Bienvenue en République médiocratique du Congo

Gouvernement Tshibala - RD Congo

Depuis la dernière sortie médiatique du cardinal Laurent Mosengwo ─ « Il est temps que les médiocres dégagent et que règnent la paix et la justice en RDC» a-t-il martelé ─, un mot revient sur toutes les lèvres et les statuts Facebook : médiocre.

En lisant et en écoutant certains compatriotes, on dirait que les médiocres ne se trouvent que dans le camp du pouvoir. Ce qui n’est pourtant pas le cas. En effet, dans notre République à démocratiser du Congo, les médiocres sont partout. L’histoire de ce pays et de « ses » médiocres ressemble à celle d’un corps humain avec ses millions de cellules. Les médiocres en République médiocratique du Congo poussent comme des champignons. Ils sont omniprésents : aussi bien à Kingakati qu’au Parlement et au Sénat, en passant par l’opposition. Ils ont envahi notre art, nos médias, nos écoles et universités, etc.

Ils sont là, mais certains ne les voient pas. Les médiocres, ce sont ces politicards qui misent non pas sur le peuple, mais sur la mal nommée communauté internationale. Les médiocres, ce sont ces opposants qui complotent avec le pouvoir à Ibiza, Venise et Monaco. Les médiocres, ce sont ces politiciens qui ont permis à Joseph Kabila de glisser.

Les médiocres, ce sont ces artistes musiciens qui véhiculent et glorifient les antivaleurs dans leurs œuvres. Les médiocres, c’est la clique des « chroniqueurs » sans formation qui s’improvisent «journalistes» en imbécillités; les médiocres, ce sont les gens qui se délectent devant le spectacle nauséabond que nous livrent ces étranges énergumènes; les médiocres, ce sont ces journalistes qui font les djalelo pour le compte des politiciens véreux; les médiocres, ce sont ces pasteurs truands qui exploitent le peuple de Dieu; les médiocres, ce sont ces gens qui se complaisent dans la bêtise pendant que leur pays (le Congo) brûle; les médiocres, ce sont ces gens sans éducation qui ont fait des réseaux sociaux des exutoires d’injures et de calomnies; les médiocres, ce sont ces gens qui préfèrent les singeries aux débats d’idées; les médiocres, ce sont les fanatiques (j’insiste « fanatiques » et non sympathisants) des partis politiques, notamment ceux de l’UDPS; les médiocres, ce sont ces gens qui préfèrent la médiocrité à la rigueur, qu’ils assimilent parfois à de l’arrogance ; les médiocres, ce sont ces malades mentaux qui pensent que porter des vêtements de marque fait d’eux des citoyens respectables; les médiocres, ce sont ces gens qui créent des sites internet dont le contenu ne sert qu'à renforcer l’abrutissent de leurs compatriotes; les médiocres, c’est aussi et surtout cette concentration de «cerveaux malades» qui composent une bonne partie de la diaspora congolaise.

« La seule qualité des médiocres, c’est la quantité » dixit Georges Brassens.

Bref, les médiocres ne sont pas que dans un camp, en l’occurrence celui de Joseph Kabila. Comme dans la série culte «Les Envahisseurs», ils sont parmi nous. C'est à cause de tous ces médiocres que le pays de Lumumba va très mal. Il est temps qu’ils dégagent tous; le Congo n’en a pas besoin.

Videos

Analyses et Opinions

Le président de la RDCongo, Joseph Kabila, à Kinshasa. 26 janvier 2018 | AFP | THOMAS NICOLON

Présidentielle en RDC: Kabila chef de file d'une coalition électorale

Le président congolais Joseph Kabila, que ses adversaires accusent de vouloir briguer un troisième mandat contre la Constitution, a été désigné "autorité morale" d'une plate-forme électorale présentée jeudi en conseil des ministres, selon un compte-rendu de l'exécutif diffusé vendredi.
Joseph Kabila et Emmerson Mnangagwa, le 27 février 2018 à Kinshasa. © DR / Présidence RDC

RDC : Est-ce à l’étranger que tout se jouera?

Partira ou ne partira pas? C’est la question que de nombreux Congolais et observateurs de la scène politique RDCienne se posent à propos de Joseph Kabila. Dans le camp du pouvoir, on jure par tous les dieux que le chef de l’État congolais va respecter la Constitution.
Ces dirigeants africains qui rêvent secrètement (ou pas) de rester au pouvoir

Troisième mandat présidentiel, nouveau jeu de certains Présidents Africains.

En accédant à la magistrature suprême, ils jurent tous fidélité aux textes qui leur ont permis d’être à la tête de leur nation. Pourtant, certains présidents africains semblent avoir découvert des nouveaux jeux leur permettant de continuer une partie qui se joue uniquement en deux manches. 
Mamoudou Gassama, sauveur enfant de 4 ans.

Humeur : Mamoudou Gassama, Africain et héroïque

Si nous n'avions pas été dans l'ère des réseaux sociaux, son exploit nous aurait été conté comme dans nos légendes africaines mettant en scène la bravoure de nos héros.Sauf que nous sommes en France. En 2018 et que chacun est équipé d'un smartphone. Un outil grâce ou a cause duquel plus rien ne sera jamais comme avant. Mamoudou Gassama en se réveillant ce matin du 27 mai 2018 était à mille lieux de s'imaginer en héros mondial a la tombée de la nuit. 
Le général Mokoko, ex-candidat à la présidentielle de 2016, à Brazzaville

Congo Brazza : Que peut- on retenir du procès du Général Jean Marie Michel Mokoko ?

Nous venons tous de suivre ce procès qui ne cesse de faire couler beaucoup d'encres tant au niveau national qu'international. La condamnation ne peut être une fatalité si l'on s'appuie sur l'histoire évenementielle de la politique africaine des années cinquante à ce jour.
L'ex-candidat à la présidentielle, le général Jean-Marie Michel Mokoko, à l’ouverture de son procès, le 7 mai 2018 / Florence Morice

Procès Mokoko : que veut Denis Sassou Nguesso ?

Les différends entre deux chevaliers se réglaient lors d’un face-à-face dont l’issue incertaine, avait l’avantage de déterminer sans équivoque le vainqueur. C’est en cette règle que le Général Jean-Marie Michel Mokoko a cru lorsqu’il s’était lancé dans la campagne présidentielle de 2016. Je te dois. Tu me dois.
Ali Bongo Ondimba, le président gabonais, en visite officielle au Burundi, passant les troupes en revue avec son homologue Christian Nkurunziza le 13 avril 2018 à Bujumbura. © DR – DCP Burundi

Ali Bongo intensifie son action diplomatique en Afrique Centrale

Ali Bongo Ondimba était en fin de semaine dernière en visite officielle au Burundi. Le chef de l’Etat gabonais, qui est également le président en exercice de la CEEAC, s’est montré ces derniers mois très actif sur le plan diplomatique, notamment en Afrique Centrale. Voici pourquoi.