Affaire Karim Achoui: lettre ouverte de Francis Lalanne à Emmanuel Macron

L'avocat Karim Achoui

Face à l’acharnement judiciaire que subit actuellement l’avocat franco-algérien Karim Achoui, le poète Francis Lalanne choisit les colonnes du magazine Oeil d’Afrique pour alerter le Président de la République et le saisir du dossier.  Lettre ouverte à Monsieur le Président de la République française,  Monsieur Le Président,  Je vous ferai grâce du sempiternel "J'ACCUSE" auquel s'oblige le publiciste usant de la traditionnelle anaphore, lorsqu'il s'agit de condamner l'Injustice... Mais je viens ici en défense de mon ami Karim Achoui pour dénoncer un acharnement judiciaire comparable à celui que subit en son temps, le Capitaine Dreyfus. On a placé Maître Achoui en garde à vue pendant 48 heures, et l'on veut le poursuivre au motif qu'il a usé d'un droit d'agir que lui confère la loi française, et que le Bâtonnât voudrait lui contester ! En quel honneur s'il vous plaît ?                                                Ce droit que les avocats algériens ont de plaider et de toucher des honoraires en France, Maître Achoui ne l'a pas usurpé : il l'a justement fait valoir. Ce droit est toujours en vigueur à l'heure où j'écris. Et s'il s'avérait que ce droit eut pu lui être donné de manière indue ou illégitime, ce n'est pas Maître Achoui qu'il faudrait en incriminer : mais ceux qui lui auraient donné ce droit !                                                                    La justice française voudrait-elle ainsi se prévaloir de ce qui serait dès lors  « sa propre turpitude » ? Je réponds: "Nemo auditur ... ".                           Maître Achoui n'a pu plaider en France que parce que droit lui a été donné par la loi française aux termes d’une convention bilatérale passée avec le gouvernement algérien lors des accords d’Evian signés le 28 août 1962 : plus précisément les articles 15 (alinéa dernier) et 16.  La justice française n'est donc pas fondée à agir contre Maître Achoui ! La justice française agit ici en contravention avec elle-même, le Bâtonnât en rupture avec ses  propres règles, et, par voie de conséquence, la France, en violation de sa propre Constitution! Ce n'est pas acceptable ! Ce n'est ni juste, ni opportun, ni admissible, ni de Droit : ni de France...    En outre, doit-on rappeler que si, par extraordinaire, modification de cette loi, il pouvait y avoir l'application de celle-ci, conformément au système légal français, ne pourrait en aucun cas être rétroactive puisque la non-rétroactivité de la loi plus sévère, est un des principes fondamentaux du droit français.    Nous sommes ici face à un abus de pouvoir caractérisé qui porte directement atteinte aux piliers mêmes de la loi française, aux Principes Généraux du Droit et plus tragiquement aux Droits de l'Homme !     S'il fallait plaider, je plaiderais cela en faveur de Maître Achoui: mais faut-il plaider ? Non bien sûr: car aucune loi française ou algérienne n'a été enfreinte par Maître Achoui dans cette affaire ! Le scandale est là pourtant : « On » nous oblige à plaider ! Et pour rendre le scandale patent, le Parquet semble vouloir agir, j’emploie l'expression à dessein « en réunion »...                           Au nom de quoi, ou plutôt devrais-je dire au nom de qui ? s'acharne t-on injustement et une fois de trop sur Maître Achoui ? Au nom de la Loi ? Certainement pas : nous venons de le démontrer. C'est donc à la deuxième question que la police française devrait apporter une réponse aujourd'hui : au nom de qui... ? Qui dirige le détournement de loi que veulent manifestement orchestrer ceux qui devraient garantir le bon fonctionnement de la Justice en France ? C'est la question que je veux poser et que je pose solennellement par voie de presse au gouvernement français face à ce qui est non seulement la mise à mal injustifiable par les autorités françaises d’un ressortissant jouissant de la double nationalité franco-algérienne mais, pire encore: la rupture unilatérale d'un traité entre la France et l'Algérie. Dois-je rappeler que selon l’article 55 de notre Constitution "Les traités ou accords régulièrement ratifiés ou approuvés ont, dès leur publication, une autorité supérieure à celle des lois, sous réserve, pour chaque accord ou traité, de son application par l'autre partie." Dois-je rappeler que par l'arrêt Nicolo, du 20 Octobre 1989, le Conseil d'État a accepté de contrôler la compatibilité d'une loi avec les stipulations d'un traité, même lorsque la loi est postérieure à l'acte international en cause, en application de l'article 55 de notre Constitution?                                        En désespoir de cause, j'attends désormais de vous, Monsieur le Président de la République Française, qui, en vertu de l'article 5 de notre Constitution, êtes le Garant du bon fonctionnement des Institutions et du respect des traités, que vous usiez de votre pouvoir discrétionnaire afin de faire cesser sur le champ, et j'emploie l'expression à dessein, " le trouble manifestement illicite…" Monsieur le Président de la République, Vous qui n’avez pas hésité avant votre élection à qualifier les crimes coloniaux « de crimes contre l’Humanité » , que diriez-vous aujourd’hui des violences excessives commises par le système judiciaire français dans l’enceinte même du territoire de la France à l’encontre d’un enfant de l’Ancienne Colonie ? Pourriez-vous en votre âme et conscience en tant que Président élu par la majorité des français couvrir par action ou par omission des actes illégaux perpétrés par les pouvoirs publics ?  Je ne veux pas le croire. C’est pourquoi quelque soit le froid qui semble s’abattre sur les relations diplomatiques entre la France et l’Algérie, je vous demande d’agir dans les plus brefs délais pour qu’un acte répréhensible et susceptible de raviver les tensions du passé, ne puisse être commis au nom du Peuple français. Confiant en votre probité et votre compétence, j’attends… Francis Lalanne.   

