RDC: Les vérités de Valentin Mubake

Valentin Mubake, Conseiller politique à l'UDPS

Felix Tshisekedi a t-il rencontré le Président Joseph Kabila afin d'échanger sur les détailles de l'organisation de l'enterrement d'Etienne Tshisekedi? Une interrogation d'apparence anodine mais qui pourrait en cas de réponse positive, siffler la fin de l'UDPS. De cette supposée rencontre, le conseiller politique de l'UDPS, Valentin Mubake dit connaitre les contours et n'hésite pas à en faire étalage.

A l'Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS), le temps n'est plus aux secrets. La transparence est le maître mot. Entre les héritiers de Etienne Tshisekedi décédé le 1 février à Bruxelles sans avoir réussi à organiser sa succession à la tête du parti, on répond coup pour coup aux attaques.

Les explications de Mubake

Au lendemain de son exclusion, Valentin Mubake a décidé de parler et de partager avec ses soutiens le contenu des ses échanges avec le Président Joseph Kabila. Avant toutes choses, le conseiller politique de l'UDPS atteste d'être le choix du Président Etienne Tshisekedi pour qu'il soit nommé Premier Ministre.

"Après la visite de l'envoyer spécialé de Barack Obama en RDC, Thomas Pierrelo à Etienne Tshisekedi, le président m'avait convoqué et m'avait ordonné de participer aux dialogues via la Cenco. Pourtant, il connaissait mes objections face à cette idée. Je devais être le chef de cette délégation. Mais, les conspirateurs avaient retiré mon nom et modifié la liste." Dit Valentin Mubake.

Face à ceux qu'il qualifie de "adolescents en politique", M.Mubake refuse de s'attarder et s'inscrit dans l'unique ligne : la défense des intérêts de Etienne Tshisekedi. Selon lui, le Président Etienne Tshisekedi l'avait choisi comme celui qui devait être nommé au poste de Premier Ministre. Mais cette affirmation est contestée par Felix Tshisekedi et les siens. Pour Felix Tshisekedi, c'est son nom qui figure dans la fameuse lettre qui devait être transmise à Joseph Kabila.

Choix du premier ministre devant sa famille biologique et le Rassemblement

Mubake n'en démord pas. C'est lui qui a été le choix de Etienne Tshisekedi. "Etienne Tshisekedi n'était pas un homme de mensonges. Après m'avoir fait part de son choix, il avait également réuni sa famille biologique, puis toutes les plates formes constituant le Rassemblent afin de leur faire part de sa décision de me proposer comme Premier Ministre." Affirme Valentin Mubake. Devant sa famille, il avait tenu à rappeler qu'il n'a pas fait "quatre décennies de lutte pour ma famille."

Ce que Kabila lui aurait dit sur la rencontre avec Felix Tshisekedi

Valentin Mubake a été reçu par Joseph Kabila comme "personnalité politique" et non comme représentant d'une plate forme politique. Au palais de la Nation, face à Joseph Kabila, M. Mubake en apprend un peu plus sur les raisons de l'invitation. Le Président Congolais l'avait sollicité pour qu'il partage avec lui ses propositions afin de sortir de la crise. Mais, la surprise vient des indiscrétions partagées par le président Congolais sur ces relations pas l'UDPS et sa direction.

"Mes relations avec l'UDPS n'ont pas débuté aujourd'hui. Je n'ai jamais voulu le médiatiser à la demande des intéressés. Pas plus tard qu'il y a quelques jours même s'il le nie, Felix Tshisekedi était ici avec M. Abasse, le conseiller spécial de Denis Sassou Nguesso, Président du Congo-Brazza." aurait dit Joseph Kabila à Mubake. Lors de la fameuse rencontre entre le Président congolais et Felix Tshisekedi un incident à conduit M.Kabila a écourter le rendez-vous. "Pour moi, nous devions échanger sur les préparatifs des obsèques du patriarche Etienne Tshisekedi." Mais Felix lance : "Mais la nomination du premier ministre traine. Est-ce ma personne qui ne vous convient pas?" De la M.Kabila aurait arrête "une conversation immorale."

Mubake séduit par Joseph Kabila

Comme tous les politiciens de haut rang, le jeu de la séduction est la première arme à maîtriser. Joseph Kabila bien que distant au premier abords fait de ces visiteurs des convertis. Le cas de Mubake en est la preuve. Après avoir été virulent et accusateur, le conseiller politique de l'UDPS fini par reconnaitre que "beaucoup de choses qui sont dites au nom de Kabila ne viennent pas de lui."

"Mubake et les autres opposants finissent séduit par Joseph Kabila parce qu'ils ne connaissent pas l'homme et passent leur temps à spéculer sur lui." Dit un proche du Palais.

