15 octobre 1987, Thomas Sankara aurait-il voulu quitter la scène en étant assassiné ?

Thomas Sankara avec Blaise Compaoré

Thomas Sankara est mort « assassiné » le 15 octobre 1987. Et c’est Blaise Compaoré qui a tué son ami, suivant le récit des deux Libériens, deux proches de Taylor, et qui dit Charles Taylor pense indubitablement à la CIA. Les deux Libériens ont été présents au moment de l’assassinat de Sankara, quand Compaoré vidait son arme sur son ami de plus de 30 ans. Sankara était pourtant armé ce jour-là, mais l’homme a toujours été armé, Il l’était aussi quand Blaise et le général Gilbert Diendéré ont fait leur irruption dans le bureau où il se trouvait. En fait, je me suis toujours demandé, et c’est pour élaborer une théorie et comprendre, pourquoi Sankara, qui était aussi armé, n’avait jamais réagi, ne fût-ce qu’en tirant une balle simplement par riposte ? Avant même son assassinat, à l’époque quand son garde de corps, qui connaissait aussi bien Blaise que Sankara lui-même, avait demandé à ce dernier l’autorisation de maîtriser le camp de Blaise. Pourquoi Sankara ne l’avait-il pas laissé faire ?

On ne devrait faire dire à mon intellect ce qu’il a toujours rejeté, et ce malgré lui, de croire que Thomas Sankara était à ce point si naïf. Dans une de ses interviews accordées alors qu’il était en vie, Sankara, en parlant de Blaise, affirmait que « Le jour où vous apprendrez que Blaise prépare un coup d’État contre moi, Ce ne sera pas la peine de chercher à vous y opposer ou même de me prévenir. Ça voudra dire que c’est trop tard et que ce sera imparable. Il connaît tellement des choses sur moi. Personne ne peut me protéger contre lui, s’il veut m’attaquer ». Des questions se posent et se poseront toujours. Sankara aurait-il préféré mourir ainsi, c’est-à-dire être tué par Compaoré, la main de son amie, qu’il a indirectement armée. Ainsi, son geste lui permettrait de quitter la scène, de dire adieu debout et le droit tourné contre la scène de l’histoire comme seuls savent le faire des hommes avec H majuscule : mourir pour l’écriture de l’histoire à la fois des hommes et celle de Burkina Faso Sankara aurait-il, je le dis au conditionnel, échoué dans son projet révolutionnaire ? Blaise Compaoré croyait exécuter son coup d’État. Il serait plutôt tombé, par ignorance, dans le piège de l’artiste, alors que ce dernier avait déjà décidé de s’en aller. Je m’en vais, mais en armant les bras les plus faibles d’un ignorant ? C’est ma thèse. On pourrait bien la considérer comme telle, mais une thèse reste quand même discutable. Bien sûr que je ne m’interdirais jamais de penser. D’ailleurs, je me donnerais la mort le jour où je m’en serais privé d’une manière ou d’une autre. Penser reste un bonheur, le plus important devant l’amour.

Des questions restent. Elles m’ont souvent dérangé jusqu’à ce que j’aie lu la version de la thèse de Jacques Attali sur la mort de Gandhi, la biographie que le camp du vainqueur a consacré à Gandhi, qui serait une histoire taillée sur mesure et qui était à coller à l’homme pour mieux vendre son idée de la non-violence face au maître. Gandhi, selon Attali, aurait préféré mourir ainsi, par assassinat afin de participer à la fabrique d’une âme indienne. C’est ce que je surnomme autrement la thèse de la sortie de l’histoire, la sortie de la scène par la porte de l’histoire, une sortie maîtrisée et mise en scène par les auteurs de leurs propres vies. Comparés aux hommes ordinaires, des grands hommes ne partent pas ainsi ? Je ne cherche pas à élaborer des affirmations, mais chaque phrase que j’écris est une question que je me pose. Même si la réponse à la question peut être battue en brèche, elle n’exclut pas son intérêt. Comment donner du sens à une vie à l’heure où le Congo se trouve à la croisée du chemin ? Le reste me préoccupe peu. Les commérages, je les laisse aux bons soins de ceux qui vivent normalement leur vie.

