RDC: Le Rassemblement n'a plus que 48h pour se choisir des candidats pour le poste de Premier Ministre

À gauche, Felix Tshisekedi, et au centre Jean-Marc Kabund, lors d'une conférence de presse au siege de l'UDPS, Limete, Kinshasa, en RDC le 28 octobre 2016. (VOA/Top Congo)

Le Président Congolais Joseph Kabila veut aller vite. Il n'est plus question de "prendre en otage un pays pour des intérêts personnels" dit-il. Pour se faire, il a annoncé ce mercredi la nomination d'un nouveau Premier Ministre dans 48 heures. Si le Rassemblement campe sur sa position, Joseph Kabila ne lui laissera plus le choix.

C'est ainsi que fonctionne Joseph Kabila. Il aime ce jeux de poker menteur qui lui a jusqu'à là réussi. Dans ce combat qui l'oppose au Rassemblement des forces acquises au changement, le Président Congolais fait preuve de malice et pousse régulièrement l'opposition politique à se coucher.

Alors qu'on le pensait fini, victime du désamour des Congolais. Joseph Kabila fait face à la date du 20 décembre 2016 synonyme de fin de mandat. L'opposition, pourtant vigilante, fini par tomber dans le piège du dialogue national. Cette mauvaise solution devenue le remède à tous les maux que connaît l'Afrique politique aura été la carte qui permet à Kabila de se maintenir à la tête du Congo. Des concertations nationales lancées en 2015 aux négociations via la CENCO en passant pas l'accord de la Saint-Sylvestre, Joseph Kabila a toujours su cacher son jeu. Bien malin serait celui qui pourrait dire avec certitude la volonté profonde de ce président. Il a fait du qualificatif "taiseux" une arme contre ses adversaires.

Consensus sur les compétences de l’autorité de nomination

Dans ce jeu ou on retrouve d'un côté les attributs sécuritaires de la République et de l'autre une volonté populaire pour une transition politique ce qui perd la main n'est pas toujours celui qui a les mauvaises cartes. Devant le parlement réuni en congrès, Joseph Kabila avait choisi ce mercredi pour jouer une nouvelle carte permettant de pousser une nouvelle fois l'opposition dans les cordes.

"Au cours de ces dernières 48 heures, J’ai été à l’écoute de la classe politique et sociale qui a répondu à Mon invitation. J’ai noté une convergence des vues, notamment sur l’urgence qu’impose le règlement de deux points relatifs à la mise en œuvre de l’Accord, spécialement en ce qui concerne la question de la désignation d’un nouveau Premier Ministre." dit le Président Kabila. Puis de rajouter. "A ce propos, un large consensus s’étant dégagé sur la procédure de désignation de celui-ci, et sur les compétences de l’autorité de nomination, J’invite le « Rassemblement » à surmonter ses querelles intestines et à harmoniser les vues sur la liste des candidats Premier Ministre ayant le profil requis et convenu, comme souhaité depuis plusieurs mois, en vue d’accélérer le processus de formation du nouveau gouvernement d’union nationale."

Il peut nommer le Premier Ministre qu'il veut

Les divergences dans l'opposition risque bien de ne pas trouver de solution dans un délai aussi bref et ça Kabila le sait. Du côté de Felix Tshisekedi, c'est le Secrétaire Général Jean-Marc Kabund qui monte au créneau pour balayer l'annonce présidentielle. "Joseph Kabila peut nommer le premier ministre qu’il voudra mais cela ne résoudra pas le problème car, la solution réside dans l’application sans faille de l’accord du 31 Décembre 2016." affirme M. Kabund. Mais l'UDPS est de nouveau dans la tourmente puisqu'elle vient d'exclure son Secrétaire Général adjoint Valentin Mubake pour non respect de la ligne officielle du parti. La faute de ce dernier. Avoir répondu à l'invitation de Joseph Kabila pour consultation en tant que personnalité politique.

Dans cette ligne droite qui devrait aboutir à la nomination d'un Premier Ministre et d'un gouvernement devant conduire le pays aux élections, le Rassemblement-Felix Tshisekedi n'a plus d'autres choix que de s'aligner au risque de voir le Rassemblent-Olenga Nkoy et tous les déçus de l'UDPS faire le jeu avec Joseph Kabila.