Surpris par l'accueille qui lui a été réservé, Mubake qui était allé faire face à cet adversaire qu'ils ont diabolisé, se retrouve face à une courtoisie qui perturbe et conduit à baisser la garde. Les mots de Joseph Kabila ne sonnent plus pareils. Tout comme le Premier Ministre Burno Tshibala, la douce mélodie de l'homme de Kingakati a fini par apaisé Valentin Mubake.

Roger Musandji Nzanza

 

 

Politique et Société

Le president Comores, Azali Assoumani, au stade de Moroni à l'issue de la cérémonie d'assermentation présidentielle qui s'est tenue le 26 mai 2016 à Moroni, aux Comores. / AFP PHOTO / IBRAHIM YOUSSOUF

Aux Comores, l'attentat contre le président serait "un montage" selon l'opposition

Le 21 avril dernier, le président Azali Assoumani doit prendre l'avion pour se rendre de l'île d'Anjouan à l'île de Mohéli, deux des îles de l’archipel des Comores. Un individu se présente à l'aéroport pour faire enregistrer un coli qui doit voyager dans la soute de l’appareil utilisé par le président. Sauf que le paquet est refusé et l'homme repart avec sur sa moto. Mais en chemin, pour une raison que la police ignore, le coli explose, blessant grièvement le motard.
Vital Kamerhe ©DR

Reprise du procès de Vital Kamerhe, principal allié du président congolais

Vital Kamerhe, principal allié du président de la République démocratique du Congo, et son coprévenu sont passés à l'offensive en clamant leur innocence lundi à la reprise de leur procès pour détournement de fonds présumé devant un tribunal à Kinshasa. A la barre, M. Kamerhe, directeur de cabinet du président Félix Tshisekedi, a demandé sa remise en liberté provisoire. "Je veux qu'on puisse m'aider à comprendre pourquoi je suis à Makala", a-t-il ajouté, en citant le nom de la prison centrale de Kinshasa, où il est en détention depuis le 8 avril.
Le général des Armées du Burundi, Evariste Ndayishimiye, lors d'une conférence nationale du parti CNDD-FDD, dans la province de Gitega, le 26 janvier 2020.

Burundi : Evariste Ndayishimiye, candidat du parti au pouvoir remporte la présidentielle

Evariste Ndayishimiye, le candidat du parti au pouvoir au Burundi, a été proclamé vainqueur dès le premier tour de la présidentielle avec 68,72% des suffrages exp
Des partisans d'Agathon Rwasa, candidat du parti de l'opposition à la présidentielle, rassemblés à Gitega, le 17 mai 2020 au Burundi

Présidentielle : les Burundais aux urnes

Les Burundais votaient mercredi pour élire leur nouveau président, en pleine pandémie de Covid-19 et au terme d'une campagne âprement disputée laissant craindre un regain de violences à l'annonce des résultats. Le scrutin marquera la fin de l'ère Pierre Nkurunziza, à la tête du pays depuis 2005 et qui ne se représente pas. Sa candidature à un troisième mandat controversé en 2015 avait plongé son pays dans une grave crise politique, qui avait fait au moins 1.200 morts et poussé à l'exode 400.000 Burundais.
Culture de l’artemisia à la maternité de la Miséricorde, à Thiès, dans l’ouest du Sénégal, en avril 2018. SEYLLOU / AFP

Coronavirus : Pourquoi les vertus de l'artemisia intéressent les Africains ?

La médecine traditionnelle chinoise a récemment fait appel à l'Artemisia annua, cette variété asiatique de l’armoise, pour soigner la maladie à coronavirus. A Madagascar, c'est une tisane à base de cette plante médicinale qui est mise en avant par le président Andry Rajoelina lui-même, comme étant une solution pour soigner le Covid-19.
Le président réelu, Pierre Nkurunziza. - © Wikimedia

Burundi : le gouvernement ordonne l'expulsion d'experts de l'OMS

Le gouvernement burundais a ordonné l'expulsion d'ici vendredi 15 mai de quatre experts de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) chargés de le conseiller sur l'épidémie de Covid-19. Des sources médicales accusent l'exécutif de minimiser sciemment son ampleur à quelques jours de l'élection présidentielle du 20 mai. L'ONU a dit "profondément regretter" ces expulsions.
La police arrête un manifestant à Conakry, en Guinée, le lundi 14 octobre 2019. (Photo AP / Youssouf Bah)

Guinée : une répression violente sous couvert de coronavirus ?

Harcèlement, intimidations, arrestations arbitraires... L'ONG Human Rights Watch accuse le gouvernement guinéen de profiter de la pandémie de Covid-19 pour réprimer les opposants à la réforme constitutionnelle.Le gouvernement guinéen s'est défendu contre les accusations d'usage abusif de la force sous couvert de Covid-19. Il a aussi accusé l'ONG Human Rights Watch de parti pris systématique pour l'opposition, pourtant responsable des violences selon lui.

Videos