Alassane Ouattara : pas de période de grâce, comme en 2010 ?

Alassane Ouattara, élu pour un troisième mandat

Depuis plusieurs semaines, la question du troisième mandat du président ivoirien Alassane Dramane Ouattara a fait dégénérer le climat socio-politique dans son pays. L’élection présidentielle américaine de cette année, dont les résultats sont contestés par le président sortant, présente certaines similitudes avec la présidentielle ivoirienne de 2010.

Lors du changement de constitution en 2016, Alassane Ouattara avait promis que cette opération ne serait pas une astuce pour faire sauter le verrou de la limitation du mandat présidentiel, les rédacteurs de cette constitution aussi. Le décès, en juillet 2020, du Premier ministre Amadou Gon Coulibaly fut un moment de bascule. Il était le candidat désigné du RHDP (Rassemblement des Houphouëtistes pour la Démocratie et la Paix). A la suite de sa disparition, le président Ouattara et sa famille politique ont changé de discours. Pour justifier ce changement d’avis, son camp a rappelé qu’Alassane Ouattara avait promis de prendre sa retraite politique si ses prédécesseurs n’étaient pas candidats à l’élection du 31 octobre 2020. Or bien que la candidature de Laurent Gbagbo ait été rejetée, celle de Henri Konan Bédié avait été retenue. Pour Alassane Ouattara et les siens, une victoire de leur ex-allié aurait été néfaste pour le pays. Elle l’aurait fait reculer d’au moins dix ans.

Il peut paraître banal pour ceux qui ont vécu ces événements de le souligner : il y a dix ans, la Côte d’Ivoire était plongée dans la crise post-électorale la plus sanglante de sa jeune histoire. La situation actuelle aux Etats-Unis d’Amérique rappelle, par certains points, celle de la Côte d’Ivoire. Comme Donald Trump en 2020, Laurent Gbagbo était le président sortant de la Côte d’Ivoire en 2010. Le recomptage des voix que Donald Trump a obtenu dans certains Etats cette année, fut refusé à Laurent Gbagbo. Ce recomptage aurait-il permis de confirmer les résultats de la Commission électorale qui donnaient Alassane Dramane Ouattara vainqueur, ou plutôt ceux du Conseil constitutionnel qui attribua la victoire à Laurent Gbagbo ? Les avis sont partagés sur le sujet. Ce qui est en revanche incontestable, c’est que la rivalité ne fut pas que politique, elle prit rapidement une tournure militaire. Bilan des opérations : plus de 3000 morts dans les deux camps. Laurent Gbagbo délogé, Alassane Dramane Ouattara fut installé au pouvoir. Le travail de réconciliation, qui aurait dû permettre de tourner la page des traumatismes vécus pendant près d’une décennie, fut négligé au profit de la reconstruction économique. Seules deux personnes, issues du même camp politique, furent transférées à la CPI (Cour pénale internationale) pour répondre des exactions commises pendant cette période : Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé. En attendant le verdict définitif du procès de Gbagbo et Blé Goudé, c’est Alassane Dramane Ouattara qui traverse actuellement, à l’instar de son pays la Côte d’Ivoire, une zone de fortes turbulences. Le CNT (Conseil national de transition) a lancé un mot d’ordre de désobéïssance civile pour empêcher la tenue de l’élection et, surtout, pour empêcher que le président Ouattara y prenne part. Bien que ce CNT qui a pour porte-parole Pascal Affi Nguessan et est présidé par Henri Konan Bédié – qui a entamé des négociations avec le président réélu – semble avoir du mal à exister, il y a, comme en 2010, des affrontements intercommunautaires (qui ont eu pour conséquence une ethnicisation à outrance du débat politique et donc une identification des électeurs aux acteurs politiques issus de leurs communautés respectives) et des appels au renversement du gouvernement.

En traçant le parallèle entre l’attitude de Donald Trump aujourd’hui et celle de Laurent Gbagbo hier, certains Africains ont très ironiquement suggéré que les ambassadeurs de leurs pays respectifs à Washington reçoivent Joe Biden et Donald Trump afin de discuter d’un plan de sortie de crise. Ils auraient pu forcer le trait en préconisant une intervention des casques bleus de l’ONU, dont le siège est justement… aux USA. Aucune de ces solutions ne sera naturellement adoptée dans le cas des Etats-Unis d’Amérique. L’élection du président Etats-Unis d’Amérique mobilise les rédactions en Europe et dans le monde plus que celle du président du Togo, de la Guinée, du Mali, de la Côte d’Ivoire et de tous les pays d’Afrique de l’ouest réunis. Pour autant, les crises que traversent ces pays ne sont pas interchangeables. La réélection d’Alassane Ouattara ne fera pas accroître la pression djihadiste dans des proportions supérieures à celles que le pays subit aujourd’hui. Ce dont ce pays a besoin aujourd’hui, c’est que les fruits de la croissance soient distribués plus équitablement, et que la réconciliation nationale, qui est le chantier inachevé des deux mandats d’Alassane Ouattara, soit conduite avec sincérité par tous les partis de la scène politique ivoirienne. La gestion de la crise sécuritaire dans les pays du G5 Sahel est rendue complexe par le fait que les résultats militaires, bien que précaires, sont les plus quantifiables. Cela dit, ils ne s’accompagnent pas de résultats économiques et sociaux probants. C’est pourquoi personne n’a intérêt à voir la Côte d’Ivoire, locomotive économique de la région, être elle aussi prise dans la spirale djihadiste. Le pays de Félix Houphouët-Boigny a d’autres démons à exorciser, dans l’intérêt de tous.

