15 octobre 1987, Thomas Sankara aurait-il voulu quitter la scène en étant assassiné ?

Thomas Sankara avec Blaise Compaoré

Thomas Sankara est mort « assassiné » le 15 octobre 1987. Et c’est Blaise Compaoré qui a tué son ami, suivant le récit des deux Libériens, deux proches de Taylor, et qui dit Charles Taylor pense indubitablement à la CIA. Les deux Libériens ont été présents au moment de l’assassinat de Sankara, quand Compaoré vidait son arme sur son ami de plus de 30 ans. Sankara était pourtant armé ce jour-là, mais l’homme a toujours été armé, Il l’était aussi quand Blaise et le général Gilbert Diendéré ont fait leur irruption dans le bureau où il se trouvait. En fait, je me suis toujours demandé, et c’est pour élaborer une théorie et comprendre, pourquoi Sankara, qui était aussi armé, n’avait jamais réagi, ne fût-ce qu’en tirant une balle simplement par riposte ? Avant même son assassinat, à l’époque quand son garde de corps, qui connaissait aussi bien Blaise que Sankara lui-même, avait demandé à ce dernier l’autorisation de maîtriser le camp de Blaise. Pourquoi Sankara ne l’avait-il pas laissé faire ?

On ne devrait faire dire à mon intellect ce qu’il a toujours rejeté, et ce malgré lui, de croire que Thomas Sankara était à ce point si naïf. Dans une de ses interviews accordées alors qu’il était en vie, Sankara, en parlant de Blaise, affirmait que « Le jour où vous apprendrez que Blaise prépare un coup d’État contre moi, Ce ne sera pas la peine de chercher à vous y opposer ou même de me prévenir. Ça voudra dire que c’est trop tard et que ce sera imparable. Il connaît tellement des choses sur moi. Personne ne peut me protéger contre lui, s’il veut m’attaquer ». Des questions se posent et se poseront toujours. Sankara aurait-il préféré mourir ainsi, c’est-à-dire être tué par Compaoré, la main de son amie, qu’il a indirectement armée. Ainsi, son geste lui permettrait de quitter la scène, de dire adieu debout et le droit tourné contre la scène de l’histoire comme seuls savent le faire des hommes avec H majuscule : mourir pour l’écriture de l’histoire à la fois des hommes et celle de Burkina Faso Sankara aurait-il, je le dis au conditionnel, échoué dans son projet révolutionnaire ? Blaise Compaoré croyait exécuter son coup d’État. Il serait plutôt tombé, par ignorance, dans le piège de l’artiste, alors que ce dernier avait déjà décidé de s’en aller. Je m’en vais, mais en armant les bras les plus faibles d’un ignorant ? C’est ma thèse. On pourrait bien la considérer comme telle, mais une thèse reste quand même discutable. Bien sûr que je ne m’interdirais jamais de penser. D’ailleurs, je me donnerais la mort le jour où je m’en serais privé d’une manière ou d’une autre. Penser reste un bonheur, le plus important devant l’amour.

Des questions restent. Elles m’ont souvent dérangé jusqu’à ce que j’aie lu la version de la thèse de Jacques Attali sur la mort de Gandhi, la biographie que le camp du vainqueur a consacré à Gandhi, qui serait une histoire taillée sur mesure et qui était à coller à l’homme pour mieux vendre son idée de la non-violence face au maître. Gandhi, selon Attali, aurait préféré mourir ainsi, par assassinat afin de participer à la fabrique d’une âme indienne. C’est ce que je surnomme autrement la thèse de la sortie de l’histoire, la sortie de la scène par la porte de l’histoire, une sortie maîtrisée et mise en scène par les auteurs de leurs propres vies. Comparés aux hommes ordinaires, des grands hommes ne partent pas ainsi ? Je ne cherche pas à élaborer des affirmations, mais chaque phrase que j’écris est une question que je me pose. Même si la réponse à la question peut être battue en brèche, elle n’exclut pas son intérêt. Comment donner du sens à une vie à l’heure où le Congo se trouve à la croisée du chemin ? Le reste me préoccupe peu. Les commérages, je les laisse aux bons soins de ceux qui vivent normalement leur vie.

