Affaire Karim Achoui: lettre ouverte de Francis Lalanne à Emmanuel Macron

L'avocat Karim Achoui

Face à l’acharnement judiciaire que subit actuellement l’avocat franco-algérien Karim Achoui, le poète Francis Lalanne choisit les colonnes du magazine Oeil d’Afrique pour alerter le Président de la République et le saisir du dossier.  Lettre ouverte à Monsieur le Président de la République française,  Monsieur Le Président,  Je vous ferai grâce du sempiternel "J'ACCUSE" auquel s'oblige le publiciste usant de la traditionnelle anaphore, lorsqu'il s'agit de condamner l'Injustice... Mais je viens ici en défense de mon ami Karim Achoui pour dénoncer un acharnement judiciaire comparable à celui que subit en son temps, le Capitaine Dreyfus. On a placé Maître Achoui en garde à vue pendant 48 heures, et l'on veut le poursuivre au motif qu'il a usé d'un droit d'agir que lui confère la loi française, et que le Bâtonnât voudrait lui contester ! En quel honneur s'il vous plaît ?                                                Ce droit que les avocats algériens ont de plaider et de toucher des honoraires en France, Maître Achoui ne l'a pas usurpé : il l'a justement fait valoir. Ce droit est toujours en vigueur à l'heure où j'écris. Et s'il s'avérait que ce droit eut pu lui être donné de manière indue ou illégitime, ce n'est pas Maître Achoui qu'il faudrait en incriminer : mais ceux qui lui auraient donné ce droit !                                                                    La justice française voudrait-elle ainsi se prévaloir de ce qui serait dès lors  « sa propre turpitude » ? Je réponds: "Nemo auditur ... ".                           Maître Achoui n'a pu plaider en France que parce que droit lui a été donné par la loi française aux termes d’une convention bilatérale passée avec le gouvernement algérien lors des accords d’Evian signés le 28 août 1962 : plus précisément les articles 15 (alinéa dernier) et 16.  La justice française n'est donc pas fondée à agir contre Maître Achoui ! La justice française agit ici en contravention avec elle-même, le Bâtonnât en rupture avec ses  propres règles, et, par voie de conséquence, la France, en violation de sa propre Constitution! Ce n'est pas acceptable ! Ce n'est ni juste, ni opportun, ni admissible, ni de Droit : ni de France...    En outre, doit-on rappeler que si, par extraordinaire, modification de cette loi, il pouvait y avoir l'application de celle-ci, conformément au système légal français, ne pourrait en aucun cas être rétroactive puisque la non-rétroactivité de la loi plus sévère, est un des principes fondamentaux du droit français.    Nous sommes ici face à un abus de pouvoir caractérisé qui porte directement atteinte aux piliers mêmes de la loi française, aux Principes Généraux du Droit et plus tragiquement aux Droits de l'Homme !     S'il fallait plaider, je plaiderais cela en faveur de Maître Achoui: mais faut-il plaider ? Non bien sûr: car aucune loi française ou algérienne n'a été enfreinte par Maître Achoui dans cette affaire ! Le scandale est là pourtant : « On » nous oblige à plaider ! Et pour rendre le scandale patent, le Parquet semble vouloir agir, j’emploie l'expression à dessein « en réunion »...                           Au nom de quoi, ou plutôt devrais-je dire au nom de qui ? s'acharne t-on injustement et une fois de trop sur Maître Achoui ? Au nom de la Loi ? Certainement pas : nous venons de le démontrer. C'est donc à la deuxième question que la police française devrait apporter une réponse aujourd'hui : au nom de qui... ? Qui dirige le détournement de loi que veulent manifestement orchestrer ceux qui devraient garantir le bon fonctionnement de la Justice en France ? C'est la question que je veux poser et que je pose solennellement par voie de presse au gouvernement français face à ce qui est non seulement la mise à mal injustifiable par les autorités françaises d’un ressortissant jouissant de la double nationalité franco-algérienne mais, pire encore: la rupture unilatérale d'un traité entre la France et l'Algérie. Dois-je rappeler que selon l’article 55 de notre Constitution "Les traités ou accords régulièrement ratifiés ou approuvés ont, dès leur publication, une autorité supérieure à celle des lois, sous réserve, pour chaque accord ou traité, de son application par l'autre partie." Dois-je rappeler que par l'arrêt Nicolo, du 20 Octobre 1989, le Conseil d'État a accepté de contrôler la compatibilité d'une loi avec les stipulations d'un traité, même lorsque la loi est postérieure à l'acte international en cause, en application de l'article 55 de notre Constitution?                                        En désespoir de cause, j'attends désormais de vous, Monsieur le Président de la République Française, qui, en vertu de l'article 5 de notre Constitution, êtes le Garant du bon fonctionnement des Institutions et du respect des traités, que vous usiez de votre pouvoir discrétionnaire afin de faire cesser sur le champ, et j'emploie l'expression à dessein, " le trouble manifestement illicite…" Monsieur le Président de la République, Vous qui n’avez pas hésité avant votre élection à qualifier les crimes coloniaux « de crimes contre l’Humanité » , que diriez-vous aujourd’hui des violences excessives commises par le système judiciaire français dans l’enceinte même du territoire de la France à l’encontre d’un enfant de l’Ancienne Colonie ? Pourriez-vous en votre âme et conscience en tant que Président élu par la majorité des français couvrir par action ou par omission des actes illégaux perpétrés par les pouvoirs publics ?  Je ne veux pas le croire. C’est pourquoi quelque soit le froid qui semble s’abattre sur les relations diplomatiques entre la France et l’Algérie, je vous demande d’agir dans les plus brefs délais pour qu’un acte répréhensible et susceptible de raviver les tensions du passé, ne puisse être commis au nom du Peuple français. Confiant en votre probité et votre compétence, j’attends… Francis Lalanne.   

