Bienvenue en République médiocratique du Congo

Gouvernement Tshibala - RD Congo

Depuis la dernière sortie médiatique du cardinal Laurent Mosengwo ─ « Il est temps que les médiocres dégagent et que règnent la paix et la justice en RDC» a-t-il martelé ─, un mot revient sur toutes les lèvres et les statuts Facebook : médiocre.

En lisant et en écoutant certains compatriotes, on dirait que les médiocres ne se trouvent que dans le camp du pouvoir. Ce qui n’est pourtant pas le cas. En effet, dans notre République à démocratiser du Congo, les médiocres sont partout. L’histoire de ce pays et de « ses » médiocres ressemble à celle d’un corps humain avec ses millions de cellules. Les médiocres en République médiocratique du Congo poussent comme des champignons. Ils sont omniprésents : aussi bien à Kingakati qu’au Parlement et au Sénat, en passant par l’opposition. Ils ont envahi notre art, nos médias, nos écoles et universités, etc.

Ils sont là, mais certains ne les voient pas. Les médiocres, ce sont ces politicards qui misent non pas sur le peuple, mais sur la mal nommée communauté internationale. Les médiocres, ce sont ces opposants qui complotent avec le pouvoir à Ibiza, Venise et Monaco. Les médiocres, ce sont ces politiciens qui ont permis à Joseph Kabila de glisser.

Les médiocres, ce sont ces artistes musiciens qui véhiculent et glorifient les antivaleurs dans leurs œuvres. Les médiocres, c’est la clique des « chroniqueurs » sans formation qui s’improvisent «journalistes» en imbécillités; les médiocres, ce sont les gens qui se délectent devant le spectacle nauséabond que nous livrent ces étranges énergumènes; les médiocres, ce sont ces journalistes qui font les djalelo pour le compte des politiciens véreux; les médiocres, ce sont ces pasteurs truands qui exploitent le peuple de Dieu; les médiocres, ce sont ces gens qui se complaisent dans la bêtise pendant que leur pays (le Congo) brûle; les médiocres, ce sont ces gens sans éducation qui ont fait des réseaux sociaux des exutoires d’injures et de calomnies; les médiocres, ce sont ces gens qui préfèrent les singeries aux débats d’idées; les médiocres, ce sont les fanatiques (j’insiste « fanatiques » et non sympathisants) des partis politiques, notamment ceux de l’UDPS; les médiocres, ce sont ces gens qui préfèrent la médiocrité à la rigueur, qu’ils assimilent parfois à de l’arrogance ; les médiocres, ce sont ces malades mentaux qui pensent que porter des vêtements de marque fait d’eux des citoyens respectables; les médiocres, ce sont ces gens qui créent des sites internet dont le contenu ne sert qu'à renforcer l’abrutissent de leurs compatriotes; les médiocres, c’est aussi et surtout cette concentration de «cerveaux malades» qui composent une bonne partie de la diaspora congolaise.

« La seule qualité des médiocres, c’est la quantité » dixit Georges Brassens.

Bref, les médiocres ne sont pas que dans un camp, en l’occurrence celui de Joseph Kabila. Comme dans la série culte «Les Envahisseurs», ils sont parmi nous. C'est à cause de tous ces médiocres que le pays de Lumumba va très mal. Il est temps qu’ils dégagent tous; le Congo n’en a pas besoin.

Videos

Analyses et Opinions

Le président français Emmanuel Macron

Macron l’Africain : le soufflé est retombé.

Emmanuel Macron est probablement le président français dont l’élection a suscité un espoir général au sein des populations africaines, toutes générations confondues. Deux ans après, elles sont partagées entre désenchantement et interrogations.
Jérémy Lissouba, Clément Mouamba, et Christel Sassou Nguesso © Oeildafrique.com

Congo - Jérémy Lissouba : s’en prendre à Clément Mouamba, c’est bien ; à Christel Sassou-Nguesso, c’est mieux

Les réseaux sociaux l’encensent, le chérissent. De pestiféré, le député UPADS de Dolisie, Jérémy Lissouba, est devenu en un instant le chouchou des Congolais pour avoir bousculé le premier ministre Clément Mouamba. Décryptage.
Felix Tshisekedi sur France 24.

Interview exclusive de Felix Tshisekedi sur France 24 et RFI, la presse congolaise ne mérite pas ça.

Sept mois d'attente pour finalement aller chercher la parole présidentielle dans un média occidental et non national. Après tous ces mois de silence, le nouveau président congolais Felix Tshisekedi a surpris par son choix. Il a réservé sa première sortie médiatique à France 24 et à RFI. Et la presse nationale tant en ébullition depuis plusieurs années ? Elle devra attendre que France Média Monde ait vidée les questions d'actualité.
Photo : @Presidence_RDC/Twitter

Pourquoi Sylvertre Ilunga Ilunkamba a été désigné Premier Ministre en RDC ?

LA RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO A ENFIN UN NOUVEAU PREMIER MINISTRE DEPUIS LE 20 MAI. SON NOM : SYLVESTRE ILUNGA ILUNKAMBA. MAIS POURQUOI LUI ET POUR QUOI FAIRE ? TENTATIVES DE RÉPONSE.
Photo d'un quartier de Malabo, le 16 mai 2019 | AFP | Samuel Obiang

En Guinée équatoriale, les plus pauvres attendent toujours leurs logements sociaux

Beaucoup de gens qui vivaient autrefois dans des taudis habitent aujourd'hui un logement digne, comme ici", s'enthousiasme un sénateur de Guinée équatoriale, qui habite un logement social à Buena Esperanza, un quartier de Malabo.Murs en crépi blanc et toits en tôle rouge ou bleue, dans ce quartier de la capitale, des centaines de petites maisons identiques se succèdent à perte de vue.
Carte des otages dans le Sahel

Otages français au Burkina Faso : Interdit d’interdire le tourisme dans le Sahel.

Depuis le retour des touristes français qui avaient été pris en otage dans le Parc béninois de la Pendjari, avant d’être ensuite libérés au Burkina Faso, une polémique est née autour de l’idée que les voyageurs français ne respectent pas scrupuleusement les consignes du Quai d’Orsay, qui leur indique les endroits dans le monde où il est parfois dangereux de se rendre.
Le président Paul Buya

Cameroun : Une dictature sous cloche.

Ces dernières semaines, le monde entier a vu deux armées et deux populations civiles se débarrasser pacifiquement de dirigeants dont elles ne voulaient plus : Abdelaziz Bouteflika (Algérie) puis Omar al-Bashir (Soudan). Mieux que le prétendu Printemps arabe, qui avait commencé en Tunisie, avant d’atteindre l’Egypte et la Libye, il s’est agi cette fois-ci de soulèvements endogènes. Les populations ont exprimé leur ras-le-bol, et l’armée les a aidées à renverser des dirigeants qui avaient fini par croire qu’ils avaient fusionné avec leurs fauteuils présidentiels.