RDC : Samy Badibanga subit le sort de Kibemba la chauve souris

A 54 ans, Samy Badibanga est le nouveau Premier ministre congolais chargé de mener la RDC aux élections © Ch. Rigaud

C'est le destin d'un homme sans réel soutien politique. L'éphémère Premier Ministre Congolais, Samy Badibanga aura finalement tenu trois mois avant que la Realpolitik en face une victime collatérale. 

Tout comme Kibemba la chauve souris, Samy Badibanga n'est ni de la Majorité Présidentielle (MP) et encore moins de l'opposition représentée par le Rassemblement. En effet, si pour la MP, M. Badibanga a été l'artifice qui devait conduire à la déstabilisation de l'opposition, il n'a jamais été considéré comme un des leurs. Au sein du Rassemblement, il compte peu de soutiens. La plaie de la trahison est trop fraîche pour espérer obtenir le pardon de ses anciens partenaires du combat contre Joseph Kabila. 

Tout comme Kibemba la chauve souris, ce mercredi, Samy Badibanga a vu son avenir politique s'assombrir. Seul face à l'annonce du Président Joseph Kabila, de nommer un nouveau Premier Ministre dans 48h, M. Badibanga sait qu'il ne pourra compter sur le soutien de son ami Felix Tshisekedi bien que ce dernier n'est jamais ouvertement condamné  l'association avec Kabila - Badibanga. Il ne peut pas non plus chercher le soutien des membres de la MP pour qui il reste un étranger venu se servir dans leur plat. 

Rejeté des deux côtés, Badibanga n'a pas d'autres choix que de se livrer lui-même. Accepter de démissionner afin d'éviter une motion de censure à l'Assemblée Nationale. Une solution qui lui permettrai de négocier avec Joseph Kabila un poste de Vice-Premier Ministre dans le nouveau gouvernement. Une fiction qui ne surprendra pas les observateurs de la politique congolaise. 

Sans le vouloir, la Majorité Présidentielle vient d'habiller Félix de la tenue de Étienne Tshisekedi, il devient le facto leader de l'opposition, le Congolais lambda attendra la réaction de ce dernier au cas où Joseph Kabila nommera quelqu'un à la primature.

Rappelons que l'histoire de Kibemba la chauve-souris en train d'agonir est délaissée par les oiseaux parce qu'elle vole certes mais n'a pas de plumes mais des poils, les animaux terrestres eux lui reconnaissent des poils mais la rejettent parce qu'elle vole, elle est morte seule au bord de la route sans sépulture !

Roger Musandji Nzanza Oeil d'Afrique

 

 

 

Politique et Société

Le president Comores, Azali Assoumani, au stade de Moroni à l'issue de la cérémonie d'assermentation présidentielle qui s'est tenue le 26 mai 2016 à Moroni, aux Comores. / AFP PHOTO / IBRAHIM YOUSSOUF

Aux Comores, l'attentat contre le président serait "un montage" selon l'opposition

Le 21 avril dernier, le président Azali Assoumani doit prendre l'avion pour se rendre de l'île d'Anjouan à l'île de Mohéli, deux des îles de l’archipel des Comores. Un individu se présente à l'aéroport pour faire enregistrer un coli qui doit voyager dans la soute de l’appareil utilisé par le président. Sauf que le paquet est refusé et l'homme repart avec sur sa moto. Mais en chemin, pour une raison que la police ignore, le coli explose, blessant grièvement le motard.
Vital Kamerhe ©DR

Reprise du procès de Vital Kamerhe, principal allié du président congolais

Vital Kamerhe, principal allié du président de la République démocratique du Congo, et son coprévenu sont passés à l'offensive en clamant leur innocence lundi à la reprise de leur procès pour détournement de fonds présumé devant un tribunal à Kinshasa. A la barre, M. Kamerhe, directeur de cabinet du président Félix Tshisekedi, a demandé sa remise en liberté provisoire. "Je veux qu'on puisse m'aider à comprendre pourquoi je suis à Makala", a-t-il ajouté, en citant le nom de la prison centrale de Kinshasa, où il est en détention depuis le 8 avril.
Le général des Armées du Burundi, Evariste Ndayishimiye, lors d'une conférence nationale du parti CNDD-FDD, dans la province de Gitega, le 26 janvier 2020.

Burundi : Evariste Ndayishimiye, candidat du parti au pouvoir remporte la présidentielle

Evariste Ndayishimiye, le candidat du parti au pouvoir au Burundi, a été proclamé vainqueur dès le premier tour de la présidentielle avec 68,72% des suffrages exp
Des partisans d'Agathon Rwasa, candidat du parti de l'opposition à la présidentielle, rassemblés à Gitega, le 17 mai 2020 au Burundi

Présidentielle : les Burundais aux urnes

Les Burundais votaient mercredi pour élire leur nouveau président, en pleine pandémie de Covid-19 et au terme d'une campagne âprement disputée laissant craindre un regain de violences à l'annonce des résultats. Le scrutin marquera la fin de l'ère Pierre Nkurunziza, à la tête du pays depuis 2005 et qui ne se représente pas. Sa candidature à un troisième mandat controversé en 2015 avait plongé son pays dans une grave crise politique, qui avait fait au moins 1.200 morts et poussé à l'exode 400.000 Burundais.
Culture de l’artemisia à la maternité de la Miséricorde, à Thiès, dans l’ouest du Sénégal, en avril 2018. SEYLLOU / AFP

Coronavirus : Pourquoi les vertus de l'artemisia intéressent les Africains ?

La médecine traditionnelle chinoise a récemment fait appel à l'Artemisia annua, cette variété asiatique de l’armoise, pour soigner la maladie à coronavirus. A Madagascar, c'est une tisane à base de cette plante médicinale qui est mise en avant par le président Andry Rajoelina lui-même, comme étant une solution pour soigner le Covid-19.
Le président réelu, Pierre Nkurunziza. - © Wikimedia

Burundi : le gouvernement ordonne l'expulsion d'experts de l'OMS

Le gouvernement burundais a ordonné l'expulsion d'ici vendredi 15 mai de quatre experts de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) chargés de le conseiller sur l'épidémie de Covid-19. Des sources médicales accusent l'exécutif de minimiser sciemment son ampleur à quelques jours de l'élection présidentielle du 20 mai. L'ONU a dit "profondément regretter" ces expulsions.
La police arrête un manifestant à Conakry, en Guinée, le lundi 14 octobre 2019. (Photo AP / Youssouf Bah)

Guinée : une répression violente sous couvert de coronavirus ?

Harcèlement, intimidations, arrestations arbitraires... L'ONG Human Rights Watch accuse le gouvernement guinéen de profiter de la pandémie de Covid-19 pour réprimer les opposants à la réforme constitutionnelle.Le gouvernement guinéen s'est défendu contre les accusations d'usage abusif de la force sous couvert de Covid-19. Il a aussi accusé l'ONG Human Rights Watch de parti pris systématique pour l'opposition, pourtant responsable des violences selon lui.

Videos