« Assad a gagné et il restera au pouvoir »

Le Président Syrien Bachar Assad

Robert Ford, ex ambassadeur des Etats-Unis en Syrie, a déclaré dans une interview à The National, média émirati basé à Abou Dhabi, et publiée sur son site ce lundi 28 août 2017: « Assad a gagné et il restera au pouvoir »

Leçons à retenir

Pour l’histoire, en particulier des peuples qui comptent le moins dans un monde où la faiblesse d’esprit et le manque de caractère sont célébrés comme festivités publiques, il y aura quelques exceptions, notamment le Vietnam, l’Afghanistan, le Cuba, le Venezuela et aujourd’hui, la Syrie, pour ne citer que ces quelques cas d’école en face de la domination de l’élite anglo-saxonne. Pour le cas de la Syrie, on retiendra et enseignera les noms d’Assad, de Nasrallah et du Hezbollah ainsi que de l’Iran avant de nommer la Chine et la Russie. Dans ces sociétés, les peuples et leurs élites ont le sens de l’histoire ainsi qu’une âme accrochée aux valeurs telles que la dignité, l’honneur acquis sur le champ de bataille, la grandeur d’un peuple et l’identification de soi comme expression d’humanité et humanisme.

Les peuples susmentionnés ont accepté la notion du prix à payer et du symbolisme historique à enseigner aux générations à venir. Pour ce faire, ils ont su affronter et vaincre les dieux de la terre. Car devant ces dieux, seule la lutte compte. Seulement ceux qui s’en montrent dignes peuvent prétendre à l’existence. C’est pour dire que nous ne saurons jamais exister sans vaincre l’Autre, comme l’adversaire désigné et identifié. Nous avons essayé le schéma Mobutu, le schéma opposition et pouvoir-os. Kagamé et l’Angola le reproduisent. Mais pour quelle finalité dans leur pays respectif et dans la région ?

L’Afrique dans l’ensemble doit inventer la voie de l’audace et s’imposer une conduite. Les compromis et tergiversations sont une faiblesse de caractère et un manque de connaissance de soi ainsi que de celle de l’adversaire. Votre combat ne sera jamais le nôtre.

Mufoncol Tshiyoyo,MT & Associates Consulting Group

 

Videos

Analyses et Opinions

Donald Trump et Barack Obama, le jour de leur passation de pouvoir, le 20 janvier 2017

Le grand péché de Donald Trump n’est pas son côté raciste, mais bien ses «carences» sur le plan communicationnel

Les propos de Donald Trump sur Haïti et les pays africains ─ « des pays de merde » aurait-il déclaré ─ ont suscité un torrent d’indignation à travers le monde, et on peut le comprendre. Mais ce qui est frappant, c’est que pas grand monde ne s’indigne lorsque les Noirs sont abattus comme des lapins par la police blanche américaine; pas grand monde ne s'est indigné lorsque 120.
Gouvernement Tshibala - RD Congo

Bienvenue en République médiocratique du Congo

Depuis la dernière sortie médiatique du cardinal Laurent Mosengwo ─ « Il est temps que les médiocres dégagent et que règnent la paix et la justice en RDC» a-t-il martelé ─, un mot revient sur toutes les lèvres et les statuts Facebook : médiocre.
De droit à gauche : Jean-Jacques Bouya, Gilbert Ondongo, Claude Alphonse Nsiou

Congo Brazza: Jean-Jacques Bouya, Gilbert Ondongo, Claude Alphonse Nsilou dans le collimateur de l’audit présidentiel

C’est l’histoire d’un pays qui n’a jamais pris le temps de s’auto-examiner. Un pays qui a depuis plusieurs années profité de la richesse de son sous-sol et de son pétrole pour nourrir à coup de milliards de CFA, Président, famille présidentielle, ministres et dirigeants de sociétés d’Etat. Mais, cette histoire a fini par jouer un mauvais tour à ces enfants gâtés de la république. 
Vue de l'avenue des Champs Elysée, Paris | France

Réponse à ceux qui n’aiment pas la France

Devais-je en 2015, manifester place de la Republique et être « Charlie » pour être reconnu comme un « vrai » français? Aurais-je dû battre le pavé sur les Champs Elysée, ce 9 décembre, pour dire au revoir à Johnny Hallyday, l’idole des jeunes, devenus depuis des cinquantenaires, afin de prouver mon attachement à la France?
Paul Kagame et Benjamin Netanyahu

Paul Kagame, les migrants subsahariens de Libye et l’Afrique

Les images de migrants subsahariens vendus comme esclaves en Libye ont suscité l’indignation sur le continent africain. Quelques jours après la diffusion de ces images d'horreur, le Rwanda a annoncé vouloir accueillir près de 30 000 migrants sur son territoire. Si certains observateurs ont salué l’initiative, d’autres se sont montrés plus prudents et se sont interrogés sur le sens de cette annonce.
L'ex-ministre Alain Akouala Atipault

Franc CFA, politique africaine, émergence économique : grand entretien avec le ministre congolais Alain Akouala

Entrepreneur spécialisé dans le textile, Alain Akouala Atipault a été ministre au gouvernement de la République du Congo pendant quinze ans avant de revenir à la vie civile. Il a occupé les portefeuilles de ministre de la Communication, chargé des relations avec le Parlement et porte-parole du gouvernement, puis ministre des Zones Economiques Spéciales.
L’ancien Président du Zimbabwe, Robert Mugabe.

Opinion : Pourquoi à mes yeux Mubage reste un héros

Il faut se féliciter d'avoir vu ces hommes agir. Il faut que l'humanité garde en mémoire le combat de cette génération qui a combattu la colonisation, un crime contre l'humanité. Après plus de 90 ans de barbaries perpétrées par l'empire Britannique, ces jeunes (Mugabe et les siens) ont réussi à mettre fin à l'ignominie des envahisseurs.