Cameroun : Une dictature sous cloche.

Le président Paul Buya

Ces dernières semaines, le monde entier a vu deux armées et deux populations civiles se débarrasser pacifiquement de dirigeants dont elles ne voulaient plus : Abdelaziz Bouteflika (Algérie) puis Omar al-Bashir (Soudan). Mieux que le prétendu Printemps arabe, qui avait commencé en Tunisie, avant d’atteindre l’Egypte et la Libye, il s’est agi cette fois-ci de soulèvements endogènes. Les populations ont exprimé leur ras-le-bol, et l’armée les a aidées à renverser des dirigeants qui avaient fini par croire qu’ils avaient fusionné avec leurs fauteuils présidentiels. Aucun des deux présidents déchus n’a pourtant battu le record de longévité de Paul Biya.

Devenu président de la République le 6 novembre 1982, suite à la démission de son prédécesseur, Ahmadou Ahidjo, le locataire du palais présidentiel d’Etoudi a trouvé la force et le courage, au bout de trente six ans de présidence, de solliciter la prolongation de son contrat de bail de sept années supplémentaires. La rigueur et la moralisation, dont l’ancien séminariste avait fait les piliers de sa politique, n’ont jamais été les valeurs les plus partagées par Paul Biya et les personnes avec lesquelles il a précipité le Cameroun dans un puits de déchéance sans fonds.

Dans certaines cultures africaines, le chef qui avait échoué à protéger son peuple de certains malheurs et dans la gestion du bien public se suicidait. Si le président de la République avait le courage et la lucidité de prendre sa part de responsabilité dans cette faillite retentissante, je pourrais, comme des millions de Camerounais.e.s, y voir des traces d’une sagesse et d’une dignité que son âge plus qu’avancé ne semblent pas lui inspirer. En lieu et place, il a choisi de se délester de personnes qui l’ont loyalement servi, plus qu’ils ne servaient les administré.e.s. Dans une telle verticalité du pouvoir, c’est le président Biya qui est condamné chaque fois que le Tribunal Criminel Spécial (TCS) rend un jugement concernant un.e ancien.ne ministre ou responsable de société (para-) publique.

Sans vouloir me réfugier dans le souvenir d’un passé que les moins de quarante ans n’ont pas connu et qui était forcément plus sucré que leur présent, je voudrais évoquer mon enfance au Cameroun. J’ai été élevé dans les quartiers populaires de Douala. Mes parents et notre voisinage n’étaient pas matériellement riches. Ma mère est une femme au foyer. Mon père était mécanicien automobile dans une entreprise qui a eu le monopole du marché du ciment au Cameroun pendant des décennies. Il a perdu sa vie dans une agression sauvage, alors qu’il se rendait à son travail. Notre famille n’a jamais été indemnisée par rapport à cet accident du travail. Mon grand-frère, ma petite-soeur et moi, avons grandi dans cet environnement. Sur la foi de cette expérience personnelle, je n’aurais aucune légitimité à prétendre que c’était mieux avant.

Pourtant, en comparaison avec le Cameroun d’aujourd’hui, je n’ai aucune hésitation à considérer que les valeurs dans lesquelles nous (ma génération et moi) avons baigné avant, nous ont préservés de certaines dérives qui s’y généralisent et deviennent presque des normes. A commencer par l’individualisme pathologique. Le fameux « fighting spirit », qui rendait irrésistibles les équipes camerounaises de football, a cédé la place à des logiques solitaires qui tirent collectivement les Camerounais.e.s vers le bas. Par ailleurs, mes compatriotes ne cherchent plus à réussir ensemble. L’échec des voisin.e.s qui semblaient réussir mieux qu’eux, leur suffit. Avec une telle mentalité, nous avons réussi à humilier toutes les personnes qui portaient un bout de la fierté camerounaise à l’étranger. De Lapiro de Mbanga à Samuel Eto’o Fils en passant par Longuè Longuè ou encore Prince Ndedi Eyango, tous y sont passés. Dans un pays où la rigueur et la moralisation sont la boussole du chef de l’Etat, cela n’aurait jamais dû se produire. De ce point de vue, le président Biya est une parenthèse dans l’histoire politique du Cameroun. Elle a été ouverte par Ahmadou Ahidjo.

