Côte d’Ivoire : Gilles Huberson place la coopération économique au cœur de son action diplomatique

L'Ambassadeur Gilles Huberson remet ses lettres de créance au Président ivoirien, Alassane Ouattara

Le nouvel ambassadeur de France en Côte d’Ivoire, présenté comme un expert dans les questions sécuritaires s’est entre autres attelé depuis sa prise de fonction il y a juste deux mois aux grandes questions économiques. En ligne de mire l’agriculture, et le contrat de déversement et de développement.Dans l’action de la coopération bilatérale que compte mener le nouvel ambassadeur en Côte d’Ivoire, outre les missions traditionnelles de la diplomatie, figure, le Contrat de désendettement et de développement qui est un mécanisme innovant de financement du développement. Ce dispositif unique permet à la France de rétrocéder les échéances de la dette ivoirienne versée, sous forme de subventions au service de projets de développement. Ces projets sont choisis d’un commun accord entre les parties françaises et ivoiriennes. L’objectif de ce mécanisme est de s’assurer que les marges financières dégagées par les annulations de dette sont fléchées vers les secteurs prioritaires de stratégie de lutte contre la pauvreté.Le C2D en Côte d’Ivoire est le plus important jamais mis en œuvre. Il représente quelque 2,9 M d’euros, soit 1 900 Md de francs CFA. Il accompagnera les projets de développement sur une quinzaine d’années. Le premier C2D s’étend sur une période de trois ans, et représente 630 Millions d’euros. Une fois les premiers projets mis en œuvre, d’autres contrats prendront le relais.Parmi les domaines choisis pour l’exercice figure entre autres l’agriculture. Car le potentiel agricole Ivoirien reste et demeure un des piliers de l'économie ivoirienne. La France, première puissance agricole en Europe compte contribuer au processus de l'agro-industrie et de l'agro-business. C'est dans la logique de lier l'utile à agréable que, le 21 novembre dernier, la France était à l’honneur au Salon de l’Agriculture et des Ressources animales (SARA). Le Pavillon France a eu le plaisir d’accueillir le ministre de l'Agriculture et du Développement rural Mamadou Sangafowa Coulibaly, l’Ambassadeur de France Gilles Huberson et le Vice-président de l’Adepta, Monsieur Stéphane Michel.

Ils y ont rencontré les exposants français des secteurs des grandes cultures, de l’irrigation, de l’emballage agroalimentaire et de l’élevage, les institutions françaises de coopération et de recherche (l’Agence française de développement et le Cirad), et les entreprises françaises présentes en Côte d’Ivoire dans les secteurs du chocolat, de la grand distribution, de la production et l’export de fruits tropicaux, des services aux agriculteurs via la téléphonie mobile. Ils ont par ailleurs eu l’occasion de déguster d’authentiques produits français - fromages, vins, confitures, etc. - dans le cadre de l’opération « France Bon Appétit », lancée à l’initiative du Ministère français de l’Agriculture et de l’Alimentation et réalisée par Sopexa, en partenariat exclusif avec Carrefour.Au cours de la conférence de presse qui a suivi la visite, le ministre de l'Agriculture et du Développement rural Mamadou Sangafowa Coulibaly a tenu à saluer la présence française et a signifié la reconnaissance de la Côte d’ivoire pour le soutien de la France dans le domaine agricole, notamment dans le cadre du programme national d’investissement agricole (PNIA).L’Ambassadeur de France Gilles Huberson a quant à lui rappelé la présence de 40 entreprises françaises sur le Pavillon France et près d’une vingtaine exposant directement avec leurs partenaires ivoiriens. Il a par ailleurs souligné le succès international du SARA.Le nouvel ambassadeur de France en Côte d'Ivoire qui à la mission de consolider les économiques qui lient la France à la Côte d’Ivoire compte consolider ses liens à travers une politique bilatérale du co-développement et de la coopération décentralisée.

Videos

Analyses et Opinions

Le président de la RDCongo, Joseph Kabila, à Kinshasa. 26 janvier 2018 | AFP | THOMAS NICOLON

Présidentielle en RDC: Kabila chef de file d'une coalition électorale

Le président congolais Joseph Kabila, que ses adversaires accusent de vouloir briguer un troisième mandat contre la Constitution, a été désigné "autorité morale" d'une plate-forme électorale présentée jeudi en conseil des ministres, selon un compte-rendu de l'exécutif diffusé vendredi.
Joseph Kabila et Emmerson Mnangagwa, le 27 février 2018 à Kinshasa. © DR / Présidence RDC

RDC : Est-ce à l’étranger que tout se jouera?

Partira ou ne partira pas? C’est la question que de nombreux Congolais et observateurs de la scène politique RDCienne se posent à propos de Joseph Kabila. Dans le camp du pouvoir, on jure par tous les dieux que le chef de l’État congolais va respecter la Constitution.
Ces dirigeants africains qui rêvent secrètement (ou pas) de rester au pouvoir

Troisième mandat présidentiel, nouveau jeu de certains Présidents Africains.

En accédant à la magistrature suprême, ils jurent tous fidélité aux textes qui leur ont permis d’être à la tête de leur nation. Pourtant, certains présidents africains semblent avoir découvert des nouveaux jeux leur permettant de continuer une partie qui se joue uniquement en deux manches. 
Mamoudou Gassama, sauveur enfant de 4 ans.

Humeur : Mamoudou Gassama, Africain et héroïque

Si nous n'avions pas été dans l'ère des réseaux sociaux, son exploit nous aurait été conté comme dans nos légendes africaines mettant en scène la bravoure de nos héros.Sauf que nous sommes en France. En 2018 et que chacun est équipé d'un smartphone. Un outil grâce ou a cause duquel plus rien ne sera jamais comme avant. Mamoudou Gassama en se réveillant ce matin du 27 mai 2018 était à mille lieux de s'imaginer en héros mondial a la tombée de la nuit. 
Le général Mokoko, ex-candidat à la présidentielle de 2016, à Brazzaville

Congo Brazza : Que peut- on retenir du procès du Général Jean Marie Michel Mokoko ?

Nous venons tous de suivre ce procès qui ne cesse de faire couler beaucoup d'encres tant au niveau national qu'international. La condamnation ne peut être une fatalité si l'on s'appuie sur l'histoire évenementielle de la politique africaine des années cinquante à ce jour.
L'ex-candidat à la présidentielle, le général Jean-Marie Michel Mokoko, à l’ouverture de son procès, le 7 mai 2018 / Florence Morice

Procès Mokoko : que veut Denis Sassou Nguesso ?

Les différends entre deux chevaliers se réglaient lors d’un face-à-face dont l’issue incertaine, avait l’avantage de déterminer sans équivoque le vainqueur. C’est en cette règle que le Général Jean-Marie Michel Mokoko a cru lorsqu’il s’était lancé dans la campagne présidentielle de 2016. Je te dois. Tu me dois.
Ali Bongo Ondimba, le président gabonais, en visite officielle au Burundi, passant les troupes en revue avec son homologue Christian Nkurunziza le 13 avril 2018 à Bujumbura. © DR – DCP Burundi

Ali Bongo intensifie son action diplomatique en Afrique Centrale

Ali Bongo Ondimba était en fin de semaine dernière en visite officielle au Burundi. Le chef de l’Etat gabonais, qui est également le président en exercice de la CEEAC, s’est montré ces derniers mois très actif sur le plan diplomatique, notamment en Afrique Centrale. Voici pourquoi.