la balkanisation de leur pays.

Le projet de balkanisation de la RDC n'est pas une vue de l'esprit

Ces derniers temps, plusieurs personnalités congolaises sont montées au créneau pour attirer l’attention sur le risque de balkanisation de la RD Congo, relançant le débat sur cette thèse. Les Rwandais, par la voix du secrétaire d’État Olivier Nduhungirehe, parlent de « théorie du complot ». Mêmement du côté de CACH et de ses sympathisants devenus foncièrement allergiques à toute critique adressée à leur nouvel allié, Paul Kagame.
Des billets de 5.000, 2.000 et 500 francs CFA, en 2017. — Crédit ISSOUF SANOGO / AFP

F. CFA, ECO et présence française au Sahel: c'est aux Africains de prendre leurs responsabilités


Ce sont les chefs d'État africains qui ont décidé de passer du Franc CFA à l’Éco, mais c'est Emmanuel Macron que certains Africains accusent de tous les maux. Alors qu’il a été décidé que la France ne nommera plus aucun représentant au conseil d'administration et au comité de politique monétaire de la BCEAO, ni à la commission bancaire de l'UMOA, il y a toujours de l’agitation dans l’air.
Felix Tshisekedi face à la diaspora congolaise de France. 12/11/2019 à Paris

Félix Tshisekedi à Paris ou l’image d’un président qui refuse de devenir Président

En écoutant Félix Tshisekedi s’exprimer devant des membres de la diaspora congolaise de France réunis ce 11 novembre à l’hôtel pullman de Paris, on ne peut s’empêcher de se poser des questions sur les facultés intellectuelles et morales de celui qui préside par procuration à la destinée de la RD Congo. En l’écoutant, on a du mal à croire que ce monsieur est le président de tous les Congolais.
Louis Magloire Keumayou © Capture d'écran de France 24

Sommet Russie-Afrique:une rencontre «plus sécuritaire qu’économique» (analyste)

La ville russe de Sotchi va accueillir du 22 au 24 octobre prochain le tout premier sommet Russie-Afrique, une rencontre, certes placée sous le signe du renforcement des relations entre les deux entités, mais qui sera « plus sécuritaire qu’économique », a confié l’éditorialiste camerounais, Louis Magloire Keumayou.