Roger Musandji NzanzaŒil d'Afrique

 

 

Politique et Société

Le président rwandais, Paul Kagame ©DR

Rwanda : Kagame hausse le ton contre les « saboteurs »

Le président rwandais, Paul Kagame a déclaré, jeudi, que des forces négatives se cachent derrière la politique, la liberté et la démocratie pour saper la sécurité nationale de son pays. Il s’exprimait lors d’une cérémonie d’assermentation des nouveaux membres du cabinet et des hauts responsables militaires à Kigali. « Nous allons augmenter les moyens que nous mettons dans la sécurité contre toute personne impliquée dans des plans visant à déstabiliser le pays », a-t-il promis.
L'ex-chef des Jeunes patriotes ivoiriens, Charles Blé Goudé ©DR

Affaire Blé Goudé ne peut pas être jugé en Côte d'Ivoire: «les poursuites ne sont pas identiques» (Gouvernement)

Le gouvernement ivoirien a estimé mercredi que les poursuites engagées par la justice ivoirienne contre l'ancien ministre de Laurent Gbagbo, Charles Blé Goudé pour « crimes contre les populations civiles et crimes contre prisonniers de guerre » ne sont pas « identiques » à celles pour lesquelles il a été jugé et acquitté par la Cour pénale internationale (CPI).

La RDC et le Congo signent un accord pour accélérer le projet de pont route-rail reliant leurs capitales

La République démocratique du Congo et la République du Congo ont signé, mardi, dans le cadre de l’Africa Investment Forum à Johannesburg, un accord interétatique visant à accélérer la construction du pont reliant leurs capitales, Brazzaville et Kinshasa. L’accord signé par les deux Congo, en présence de leurs partenaires principaux, la Communauté économique des états d’Afrique centrale (CEEAC), la Banque africaine de développement et Africa50, fixe les principes de coopération pour l’élaboration, la construction, l’opérationnalisation et la maintenance du pont.
Le Président de la RDC, Félix Tshisekedi

Forum de la paix de Paris : « L’Afrique doit cesser d’être un problème pour le monde » (Tshisekedi)

« L’Afrique doit cesser d’être un problème pour le monde mais plutôt devenir un maillon important de la solution aux problèmes du monde », a déclaré le président Félix Tshisekedi, ce mardi au 2ème forum de la paix de Paris. Dans son intervention au nom de l’Afrique, devant les représentants du monde entier, le chef de l’état de la RDC a relevé les différentes zones d’instabilité sur le continent et à témoigne de l’engagement du continent, à l’instar de la RDC, d’y mettre un terme.
Le forum de l’orientation et des études en France et au Congo s’est tenu à Pointe-Noire du 04 au 05 novembre puis à Brazzaville du 06 au 08 novembre dernier.

Au Congo Bolloré Transport et Logistics appuie l’orientation des études

Le forum de l’orientation et des études en France et au Congo s’est tenu à Pointe-Noire du 04 au 05 novembre puis à Brazzaville du 06 au 08 novembre dernier. Il a permis à plus 2500 élèves et étudiants de visiter le stand de Bolloré Transport & Logistics.
L'ancienne maire de la capitale tchadienne (2016-2018), N'Djaména, Mariam Djimet Ibet

Arrestation de l'ancienne maire de N'Djaména pour détournement de fonds

L'ancienne maire de la capitale tchadienne (2016-2018), N'Djaména, Mariam Djimet Ibet et trois de ses collaborateurs ont été arrêtés, vendredi, et déférés à la maison d'arrêt d'Amsinéné. Selon des sources judiciaires contactées les quatre responsables sont mis aux arrêts suite à une plainte de l'Inspection générale d'État (IGE) qui a diligenté une mission de contrôle de la gestion financière de l'équipe de Mme Djimet Ibet. Ainsi, les enquêteurs ont-ils découvert le détournement d'importantes sommes d’argent.
Le Président béninois Patrice Talon

Monnaie : le FCFA retiré de la France

Le président béninois Patrice Talon a annoncé jeudi soir le "retrait des réserves de change du franc CFA" qui se trouvent en France et son souhait de voir rentrer au pays l'ancien président Boni Yayi, actuellement en exil. "Nous sommes tous d'accord là-dessus, à l'unanimité, pour mettre fin à ce modèle", a déclaré le président Talon dans une interview à la radio RFI et à la chaîne France 24, assurant que ce modèle était avant tout un "problème psychologique" et non "technique".

Videos