Côte d’Ivoire: cacophonie au sein du RHDP au grand jour

Comme souvent les coalitions politiques en Afrique ont comme durée de vie le temps d'un mandat électif. En Côte d'Ivoire, l'alliance qui a gagné les dernières présidentielles s'appelle Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP). Un mariage à plusieurs dont les deux mouvements phare sont le PDCI de Henri Konan Bedié et le RDR d'Alassane Ouatarra. Mais les engagements d'un jour peuvent-ils encore avoir de la valeur à l'aube de la fin du deuxième mandat du Président Ouattara ? 

Alors que certains voudraient se référer aux termes de l'accord de 2005, d'autres présentent l'appel de Daoukro comme l'acte qui saurait départager les deux parties. A un peu moins de trois ans de la fin du mandat d'Alassane Ouattara, les appétits des uns et des autres provoquent une cacophonie au sein du RDHP. Difficile pour les ivoiriens de faire la différence entre les différentes parties. Qui dit vraie? Qui dit faux? 

Il y a eu la première mutinerie. Suivie d'une deuxième au mois de mai dernier. Puis, il y a eu la découverte d'une cache d'armes dans le domicile du chef du protocole du Président de l'assemblée Nationale Guillaume Soro. Ensuite vient l'interview du PAN ivoirien dans le magazine Jeune Afrique accompagnée d'un éditorial qui a ouvert la boîte de pandore contenant les multiples affaires judiciaire de monsieur Soro.  

Poids lourd. C'est au plus haut de la vague que l'ancien Président de la république Monsieur Henri Konan Bedié décide de remettre les choses en place. "Soro est mon protégé.", "Soro n'est pas intéresser par 2020. Il me l'a dit.", "le PDCI aura un candidat en 2020.", "l'accord de Daoukro est toujours d'actualité" explique HKB dans les colonnes de Jeune Afrique. Du pains bénis pour Guillaume Soro. Un soutien de poids qui va également permettre d'éloigner des adversaires qui ont fait de lui un homme à abattre avant 2020.  

De son côté le président Bedié reste confiant sur la suite des événements et rien ne saurait empêcher le choix du PDCI d'être le candidat unique du RHDP.  En 2020, « le PDCI aura un candidat. Ce sera le candidat unique du RHDP  L’alternance, c’est bien ce que dit l’appel de Daoukro », souligne Bedié. 

RDR aura son candidat. Le RHDP ne règle plus ses différents en interne. C'est désormais par média interposé que les échanges s'effectuent. C'est ainsi que le secrétaire général du RDRJoël N'Guessan a répondu à Henri Konan Bedié. 

"La déclaration d’Henri Konan Bédié concerne les militants du PDCI. Pour le RDR, seul notre congrès est habilité à décider de ce qu’il va se passer en 2020.  Si Monsieur Bédié a décidé d’avoir un candidat, et bien qu’il laisse la possibilité aux autres de faire de même. Mais il ne peut pas dire que le RDR va s’inféoder à une décision qu’il prend seul. Cela n’est pas possible." Affirme le SG du N'Guessan

Puis d'expliquer selon lui l'appel de Daoukro. "L’appel de Daoukro n’a pas dit que le président Bédié pourrait désigner un candidat du PDCI pour succéder à Ouattara. L’appel de Daoukro est diversement interprété mais Alassane Ouattara a dit que ce serait le meilleur des Ivoiriens au sein du RHDP qui serait notre candidat. Et cela, après la mise en place du parti unifié. Aujourd’hui, ce qui compte c’est le parti unifié. Ce n’est pas ce débat malsain sur l’alternance.

En attendant la réponse du PDCI à Joël N'Guessan, on peut aisément comprendre qu'il sera bien difficile à Alassane Ouattara et Henri Konan Bedié de calmer les appétits de leurs poulains désireux d'en découdre et de sortir d'un accord qui au final ne les concerne pas. 

Roger MusandjiOeil d'Afrique

Videos

Analyses et Opinions

Le président français Emmanuel Macron

Macron l’Africain : le soufflé est retombé.

Emmanuel Macron est probablement le président français dont l’élection a suscité un espoir général au sein des populations africaines, toutes générations confondues. Deux ans après, elles sont partagées entre désenchantement et interrogations.
Jérémy Lissouba, Clément Mouamba, et Christel Sassou Nguesso © Oeildafrique.com

Congo - Jérémy Lissouba : s’en prendre à Clément Mouamba, c’est bien ; à Christel Sassou-Nguesso, c’est mieux

Les réseaux sociaux l’encensent, le chérissent. De pestiféré, le député UPADS de Dolisie, Jérémy Lissouba, est devenu en un instant le chouchou des Congolais pour avoir bousculé le premier ministre Clément Mouamba. Décryptage.
Felix Tshisekedi sur France 24.

Interview exclusive de Felix Tshisekedi sur France 24 et RFI, la presse congolaise ne mérite pas ça.

Sept mois d'attente pour finalement aller chercher la parole présidentielle dans un média occidental et non national. Après tous ces mois de silence, le nouveau président congolais Felix Tshisekedi a surpris par son choix. Il a réservé sa première sortie médiatique à France 24 et à RFI. Et la presse nationale tant en ébullition depuis plusieurs années ? Elle devra attendre que France Média Monde ait vidée les questions d'actualité.
Photo : @Presidence_RDC/Twitter

Pourquoi Sylvertre Ilunga Ilunkamba a été désigné Premier Ministre en RDC ?

LA RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO A ENFIN UN NOUVEAU PREMIER MINISTRE DEPUIS LE 20 MAI. SON NOM : SYLVESTRE ILUNGA ILUNKAMBA. MAIS POURQUOI LUI ET POUR QUOI FAIRE ? TENTATIVES DE RÉPONSE.
Photo d'un quartier de Malabo, le 16 mai 2019 | AFP | Samuel Obiang

En Guinée équatoriale, les plus pauvres attendent toujours leurs logements sociaux

Beaucoup de gens qui vivaient autrefois dans des taudis habitent aujourd'hui un logement digne, comme ici", s'enthousiasme un sénateur de Guinée équatoriale, qui habite un logement social à Buena Esperanza, un quartier de Malabo.Murs en crépi blanc et toits en tôle rouge ou bleue, dans ce quartier de la capitale, des centaines de petites maisons identiques se succèdent à perte de vue.
Carte des otages dans le Sahel

Otages français au Burkina Faso : Interdit d’interdire le tourisme dans le Sahel.

Depuis le retour des touristes français qui avaient été pris en otage dans le Parc béninois de la Pendjari, avant d’être ensuite libérés au Burkina Faso, une polémique est née autour de l’idée que les voyageurs français ne respectent pas scrupuleusement les consignes du Quai d’Orsay, qui leur indique les endroits dans le monde où il est parfois dangereux de se rendre.
Le président Paul Buya

Cameroun : Une dictature sous cloche.

Ces dernières semaines, le monde entier a vu deux armées et deux populations civiles se débarrasser pacifiquement de dirigeants dont elles ne voulaient plus : Abdelaziz Bouteflika (Algérie) puis Omar al-Bashir (Soudan). Mieux que le prétendu Printemps arabe, qui avait commencé en Tunisie, avant d’atteindre l’Egypte et la Libye, il s’est agi cette fois-ci de soulèvements endogènes. Les populations ont exprimé leur ras-le-bol, et l’armée les a aidées à renverser des dirigeants qui avaient fini par croire qu’ils avaient fusionné avec leurs fauteuils présidentiels.