Côte d’Ivoire: cacophonie au sein du RHDP au grand jour

Comme souvent les coalitions politiques en Afrique ont comme durée de vie le temps d'un mandat électif. En Côte d'Ivoire, l'alliance qui a gagné les dernières présidentielles s'appelle Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP). Un mariage à plusieurs dont les deux mouvements phare sont le PDCI de Henri Konan Bedié et le RDR d'Alassane Ouatarra. Mais les engagements d'un jour peuvent-ils encore avoir de la valeur à l'aube de la fin du deuxième mandat du Président Ouattara ? 

Alors que certains voudraient se référer aux termes de l'accord de 2005, d'autres présentent l'appel de Daoukro comme l'acte qui saurait départager les deux parties. A un peu moins de trois ans de la fin du mandat d'Alassane Ouattara, les appétits des uns et des autres provoquent une cacophonie au sein du RDHP. Difficile pour les ivoiriens de faire la différence entre les différentes parties. Qui dit vraie? Qui dit faux? 

Il y a eu la première mutinerie. Suivie d'une deuxième au mois de mai dernier. Puis, il y a eu la découverte d'une cache d'armes dans le domicile du chef du protocole du Président de l'assemblée Nationale Guillaume Soro. Ensuite vient l'interview du PAN ivoirien dans le magazine Jeune Afrique accompagnée d'un éditorial qui a ouvert la boîte de pandore contenant les multiples affaires judiciaire de monsieur Soro.  

Poids lourd. C'est au plus haut de la vague que l'ancien Président de la république Monsieur Henri Konan Bedié décide de remettre les choses en place. "Soro est mon protégé.", "Soro n'est pas intéresser par 2020. Il me l'a dit.", "le PDCI aura un candidat en 2020.", "l'accord de Daoukro est toujours d'actualité" explique HKB dans les colonnes de Jeune Afrique. Du pains bénis pour Guillaume Soro. Un soutien de poids qui va également permettre d'éloigner des adversaires qui ont fait de lui un homme à abattre avant 2020.  

De son côté le président Bedié reste confiant sur la suite des événements et rien ne saurait empêcher le choix du PDCI d'être le candidat unique du RHDP.  En 2020, « le PDCI aura un candidat. Ce sera le candidat unique du RHDP  L’alternance, c’est bien ce que dit l’appel de Daoukro », souligne Bedié. 

RDR aura son candidat. Le RHDP ne règle plus ses différents en interne. C'est désormais par média interposé que les échanges s'effectuent. C'est ainsi que le secrétaire général du RDRJoël N'Guessan a répondu à Henri Konan Bedié. 

"La déclaration d’Henri Konan Bédié concerne les militants du PDCI. Pour le RDR, seul notre congrès est habilité à décider de ce qu’il va se passer en 2020.  Si Monsieur Bédié a décidé d’avoir un candidat, et bien qu’il laisse la possibilité aux autres de faire de même. Mais il ne peut pas dire que le RDR va s’inféoder à une décision qu’il prend seul. Cela n’est pas possible." Affirme le SG du N'Guessan

Puis d'expliquer selon lui l'appel de Daoukro. "L’appel de Daoukro n’a pas dit que le président Bédié pourrait désigner un candidat du PDCI pour succéder à Ouattara. L’appel de Daoukro est diversement interprété mais Alassane Ouattara a dit que ce serait le meilleur des Ivoiriens au sein du RHDP qui serait notre candidat. Et cela, après la mise en place du parti unifié. Aujourd’hui, ce qui compte c’est le parti unifié. Ce n’est pas ce débat malsain sur l’alternance.

En attendant la réponse du PDCI à Joël N'Guessan, on peut aisément comprendre qu'il sera bien difficile à Alassane Ouattara et Henri Konan Bedié de calmer les appétits de leurs poulains désireux d'en découdre et de sortir d'un accord qui au final ne les concerne pas. 

Roger MusandjiOeil d'Afrique

Videos

Analyses et Opinions

Kader Diarrassouba, Jeune ivoirien, exilé en France depuis 6 mois, membre Générations et Peuples Solidaires ( GPS )

Lettre ouverte à Monsieur Emmanuel Macron, Président de la République de France, par Kader Diarrassouba

Monsieur le Président, votre élection à la tête de la république française le 7 mai 2017 a sonné pour bien de jeunes africains comme un nouvel espoir, l’espoir qui diminue la peine de toutes les politiques antérieures de la Françafrique. Politique néo-coloniale décrite par François-Xavier Verschave comme « une nébuleuse d’acteurs économiques, politiques et militaires, en France et en Afrique, organisée en réseaux et lobbies, et polarisé sur l’accaparement de deux rentes : les matières premières et l’aide publique au développement.
Rex Kazadi, secrétaire général de Ba patriotes ya Kongo (BPK)

RDC: Rex Kazadi demande à la ville de Kinshasa de déboulonner le statue de Leopold II

Kinshasa, la capitale de la République démocratique du Congo, ancienne colonie Belge va-t-elle enboiter le pas d'Anvers et déboulonner la statue du roi Leopold II ? C'est en tout cas le souhaite de Rex Kazadi, secrétaire général de Ba patriotes ya Kongo (
Aimé Gata-Kambudi, Juriste spécialisé en Droit Public Approfondi

La gestion de la crise institutionnelle au Kongo central est-elle la preuve  d'un Etat de droit à géométrie variable ?

Une analyse chronologique et démonstrative de la crise qui tend à l’ingouvernabilité de la province, par Aimé Gata-Kambudi.
Royal Maroc

La Compagnie Royal Air Maroc va-t-elle prioriser le rapatriement des citoyens marocains & Africains ?

Sa Majesté le Roi du Maroc considère à juste titre que la vie des marocains a plus de valeur  que les intérêts économiques du pays, il conviendrait d’espérer que la compagnie nationale Royal Air Maroc en fasse de même quand les vols internationaux seront à nouveau ouverts à sa clientèle.
©J.M. Giordano / SOPA Imag/SIPA;

Le racisme : une plaie congénitale des USA

Toute société construite sur les fondements de l'exclusion d'une partie de la population est productrice de violence sous diverses formes, et son existence demeure gangrenée par des convulsions sociales permanentes.
Capture d'écran de la vidéo de l'arrestation qui a conduit au meurtre de George Floyd par un policier blanc de Minneapolis

Noirs tués par des policiers blancs aux États-Unis. Tout est avant tout question de rapport de force

Une autre vidéo d’un policier blanc américain tuant un Noir comme si de rien n’était. Une de plus diront certains. Eh oui une de plus ! Et comme d’habitude, ça va marcher, manifester et crier leur colère, sans plus. C’est à ce genre de spectacle que les Noirs américains nous ont habitués à chaque fois qu’un des leurs est tué par un policier blanc.
Gorille à dos argenté © Kiki Lawanda

Le Soft Power au Congo - Brazzaville : un levier de puissance et de développement

Une réflexion du Think Tank A.C.C. (Ateliers Citoyens du Congo)Le Soft Power est la puissance de séduction et de persuasion d’un Etat. L’attractivité de la culture, la force de la diplomatie publique, le rayonnement du modèle politico-économique et de ses valeurs propres sont vecteurs du soft power d'un pays.Le Congo, sans avoir mis en place une vraie stratégie pour se doter de ce pouvoir d’adhésion, a de nombreux atouts pour faire figure de leader du Soft Power en Afrique centrale.