 

Mufoncol Tshiyoyo

Videos

Analyses et Opinions

Domingos Simões Pereira / DR

Entretien avec Domingos Simões Pereira : "le mécanisme international de sanctions contre tous ceux qui entravent la loi doit être appliqué"

C’est dans un grand hôtel parisien que le rendez-vous est fixé pour un entretien avec Domingos Simoes Pereira, candidat malheureux à la dernière élection présidentielle en Guinée-Bissau. En France pour une tournée politico-médiatique, celui qui aurait selon les résultats de la Commission électorale nationale recueilli 46% contre 54% pour Umaro Sissoco 
Azarias Ruberwa Manywa, ministre de la décentralisation en RDC et leader de la communauté Banyamulenge

RDC : Les « Banyamulenge ». Qui sont-ils réellement ?

La question des « Banyamulenge » a toujours suscité des débats passionnés en RDC. Il faut que les Congolais et la Communauté internationale comprennent une chose : ceux qu’on appelle « Banyamulenge » sont des Tutsis rwandais arrivés au Congo suite à la Révolution sociale hutue qui a conduit à la chute de la monarchie tutsie au Rwanda, en 1959.

IRAN vs États-Unis : la colère des Mollahs

Au lendemain de la riposte de Téhéran à l’assassinat du général Qassem Soleimani, Donald Trump a livré un discours dans lequel il a joué l’apaisement, se félicitant du fait que les 22 missiles iraniens tirés sur deux bases américaines en Irak n’avaient fait aucune victime. Pour la plupart des analystes occidentaux, l’Iran voulait tout simplement « bluffer ».
Les congolais refusent la balkanisation de leur pays.

Le projet de balkanisation de la RDC n'est pas une vue de l'esprit

Ces derniers temps, plusieurs personnalités congolaises sont montées au créneau pour attirer l’attention sur le risque de balkanisation de la RD Congo, relançant le débat sur cette thèse. Les Rwandais, par la voix du secrétaire d’État Olivier Nduhungirehe, parlent de « théorie du complot ». Mêmement du côté de CACH et de ses sympathisants devenus foncièrement allergiques à toute critique adressée à leur nouvel allié, Paul Kagame.
Des billets de 5.000, 2.000 et 500 francs CFA, en 2017. — Crédit ISSOUF SANOGO / AFP

F. CFA, ECO et présence française au Sahel: c'est aux Africains de prendre leurs responsabilités


Ce sont les chefs d'État africains qui ont décidé de passer du Franc CFA à l’Éco, mais c'est Emmanuel Macron que certains Africains accusent de tous les maux. Alors qu’il a été décidé que la France ne nommera plus aucun représentant au conseil d'administration et au comité de politique monétaire de la BCEAO, ni à la commission bancaire de l'UMOA, il y a toujours de l’agitation dans l’air.
Felix Tshisekedi face à la diaspora congolaise de France. 12/11/2019 à Paris

Félix Tshisekedi à Paris ou l’image d’un président qui refuse de devenir Président

En écoutant Félix Tshisekedi s’exprimer devant des membres de la diaspora congolaise de France réunis ce 11 novembre à l’hôtel pullman de Paris, on ne peut s’empêcher de se poser des questions sur les facultés intellectuelles et morales de celui qui préside par procuration à la destinée de la RD Congo. En l’écoutant, on a du mal à croire que ce monsieur est le président de tous les Congolais.
Louis Magloire Keumayou © Capture d'écran de France 24

Sommet Russie-Afrique:une rencontre «plus sécuritaire qu’économique» (analyste)

La ville russe de Sotchi va accueillir du 22 au 24 octobre prochain le tout premier sommet Russie-Afrique, une rencontre, certes placée sous le signe du renforcement des relations entre les deux entités, mais qui sera « plus sécuritaire qu’économique », a confié l’éditorialiste camerounais, Louis Magloire Keumayou.