Bienvenue en République médiocratique du Congo

Gouvernement Tshibala - RD Congo

Depuis la dernière sortie médiatique du cardinal Laurent Mosengwo ─ « Il est temps que les médiocres dégagent et que règnent la paix et la justice en RDC» a-t-il martelé ─, un mot revient sur toutes les lèvres et les statuts Facebook : médiocre.

En lisant et en écoutant certains compatriotes, on dirait que les médiocres ne se trouvent que dans le camp du pouvoir. Ce qui n’est pourtant pas le cas. En effet, dans notre République à démocratiser du Congo, les médiocres sont partout. L’histoire de ce pays et de « ses » médiocres ressemble à celle d’un corps humain avec ses millions de cellules. Les médiocres en République médiocratique du Congo poussent comme des champignons. Ils sont omniprésents : aussi bien à Kingakati qu’au Parlement et au Sénat, en passant par l’opposition. Ils ont envahi notre art, nos médias, nos écoles et universités, etc.

Ils sont là, mais certains ne les voient pas. Les médiocres, ce sont ces politicards qui misent non pas sur le peuple, mais sur la mal nommée communauté internationale. Les médiocres, ce sont ces opposants qui complotent avec le pouvoir à Ibiza, Venise et Monaco. Les médiocres, ce sont ces politiciens qui ont permis à Joseph Kabila de glisser.

Les médiocres, ce sont ces artistes musiciens qui véhiculent et glorifient les antivaleurs dans leurs œuvres. Les médiocres, c’est la clique des « chroniqueurs » sans formation qui s’improvisent «journalistes» en imbécillités; les médiocres, ce sont les gens qui se délectent devant le spectacle nauséabond que nous livrent ces étranges énergumènes; les médiocres, ce sont ces journalistes qui font les djalelo pour le compte des politiciens véreux; les médiocres, ce sont ces pasteurs truands qui exploitent le peuple de Dieu; les médiocres, ce sont ces gens qui se complaisent dans la bêtise pendant que leur pays (le Congo) brûle; les médiocres, ce sont ces gens sans éducation qui ont fait des réseaux sociaux des exutoires d’injures et de calomnies; les médiocres, ce sont ces gens qui préfèrent les singeries aux débats d’idées; les médiocres, ce sont les fanatiques (j’insiste « fanatiques » et non sympathisants) des partis politiques, notamment ceux de l’UDPS; les médiocres, ce sont ces gens qui préfèrent la médiocrité à la rigueur, qu’ils assimilent parfois à de l’arrogance ; les médiocres, ce sont ces malades mentaux qui pensent que porter des vêtements de marque fait d’eux des citoyens respectables; les médiocres, ce sont ces gens qui créent des sites internet dont le contenu ne sert qu'à renforcer l’abrutissent de leurs compatriotes; les médiocres, c’est aussi et surtout cette concentration de «cerveaux malades» qui composent une bonne partie de la diaspora congolaise.

« La seule qualité des médiocres, c’est la quantité » dixit Georges Brassens.

Bref, les médiocres ne sont pas que dans un camp, en l’occurrence celui de Joseph Kabila. Comme dans la série culte «Les Envahisseurs», ils sont parmi nous. C'est à cause de tous ces médiocres que le pays de Lumumba va très mal. Il est temps qu’ils dégagent tous; le Congo n’en a pas besoin.

Videos

Analyses et Opinions

Vital Kamerhe et Felix Tshisekedi

Présidentielle en RDC - Une signature est la preuve irrefutable d’un engagement

Question d’éducation de base à la maison : quand on donne sa parole, on s’y tient. Quand on signe un document, la signature n’est pas “rétirable” au gré des vagues, des humeurs ou des odeurs de quelques pneus brûlés par une dizaine d’inciviques. ”retirer sa signature” est un acte lâche, ignoble, immoral et malhonnête qui s’apparente à du parjure. C’est pour ça que les chinois ont inventé l’encre, pour que l’écrit traverse le temps et que l’avenir s’en souvienne, “verba volant, scripta manent”.
De gauche à droite, plusieurs leaders de l'opposition congolaise: Vital Kamerhe, Felix Tshisekedi, Adolphe Muzito, Moise Katumbi et Jean-Pierre Bemba, lors d'une réunion à Bruxelles le 4 septembre 2018. © © AFP/John Thys

Désignation du candidat commun de l'opposition : le «conciliabule» de la discorde

Qui de Vital Kamerhe, Martin Fayulu, Félix Tshisekedi, Freddy Matungulu sera le candidat commun de l’opposition ? La question est sur toutes les lèvres. Les oracles se perdent en conjecture, quand la boule de cristal du célèbre féticheur mort-mort refuse de s’allumer. Appelés en renfort, les marabouts du Bénin et de Côte d’Ivoire ont fini par jeter l’éponge. Même Yahvé aurait choisi, dit-on, de détourner le regard.
Emmanuel Ramazani Shadary, candidat à la présidentielle en RDC

RDC : Entrer dans l'histoire par le Haut

Tribune - Chaque pays, évidemment, regarde le Monde du haut de son clocher. Et le paysage de la République Démocratique du Congo, observé de ce point de vue, semble enthousiasmant avec la possibilité pour le peuple Congolais de se choisir ses dirigeants le 23 décembre 2018.
Manifestation à Yaoundé. / Image d'archives / Reuters

Les Camerounais sont-ils inaptes à s’occuper de leur pays ?

Depuis la proclamation des résultats de l’élection présidentielle du dimanche 7 octobre 2018, certaines voix moquent l’incapacité des Camerounais à chasser Paul Biya, leur vieux président âgé de 85 ans – dont 36 passés au Palais présidentiel d’Étoudi – du pouvoir. Une légende sans aucun fondement objectif.
De g. à dr. : les opposants congolais Vital Kamerhe, Félix Tshisekedi, Adolphe Muzito, Moïse Katumbi et Jean-Pierre Bemba, à Bruxelles, le 12 septembre 2018. CRÉDITS : JOHN THYS / AFP

Dossier Présidentielle en RDC : Comprendre le linge sale des opposants congolais

Par une présentation des differents acteurs de l'opposition politique en RD Congo, Patrick Mbeko explique les raisons des difficultés qu'ils rencontrent pour la designation d'un candidat unique devant faire face à Emmanuel Ramazani Shadari, dauphin désigné de Joseph Kabila.
Migrants montant dans un bateau. Image d'archives

[Tribune] Migrants, notre dernière chance de survie

Ce qu’on appelle « crise migratoire » est une expérience humaine. C’est un test d’humanité. C’est notre dernière chance de survie.
La ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, devenue secrétaire générale de l'OIF

Qui est Louise Mushikiwabo, la nouvelle secrétaire générale de l’OIF ?

La ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, a été désignée secrétaire générale de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), en dépit des critiques émanant d’organisations de défense des droits de l’Homme. Mais qui est cette femme à qui le Canada, la France et le Québec ont apporté leur soutien?