Bienvenue en République médiocratique du Congo

Gouvernement Tshibala - RD Congo

Depuis la dernière sortie médiatique du cardinal Laurent Mosengwo ─ « Il est temps que les médiocres dégagent et que règnent la paix et la justice en RDC» a-t-il martelé ─, un mot revient sur toutes les lèvres et les statuts Facebook : médiocre.

En lisant et en écoutant certains compatriotes, on dirait que les médiocres ne se trouvent que dans le camp du pouvoir. Ce qui n’est pourtant pas le cas. En effet, dans notre République à démocratiser du Congo, les médiocres sont partout. L’histoire de ce pays et de « ses » médiocres ressemble à celle d’un corps humain avec ses millions de cellules. Les médiocres en République médiocratique du Congo poussent comme des champignons. Ils sont omniprésents : aussi bien à Kingakati qu’au Parlement et au Sénat, en passant par l’opposition. Ils ont envahi notre art, nos médias, nos écoles et universités, etc.

Ils sont là, mais certains ne les voient pas. Les médiocres, ce sont ces politicards qui misent non pas sur le peuple, mais sur la mal nommée communauté internationale. Les médiocres, ce sont ces opposants qui complotent avec le pouvoir à Ibiza, Venise et Monaco. Les médiocres, ce sont ces politiciens qui ont permis à Joseph Kabila de glisser.

Les médiocres, ce sont ces artistes musiciens qui véhiculent et glorifient les antivaleurs dans leurs œuvres. Les médiocres, c’est la clique des « chroniqueurs » sans formation qui s’improvisent «journalistes» en imbécillités; les médiocres, ce sont les gens qui se délectent devant le spectacle nauséabond que nous livrent ces étranges énergumènes; les médiocres, ce sont ces journalistes qui font les djalelo pour le compte des politiciens véreux; les médiocres, ce sont ces pasteurs truands qui exploitent le peuple de Dieu; les médiocres, ce sont ces gens qui se complaisent dans la bêtise pendant que leur pays (le Congo) brûle; les médiocres, ce sont ces gens sans éducation qui ont fait des réseaux sociaux des exutoires d’injures et de calomnies; les médiocres, ce sont ces gens qui préfèrent les singeries aux débats d’idées; les médiocres, ce sont les fanatiques (j’insiste « fanatiques » et non sympathisants) des partis politiques, notamment ceux de l’UDPS; les médiocres, ce sont ces gens qui préfèrent la médiocrité à la rigueur, qu’ils assimilent parfois à de l’arrogance ; les médiocres, ce sont ces malades mentaux qui pensent que porter des vêtements de marque fait d’eux des citoyens respectables; les médiocres, ce sont ces gens qui créent des sites internet dont le contenu ne sert qu'à renforcer l’abrutissent de leurs compatriotes; les médiocres, c’est aussi et surtout cette concentration de «cerveaux malades» qui composent une bonne partie de la diaspora congolaise.

« La seule qualité des médiocres, c’est la quantité » dixit Georges Brassens.

Bref, les médiocres ne sont pas que dans un camp, en l’occurrence celui de Joseph Kabila. Comme dans la série culte «Les Envahisseurs», ils sont parmi nous. C'est à cause de tous ces médiocres que le pays de Lumumba va très mal. Il est temps qu’ils dégagent tous; le Congo n’en a pas besoin.

Videos

Analyses et Opinions

Gouvernement Tshibala - RD Congo

Bienvenue en République médiocratique du Congo

Depuis la dernière sortie médiatique du cardinal Laurent Mosengwo ─ « Il est temps que les médiocres dégagent et que règnent la paix et la justice en RDC» a-t-il martelé ─, un mot revient sur toutes les lèvres et les statuts Facebook : médiocre.
De droit à gauche : Jean-Jacques Bouya, Gilbert Ondongo, Claude Alphonse Nsiou

Congo Brazza: Jean-Jacques Bouya, Gilbert Ondongo, Claude Alphonse Nsilou dans le collimateur de l’audit présidentiel

C’est l’histoire d’un pays qui n’a jamais pris le temps de s’auto-examiner. Un pays qui a depuis plusieurs années profité de la richesse de son sous-sol et de son pétrole pour nourrir à coup de milliards de CFA, Président, famille présidentielle, ministres et dirigeants de sociétés d’Etat. Mais, cette histoire a fini par jouer un mauvais tour à ces enfants gâtés de la république. 
Vue de l'avenue des Champs Elysée, Paris | France

Réponse à ceux qui n’aiment pas la France

Devais-je en 2015, manifester place de la Republique et être « Charlie » pour être reconnu comme un « vrai » français? Aurais-je dû battre le pavé sur les Champs Elysée, ce 9 décembre, pour dire au revoir à Johnny Hallyday, l’idole des jeunes, devenus depuis des cinquantenaires, afin de prouver mon attachement à la France?
Paul Kagame et Benjamin Netanyahu

Paul Kagame, les migrants subsahariens de Libye et l’Afrique

Les images de migrants subsahariens vendus comme esclaves en Libye ont suscité l’indignation sur le continent africain. Quelques jours après la diffusion de ces images d'horreur, le Rwanda a annoncé vouloir accueillir près de 30 000 migrants sur son territoire. Si certains observateurs ont salué l’initiative, d’autres se sont montrés plus prudents et se sont interrogés sur le sens de cette annonce.
L'ex-ministre Alain Akouala Atipault

Franc CFA, politique africaine, émergence économique : grand entretien avec le ministre congolais Alain Akouala

Entrepreneur spécialisé dans le textile, Alain Akouala Atipault a été ministre au gouvernement de la République du Congo pendant quinze ans avant de revenir à la vie civile. Il a occupé les portefeuilles de ministre de la Communication, chargé des relations avec le Parlement et porte-parole du gouvernement, puis ministre des Zones Economiques Spéciales.
L’ancien Président du Zimbabwe, Robert Mugabe.

Opinion : Pourquoi à mes yeux Mubage reste un héros

Il faut se féliciter d'avoir vu ces hommes agir. Il faut que l'humanité garde en mémoire le combat de cette génération qui a combattu la colonisation, un crime contre l'humanité. Après plus de 90 ans de barbaries perpétrées par l'empire Britannique, ces jeunes (Mugabe et les siens) ont réussi à mettre fin à l'ignominie des envahisseurs. 
L'Ambassadeur Gilles Huberson remet ses lettres de créance au Président ivoirien, Alassane Ouattara

Côte d’Ivoire : Gilles Huberson place la coopération économique au cœur de son action diplomatique

Le nouvel ambassadeur de France en Côte d’Ivoire, présenté comme un expert dans les questions sécuritaires s’est entre autres attelé depuis sa prise de fonction il y a juste deux mois aux grandes questions économiques. En ligne de mire l’agriculture, et le contrat de déversement et de développement.Dans l’action de la coopération bilatérale que compte mener le nouvel ambassadeur en Côte d’Ivoire, outre les missions traditionnelles de la diplomatie, figure, le Contrat de désendettement et de développement