Videos

Analyses et Opinions

Domingos Simões Pereira / DR

Entretien avec Domingos Simões Pereira : "le mécanisme international de sanctions contre tous ceux qui entravent la loi doit être appliqué"

C’est dans un grand hôtel parisien que le rendez-vous est fixé pour un entretien avec Domingos Simoes Pereira, candidat malheureux à la dernière élection présidentielle en Guinée-Bissau. En France pour une tournée politico-médiatique, celui qui aurait selon les résultats de la Commission électorale nationale recueilli 46% contre 54% pour Umaro Sissoco 
Azarias Ruberwa Manywa, ministre de la décentralisation en RDC et leader de la communauté Banyamulenge

RDC : Les « Banyamulenge ». Qui sont-ils réellement ?

La question des « Banyamulenge » a toujours suscité des débats passionnés en RDC. Il faut que les Congolais et la Communauté internationale comprennent une chose : ceux qu’on appelle « Banyamulenge » sont des Tutsis rwandais arrivés au Congo suite à la Révolution sociale hutue qui a conduit à la chute de la monarchie tutsie au Rwanda, en 1959.

IRAN vs États-Unis : la colère des Mollahs

Au lendemain de la riposte de Téhéran à l’assassinat du général Qassem Soleimani, Donald Trump a livré un discours dans lequel il a joué l’apaisement, se félicitant du fait que les 22 missiles iraniens tirés sur deux bases américaines en Irak n’avaient fait aucune victime. Pour la plupart des analystes occidentaux, l’Iran voulait tout simplement « bluffer ».
Les congolais refusent la balkanisation de leur pays.

Le projet de balkanisation de la RDC n'est pas une vue de l'esprit

Ces derniers temps, plusieurs personnalités congolaises sont montées au créneau pour attirer l’attention sur le risque de balkanisation de la RD Congo, relançant le débat sur cette thèse. Les Rwandais, par la voix du secrétaire d’État Olivier Nduhungirehe, parlent de « théorie du complot ». Mêmement du côté de CACH et de ses sympathisants devenus foncièrement allergiques à toute critique adressée à leur nouvel allié, Paul Kagame.
Des billets de 5.000, 2.000 et 500 francs CFA, en 2017. — Crédit ISSOUF SANOGO / AFP

F. CFA, ECO et présence française au Sahel: c'est aux Africains de prendre leurs responsabilités


Ce sont les chefs d'État africains qui ont décidé de passer du Franc CFA à l’Éco, mais c'est Emmanuel Macron que certains Africains accusent de tous les maux. Alors qu’il a été décidé que la France ne nommera plus aucun représentant au conseil d'administration et au comité de politique monétaire de la BCEAO, ni à la commission bancaire de l'UMOA, il y a toujours de l’agitation dans l’air.
Felix Tshisekedi face à la diaspora congolaise de France. 12/11/2019 à Paris

Félix Tshisekedi à Paris ou l’image d’un président qui refuse de devenir Président

En écoutant Félix Tshisekedi s’exprimer devant des membres de la diaspora congolaise de France réunis ce 11 novembre à l’hôtel pullman de Paris, on ne peut s’empêcher de se poser des questions sur les facultés intellectuelles et morales de celui qui préside par procuration à la destinée de la RD Congo. En l’écoutant, on a du mal à croire que ce monsieur est le président de tous les Congolais.
Louis Magloire Keumayou © Capture d'écran de France 24

Sommet Russie-Afrique:une rencontre «plus sécuritaire qu’économique» (analyste)

La ville russe de Sotchi va accueillir du 22 au 24 octobre prochain le tout premier sommet Russie-Afrique, une rencontre, certes placée sous le signe du renforcement des relations entre les deux entités, mais qui sera « plus sécuritaire qu’économique », a confié l’éditorialiste camerounais, Louis Magloire Keumayou.