Ce qu'Emmanuel Macron «révèle» aux Africains dans sa réponse au journaliste ivoirien

Emmanuel Macron, le 21 mai 2017, à Paris. AFP

Depuis avant-hier, ça brasse dans tous les sens. « Emmanuel Macron a insulté les Africains, comme l’a fait Sarkozy à Dakar» peut-on lire ci et là. Non, Emmanuel Macron n’a pas insulté les Africains. Il n’a fait que dire tout haut ce qu’un dirigeant occidental en général, et français en particulier, pense de l’Afrique et des Africains.

Pour moi, celui qui mérite critiques et baffes, ce n’est pas Macron, mais bien le journaliste ivoirien qui a posé une question idiote. Pourquoi les Européens, ou disons les Occidentaux, devraient contribuer au développement de l’Afrique? Est-ce dans leur intérêt? La réaction de la plupart de mes compatriotes africains m’a surpris. Cessons d’être constamment dans l’émotion. Que de vociférer et de passer le temps à polémiquer sur les propos de Macron, prenons le temps de les analyser et d’en tirer les leçons qui s’imposent.

Selon le locataire de l’Élysée, le défi auquel l’Afrique est confrontée est « civilisationnel », avec en tête des problématiques ce qu’il appelle « la transition démographique ». C’est ce dernier point qui a attiré mon attention. Pourquoi ? Simplement parce que la question de la démographie, bien que négligée sur le continent africain, a toujours été au cœur des enjeux géopolitiques, stratégiques, économiques, sociaux et culturels. Souvenons-nous de cette formule attribuée au leader palestinien Yasser Arafat: « Nous gagnerons grâce aux utérus de nos femmes »...

Des propos qui reflètent, à ne point douter, le poids de l’arme démographique dans le conflit qui oppose Palestiniens et Israéliens. Les Africains doivent comprendre le monde dans lequel ils évoluent; ils doivent comprendre que la démographie galopante de leur continent est perçue comme une menace dans certains pays occidentaux connaissant depuis quelques décennies maintenant un «hiver démographique» qui ne dit pas son nom. Que de s’attarder sur les propos condescendants de Macron, le fils de sa femme Brigitte, les Africains feraient mieux de prendre au sérieux la menace qui pèse sur les ventres et les utérus de leurs femmes. Faites attention aux vaccins et autres médicaments qu’on vous demande de prendre. Je ne veux alarmer personne, mais le monde est ce qu’il est. Il fut un temps au Canada, où l’on remettait aux premières nations (les Amérindiens) des couvertures empoisonnées, pour soi-disant les protéger du froid hivernal.

«Vous feriez bien d’essayer d’infecter les Indiens avec des couvertures, ou par toute autre méthode visant à exterminer cette race exécrable » suggéra Jeffery Amherst, officier britannique et administrateur colonial, à son subalterne, le colonel Henri Bouquet. C’est ainsi que des couvertures contaminées au virus de la variole furent distribuées à des populations indiennes, causant près de 200 mille morts. Pas besoin de vous dire qu’une rue de Montréal porte aujourd’hui le nom de l’infâme et «héroïque» officier britannique : la rue Amherst au centre-ville.

Bref, chers frères d’Afrique, faites attention à toutes ces politiques de planning familial qu’on vous présente, méfiez-vous de tous ces «gentils sorciers» qui vous proposent leurs médicaments et leurs vaccins pour votre soi disant bien-être et/ou celui de vos enfants; et par-dessus tout, continuez à peupler ce continent qui vous est cher... avec modération svp.

Patrick Mbeko

Videos

Analyses et Opinions

Felix Tshisekedi face à la diaspora congolaise de France. 12/11/2019 à Paris

Félix Tshisekedi à Paris ou l’image d’un président qui refuse de devenir Président

En écoutant Félix Tshisekedi s’exprimer devant des membres de la diaspora congolaise de France réunis ce 11 novembre à l’hôtel pullman de Paris, on ne peut s’empêcher de se poser des questions sur les facultés intellectuelles et morales de celui qui préside par procuration à la destinée de la RD Congo. En l’écoutant, on a du mal à croire que ce monsieur est le président de tous les Congolais.
Louis Magloire Keumayou © Capture d'écran de France 24

Sommet Russie-Afrique:une rencontre «plus sécuritaire qu’économique» (analyste)

La ville russe de Sotchi va accueillir du 22 au 24 octobre prochain le tout premier sommet Russie-Afrique, une rencontre, certes placée sous le signe du renforcement des relations entre les deux entités, mais qui sera « plus sécuritaire qu’économique », a confié l’éditorialiste camerounais, Louis Magloire Keumayou.
Des manifestants brandissent des pancartes appelant à libérer Hajar Raissouni, journaliste marocaine condamnée à un an de prison pour "avortement illégal" et relations sexuelles hors mariage, à Rabat, le 2 octobre 2019. (STRINGER / AFP)

Maroc : le collectif des "Hors-la-loi" demande l'arrêt des poursuites liées aux mœurs

Un collectif auteur d'un manifeste "Hors-la-loi" signé par 10 000 personnes a demandé au parquet marocain de suspendre l'application de "lois liberticides" punissant de prison le sexe hors-mariage, l'adultère et l'avortement. Le manifeste des "Hors-la loi" a été publié le 23 septembre au moment du procès d'Hajar Raïssouni, une journaliste condamnée le 30 septembre à un an de prison ferme pour "avortement illégal" et "débauche" (sexe hors mariage) et dont les proches ont dit à l'AFP qu'elle ferait appel. 
Guillaume Soro

Côte d’Ivoire: Guillaume Soro candidat à la présidentielle de 2020

C’était un secret de polichinelle, c’est désormais public. Guillaume Soro est candidat à la présidentielle ivoirienne de 2020. L’ancien président de l’Assemblée nationale, devenu opposant au régime d’Alassane Ouattara, l’a annoncé lors d’une réunion avec des sympathisants de la diaspora à Valence en Espagne samedi.
Le président français Emmanuel Macron

Macron l’Africain : le soufflé est retombé.

Emmanuel Macron est probablement le président français dont l’élection a suscité un espoir général au sein des populations africaines, toutes générations confondues. Deux ans après, elles sont partagées entre désenchantement et interrogations.
Jérémy Lissouba, Clément Mouamba, et Christel Sassou Nguesso © Oeildafrique.com

Congo - Jérémy Lissouba : s’en prendre à Clément Mouamba, c’est bien ; à Christel Sassou-Nguesso, c’est mieux

Les réseaux sociaux l’encensent, le chérissent. De pestiféré, le député UPADS de Dolisie, Jérémy Lissouba, est devenu en un instant le chouchou des Congolais pour avoir bousculé le premier ministre Clément Mouamba. Décryptage.
Felix Tshisekedi sur France 24.

Interview exclusive de Felix Tshisekedi sur France 24 et RFI, la presse congolaise ne mérite pas ça.

Sept mois d'attente pour finalement aller chercher la parole présidentielle dans un média occidental et non national. Après tous ces mois de silence, le nouveau président congolais Felix Tshisekedi a surpris par son choix. Il a réservé sa première sortie médiatique à France 24 et à RFI. Et la presse nationale tant en ébullition depuis plusieurs années ? Elle devra attendre que France Média Monde ait vidée les questions d'actualité.