Côte d’Ivoire : Gilles Huberson place la coopération économique au cœur de son action diplomatique

L'Ambassadeur Gilles Huberson remet ses lettres de créance au Président ivoirien, Alassane Ouattara

Le nouvel ambassadeur de France en Côte d’Ivoire, présenté comme un expert dans les questions sécuritaires s’est entre autres attelé depuis sa prise de fonction il y a juste deux mois aux grandes questions économiques. En ligne de mire l’agriculture, et le contrat de déversement et de développement.Dans l’action de la coopération bilatérale que compte mener le nouvel ambassadeur en Côte d’Ivoire, outre les missions traditionnelles de la diplomatie, figure, le Contrat de désendettement et de développement qui est un mécanisme innovant de financement du développement. Ce dispositif unique permet à la France de rétrocéder les échéances de la dette ivoirienne versée, sous forme de subventions au service de projets de développement. Ces projets sont choisis d’un commun accord entre les parties françaises et ivoiriennes. L’objectif de ce mécanisme est de s’assurer que les marges financières dégagées par les annulations de dette sont fléchées vers les secteurs prioritaires de stratégie de lutte contre la pauvreté.Le C2D en Côte d’Ivoire est le plus important jamais mis en œuvre. Il représente quelque 2,9 M d’euros, soit 1 900 Md de francs CFA. Il accompagnera les projets de développement sur une quinzaine d’années. Le premier C2D s’étend sur une période de trois ans, et représente 630 Millions d’euros. Une fois les premiers projets mis en œuvre, d’autres contrats prendront le relais.Parmi les domaines choisis pour l’exercice figure entre autres l’agriculture. Car le potentiel agricole Ivoirien reste et demeure un des piliers de l'économie ivoirienne. La France, première puissance agricole en Europe compte contribuer au processus de l'agro-industrie et de l'agro-business. C'est dans la logique de lier l'utile à agréable que, le 21 novembre dernier, la France était à l’honneur au Salon de l’Agriculture et des Ressources animales (SARA). Le Pavillon France a eu le plaisir d’accueillir le ministre de l'Agriculture et du Développement rural Mamadou Sangafowa Coulibaly, l’Ambassadeur de France Gilles Huberson et le Vice-président de l’Adepta, Monsieur Stéphane Michel.

Ils y ont rencontré les exposants français des secteurs des grandes cultures, de l’irrigation, de l’emballage agroalimentaire et de l’élevage, les institutions françaises de coopération et de recherche (l’Agence française de développement et le Cirad), et les entreprises françaises présentes en Côte d’Ivoire dans les secteurs du chocolat, de la grand distribution, de la production et l’export de fruits tropicaux, des services aux agriculteurs via la téléphonie mobile. Ils ont par ailleurs eu l’occasion de déguster d’authentiques produits français - fromages, vins, confitures, etc. - dans le cadre de l’opération « France Bon Appétit », lancée à l’initiative du Ministère français de l’Agriculture et de l’Alimentation et réalisée par Sopexa, en partenariat exclusif avec Carrefour.Au cours de la conférence de presse qui a suivi la visite, le ministre de l'Agriculture et du Développement rural Mamadou Sangafowa Coulibaly a tenu à saluer la présence française et a signifié la reconnaissance de la Côte d’ivoire pour le soutien de la France dans le domaine agricole, notamment dans le cadre du programme national d’investissement agricole (PNIA).L’Ambassadeur de France Gilles Huberson a quant à lui rappelé la présence de 40 entreprises françaises sur le Pavillon France et près d’une vingtaine exposant directement avec leurs partenaires ivoiriens. Il a par ailleurs souligné le succès international du SARA.Le nouvel ambassadeur de France en Côte d'Ivoire qui à la mission de consolider les économiques qui lient la France à la Côte d’Ivoire compte consolider ses liens à travers une politique bilatérale du co-développement et de la coopération décentralisée.

Videos

Analyses et Opinions

Migrants montant dans un bateau. Image d'archives

[Tribune] Migrants, notre dernière chance de survie

Ce qu’on appelle « crise migratoire » est une expérience humaine. C’est un test d’humanité. C’est notre dernière chance de survie.
La ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, devenue secrétaire générale de l'OIF

Qui est Louise Mushikiwabo, la nouvelle secrétaire générale de l’OIF ?

La ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, a été désignée secrétaire générale de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), en dépit des critiques émanant d’organisations de défense des droits de l’Homme. Mais qui est cette femme à qui le Canada, la France et le Québec ont apporté leur soutien?
Thomas Sankara avec Blaise Compaoré

15 octobre 1987, Thomas Sankara aurait-il voulu quitter la scène en étant assassiné ?

Thomas Sankara est mort « assassiné » le 15 octobre 1987. Et c’est Blaise Compaoré qui a tué son ami, suivant le récit des deux Libériens, deux proches de Taylor, et qui dit Charles Taylor pense indubitablement à la CIA. Les deux Libériens ont été présents au moment de l’assassinat de Sankara, quand Compaoré vidait son arme sur son ami de plus de 30 ans. Sankara était pourtant armé ce jour-là, mais l’homme a toujours été armé, Il l’était aussi quand Blaise et le général Gilbert Diendéré ont fait leur irruption dans le bureau où il se trouvait.
Faustin-Archange Touadéra, Président de la Centrafrique

Sommet de la Francophonie : les dessous du mini sommet sur la RCA .

Se sentant démarquer par Moscou à Bangui, Paris essaie de rabattre ses cartes pour ne pas perdre totalement la place sur le terrain. L’enjeu est à la fois géopolitique et géostratégique et prend les allures d’une guerre Froide entre Moscou et Paris qui utilise ses anciens relais du pré-carré pour faire barrage à Moscou.
Candidats à l'élection présidentielle 2018 au Cameroun

Lettre de Charles ONANA aux dirigeants camerounais et aux responsables de l'opposition

Le Cameroun traverse actuellement une crise majeure qui peut conduire à l'embrasement du pays si elle n'est pas gérée avec toute l'intelligence nécessaire de la part du pouvoir et de l'opposition. C'est la première fois depuis l'accession à l'indépendance que la contestation du pouvoir en place risque d'entraîner le Cameroun, déjà en proie à l'insécurité, à la dérive. 
Image d'illustration

L’Art comme l’Afrique : Réponse à Jacque ATTALI

Je viens de lire le texte Jacques Attali intitulé « Et l’Afrique ? » dans lequel l’intellectuel français broge une image sur l’absence de l’art en Afrique subsaharienne. Sans remettre en cause les qualités intellectuelles de l’auteur qui sont indiscutables, le fil conducteur de son argumentation est principalement le manque de logique.
Eric Zemmour face à Hapsatou Sy - Capture d'écran C8

Les Français d’origine africaine versent dans la victimisation en lieu et place de s’organiser

Éric Zemmour peut tenir des propos désobligeants voire racistes à l’égard des Noirs et des Arabes français, il sera toujours invité dans les médias français, au nom de la liberté d’expression par les mêmes qui ont juré de ne plus jamais inviter l’humoriste Dieudonné parce qu’il aurait tenu des propos antisémites.