Louis Magloire Keumayou (compte Twitter : @keumayou)

Président du Club de l’Information Africaine

Videos

Analyses et Opinions

Marien Fauney Ngombé, président des Ateliers Citoyens du Congo

Congo 2021 : mettre fin à cette gangrène nommée tribalisme !

Le tribalisme corrompt, avili, asservi et tue. Le dire, n’est que faire preuve d’extrême lucidité.La majorité des maux qui rendent le corps social et l’organisme étatique malades trouvent leur origine dans l’agent pathogène nommé Tribalisme.Nul besoin d’être infectiologue pour diagnostiquer que toute la population est atteinte. Chacun selon son degré de gravité. C’est faire acte d’humilité que de le reconnaitre. 
Assemblée nationale RDC

RDC : Ceux qui pensent que le Président de la République peut invoquer l’article 69 de la constitution pour dissoudre l’assemblée nationale se trompent

Je lis de plus en plus des congolais, juristes et professionnels de droit de surcroît, invoquer l’article 69 de la Constitution comme base pouvant donner au Président de la République la possibilité de dissoudre l’Assemblée nationale, en évitant de faire application des articles 148 (qui posent les conditions de la dissolution) et 79 (qui astreint l’ordonnance du Président dans le cas d’espèce au contreseing du Premier ministre). Sans nul doute, ces compatriotes se trompent.
Alassane Ouattara, élu pour un troisième mandat

Alassane Ouattara : pas de période de grâce, comme en 2010 ?

Depuis plusieurs semaines, la question du troisième mandat du président ivoirien Alassane Dramane Ouattara a fait dégénérer le climat socio-politique dans son pays. L’élection présidentielle américaine de cette année, dont les résultats sont contestés par le président sortant, présente certaines similitudes avec la présidentielle ivoirienne de 2010.
Joe Biden vs Donald Trump

Trump, Biden et le reste du monde : analyse postélectorale

Joe Biden a gagné les élections face à Donald Trump, devenant le 46e président des États-Unis. Bonne nouvelle pour les uns, cauchemar pour les autres. Côté africain, la plupart des gens semblaient soutenir le candidat républicain au prétexte qu’il était le moindre mal. L’Afrique devrait-elle craindre le pire avec l’arrivée de Joe Biden à la Maison-Blanche, comme l’affirment certains ?
Le NFAC , les nouveaux Black Panthers ?

Qui est la NFAC, la milice armée noire qui défile dans les manifestations anti-racisme ?

Alors que les tensions raciales se multiplient aux États-Unis, une nouvelle milice afro-américaine a récemment vu le jour outre-Atlantique : la Not Fucking Around Coalition (NFAC). Qui sont ces femmes et ces hommes ? Eléments de réponse.Leurs visages sont régulièrement cagoulés de noirs, leurs vêtements arborent la même couleur. Ces citoyens américains portent des armes, bien visibles.
Le président français Emmanuel Macron reçoit son homologue ivoirien Alassane Ouattara à l'Elysée, le 4 septembre 2020. Crédit : @AOuattara_PRCI

Côte d'Ivoire: Ce qu'il faut retenir de la rencontre Ouattara Emmanuel Macron sur le 3e mandat

Le président Ivoirien Alassane Ouattara a été reçu à déjeuner ce vendredi 4 septembre 2020 à l’Elysée par le président Emmanuel Macron. En marge de ce qui a été de ce déjeuner de travail, un tête-à-tête entre les deux homologues. La question du 3e mandat et la position de Paris surement au cœur de ce huis-clos.
Marche contre la révision constitutionnelle au Mali. / Image d'illustration

Afrique: La révision des Constitutions pour conserver le pouvoir en Afrique

Le président ivoirien Alassane Ouattara et le guinéen Alpha Condé misent sur la modification de la Constitution pour espérer briguer un nouveau mandat avec pour argument que les "compteurs sont remis à zéro".