 

Mufoncol Tshiyoyo

Videos

Analyses et Opinions

Guillaume Soro, Alassane Ouattara, Henri Konan Bédié et Laurent Gbagbo. AFP

Côte d’Ivoire recherche désespérément leader politique.

La Côte d’Ivoire a eu soixante ans ce 7 août 2020. A cette occasion, son président lui a offert un cadeau d’anniversaire de très mauvais goût. Alassane Dramane Ouattara est revenu sur sa promesse de ne pas briguer un troisième mandat. C’est ce que lui aurait demandé avec insistance une majorité de sa famille politique. Il a cédé à la tentation du combat de trop. Soit par suivisme, soit par égoïsme, ou alors sous l’effet conjugué des deux.
Kader Diarrassouba, Jeune ivoirien, exilé en France depuis 6 mois, membre Générations et Peuples Solidaires ( GPS )

Lettre ouverte à Monsieur Emmanuel Macron, Président de la République de France, par Kader Diarrassouba

Monsieur le Président, votre élection à la tête de la république française le 7 mai 2017 a sonné pour bien de jeunes africains comme un nouvel espoir, l’espoir qui diminue la peine de toutes les politiques antérieures de la Françafrique. Politique néo-coloniale décrite par François-Xavier Verschave comme « une nébuleuse d’acteurs économiques, politiques et militaires, en France et en Afrique, organisée en réseaux et lobbies, et polarisé sur l’accaparement de deux rentes : les matières premières et l’aide publique au développement.
Rex Kazadi, secrétaire général de Ba patriotes ya Kongo (BPK)

RDC: Rex Kazadi demande à la ville de Kinshasa de déboulonner le statue de Leopold II

Kinshasa, la capitale de la République démocratique du Congo, ancienne colonie Belge va-t-elle enboiter le pas d'Anvers et déboulonner la statue du roi Leopold II ? C'est en tout cas le souhaite de Rex Kazadi, secrétaire général de Ba patriotes ya Kongo (
Aimé Gata-Kambudi, Juriste spécialisé en Droit Public Approfondi

La gestion de la crise institutionnelle au Kongo central est-elle la preuve  d'un Etat de droit à géométrie variable ?

Une analyse chronologique et démonstrative de la crise qui tend à l’ingouvernabilité de la province, par Aimé Gata-Kambudi.
Royal Maroc

La Compagnie Royal Air Maroc va-t-elle prioriser le rapatriement des citoyens marocains & Africains ?

Sa Majesté le Roi du Maroc considère à juste titre que la vie des marocains a plus de valeur  que les intérêts économiques du pays, il conviendrait d’espérer que la compagnie nationale Royal Air Maroc en fasse de même quand les vols internationaux seront à nouveau ouverts à sa clientèle.
©J.M. Giordano / SOPA Imag/SIPA;

Le racisme : une plaie congénitale des USA

Toute société construite sur les fondements de l'exclusion d'une partie de la population est productrice de violence sous diverses formes, et son existence demeure gangrenée par des convulsions sociales permanentes.
Capture d'écran de la vidéo de l'arrestation qui a conduit au meurtre de George Floyd par un policier blanc de Minneapolis

Noirs tués par des policiers blancs aux États-Unis. Tout est avant tout question de rapport de force

Une autre vidéo d’un policier blanc américain tuant un Noir comme si de rien n’était. Une de plus diront certains. Eh oui une de plus ! Et comme d’habitude, ça va marcher, manifester et crier leur colère, sans plus. C’est à ce genre de spectacle que les Noirs américains nous ont habitués à chaque fois qu’un des leurs est tué par un policier blanc.