Pour des raisons qui m’échappent, le peuple met trop de temps à la refermer. Ce qui m’inquiète encore plus, dans la situation actuelle du Cameroun, c’est que le peuple et l’armée semblent avoir placé le pouvoir du président Paul Biya sous cloche. Encore plus absurde : ce peuple et cette armée ont laissé un leader politique – Maurice Kamto – ses alliés et leurs militants (plus de 200 personnes), qui avaient organisé une manifestation politique pacifique, dûment déclarée auprès des autorités compétentes, être arrêtés et traduits devant un tribunal militaire. Dans aucun état de droit normal, une telle violation massive des droits n’aurait manqué de soulever un vent de protestation tout aussi massive. En Algérie et au Soudan, la population et l’armée n’ont pas chassé leurs dirigeants indésirables, parce qu’ils ne les aimaient plus. Ils l’ont fait pour des raisons politiques objectives. Ils ne méritaient plus leur confiance. Tant et si bien qu’ils les ont renversés en prenant le risque de ne pas leur trouver un.e remplaçant.e dans l’immédiat.

Au Cameroun, nous avons fait le choix de mettre un président, dont les échecs parlent plus fort que les réussites, sous cloche. Cette attitude ne grandit ni l’armée, ni le peuple camerounais. Et encore moins ses intellectuels. La saison de chasse des dirigeants obsolètes est ouverte partout, sauf au Cameroun. Décidément : le Cameroun, c’est le Cameroun.

Louis Magloire Keumayou

Videos

Analyses et Opinions

Domingos Simões Pereira / DR

Entretien avec Domingos Simões Pereira : "le mécanisme international de sanctions contre tous ceux qui entravent la loi doit être appliqué"

C’est dans un grand hôtel parisien que le rendez-vous est fixé pour un entretien avec Domingos Simoes Pereira, candidat malheureux à la dernière élection présidentielle en Guinée-Bissau. En France pour une tournée politico-médiatique, celui qui aurait selon les résultats de la Commission électorale nationale recueilli 46% contre 54% pour Umaro Sissoco 
Azarias Ruberwa Manywa, ministre de la décentralisation en RDC et leader de la communauté Banyamulenge

RDC : Les « Banyamulenge ». Qui sont-ils réellement ?

La question des « Banyamulenge » a toujours suscité des débats passionnés en RDC. Il faut que les Congolais et la Communauté internationale comprennent une chose : ceux qu’on appelle « Banyamulenge » sont des Tutsis rwandais arrivés au Congo suite à la Révolution sociale hutue qui a conduit à la chute de la monarchie tutsie au Rwanda, en 1959.

IRAN vs États-Unis : la colère des Mollahs

Au lendemain de la riposte de Téhéran à l’assassinat du général Qassem Soleimani, Donald Trump a livré un discours dans lequel il a joué l’apaisement, se félicitant du fait que les 22 missiles iraniens tirés sur deux bases américaines en Irak n’avaient fait aucune victime. Pour la plupart des analystes occidentaux, l’Iran voulait tout simplement « bluffer ».
Les congolais refusent la balkanisation de leur pays.

Le projet de balkanisation de la RDC n'est pas une vue de l'esprit

Ces derniers temps, plusieurs personnalités congolaises sont montées au créneau pour attirer l’attention sur le risque de balkanisation de la RD Congo, relançant le débat sur cette thèse. Les Rwandais, par la voix du secrétaire d’État Olivier Nduhungirehe, parlent de « théorie du complot ». Mêmement du côté de CACH et de ses sympathisants devenus foncièrement allergiques à toute critique adressée à leur nouvel allié, Paul Kagame.
Des billets de 5.000, 2.000 et 500 francs CFA, en 2017. — Crédit ISSOUF SANOGO / AFP

F. CFA, ECO et présence française au Sahel: c'est aux Africains de prendre leurs responsabilités


Ce sont les chefs d'État africains qui ont décidé de passer du Franc CFA à l’Éco, mais c'est Emmanuel Macron que certains Africains accusent de tous les maux. Alors qu’il a été décidé que la France ne nommera plus aucun représentant au conseil d'administration et au comité de politique monétaire de la BCEAO, ni à la commission bancaire de l'UMOA, il y a toujours de l’agitation dans l’air.
Felix Tshisekedi face à la diaspora congolaise de France. 12/11/2019 à Paris

Félix Tshisekedi à Paris ou l’image d’un président qui refuse de devenir Président

En écoutant Félix Tshisekedi s’exprimer devant des membres de la diaspora congolaise de France réunis ce 11 novembre à l’hôtel pullman de Paris, on ne peut s’empêcher de se poser des questions sur les facultés intellectuelles et morales de celui qui préside par procuration à la destinée de la RD Congo. En l’écoutant, on a du mal à croire que ce monsieur est le président de tous les Congolais.
Louis Magloire Keumayou © Capture d'écran de France 24

Sommet Russie-Afrique:une rencontre «plus sécuritaire qu’économique» (analyste)

La ville russe de Sotchi va accueillir du 22 au 24 octobre prochain le tout premier sommet Russie-Afrique, une rencontre, certes placée sous le signe du renforcement des relations entre les deux entités, mais qui sera « plus sécuritaire qu’économique », a confié l’éditorialiste camerounais, Louis Magloire Keumayou.