Videos

Analyses et Opinions

©J.M. Giordano / SOPA Imag/SIPA;

Le racisme : une plaie congénitale des USA

Toute société construite sur les fondements de l'exclusion d'une partie de la population est productrice de violence sous diverses formes, et son existence demeure gangrenée par des convulsions sociales permanentes.
Capture d'écran de la vidéo de l'arrestation qui a conduit au meurtre de George Floyd par un policier blanc de Minneapolis

Noirs tués par des policiers blancs aux États-Unis. Tout est avant tout question de rapport de force

Une autre vidéo d’un policier blanc américain tuant un Noir comme si de rien n’était. Une de plus diront certains. Eh oui une de plus ! Et comme d’habitude, ça va marcher, manifester et crier leur colère, sans plus. C’est à ce genre de spectacle que les Noirs américains nous ont habitués à chaque fois qu’un des leurs est tué par un policier blanc.
Gorille à dos argenté © Kiki Lawanda

Le Soft Power au Congo - Brazzaville : un levier de puissance et de développement

Une réflexion du Think Tank A.C.C. (Ateliers Citoyens du Congo)Le Soft Power est la puissance de séduction et de persuasion d’un Etat. L’attractivité de la culture, la force de la diplomatie publique, le rayonnement du modèle politico-économique et de ses valeurs propres sont vecteurs du soft power d'un pays.Le Congo, sans avoir mis en place une vraie stratégie pour se doter de ce pouvoir d’adhésion, a de nombreux atouts pour faire figure de leader du Soft Power en Afrique centrale.
Vital Kamerhe

RDC : les leçons du deuxième round du procès Vital Kamerhe

Le deuxième round du procès opposant le ministère public congolais à Vital Kamerhe a été beaucoup plus intéressant que le premier round. En regardant le film du procès, j’ai vu un Vital Kamerhe sûr de lui comme d’habitude, combattif, mais pas nécessairement porté à en découdre, comme il y a trois semaines. La « surdose » d’arrogance du premier face-à-face a laissé place à une petite dose de retenue qui, de temps à autre, a laissé libre cours à une certaine impudence.
Jean-Jacques Mamba, député du MLC de Jean-Pierre Bemba arrêté pour faux et usage de faux

La séparation des pouvoirs et la problématique de la question de l'immunité parlementaire à l'épreuve en RDC

La présidente de la chambre basse du parlement de la RDC, Jeannine Mabunda hausse le ton et monte au créneau pour interpeller le ministère public afin de procéder à la suspension des poursuites engagées contre un député en pleine session. Jean-Jacques Mamba, député du MLC de Jean-Pierre Bemba auteur d'une pétition a été arrêté ce matin puis présenté illico presto devant un juge qui a décidé de l' assigner e
Vital Kamerhe à l'ouverture de son procès au centre pénitentiaire et de rééducationde de Kinshasa (ex-prison de Makala), Kinshasa, RDC 11 mai 2020. (Capture d'écran)

RDC : "L'affaire Kamerhe", un procès pour corruption au sommet de l'Etat qui interpelle toute l'Afrique

Vital Kamerhe a été arrêté le 8 avril 2020. Depuis, il est incarcéré à titre préventif à la prison centrale de Kinshasa. C'était le principal allié politique du président congolais Félix Tshisekedi. Il avait activement contribué à son accession au pouvoir, avant de devenir son puissant chef de cabinet. Il est accusé, avec deux autres prévenus, du détournement de 50 millions de dollars. Des fonds destinés au financement de grands travaux de modernisation des infrastructures du pays, lancés par le chef de l'Etat après son investiture le 24 janvier 2019.
Vital Kamerhe, Directeur du cabinet du président Felix-Antoine Tshisekedi

RDC : Les leçons du premier round du procès Vital Kamerhe

Le premier jour du procès Kamerhe laisse apparaître la stratégie que compte adopter la défense du directeur de cabinet de Félix Tshisekedi. En regardant le film du procès, j’ai vu un Kamerhe sûr de lui, combattif et prêt à en découdre. Ça promet. J’ai également observé un Kamerhe un peu hésitant lorsque le ministère public a voulu avoir des précisions sur son rôle dans le programme des 100 jours. A-t-il agi en tant que directeur de cabinet, superviseur ou les deux ? s’est interrogé le ministère public.