Côte d’Ivoire: cacophonie au sein du RHDP au grand jour

Comme souvent les coalitions politiques en Afrique ont comme durée de vie le temps d'un mandat électif. En Côte d'Ivoire, l'alliance qui a gagné les dernières présidentielles s'appelle Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP). Un mariage à plusieurs dont les deux mouvements phare sont le PDCI de Henri Konan Bedié et le RDR d'Alassane Ouatarra. Mais les engagements d'un jour peuvent-ils encore avoir de la valeur à l'aube de la fin du deuxième mandat du Président Ouattara ? 

Alors que certains voudraient se référer aux termes de l'accord de 2005, d'autres présentent l'appel de Daoukro comme l'acte qui saurait départager les deux parties. A un peu moins de trois ans de la fin du mandat d'Alassane Ouattara, les appétits des uns et des autres provoquent une cacophonie au sein du RDHP. Difficile pour les ivoiriens de faire la différence entre les différentes parties. Qui dit vraie? Qui dit faux? 

Il y a eu la première mutinerie. Suivie d'une deuxième au mois de mai dernier. Puis, il y a eu la découverte d'une cache d'armes dans le domicile du chef du protocole du Président de l'assemblée Nationale Guillaume Soro. Ensuite vient l'interview du PAN ivoirien dans le magazine Jeune Afrique accompagnée d'un éditorial qui a ouvert la boîte de pandore contenant les multiples affaires judiciaire de monsieur Soro.  

Poids lourd. C'est au plus haut de la vague que l'ancien Président de la république Monsieur Henri Konan Bedié décide de remettre les choses en place. "Soro est mon protégé.", "Soro n'est pas intéresser par 2020. Il me l'a dit.", "le PDCI aura un candidat en 2020.", "l'accord de Daoukro est toujours d'actualité" explique HKB dans les colonnes de Jeune Afrique. Du pains bénis pour Guillaume Soro. Un soutien de poids qui va également permettre d'éloigner des adversaires qui ont fait de lui un homme à abattre avant 2020.  

De son côté le président Bedié reste confiant sur la suite des événements et rien ne saurait empêcher le choix du PDCI d'être le candidat unique du RHDP.  En 2020, « le PDCI aura un candidat. Ce sera le candidat unique du RHDP  L’alternance, c’est bien ce que dit l’appel de Daoukro », souligne Bedié. 

RDR aura son candidat. Le RHDP ne règle plus ses différents en interne. C'est désormais par média interposé que les échanges s'effectuent. C'est ainsi que le secrétaire général du RDRJoël N'Guessan a répondu à Henri Konan Bedié. 

"La déclaration d’Henri Konan Bédié concerne les militants du PDCI. Pour le RDR, seul notre congrès est habilité à décider de ce qu’il va se passer en 2020.  Si Monsieur Bédié a décidé d’avoir un candidat, et bien qu’il laisse la possibilité aux autres de faire de même. Mais il ne peut pas dire que le RDR va s’inféoder à une décision qu’il prend seul. Cela n’est pas possible." Affirme le SG du N'Guessan

Puis d'expliquer selon lui l'appel de Daoukro. "L’appel de Daoukro n’a pas dit que le président Bédié pourrait désigner un candidat du PDCI pour succéder à Ouattara. L’appel de Daoukro est diversement interprété mais Alassane Ouattara a dit que ce serait le meilleur des Ivoiriens au sein du RHDP qui serait notre candidat. Et cela, après la mise en place du parti unifié. Aujourd’hui, ce qui compte c’est le parti unifié. Ce n’est pas ce débat malsain sur l’alternance.

En attendant la réponse du PDCI à Joël N'Guessan, on peut aisément comprendre qu'il sera bien difficile à Alassane Ouattara et Henri Konan Bedié de calmer les appétits de leurs poulains désireux d'en découdre et de sortir d'un accord qui au final ne les concerne pas. 

Roger MusandjiOeil d'Afrique

Videos

Analyses et Opinions

Vital Kamerhe et Felix Tshisekedi

Présidentielle en RDC - Une signature est la preuve irrefutable d’un engagement

Question d’éducation de base à la maison : quand on donne sa parole, on s’y tient. Quand on signe un document, la signature n’est pas “rétirable” au gré des vagues, des humeurs ou des odeurs de quelques pneus brûlés par une dizaine d’inciviques. ”retirer sa signature” est un acte lâche, ignoble, immoral et malhonnête qui s’apparente à du parjure. C’est pour ça que les chinois ont inventé l’encre, pour que l’écrit traverse le temps et que l’avenir s’en souvienne, “verba volant, scripta manent”.
De gauche à droite, plusieurs leaders de l'opposition congolaise: Vital Kamerhe, Felix Tshisekedi, Adolphe Muzito, Moise Katumbi et Jean-Pierre Bemba, lors d'une réunion à Bruxelles le 4 septembre 2018. © © AFP/John Thys

Désignation du candidat commun de l'opposition : le «conciliabule» de la discorde

Qui de Vital Kamerhe, Martin Fayulu, Félix Tshisekedi, Freddy Matungulu sera le candidat commun de l’opposition ? La question est sur toutes les lèvres. Les oracles se perdent en conjecture, quand la boule de cristal du célèbre féticheur mort-mort refuse de s’allumer. Appelés en renfort, les marabouts du Bénin et de Côte d’Ivoire ont fini par jeter l’éponge. Même Yahvé aurait choisi, dit-on, de détourner le regard.
Emmanuel Ramazani Shadary, candidat à la présidentielle en RDC

RDC : Entrer dans l'histoire par le Haut

Tribune - Chaque pays, évidemment, regarde le Monde du haut de son clocher. Et le paysage de la République Démocratique du Congo, observé de ce point de vue, semble enthousiasmant avec la possibilité pour le peuple Congolais de se choisir ses dirigeants le 23 décembre 2018.
Manifestation à Yaoundé. / Image d'archives / Reuters

Les Camerounais sont-ils inaptes à s’occuper de leur pays ?

Depuis la proclamation des résultats de l’élection présidentielle du dimanche 7 octobre 2018, certaines voix moquent l’incapacité des Camerounais à chasser Paul Biya, leur vieux président âgé de 85 ans – dont 36 passés au Palais présidentiel d’Étoudi – du pouvoir. Une légende sans aucun fondement objectif.
De g. à dr. : les opposants congolais Vital Kamerhe, Félix Tshisekedi, Adolphe Muzito, Moïse Katumbi et Jean-Pierre Bemba, à Bruxelles, le 12 septembre 2018. CRÉDITS : JOHN THYS / AFP

Dossier Présidentielle en RDC : Comprendre le linge sale des opposants congolais

Par une présentation des differents acteurs de l'opposition politique en RD Congo, Patrick Mbeko explique les raisons des difficultés qu'ils rencontrent pour la designation d'un candidat unique devant faire face à Emmanuel Ramazani Shadari, dauphin désigné de Joseph Kabila.
Migrants montant dans un bateau. Image d'archives

[Tribune] Migrants, notre dernière chance de survie

Ce qu’on appelle « crise migratoire » est une expérience humaine. C’est un test d’humanité. C’est notre dernière chance de survie.
La ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, devenue secrétaire générale de l'OIF

Qui est Louise Mushikiwabo, la nouvelle secrétaire générale de l’OIF ?

La ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, a été désignée secrétaire générale de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), en dépit des critiques émanant d’organisations de défense des droits de l’Homme. Mais qui est cette femme à qui le Canada, la France et le Québec ont apporté leur soutien?